Navigation – Plan du site

Maïeul Rouquette, LaTeX appliqué aux sciences humaines

Benjamin Caraco
LaTeX appliqué aux sciences humaines
Maïeul Rouquette, LaTeX appliqué aux sciences humaines, Tampere, Atramenta, 2012, 270 p., ISBN : 9789522730732.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  L'inverse existe aussi comme peut en témoigner l'auteur de ces lignes, confronté à la surprise lor (...)

1LaTeX évoque le plus souvent deux choses pour les praticiens des sciences humaines : rien ou un « c'est le truc pour les matheux, c'est ça ? »1. Maïeul Rouquette, doctorant, assistant diplômé en histoire du christianisme ancien et littérature apocryphe chrétienne à la Faculté de Théologie et de Sciences des Religions de l'Université de Lausanne et animateur du carnet de recherche Apocryphes, démontre dans (Xe) LaTeX appliqué aux sciences humaines que cette réaction ‑ certes caricaturale ‑ risque de faire passer l'humaniste à côté d'un grand nombre de possibilités éditoriales.

  • 2  Il a en effet été inventé à l'origine par D. E. Knuth en 1977 dans le but d'écrire proprement du l (...)

2Comme Rouquette le rappelle dans son introduction le logiciel LaTeX semble réservé, dans les représentations, aux sciences dites « dures »2. Pourtant, il recèle davantage pour les sciences humaines par rapport aux traitements de texte classiques. Ces derniers sont le plus souvent lents, ils obligent à se concentrer sur la forme au détriment de la structure et gèrent assez mal les bibliographies. Sans compter qu'ils ne sont jamais à l'abri d'une erreur informatique dévastatrice.

3De son côté, LaTeX a l'avantage de séparer l'étape de rédaction de l'étape de calcul, qui permet d'aboutir à la forme désirée. En conséquence, le résultat est doté d'une meilleure typographie et permet une séparation supérieure du sens et de la forme, tout en facilitant grandement la gestion des références bibliographiques, en distinguant contenu et affichage. Rouquette souligne que ce dernier point seul convainc souvent les humanistes à choisir LaTeX pour la mise en forme de leurs travaux. Le format de sortie étant du PDF, il garantit au passage la stabilité de la mise en page d'un système d'exploitation à l'autre. De plus, l'universalité du format PDF le dote d'une certaine pérennité. Le seul point noir au tableau est que celui-ci n'est pas des plus propices à la collaboration entre plusieurs rédacteurs.

4Dans son ouvrage, qu'il ne souhaite pas qualifier de « manuel » mais plutôt d'introduction, Rouquette s'adresse à trois publics : celui des étudiants et des chercheurs en SHS, celui des éditeurs en SHS et celui des utilisateurs de LaTeX dans les sciences dites « dures » afin de leur montrer les spécificités des pratiques de LaTeX pour les SHS (dans le but de les amener à développer des « packages » plus adaptés). Aux deux premières cibles, Rouquette cherche à donner des bases et à fournir un aperçu des différents aspects que peut couvrir le logiciel : il est donc possible de naviguer dans l'ouvrage en fonction de ses besoins.

5Une lecture linéaire fait toutefois débuter le lecteur avec les « premiers pas » (chapitre II) qui expliquent avec pédagogie la structure initiale d'un document LaTeX (.tex) : l'explicitation se fait ligne par ligne. Le chapitre III se penche plus en détail sur la structuration – avec des éléments qui rappellent les feuilles de style des traitements de texte classiques – des niveaux de titre mais aussi du fichier lui-même, qui peut être composé de plusieurs qui sont ensuite « appelés » dans le document maître. Rouquette présente les possibilités de gestion de différentes langues dans un même document, de caractères non latins, de respect des règles typographiques et des césures propres à chaque langue. Les potentialités offertes par LaTeX dans le « stylage » démontrent les gains de temps et la personnalisation permis par ce dernier.

6La seconde partie de l'ouvrage se concentre sur la bibliographie, sa gestion à l'aide d'un fichier externe (.bib), qui stocke les références. Le changement de style est alors facilité et les conseils de l'auteur viennent améliorer la lisibilité des appels bibliographiques. L'affichage de la bibliographie est abordé en détail : de l'organisation en sections thématiques à la distinction entre sources primaires et secondaires en passant par le choix du style.

7Au niveau de l'organisation interne du document, il est possible de faire des renvois internes automatisés au sein même de celui-ci, de générer tables des matières et sommaires, d'intégrer des liens dans le texte et de réaliser un index automatisé avec des références croisées.

8Rouquette propose aussi en fin d'ouvrage des prolongements pour les spécialistes : la gestion des références bibliques, la réalisation d'éditions critiques et/ou de textes parallèles (comme par exemple des éditions bilingues), la numérotation de lignes (prose ou poésie), etc. Il offre même une alternative au sempiternel PowerPoint avec l'option « Beamer » de LaTeX, qui permet d'ailleurs de transformer rapidement une présentation en un article. Enfin, il propose d'aller encore plus loin dans la personnalisation de la mise en forme (polices de caractères).

9Les annexes sont fortes utiles, bien qu'il soit étrange de voir l'installation du logiciel évoquée à la fin et non en début d'ouvrage. Les logiciels complémentaires à LaTeX sont brièvement présentés tout comme la possibilité de travail collaboratif avec un programme de suivi de révisions (SVN, Git ou Mercurial). L'auteur propose aussi quelques liens afin de trouver de l'aide au sein de la communauté des utilisateurs (forum, chat ou listes de discussions), avant de clore son ouvrage avec un glossaire et une bibliographie très raisonnée.

  • 3  Il convient ainsi de remarquer qu'il rend disponible librement le code source de son ouvrage : htt (...)

10Le sentiment qui se dégage à la lecture de cet ouvrage, c'est qu'il s'agit de bien plus qu'une introduction : il est déjà possible d'aller très loin avec tous les éléments proposés ici. La majorité des besoins semblent couverts. Certains passages sont ainsi presque fastidieux même s'ils sont aussi le revers de la médaille d'une exigence de pédagogie maintenue tout au long de l'ouvrage. Rouquette cherche à faire comprendre le code, le langage LaTeX, à son lecteur et c'est tout à son honneur3. La transmission de « recettes » n'est pas son objectif. Son style est d'ailleurs le plus souvent allègre et didactique.

  • 4  Et paradoxalement omis de la bibliographie de l'ouvrage.

11Si le livre de Maïeul Rouquette est une belle démonstration de la richesse des possibilités offertes par LaTeX pour les sciences humaines, certains pourront toutefois lui préférer (ou compléter la lecture de cet ouvrage avec) les cours de « LaTeX pour littéraires » conçus et mis en ligne par Éric Guichard4, qui proposent des introductions plus concises au logiciel sans pour autant pré-mâcher le travail et la réflexion intellectuelle qui accompagne (et qui fait la saveur de) cet exercice d'édition numérique.

Haut de page

Notes

1  L'inverse existe aussi comme peut en témoigner l'auteur de ces lignes, confronté à la surprise lorsqu'il explique à ses amis en sciences dures qu'il utilise le même logiciel qu'eux.

2  Il a en effet été inventé à l'origine par D. E. Knuth en 1977 dans le but d'écrire proprement du langage mathématique.

3  Il convient ainsi de remarquer qu'il rend disponible librement le code source de son ouvrage : https://github.com/maieul/latexhumain

4  Et paradoxalement omis de la bibliographie de l'ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Caraco, « Maïeul Rouquette, LaTeX appliqué aux sciences humaines », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 28 septembre 2012, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/9324

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Caraco

Doctorant en histoire contemporaine à l'Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page