Navigation – Plan du site

Vincent Simoulin, Sociologie d'un grand équipement scientifique. Le premier synchrotron de troisième génération

Émilien Schultz
Sociologie d'un grand équipement scientifique
Vincent Simoulin, Sociologie d'un grand équipement scientifique. Le premier synchrotron de troisième génération, Lyon, ENS Éditions, coll. « Sociétés, Espaces, Temps », 2012, 256 p., ISBN : 9782847883572.
Haut de page

Texte intégral

1Quelques mots d'abord sur les synchrotrons. Ce sont de grands équipements scientifiques qui permettent d’accélérer un faisceau de particules, soit pour permettre leur étude directe (cas de la physique des hautes énergies) ou au contraire pour produire un rayonnement de lumière aux propriétés utiles à d'autres expériences, tels les rayons X pour l'imagerie. Historiquement, les synchrotrons sont passés du premier usage (dit de première génération) vers le second (dit de troisième génération) en passant par un mode hybride où le rayonnement est un produit annexe. Cette évolution traduit un passage du synchrotron comme expérience à celui du synchrotron comme équipement d'instrumentation dédié à des utilisateurs extérieurs.

  • 1  Voir par exemple « Des Patrons aux Managers » de Séverine Louvel, 2011.

2Vincent Simoulin consacre ce travail à l’étude de la mise en place réussie d'un instrument précis, le synchrotron européen de Grenoble (ESRF : Installation européenne de rayonnement synchrotron). Mettant à profit l'approche longitudinale permise par trois enquêtes menées sur plus d'une décennie (de 1992 à 2005), il l'aborde sous le double prisme de l’analyse des organisations et de celle des communautés scientifiques. Cela lui permet de suivre à la fois les scansions organisationnelles, le passage de la construction à la mise en fonction puis aux projets d'évolutions, et de restituer les divisions des communautés de chercheurs et d'ingénieurs y participant. En faisant porter l'éclairage sur les enjeux organisationnels du synchrotron, tels l'influence de l'organisation dans l'efficacité technique ou l'apprentissage organisationnel au service des attentes des chercheurs, et en prenant ses distances avec les approches micro-sociologiques des sciences studies, ce travail apporte ainsi une solide contribution empirique à l’analyse des organisations de recherche. Elle rejoint ainsi d'autres études récentes qui s'attachent à saisir les pratiques de recherche à l'échelle de l'organisation1. Sur un autre plan, son enquête lui permet de nourrir une discussion critique sur l'approche en termes de communauté interstitielle proposée par Terry Shinn pour rendre compte des communautés regroupées autour de la production d'équipements scientifiques génériques. Nous reviendrons en conclusion sur la contribution effectivement apportée à cette question.

3Avant d'entrer plus avant dans l'évolution de l'ESRF, une précision encore. Le synchrotron se compose de deux domaines : le synchrotron en lui-même est un anneau où circulent des particules accélérées, et les « lignes de lumière » venant capter le rayonnement et réparties autour de l’anneau afin de le diriger vers les expériences sur lesquels travaillent les utilisateurs. Si les ingénieurs règnent sur le synchrotron, les lignes sont par contre sous la responsabilité d'équipes de chercheurs. Ces deux aspects sont à la fois constitutifs de l'ESRF et au cœur des recompositions organisationnelles, présent dans l'organigramme, dans les représentations des acteurs, et marqués par la structure de l'ESRF « Le mur en béton qui entoure l'anneau sépare physiquement le monde des accélérateurs de celui des lignes et établit de façon tout à fait claire dans l'esprit des membres du système Machine où s'arrêtent leur univers et leurs responsabilités » (p. 95).

4Vincent Simoulin appuie sur ses observations un découpage du « temps organisationnel » de la vie de l'ESRF en quatre séquences. Celles-ci sont marquées par des déplacements des priorités du synchrotron vers les lignes de lumière et des recompositions des groupes d'ingénieurs et de chercheurs résident entre eux d'une part, et envers les utilisateurs extérieurs de l'autre.

5La première séquence est la création de l'ESRF en tant que décision européenne : il s’agit du choix du site et des statuts, et la rédaction des spécifications dans un cahier des charges qui vont fixer le format attendu. Ces premiers instants vont participer à la fondation d'une dynamique de groupe autour de certaines valeurs et à la création d’irréversibilités sur les choix d’organisation effectués par la direction, comme la séparation entre les deux divisions opérationnelles, la Machine (le synchrotron) et les Expériences (lignes de lumière).

6C'est dans cet espace de contraintes que va prendre place la construction, qui marque dans un premier temps la domination des ingénieurs de la Machine sur les chercheurs. Ceux-ci forment avec le directorat et les théoriciens superviseurs, un « système Machine » intégré régi par des valeurs militaro-industrielles. Il est marqué par une organisation cloisonnée, hiérarchisée, recourant à une forte sous-traitance au niveau de l'ingénierie qui induit une formalisation des échanges, la direction veillant au suivi rigoureux de l'agenda et les théoriciens à la cohérence d'ensemble.

7Puis, « dès 1992 et la mise en fonctionnement de la machine, l'accent se déplace vers les Expériences » (p. 111). Cette étape se fait progressivement avec la mise en place des infrastructures permettant aux utilisateurs extérieurs de venir réaliser leurs expériences, au grand dam des ingénieurs qui ressentent le changement des pratiques amenées par les chercheurs : « ils refusent aussi le culte du « beau projet » et le « fini » que valorise au contraire la culture des ingénieurs » (p. 118). Au-delà des chercheurs présents à l'ESRF, c'est l'ensemble des communautés d'utilisateurs potentiels qui vient contribuer au développement et amènent une différenciation entre les différentes lignes de lumière dont l'auteur propose une typologie sur un axe exploration/exploitation. Le mouvement est celui du remplacement d'une logique d'intégration à une logique de spécialisation tournée vers l'extérieur.

8Une fois en régime permanent, l'ESRF est entièrement dirigée vers la satisfaction des utilisateurs dans une « culture du service » réunissant Machine et Expérience : « de l'avis de tous, et en particulier des utilisateurs que nous avons pu rencontrer, l'ESRF a créé un nouveau standard dans le petit monde des synchrotrons » (p. 164). Cela est le résultat de mécanismes de « scanning organisationnel », permettant à l'ESRF de suivre et de rester au contact des attentes des utilisateurs, et du « morphing instrumental » permettant l'adaptation de l'instrument aux spécificités des demandes et aux incertitudes intrinsèques à l'activité de service. Ce dernier aspect décrit de manière composite flexibilités des procédures instrumentales adaptées aux contraintes, en opposition à une instrumentation qui imposerait les modes d'organisation. La création de nouveaux synchrotrons nationaux conduit ainsi l'ESFR à réfléchir en permanence à son évolution future. Et l'auteur de conclure « l'ESRF était excellente, elle est devenue apprenante » (p. 233).

9L'ouvrage est empiriquement très riche. Sur les questions de l'organisation du synchrotron, il y aurait beaucoup plus à dire encore pour être fidèle à l'étude : sur les différents enjeux, comme les rapports entre nationalités, l'influence de la durée des contrats dans le turnover ou encore le rôle des différents services transversaux de support dans leurs réorganisations successives. Il fournit des éléments de réflexion sur les temporalités des organisations, l'apprentissage organisationnel et la méthodologie des enquêtes longitudinales.

10Cependant, s'il faut bien émettre quelques remarques, le succès de l'ESRF dans ses missions complexifie l'analyse, car comme l'auteur le rappelle bien « il est plus facile d'étudier la déviance que la norme, l'échec que le succès » (p. 233). Et en effet, la lecture peut souvent laisser l'impression de trop donner de place à l'idéologie professionnelle des acteurs (le répertoire de l’excellence par exemple), ce que les quelques scénarios alternatifs envisagés en conclusion ne permettent de dissiper. L'avis de responsables d'autres synchrotrons « concurrents » aurait pu permettre de faire un contrepoids. Mais il est bien entendu que l'étude, centrée sur un synchrotron, ne pouvait, sinon à sacrifier la finesse de l'analyse, restituer l'ensemble des organisations concernées.

  • 2  Voir par exemple « Pratiques et collectifs de la science en régime – Note critique » de J. Lamy et (...)

11En ce qui concerne la réflexion sur les pratiques scientifiques et technologiques, Vincent Simoulin interroge le concept de communauté interstitielle. En notant la diversité des acteurs du synchrotron, il observe qu'il « semble pourtant plus raisonnable d'avancer que cette communauté interstitielle est plus fractionnée que le terme ne l'indique a priori et qu'il permet finalement mal de rendre compte des dynamiques qui sont en jeu » (p. 253). Pour l’auteur, celui-ci ne permet pas de saisir les spécificités des acteurs, et relève de la métaphore. Si, comme le note l'auteur en introduction, les concepts transversalistes de Shinn ont surtout une valeur heuristique, ils visent à une lecture macro-sociologique de l'évolution des sciences et des productions de connaissance, non pas une analyse fine et dynamique des organisations2. Cependant, comme le souligne Dominique Vinck en préface, peut-être que le synchrotron pris comme entité naturelle ou le découpage indigène en « lignes de lumière » contribue à la constitution de collectifs hétérogènes. Néanmoins, Vincent Simoulin propose par cette étude des éléments de réflexions sur les attendus de l'articulation entre les niveaux d'analyse et la cohérence des cadres mobilisés en sociologie des sciences et des techniques pour rendre compte des formes d'organisation entre les divers collectifs de recherche et les grands équipements scientifiques.

Haut de page

Notes

1  Voir par exemple « Des Patrons aux Managers » de Séverine Louvel, 2011.

2  Voir par exemple « Pratiques et collectifs de la science en régime – Note critique » de J. Lamy et A. Saint-Martin, Revue d'histoire des sciences, 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilien Schultz, « Vincent Simoulin, Sociologie d'un grand équipement scientifique. Le premier synchrotron de troisième génération », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 24 septembre 2012, consulté le 01 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/9276

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page