Navigation – Plan du site

Patrick Jeudy, Robert Doisneau, tout simplement

Jean-François Blanchard
Robert Doisneau, tout simplement
Patrick Jeudy, Robert Doisneau, tout simplement, Éditions Montparnasse, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1Le film Robert Doisneau tout simplement réalisé par Patrick Jeudy d’après les photographies de Robert Doisneau (1912-1994) a été diffusé initialement en 2000 sur la Cinquième. Sa réédition, sous forme de DVD par les Editions Montparnasse est l’occasion pour ceux qui connaissent déjà Doisneau de retrouver ce photographe particulièrement attachant et pour les autres, celle de le découvrir.

2Sur les 400 000 clichés qu’aurait pris Doisneau, 700 sont présentés dans le DVD, selon des thèmes couvrant le Paris de 1930 à 1960. Le commentaire oral du photographe livre avec sincérité son parcours, sa démarche et ses intentions. Le film, d’une durée d’une heure environ, est complété d’un portfolio décrivant les conditions de prise de vue d’un certain nombre de clichés dont le très célèbre « Baiser de l’Hôtel de ville » dont l’auteur aurait été sidéré d’apprendre que celui-ci a atteint 184 960 euros aux enchères, faisant de lui un des photographes français les plus cotés.

  • 1  C’est le cas des rombières dont la fatuité toute puissante régente les défilés de mode.

3Trois angles de vue permettront de (re) découvrir Robert Doisneau, tel qu’il apparaît dans ce document. Le premier point de vue est celui du photographe, de l’homme sensible et le choix de son boîtier, le Rolleiflex1, au format carré 6 X 6 cm, que l’on place devant soi, à hauteur de la ceinture. Celui-ci induit un rapport au sujet photographié ; le photographe s’incline — métaphore de déférence — devant son sujet pour observer l’image sur le dépoli. Il convenait parfaitement à Doisneau qui confessait sa retenue, sa pudeur, sa réserve, le souci de ne pas déranger son sujet. Et quand, en face, l’image retient le regard baissé du modèle, comme Anita par exemple offrant ses épaules nues, se crée alors une ambiance pudique et trouble. Ses prises de vues les plus intimes comme la série des baisers sont composées ou recomposées avec la complicité des sujets. Cette relation au sujet en forme de connivence, complicité, respect — ironie — est le dénominateur commun de ses photos. Chaque document est une rencontre chargée d’empathie, avec le sujet, ou avec l’observateur de la photo, pris à témoin. Elle n’est jamais une intrusion. Doisneau ne s’est jamais caché de composer ses images, et dans certains cas de faire appel à des complices ou des figurants — ou simplement de demander à des inconnus de rejouer la scène. Peu adepte du gros plan, comme le fut Brassaï quelques années auparavant dans les mêmes lieux, Doisneau choisit le format carré et une certaine distance qui permet d’englober le décor, de composer la présence des personnages et de documenter la prise de vue. Ce décor dont l’intérêt historique s’est valorisé à mesure du temps passé, c’est le Paris des années 1930 à 1960 : les Halles, les bistrots, les salles de danse, les soirées mondaines, la rue, les terrains vagues et les quartiers disgraciés de la banlieue, une époque révolue, dont il ne reste plus de trace vivante aujourd’hui.

4Le second point de vue est celui des petits mondes traversés par Doisneau. Celui des gens modestes montrés au travail, en fête, ou dans la convivialité des lieux de rencontre comme l’étaient à l’époque les bistrots peuplés de personnages d’Auguste Le Breton et d’Antoine Blondin — des souteneurs, des tatoués, les potes de Dédé langue de velours — ou de charbonniers, de bouchers, et autres professionnels des Halles. C’est aussi le monde du luxe, de la mode, où Doisneau disait être dans la posture chanceuse — et précaire — du fils du jardinier, observant l’élégante suffisance de la faune. Ou encore le monde des spectacles, théâtres, fêtes foraines et populaires, spectacles de rue et leurs moments de bonheur et d’émerveillement, ou alors — plus coquin — le Concert Mayol où les vieux messieurs viennent se griser à défaut de s’encanailler pour de vrai. L’école chez Doisneau est peuplée de tous ces portraits types de potaches que nous avons rencontrés : le rêveur, le studieux, le réfléchi, le laborieux, le fils à papa, le chouchou-à-sa-maman, l’étourdi, le timide à lunettes, le champion en devenir, tous postés entre le rêve et la réalité dans le mirage de l’enfance. Robert Doisneau est le grand frère qui vient témoigner de leurs jeux dans le décor ravagé de la banlieue où une vielle carcasse d’auto devient une voiture de course. Doisneau connaît bien Gentilly et le monde de la banlieue où s’opposent la beauté et fraîcheur des êtres à la laideur des lieux à l’abandon. De tous ces personnages — les costauds, les tendres, les jeunes les vieux — Doisneau dit ; « j’aimais ces gens-là ». Il est le photographe du souvenir, montreur de bonheur, de la part de beauté humaine présente dans la disgrâce des lieux, des situations et des conditions, arrêtant pour toujours le moment jubilatoire, sans pour autant se priver de pointer la critique sociale1quand c’était le moment.

5Doisneau traverse le temps, témoignant du Paris d’avant les Trente Glorieuses, des grandes banlieues, de l’urbanisation frénétique. Le spectateur retrouve des rues de Paris finalement peu différentes de celles que photographiait Atget au début du siècle, mais ici, c’est la fin d’une époque.

6Enfin, troisième angle de vue, avec Robert Doisneau, ce sont les rencontres et les amitiés complices. Robert « Bob » Giraud le frère nocturne rencontré rue de Seine, chez Romi l’antiquaire, qui lui a fait découvrir le Paris nocturne et tous ces cafés peuplés de ces personnages que le photographe mettra en images. Jacques Prévert reste le copain de comptoir et guide poétique de Doisneau vers le grand nord parisien : le canal Saint-Martin et ses alentours.

  • 2  La première édition est de 1949, de nouvelles éditions ont été réalisées en 1966, puis en 1997. Il (...)

7La rencontre avec Blaise Cendrars, celle de l’homme du Transsibérien et avec celui du Métropolitain, a lieu autour d’une passion commune : la banlieue de Paris que l’un et l’autre connaissent par cœur et qui donnera naissance à l’ouvrage La banlieue de Paris2 qui est le véritable point de départ de la carrière de Doisneau. Celui-ci aura de nombreuses rencontres avec des artistes. Le DVD montre comment une certaine complicité s’établit, préliminaire à des prises de vues sous le signe de la facétie (Pablo Picasso à Vallauris). Doisneau livre sa recette : pour entrer en relation avec les personnes en vue, politiques, artistes il s’autorise à jouer le photographe maladroit soumis aux caprices de son matériel. Surpris, le sujet photographié manifeste de l’intérêt, de la sympathie au pataud qui retrouve tout d’un coup — sans jamais l’avoir véritablement perdue — la maîtrise de son art : art photographique, art de l’entrée en relation, de l’improvisation, tout simplement.

  • 3  Quelques éléments de bibliographie : Hamilton Peter, Robert Doisneau. La vie d’un photographe, édi (...)

8Le DVD ne présente qu’une partie des travaux3 de Robert Doisneau. Bien que la qualité technique des photos — en termes de définition — gagnerait à être améliorée, ce document offre un réel plaisir au spectateur.

Haut de page

Notes

1  C’est le cas des rombières dont la fatuité toute puissante régente les défilés de mode.

2  La première édition est de 1949, de nouvelles éditions ont été réalisées en 1966, puis en 1997. Il contient 24 photographies de Doisneau.

3  Quelques éléments de bibliographie : Hamilton Peter, Robert Doisneau. La vie d’un photographe, éditions Hoëbecke, Paris 1995 ; Brigitte Ollier, Robert Doisneau, éditions Hazan, Paris 1997 ; Gontrand Jean-Claude, Robert Doisneau, éditions Taschen, Cologne 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Patrick Jeudy, Robert Doisneau, tout simplement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 26 septembre 2012, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/9309

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page