Navigation – Plan du site

Claude Weber, A genou les hommes, Debout les officiers. La socialisation des Saint-Cyriens

Mathias Thura
A genou les hommes. Debout les officiers
Claude Weber, A genou les hommes. Debout les officiers. La socialisation des Saint-Cyriens, PU Rennes, coll. « Essais », 2012, 405 p., ISBN : 978-2-7535-2019-6.
Haut de page

Texte intégral

1À la croisée d’une sociologie de la formation des élites et d’une ethnographie de l’institution militaire, Claude Weber apporte une pièce supplémentaire et novatrice à la sociologie des armées après avoir suivi pendant trois ans une promotion d’élèves officiers à l’École Spéciale Militaire de Saint-Cyr Coëtquidan (ESM). Pièce supplémentaire, parce que l’ouvrage s’inscrit dans la lignée des travaux traitant de l’identité militaire, et novatrice, puisqu’elle repose sur une analyse ethnographique de longue durée, constituant à notre connaissance le premier ouvrage de ce type dans le domaine de la sociologie militaire française. L’entrée retenue, une ethnographie du quotidien des élèves, déplace la focale des seuls rituels d’intégration et de la transmission des traditions pour restituer ces derniers dans le travail de « fabrique » du corps des officiers de l’armée de terre par l’institution militaire.

2Mettant à profit son statut d’enseignant-chercheur détaché à l’ESM, l’auteur restitue le quotidien d’une promotion en suivant la chronologie des six semestres de formation des élèves. Cette formation est partagée entre l’apprentissage du métier militaire et l’acquisition de compétences académiques de type universitaire. Ainsi, l’auteur s’intéresse-t-il principalement à la socialisation de ces élèves officiers et aux logiques de classements qui apparaissent dans cette promotion, pour mettre à jour les mécanismes de reproduction de l’élite militaire, puisque c’est principalement parmi les saint-cyriens que sont recrutés les officiers généraux de l’Armée de Terre française. Cette démarche révèle les tensions parcourant la promotion entre logiques individuelles de compétitions et logiques collectives de constitution d’un corps solidaire, entre logiques militaires et logiques académiques.

  • 1  Terme désignant les élèves issus d’une des classes préparatoires aux concours de l’ESM, appelées c (...)

3L’organisation de l’ouvrage suit l’enchaînement des six semestres, en commençant par l’arrivée des élèves ayant réussi le concours d’entrée, à l’instar des grandes écoles, jusqu’aux cérémonies du Triomphe et du Pékin de Bahut, lorsque les élèves officiers quittent l’ESM avant de rejoindre les différentes écoles d’application où ils recevront l’enseignement spécifique afférente à leur arme d’affectation. Ce ne sera qu’au terme de cette année supplémentaire qu’ils seront pleinement officiers de l’armée française. Le lecteur est donc amené à suivre le contenu de la formation militaire dispensée aux élèves, la confrontation de ces derniers avec les rituels d’intégration intra et inter promotions, ainsi que les différentes facettes constituant la vie sociale se développant au sein de l’ESM : activités sportives, pratiques religieuses, initiation aux traditions par le bahutage, réalisation de stages militaires, organisation de la vie en collectivité,  participation aux clubs, critique de la notation, rapports avec l’encadrement, etc. Par cette diversité, Claude Weber met en évidence le rôle des différentes instances socialisatrices dans l’univers semi-clos de l’école, amenant progressivement les élèves à constituer un « corps » social à part entière. Si la reproduction sociale du corps des officiers est absente de l’œuvre de Pierre Bourdieu, l’ouvrage présenté ici donne les éléments pour saisir les processus assurant la domination des « cornichons1, fils d’officiers supérieurs de l’armée de terre » sur leurs camarades de promotion.

  • 2  Terme qui renvoie aux élèves n’ayant pas appartenu à un lycée militaire ou à une corniche.
  • 3  La Pompe désigne dans le vocabulaire des élèves l’ensemble des enseignements académiques délivrés (...)

4Au-delà de l’étude des formes de socialisation au sein de l’ESM, l’intérêt de l’ouvrage se situe dans l’exploration des catégories de classification des individus portée par les élèves et l’encadrement, et leur confrontation à l’instrument d’objectivation que sont les classements successifs faisant suites aux examens semestriels. L’auteur montre comment les périodes strictement académiques rééquilibrent les chances objectives entre les « héritiers » et les peks2. À travers l’évolution des résultats, de la critique de la Pompe3 et de la magouilleuse – ou note de gueule –, Claude Weber relève la mise en tension des élèves, ainsi que leur encadrement, entre l’appartenance au monde militaire et au monde académique, dans lesquels ils évoluent durant les trois années au sein de l’ESM. Clivage qui repose sur la ligne de démarcation entre militaires et civils, ligne transversale à toute l’Institution (État-major, bases, régiments, théâtres d’opérations). La portée de l’ouvrage dépasse le strict périmètre de l’ESM en saisissant les modalités locales d’un phénomène parcourant toute l’institution militaire française (rapports genrés, rapports racialisés, rapports de classes sociales et de statuts).

5Cependant, plusieurs critiques peuvent être adressées à l’ouvrage concernant l’économie générale de l’argument qui y est défendu. Tout d’abord, l’absence d’une perspective statistique solidement étayée, et ce, sur deux aspects. Premièrement, une comparaison plus poussée des profils sociologiques des élèves intégrant l’ESM avec la population générale des étudiants intégrant une grande école et passant par une CPGE aurait permis de documenter le « tri » opéré à l’entrée et les spécificités propres de la population intégrant Saint-Cyr. En plus d’apporter un éclairage complémentaire à la sélection des élites, une telle approche aurait rendu possible la construction de catégories d’analyse de la population étudiée ne reposant pas seulement sur les catégories en vigueur au sein même de l’institution militaire (cornichons, peks, filles, étrangers, membres du Carré). Bien que ces catégories aient du sens pour les individus qui les mobilisent, la mise en perspective avec une catégorisation plus objective aurait permis d’appréhender les logiques sociales sous-jacentes aux classements des individus entre eux et par l’institution. Et c’est le second aspect de cette critique : l’impossibilité de dépasser cette typologie pour aller vers une conceptualisation en termes de champ, que l’enquête laissait pourtant espérer. Bien que les éléments ethnographiques aillent dans ce sens, l’auteur ne fournit pas la matière qui aurait permis de faire émerger les capitaux mobilisés ou convertis par les élèves pour se positionner durant leur scolarité à l’ESM.

6Ensuite, et dans la prolongation de ce qui précède, l’absence de corrélation entre les propos rapportés et les caractéristiques sociales des individus qui les énoncent prive le lecteur de la possibilité d’appréhender dans quelle mesure les positionnements des élèves suivent l’évolution de leurs places dans le classement au fur et à mesure que la socialisation militaire s’exerce sur eux. Il est difficile de saisir les repositionnements respectifs des élèves pour prendre la mesure des effets de cette socialisation spécifique. La même remarque pourrait s’appliquer à la présentation de l’encadrement des élèves. En l’absence d’une analyse systématique, l’argument d’une influence plus ou moins marquée sur les élèves en fonction d’une homologie de leurs trajectoires perd en force. Au final, l’explication du choix des armes par les élèves à la sortie de leur formation semble principalement reposer sur le classement établi à partir des notes, ce qui appauvrit le résultat de l’enquête. De même, certains mécanismes en œuvre dans la socialisation des saint-cyriens relatés par l’auteur sont finalement peu documentés, limitant la possibilité d’une vérification systématique des corrélations ethnographiques relevées.

7Enfin, si la posture de retrait – revendiquée et discutée en introduction de l’ouvrage – dans certaines circonstances d’observation est parfaitement légitime, il est toutefois possible d’interroger en quoi ce retrait ne constitue pas une forme d’autocensure, qui ne reflète pas nécessairement un choix de la part de l’enquêteur ou l’application d’une déontologie professionnelle, mais plutôt une forme de contrôle institutionnel intériorisé par la fréquentation du milieu militaire. Le lecteur regrettera peut-être que l’auteur ne prenne pas le temps de développer plus avant cette facette du métier d’ethnographe en terrain militaire.

8Au final, ce premier ouvrage de Claude Weber marque le retour des études ethnographiques et sociologiques au sein de l’armée française à destination du public universitaire depuis la fin du service militaire obligatoire. Il est à espérer que d’autres suivront dans ce sillage afin de remettre l’institution militaire dans le giron de la sociologie générale d’où elle est singulièrement absente en France. Plus que de rendre accessible l’univers militaire, l’ouvrage jalonne plusieurs lignes de recherche pour poursuivre l’exploration du domaine militaire par des sciences sociales qui s’en sont trop longtemps défiées.

Haut de page

Notes

1  Terme désignant les élèves issus d’une des classes préparatoires aux concours de l’ESM, appelées corniches.

2  Terme qui renvoie aux élèves n’ayant pas appartenu à un lycée militaire ou à une corniche.

3  La Pompe désigne dans le vocabulaire des élèves l’ensemble des enseignements académiques délivrés à l’ESM.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathias Thura, « Claude Weber, A genou les hommes, Debout les officiers. La socialisation des Saint-Cyriens », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 19 septembre 2012, consulté le 23 juillet 2014. URL : http://lectures.revues.org/9241

Haut de page

Rédacteur

Mathias Thura

Doctorant de l’EHESS, rattaché au Centre Maurice Halbwachs

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page