Navigation – Plan du site

Noémie Etienne et Léonie Hénaut (dir.), L'histoire à l'atelier. Restaurer les œuvres d'art (XVIIIe-XXIe siècles)

Stéphane Lembré
L'Histoire à l'atelier
Noémie Etienne, Léonie Hénaut (dir.), L'Histoire à l'atelier. Restaurer les oeuvres d'art (XVIIIe-XXIe siècles), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2012, 418 p., ISBN : 978-2-7297-0854-2.
Haut de page

Texte intégral

1 Le travail de restauration des œuvres d’art a fait l’actualité de la fin de l’été 2012. Largement évoquée dans la presse, la consternation suscitée par la restauration d'un Christ ornant une église du nord-est de l’Espagne fut vive. Le résultat, et surtout la comparaison entre l'état ancien de l'œuvre et celui-ci, pouvaient à bon droit laisser dubitatif. Dans les réactions à cet événement, si la majorité dénonçait une pratique irréfléchie et incontrôlée, quelques-uns choisirent de défendre un travail témoignant d'une sensibilité esthétique très personnelle, mais empreinte d'une grande liberté. Toutes les réactions mêlaient toutefois, sans véritablement les distinguer, des arguments variés : on pourrait recenser sans peine des couples d’oppositions souvent bien peu justifiées, par exemple entre amateur et professionnel de la restauration, entre l'œuvre classée (et donc « intouchable ») et l'œuvre mineure (et donc susceptible d' « évolutions »).

2 Le grand mérite du recueil constitué à partir d'une journée d'études tenue en 2009 et publié au moment même où le scandale était relayé, consiste donc, comme le titre le suggère, à « rentrer dans l'atelier », à y comprendre comment « se fait » (pratiquement) l’histoire des objets du passé. Non pour s’y réfugier à l'abri des jugements et des pratiques sociales, culturelles ou économiques liées aux œuvres et à leur restauration, mais plutôt dans le but d’y interroger le rapport à l’œuvre, l’organisation matérielle du travail de restauration. Après une introduction où les directrices de l’ouvrage font le point sur la place inégale accordée au thème de la restauration dans l’historiographie européenne, Dominique Poulot, dans un prologue stimulant, situe la restauration au centre d’enjeux majeurs, et précise les rapports qu’elle entretient avec le passé, le présent et l’avenir en rappelant le moment important que constitue la Révolution française.

3 Les quatorze contributions regroupées font état de recherches abouties ou encore en cours. Le choix assumé de se focaliser sur les pratiques, d’évoquer des cas précis et variés – du XVIIIe au XXe siècle et de l’Italie, particulièrement évoquée, à la France en passant par la Russie, de la peinture au film en passant par la sculpture et la mosaïque – permet de confirmer la justesse de l’intention de départ, qui consistait à sortir de la réflexion théorique sur la restauration, aussi brillante fût-elle, pour tenter de mieux apprécier les contiguïtés entre la restauration et la falsification, les conditions matérielles et les modalités pratiques de la restauration, ou les présupposés et les conséquences des restaurations « illusionnistes » ou « débordantes » (p. 161). Le revers du choix de départ réside sans doute dans l’impression d’éclatement et de difficulté de certains textes à tirer des conclusions de leur cas, à questionner à partir de problématiques plus générales des cas particuliers. Comme le souligne Antoine Hennion dans la conclusion, « lorsqu’on répare, qu’on refait, qu’on complète ou qu’on restaure les objets anciens, ce ne sont pas des attitudes opposées (de restaurateur ou de faussaire, de fidélité au passé ou de soumission aux goûts présents) qui entraînent des façons différentes de pratiquer. Ce sont les caractères variables de la demande d’objets anciens qui ont suscité des modes de restauration très contrastés, modifié en retour cette demande, et fait bientôt condamner ce qu’on appréciait hier. » (p. 407-408). Saisir cette variabilité intrinsèque à l’activité de restauration supposait bien de plonger dans les pratiques et les gestes, sans méconnaître les représentations, au nom desquelles on recourt, par exemple, à la « patine antiquaire », comme le rappelle bien la contribution de Manuel Charpy.

4La richesse des études l’emporte largement sur le risque d’enfermement, et les contributions ouvrent pour la plupart de vastes perspectives. D’abord sur des figures de restaurateurs, figures importantes dans les milieux artistiques de leur époque : celle de Camillo Paderni, évoqué par Delphine Burlot, souligne la porosité des activités d’expert, de restaurateur voire d’artiste, de même que Stépan Sabine-Gousse offre ses talents d’artiste à des restaurations dans une activité largement frauduleuse (Aglaé Achechova). Comme le rappelle Fabrice Rubiella, à la distinction entre le « faux » et l’original doit être substituée la mesure du degré d’intervention, qui préside à la déontologie actuelle en matière de restauration. Selon que l’on choisit de recréer ce qui fait défaut ou de « réparer » ce qui a été altéré ou abîmé afin de le ramener à son état primitif réel ou supposé, ou que l’on s’abstient de le faire, un changement de conception apparaît, qui fait jouer le rapport au passé. L’attachement à l’authenticité conduit ainsi à modifier totalement, au cours du XIXe siècle, le sens et les limites de l’action restauratrice, rarement confinée au débat entre experts et praticiens : l’apparition à la fin du XVIIIe d’un « espace public de la restauration » (Noémie Etienne) et l’évolution du rapport au passé au cours du XIXe siècle (Manuel Charpy) constituent des dimensions incontournables de l’action restauratrice. Dans le rapport aux antiquités égyptiennes (Juliette Tanré) comme dans le cas des sculpteurs-restaurateurs d’édifices médiévaux en France (Raphaële Delas), les restaurations – comme les dérestaurations (p. 159) – sont le produit d’une époque et du rapport à l’œuvre d’art dominant. Les objectifs de la restauration expliquent aussi les choix qui sont faits : pour la restauration des films, l’alternative oppose « la reconstruction philologique des films d’un côté et la restitution de leur dimension spectaculaire de l’autre » (p. 186). Federica Giacomini ouvre aussi un beau chantier de recherche en distinguant les « cultures de la restauration » napolitaine et romaine, recoupant en partie la distinction entre restauration privée et restauration publique dans l’Italie du XIXe siècle. L’organisation du travail de restauration est étudiée, à nouveau dans des cas italiens, par Chiara Piva (atelier du Pio-Clementino à la fin du XVIIIe siècle) et par Maddalena Vazzoler (« chantier » de restauration chez Brignole Sale, à Gênes, XIXe siècle).

5Dans l’ensemble des contributions, un attachement évident aux sources se fait jour : non seulement les œuvres elles-mêmes, dont il est parfois délicat de déceler les restaurations et la part « originale », mais tout ce qui peut aider à connaître l’activité des restaurateurs, par exemple les dépenses engagées dans la restauration (Chiara Piva). L’impossibilité de séparer les icônes de l’espace liturgique conditionne la manière dont est conçue leur restauration (Gaspard Salatko). Nul doute que la prise en compte des différentes conditions de possibilité des restaurations, depuis « l’outillage mental » cher à Lucien Febvre jusqu’aux moyens matériels mis en œuvre, apporte des éclairages importants sur une activité qui se joue des assignations professionnelles, entre l’artiste, l’expert ou le faussaire par exemple, comme des appréciations hâtives sur des œuvres « originales » ou restaurées. Du XVIIIe siècle à nos jours, la capacité d’intervention de la restauration sur l’œuvre n’a jamais fait l’objet d’aucune norme achevée, quoiqu’une déontologie se soit désormais répandue en la matière, dont il faut se persuader qu’elle n’est elle-même que la traduction d’une politique, l’état transitoire de la longue histoire du « compromis impossible entre beauté, cohérence, fidélité à l’original et souvenir du temps qui a passé » (p. 412).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Lembré, « Noémie Etienne et Léonie Hénaut (dir.), L'histoire à l'atelier. Restaurer les œuvres d'art (XVIIIe-XXIe siècles) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 18 septembre 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/9211

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page