Navigation – Plan du site

Elsa Vivant, Qu'est-ce que la ville créative ?

Kévin Matz
Qu'est-ce que la ville créative ?
Elsa Vivant, Qu'est-ce que la ville créative ?, PUF, coll. « La ville en débat », 2009, 89 p., EAN : 9782130578833.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un aperçu de cette littérature, voir : FLORIDA R. L., The Rise of the Creative Class : And How (...)
  • 2 Pour un aperçu de cette notion, voir : LANDRY C., BIANCHINI F., The Creative City, Londres, Demos, (...)

1La littérature abondante sur la ville créative participe de l'enchantement généralisé de la créativité comme nouvelle ressource urbaine. De la ville créative 1 à la classe créative 2 pléthore de travaux, tantôt académiques, tantôt outils de programmation urbaine, contribuent à durcir cette catégorie et à institutionnaliser le flou qui caractérise son statut hybride, à la fois objet de recherche et enjeu politique. L'ouvrage d'Elsa Vivant se singularise par la volonté d'éclaircir ce concept en dépassant les évidences faisant mécaniquement de l'art le vecteur du renouvellement des villes. Se posant comme une alternative à l'expertise de Richard Florida, le texte interroge la capacité des scènes artistiques locales à conférer une plus-value symbolique et économique aux quartiers délaissés des centres-villes. Prenant le cadre du quartier comme source d'inspiration, investissant ses lieux de convivialité, s'appropriant ses espaces urbains marginaux (friches industrielles, squats des centres villes) dans lesquels ils s'installent et travaillent, les artistes « redessinent le paysage social du quartier » (p.39) comme miroir de la bohème et de la singularité du « vivre artiste ». Elsa Vivant nous montre en fait qu'ils sont les maillons d'un processus de gentrification qui, très vite, les dépasse.

2Les artistes ne seraient pas l'élément déclencheur de la gentrification mais plutôt les figures saillantes du retour en ville de toute une catégorie de la population, celles des « créatifs ». Assimilée aux préjugés qui pèsent sur les artistes, dotée d'un capital social et culturel élevé, cette population (issue des classes moyennes) doit sans cesse mettre en scène son inventivité (voire une certaine désinvolture) dans une nébuleuse de professions intellectuelles liées aux mondes de la communication, de la culture, des hautes technologies, de la justice, de la finance et de l'enseignement supérieur. Interrogeant les raisons d'une concentration dans ces espaces des artistes et des créatifs, Elsa Vivant montre qu'au delà d'un hypothétique effet d'attraction des artistes, des conditions professionnelles précaires, un intérêt fort porté aux activités culturelles et une attitude tolérante face aux mœurs et à la diversité ethnique, scellent une homologie entre créatifs et artistes qui se tournent alors vers les ressources en emplois et en culture offerts par la centralité urbaine. Des écarts notables de revenus et de statuts professionnels posent néanmoins les limites d'une intelligibilité des trajectoires résidentielles de ces groupes au prisme unique et homogénéisant du « caractère créatif de leur activité professionnelle » (p.75). En effet, une fois le processus de gentrification poussé à son paroxysme par l'arrivée des classes supérieures et l'élévation corrélative du niveau de vie, les créatifs (y compris les artistes) font montre de logiques résidentielles hétérogènes, mais privilégiant notamment les banlieues résidentielles à une centralité urbaine devenue inaccessible ou trop éloignée de sa bohème originelle.

3L'ouvrage explique par ailleurs comment la présence d'artistes peut potentiellement engendrer une plus-value au sein de l'économie urbaine. L'exemple de Soho à New York est ainsi symptomatique de la capacité des intermédiaires (élus, promoteurs, acteurs culturels) à transformer la créativité des artistes à la fois en argument immobilier et en instrument de la mise en scène d'un marché artistique central promu comme un espace de création d'avant-garde. Répondant aux nouvelles contraintes de la compétition interurbaine, la mise en scène de la qualité de vie d'une ville passe ainsi par une instrumentalisation de la culture et des artistes visant à faire de l'espace urbain un cadre attractif pour les entreprises. Elsa Vivant avance néanmoins que la multiplication des initiatives politiques dans ces espaces « (...) ne garantit pas à elle seule la dynamisation culturelle d'un quartier (...) » (p.47) et plus encore, participerait d'une dénaturation de la qualité de son offre culturelle. Enfin, même si elles ont en commun de tirer leurs ressources de fonctionnement d'un ancrage territorialisé, l'auteure montre que la disparité des activités créatives (des activités proprement artistiques à des activités industrielles) oriente des stratégies d'implantation urbaine qui ne se limitent pas aux centres mais qui, à l'exemple de la Silicon Valley, s'étendent aux marges de l'aire métropolitaine.

  • 3 Pour des précisions sur la détermination des déplacements par la morphologie et les représentations (...)
  • 4 BRANDL E., « Culture et politique en région. Les conditions sociale et politique de l'activité cult (...)

4L'auteure porte finalement un regard critique sur la thèse d'une hypercentralité des activités et de la classe créative. Sans aller jusqu'à y voir une réponse française à l'entreprise d'autocélébration de Richard Florida, cet ouvrage offre au lecteur un tour d'horizon très bien documenté sur cette question, tout comme il donne aux décideurs un contrepoint stimulant à l'enthousiasme politique spontané que suscitent le prêt-à-penser de l'auteur américain. Mettant en avant les vertus du hasard dans les interactions entre artistes comme alternative aux politiques urbaines, l'ouvrage n'est pas moins exempt d'une vision idéalisée de leur rôle dans la ville. La ville est en effet un espace structuré qui organise les déplacements, les flux, les rencontres 3 et ne laisse finalement que très peu de place au hasard « des surprises et des rencontres improbables » (p.79). Les relations entre artistes n'échappent par ailleurs pas, au moins dans le contexte français, aux luttes qui structurent un champ culturel local : elles réfractent des hiérarchies internes mais aussi des relations conflictuelles, voire de subordinations, avec d'autres espaces, dont principalement l'espace politique (qui maîtrise la distribution des ressources) 4. Cette conflictualité limite ainsi la concrétisation des « (...) associations inédites et de rencontres fortuites (...) » (p.79) et rend opaque les modalités pratiques d'une collaboration systématique des artistes au service du renouvellement des espaces urbains délaissés. Elsa Vivant, tout en déconstruisant de manière stimulante les processus de gentrification, déplace ainsi le flou des incantations politiques à la créativité sur la valorisation de la présence des artistes dans les centres-villes, réactivant la croyance en la singularité de l'artiste-créateur et produisant peut-être par là une représentation enchantée des effets (durables) de la création artistique sur le paysage urbain.

Haut de page

Notes

1 Pour un aperçu de cette littérature, voir : FLORIDA R. L., The Rise of the Creative Class : And How it's Transforming Work, Leisure, Community and Everyday Life, New York, Basic Books, 2002

2 Pour un aperçu de cette notion, voir : LANDRY C., BIANCHINI F., The Creative City, Londres, Demos, 1995

3 Pour des précisions sur la détermination des déplacements par la morphologie et les représentations de l'espace urbain, voir : DAVIS M., Au-delà de Blade Runner. Los Angeles et l'imagination du désastre, Paris, Editions Allia, 2006

4 BRANDL E., « Culture et politique en région. Les conditions sociale et politique de l'activité culturelle en région », Regards Sociologiques - Les champs artistiques, 2007, n°33-34, p. 111

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kévin Matz, « Elsa Vivant, Qu'est-ce que la ville créative ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 16 février 2010, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/931

Haut de page

Rédacteur

Kévin Matz

GSPE-PRISME (CNRS, UMR 7012), Institut d'études politiques - Université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page