Navigation – Plan du site

Max Weber, Collected methodological writings

Hinnerk Bruhns
Collected Methodological Writings
Max Weber, Collected Methodological Writings, Routledge, coll. « Weber in Translation », 2012, 600 p., éd. Hans Henrik Bruun & Sam Whimster, trad. Hans Henrik Bruun, ISBN : 978-0-415-47898-4, URL : http://www.routledge.com/books/details/9780415478984/.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Weber continue: « Ces sortes d’élucidations ne prennent habituellement de l’importance pour l’entr (...)

« C’est seulement en soulevant et en résolvant des problèmes qui se rapportent à des faits que de nouvelles sciences sont fondées et que leurs méthodes progressent ; en revanche, les considérations purement épistémologiques ou méthodologiques n’ont encore jamais joué un rôle décisif dans ce processus. »1

  • 2  Max Weber, Essais sur la théorie de la science. Traduit par Julien Freund, Paris, Plon, 1965, réim (...)
  • 3  Il s’agit des textes suivants : « Roscher et Knies et les problèmes logiques de l'économie politiq (...)

1Qu’il faille méditer, toujours de nouveau, ce constat fait par Max Weber n’est pas une raison pour négliger ses écrits dits « méthodologiques », rassemblés après sa mort par sa femme, Marianne Weber, dans un volume intitulé Gesammelte Aufsätze zur Wissenschaftslehre, réédité et augmenté ensuite plusieurs fois sous la direction de Johannes Winckelmann, depuis la deuxième édition en 1951. Une traduction française partielle de ces textes a été réalisée par Julien Freund en 1965 sous le titre Essais sur la théorie de la science2 ; certains des textes omis dans cette édition française ont été traduits et publiés depuis à d’autres endroits3. Si le lecteur français ne dispose toujours pas d’une traduction complète de ces Aufsätze zur Wissenschaftslehre, essais d’épistémologie  -  ce qui est étonnant quand on pense au statut de « méthodologue » qui est fréquemment attribué à un Max Weber qui s’en serait très certainement défendu  -  la plus grande partie en est donc accessible en français. Pourquoi, dans ce cas, signaler au public francophone une édition anglaise ? L’on pourrait en effet penser qu’en passant   -  pour lire Weber  -  par une troisième langue, inscrite dans ses propres traditions sociologiques et philosophiques, on risque de rendre encore plus complexes les problèmes terminologiques que posent les écrits de Weber aux lecteurs et aux traducteurs.

  • 4  Son livre Science, Values and Politics in Max Weber's Methodology.New Expanded Edition, Copenhagen (...)
  • 5  Max Weber, Sociologie des religions. Textes réunis, traduits et présentés par Jean-Pierre Grossein (...)
  • 6  Max Weber, L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme, suivi d'autres essais. Edité, traduit (...)
  • 7  Jean-Pierre Grossein, Index analytiquede Max Weber, Sociologie des religions (Gallimard 1996), Sha (...)

2Plusieurs raisons, cependant, incitent à recommander fortement ce livre au public francophone. Depuis longtemps, beaucoup de lecteurs non germanophones se reportent, à côté des traductions françaises, aux traductions américaines ou anglaises de Weber et  lisent l’économiste et sociologue allemand inséré dans une tradition intellectuelle marquée par Talcott Parsons et ses successeurs. Or, cette nouvelle traduction des écrits méthodologiques (« methodological writings ») réalisée par Hans Henrik Bruun4 intègre non seulement une réflexion sur les traductions antérieures, mais offre en même temps de précieux outils permettant un travail d’analyse et de réflexion terminologique. L’ouvrage comporte un index thématique complet (plus de trente pages à doubles colonnes), à côté d’un index des noms de personnes, mais également un glossaire d’une trentaine de pages. Il s’agit d’un glossaire des termes allemands, avec leurs traductions anglaises, accompagnées à chaque fois d’un argumentaire ou d’une discussion sur le choix de la traduction, et assortis de renvois à d’autres textes de Weber ou de références bibliographiques. Ce glossaire alphabétique des termes allemands est précédé d’un « English key to Glossary », permettant de remonter, à partir de la terminologie anglaise utilisée dans les textes traduits, aux notions allemandes. Voilà donc un instrument de travail de premier ordre pour lequel rien de comparable n’existe en français, à part  -  de façon un peu différente  -  les index analytiques réalisés par Jean-Pierre Grossein dans Sociologie des religions5 et dans L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme6… A la différence près, concernant la première de ces deux traductions, que la maison d’édition française a amputé l’index analytique de la totalité de ses renvois. Une publication séparée de cet index, complet cette fois-ci, comportant 107 pages, a été réalisée par l’auteur avec l’aide de son centre de recherche en 19977. L’éditeur anglais, au contraire, ne semble pas avoir freiné la volonté de Hans Henrik Bruun et Sam Whimster, les deux responsables du présent volume, de livrer à la communauté scientifique un outil de travail d’une qualité exceptionnelle.

  • 8  Il s’agit de : « Les trois types purs de la domination légitime » et de « Concepts sociologiques f (...)

3Une deuxième raison pour attirer l’attention sur ce livre est le choix des textes traduits ou retraduits ici. Le contenu du volume dépasse largement celui des Gesammelte Aufsätze zur Wissenschaftslehre, signalés plus haut. La première et plus volumineuse partie de l’ouvrage contient des « Articles ». Il s’agit de l’ensemble des textes réunis par Marianne Weber en 1922 et à partir de la deuxième édition en 1951 par Johannes Winckelmann, à deux exceptions près8. On y trouve donc les textes manquant dans le volume de Julien Freund, notamment le texte complet de « Roscher und Knies und die logischen Probleme der historischen Nationalökonomie » (Roscher et Knies et les problèmes logiques de l’économie politique historique) ; le jeune économiste Weber s’y emploie à se démarquer des fondateurs de l’école historique allemande de l’économie nationale. Y figure également l’étude de 1909 sur « « Energetische » Kulturtheorien » (« Théories « énergétiques » de la culture »), en fait une recension d’un ouvrage du chimiste (et philosophe) Wilhelm Ostwald qui, à partir de l’idée que l’énergie était la substance primaire, voulait fonder également les sciences économiques et sociales sur son concept d’énergie. La réaction, à la fois sérieuse et sarcastique de Weber est très instructive quant à sa conception des rapports entre sciences naturelles et sociales.

  • 9  « The task of economic theory as a science » (« Les tâches de l’économie nationale en que science  (...)
  • 10  Werner Sombart, Max Weber, Edgar Jaffé [Die Herausgeber], "Geleitwort", Archiv für Sozialwissensch (...)
  • 11 Friedrich Lenger, Werner Sombart 1863-1941. Eine Biographie. Munich: C.H.Beck Verlag, 1994 (cf. le (...)
  • 12  La revue portait auparavant le titre Archiv für soziale Gesetzgebung und Statistik (Archive de lég (...)
  • 13  Max Weber, « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociales », in  Es (...)

4Trois textes insérés dans cette première partie ne figurent ni dans l’édition allemande ni, a fortiori, dans l’édition française. A côté d’une recension du livre d’Adolf Weber, Die Aufgaben der Volkswirtschaftslehre als Wissenschaft9 (1909), signalons surtout d’abord la traduction du  « Geleitwort »10, l’avant-propos programmatique (« Accompanying remarks ») signé par Edgar Jaffé, Werner Sombart et Max Weber en 1904 en tant que nouveaux directeurs de la revue Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik (Archives pour la science sociale et la politique sociale). Depuis l’étude de Friedrich Lenger sur Werner Sombart, la question de savoir qui de Sombart ou de Weber a rédigé ce texte est débattue11. L’important n’est pas là, à mon avis. Weber l’a cosigné et, dans le même premier numéro de la nouvelle série de la revue12, il a complété et nuancé sa vision programmatique concernant la revue13. L’importance de ce texte se trouve dans sa brièveté et sa concision, sa lisibilité, et dans sa non-conformité avec une vision réductrice très répandue de Weber. N’en citons qu’un passage :

«Notre revue devra considérer aujourd'hui la connaissance historique et théorique de la signification globale de l'évolution du capitalisme pour la civilisation comme le problème scientifique au service duquel elle se trouve. » Et les trois responsables de la revue de préciser que leur revue adopterait nécessairement « un point de vue bien spécifique, celui de la façon dont l'économie influence les phénomènes de civilisation » (ökonomische Bedingtheit der Kulturerscheinungen). L’insistance sur ce point de vue particulier devrait interroger tous ceux qui s’en tiennent à une lecture réductrice de l’essai « L’éthique protestante et “l’esprit” du capitalisme », publié quelques mois plus tard dans la même revue.

  • 14  Werner Sombart et Max Weber, "Erklärung", in Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, 44, (...)

5Les essais d’épistémologie de Weber sont généralement d’un abord difficile. Le plus souvent rédigés à la hâte dans le feu d’une controverse avec des contemporains, ils sont longs, peu soignés dans leur forme, souvent avec une syntaxe qui ne se soucie guère du lecteur, obligé à relire et relire encore. Insérer dans ce volume de méthodologie des textes d’une autre nature, comme le « Geleitwort » ou les contributions orales lors de congrès (cf. infra) est une très heureuse initiative. On signalera à ce propos la « Déclaration » de 16 lignes cosignée en 1917 par Werner Sombart et Max Weber. Contrairement au « Geleitwort », la question de savoir qui a tenu la plume n’a pas été soulevée. Peu importe d’ailleurs, Sombart et Weber étaient d’accord sur l’essentiel ; la diction est wébérienne et le propos est une défense polémique contre leur co-directeur de l’Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, Edgar Jaffé, qui leur avait reproché d’avoir renoncé  à construire l’économie comme une science « qui travaille selon une méthode qui lui est propre », reprochant même à Weber d’avoir « totalement négligé la théorie économique ». La réponse adressée à Jaffé est cinglante, elle oppose aux « mauvaises »  théories et « aux conceptions erronées concernant le sens méthodologique de ces théories » de la science économique contemporaine une définition univoque de ce qu’est une théorie : « la formation rationnelle de concepts, de types et de systèmes »14.

  • 15  C’est un concept mal-nommé. La liberté, dans la science, par rapport à des jugements de valeur est (...)
  • 16  Voir H. Bruhns, « Science et politique au quotidien chez Max Weber : quelques précisions historiqu (...)

6La deuxième section de l’ouvrage contient des « Contributions and interventions (excerpts) ». Il s’agit d’interventions orales (prises en sténographie et publiées dans des actes de colloques) de Max Weber lors des congrès du Verein für Sozialpolitik (Association pour la politique sociale) et des deux premiers congrès de la Deutsche Gesellschaft für Soziologie, la Société allemande de sociologie, cofondée par lui. Le choix des responsables du volume s’est porté d’une part sur des interventions dans lesquelles Weber défend le principe de la Wertfreiheit, de la ‘neutralité axiologique’15, notamment dans ses polémiques contre le statut de critère ‘naturel’ attribué par les économistes à la ‘productivité’16. Dans de telles interventions orales, comme dans certaines lettres, la pensée de Weber apparaît souvent de façon plus claire  -  puisque simplifiée et formulée de façon polémique  -  que dans les longues études ‘méthodologiques’. D’autre part, ont été traduits deux longs extraits des réponses de Weber aux exposés de Werner Sombart sur les rapports entre technique et culture et de Hermann Kantorowicz sur les rapports entre droit et sociologie, tous deux lors du premier congrès de sociologie en 1910. Ces interventions orales donnent une image vivante des débats qui agitaient les sciences sociales allemandes au début du XXe siècle.

7Dans la troisième section sont reproduits en traduction des lettres ou extraits de lettres de Weber, pour la plupart des correspondances avec des collègues, parmi eux Lujo Brentano, Heinrich Rickert, Robert Liefmann, Robert Michels et Ferdinand Tönnies.  Il s’agit d’extraits considérés comme essentiels concernant des questions méthodologiques ou de positionnement théorique.

  • 17  Déjà publié auparavant en anglais : Max Weber, « Georg Simmel as Sociologist ». Introduction by Do (...)

8La quatrième et dernière section contient des « Notes and drafts » des années 1902 à 1912, provenant de différentes archives. Parmi ces fragments figurent un texte sur la question des valeurs chez Rickert, d’autres sur les notions de « développement » et « éthiques formelles » ainsi quelques pages sur « Georg Simmel comme sociologue et théoricien de l’économie monétaire »17.

9L’ouvrage constitue un outil de travail précieux, et non seulement pour les lecteurs qui ne peuvent accéder à l’œuvre de Weber qu’à travers la seule langue anglaise. Des choix de traduction sont, par principe, discutables, et des observations critiques vont certainement surgir. Conscients de ce fait, les auteurs ont créé, parallèlement aux éditions papier et numérique du livre, un « Weber Methodology Website » (http://maxweberstudies/​wordpress.com), destiné à devenir un forum de discussion sur les traductions et sur l’analyse de la méthodologie wébérienne. Pour l’instant (septembre 2012) toutefois, il n’y a pas encore une foule de réactions.

10Bruun et Whimster offrent donc à la communauté scientifique un grand livre, un instrument de travail précieux, un ouvrage dont, cependant, le titre et l’ambition profonde risquent d’induire en erreur. Les auteurs se sont fixé comme objectif de réunir la « totalité » des écrits méthodologiques (p. XI sq.). Ils s’enferment ainsi dans une catégorie construite à posteriori qui ne correspond pas à la démarche de Weber. D’où certaines difficultés pour donner des arguments clairs pour l’exclusion ou l’inclusion de tel ou tel texte, déclaré, faute de mieux, de « hybride ». Les tentatives de classer tel texte ou partie de texte soit en théorie sociologique soit en méthodologie (p. XII) ressemblent plutôt à des numéros de contorsionnistes. La phrase citée au début de cette recension (et d’ailleurs citée également dans l’introduction des auteurs) montre clairement que pour Weber la réflexion méthodologique est obligatoirement et intimement liée aux problématiques scientifiques. D’où, fréquemment, l’impossibilité de séparer (et quel intérêt aurait une telle opération ?) la réflexion méthodologique de la réflexion sur les objets de l’enquête scientifique. Citons comme exemple d’une telle séparation artificielle une des lettres de Weber les plus intéressantes du point de vue scientifique, celle adressée à Robert Liefmann le 9 mars 1920. De cette longue lettre, quatre petits passages ont été retenus par Bruun et Whimster, dont celui-ci :

  • 18 P. 410, cité ici d’après la traduction française de Jean-Pierre Grossein, Revue française de sociol (...)

« Je suis censé affirmer que la théorie aurait une valeur de connaissance « réduite ». l’aurais-je fait ? La théorie crée des types idéaux et cette réalisation est, à mes yeux précisément la plus indispensable qui soit. Que la sociologie et l’histoire économique ne remplacent jamais la théorie, c’est là une de mes convictions les plus profondes. »18

11Ce qui intéresse les auteurs dans cet extrait est l’insistance sur la théorie. Pourquoi pas. Mais pourquoi  - et la place ne manquait  pas  - ne pas avoir cité la phrase qui suit immédiatement :

« Je serais davantage intéressé par les configurations « particulières » ? […] Oui, si on appelle configuration « particulière » la question : pourquoi le capitalisme (de rentabilité) est-il né seulement en Occident ? […] Pour cela des configurations hautement paradoxales ont été déterminantes. »

12Et Weber d’exposer ensuite ce que sont ces configurations particulières :

« L’économie moderne ne présuppose pas seulement l’Etat rationnel, c’est-à-dire qui est prévisible calculable dans ses fonctions, mais la technique rationnelle (la science) ainsi qu’un mode déterminé de conduite de vie rationnelle. Pourquoi, sinon, le capitalisme ne serait-il pas né en Chine ? »

13  A la lumière de la phrase citée au début, il me semble que la deuxième partie de la citation, celle qui n’a pas été retenue, est d’un intérêt « méthodologique » bien supérieur. Disons le d’une autre manière encore : dans leur belle introduction, les auteurs discutent utilement une série de concepts “méthodologiques”, comme : “values”, “logic”, “ideal types”, “causality”, “interpretation and understanding”. Deux pages très denses sont consacrées à l’idéaltype (p. xxiv sq.) : la présentation est claire, on y trouve les références nécessaires à Jellinek et Rickert. Mais on en reste à une présentation toute théorique dont l’objet est la méthodologie en tant que telle. N’aurait-il pas été plus astucieux, plus wébérien, de montrer à l’aide d’un exemple concret de quelle façon Weber utilise dans sa pratique cet instrument qu’est l’idéaltype ?  L’on aurait pu dépasser ainsi « les considérations purement épistémologiques ou méthodologiques ».

Haut de page

Notes

1  Weber continue: « Ces sortes d’élucidations ne prennent habituellement de l’importance pour l’entreprise scientifique qu’au moment où, à la suite de déplacements considérables des « points de vue » sous lesquels un matériau devient objet d’étude, on en arrive à penser que les nouveaux « points de vue » impliquent aussi une révision des formes logiques avec lesquelles l’ « entreprise » avait jusqu’alors avancé, ce qui aboutit à ce que l’on ne soit plus vraiment sûr de la « nature » de son propre travail. Il est incontestable que l’histoire se trouve actuellement dans cette situation. »  Max Weber, « Etudes critiques pour servir à la logique des sciences de la “culture”. 1 : Eléments pour une discussion des idées d’Eduard Meyer » [1906], in Essais sur la théorie de la science, p. 208 (trad. mod.), op. cit. dans la note suivante.

2  Max Weber, Essais sur la théorie de la science. Traduit par Julien Freund, Paris, Plon, 1965, réimpr. collection Agora Pocket 1992.

3  Il s’agit des textes suivants : « Roscher et Knies et les problèmes logiques de l'économie politique historique, 1903-1906 », traduit et annoté par Wolf Feuerhahn,  Philosophie, n° 85, 2005, p. 3-18 [traduction partielle] ; « La théorie de l'utilité marginale et la « loi fondamentale de la psychophysique » », traduit par Jean-Pierre Grossein, Revue francaise de sociologie,  46-4, 2005, p. 905-920 ; « Rudolf Stammler et le matérialisme historique. Aux origines de la sociologie wébérienne» Introduction par Michel Coutu, Dominique Leydet, Guy Rocher et Elke Winter, trad. de l'allemand par Michel Coutu et Dominique Leydet, avec la coll. de Guy Rocher et Elke Winter, Presses de l'Université de Laval; Cerf, 2001 ; « Droit et jeux. A propos de R. Stammler: dépassement du matérialisme historique » [extrait], traduction de A. Stroewel, in: Actualité de Max Weber pour la sociologie du droit. Sous la direction de Pierre Lascoumes. Droit et Société n° 14, 1995, p. 149-153.

4  Son livre Science, Values and Politics in Max Weber's Methodology.New Expanded Edition, Copenhagen: Ashgate, 2007 (1ère edition : 1972) constituerait un excellent cicerone pour la lecture de cet ouvrage dont la lecture serait utilement complétée par celle The Essential Weber. A Reader. London: Routledge, 2004, édité par Sam Whimster.

5  Max Weber, Sociologie des religions. Textes réunis, traduits et présentés par Jean-Pierre Grossein. Introduction de Jean-Claude Passeron. Paris : Gallimard, 1996

6  Max Weber, L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme, suivi d'autres essais. Edité, traduit et présenté par Jean-Pierre Grossein avec la collaboration de Fernand Cambon. Paris: Gallimard, 2003.

7  Jean-Pierre Grossein, Index analytiquede Max Weber, Sociologie des religions (Gallimard 1996), Shadyc (CNRS-EHESS), Marseille 1997.

8  Il s’agit de : « Les trois types purs de la domination légitime » et de « Concepts sociologiques fondamentaux », le premier chapitre de Economie et société.

9  « The task of economic theory as a science » (« Les tâches de l’économie nationale en que science »). Ce compte rendu n’est que partiellement traduit ici.

10  Werner Sombart, Max Weber, Edgar Jaffé [Die Herausgeber], "Geleitwort", Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, 19, 1904, p. I-VII.

11 Friedrich Lenger, Werner Sombart 1863-1941. Eine Biographie. Munich: C.H.Beck Verlag, 1994 (cf. le compte rendu dans: AnnalesHSS 1998, n° 2, 398-401).Peter Gosh, « Max Weber, Werner Sombart and the Archiv für Sozialwissenschaft:, The authorship of the ‘Geleitwort’ (1904) », History of European Ideas 36, 2010, p. 71–100

12  La revue portait auparavant le titre Archiv für soziale Gesetzgebung und Statistik (Archive de législation sociale et de statistique).

13  Max Weber, « L’objectivité de la connaissance dans les sciences et la politique sociales », in  Essais sur la théorie de la science (op. cit.), p. 117-201.

14  Werner Sombart et Max Weber, "Erklärung", in Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, 44, 1917, p. 348. L’attaque de Jaffé figure dans un texte intitulé « Das theoretische System der kapitalistischen Wirtschaftsordnung » (Le système théorique de l’ordre économique capitaliste), publié en tant que compte rendu d’un livre de Robert Liefmann dans le même numéro de la revue, p. 1-18. Traduction française: Werner Sombart, Max Weber, « Déclaration », Revue française de sociologie, 46-4, 2005, p. 921 (traduit par Jean-Pierre Grossein). Pour le contexte général, cf. H. Bruhns, « L’histoire des économistes et l’économie des historiens : à propos de l’école historique allemande de l’économie nationale et de son héritage », in :  Histoire de la pensée économique allemande, sous la direction d’Alain Alcouffe et Claude Diebolt, Paris : Economica, 2009, p. 91 – 111.

15  C’est un concept mal-nommé. La liberté, dans la science, par rapport à des jugements de valeur est pour Weber la condition préalable pour la possibilité de débats (indispensables) sur les valeurs. Cf. les pages lumineuses de Wilhelm Hennis sur cette question dans Max Webers Wissenschaft vom Menschen. Neue Studien zur Biographie des Werks. Tübingen : Mohr Siebeck, 1996, p. 152 sqq. Traduction anglaise : Max Weber's Science of Man. New Studies for a Biography of the Work. Translated by Keith Tribe. Newbury: Treshold Press, 2000, p. 139 sqq.

16  Voir H. Bruhns, « Science et politique au quotidien chez Max Weber : quelques précisions historiques sur le thème de la neutralité axiologique », in : Max Weber et le politique. Sous la direction de Hinnerk Bruhns et Patrice Duran. Paris : L.G.D.J., 2009. p. 117-139.

17  Déjà publié auparavant en anglais : Max Weber, « Georg Simmel as Sociologist ». Introduction by Donald Levine. in: Social Research 39, 1972, 155-163. Sauf erreur de ma part, cette traduction n’est pas mentionnée par Bruun et Whimster.

18 P. 410, cité ici d’après la traduction française de Jean-Pierre Grossein, Revue française de sociologie 2005, 46-4, p. 925. Le texte original est maintenant accessible dans le volume II/10 de la Max Weber Gesamtausgabe (lettres des années 1918-1920), publié en 2012 : « Ich soll behaupten, der Erkenntniswert der Theorie sei ‘gering’. Wo wäre das geschehen ? Die Theorie schafft Idealtypen, und die Leistung ist gerade bei mir die unentbehrlichste. Daß Soziologie und Wirtschaftsgeschichte Theorie nie ersetzen, ist eine meiner Grundüberzeugungen.  – Mich interessieren mehr die ‘speziellen’ Zusammenhänge ? Ja, wenn man die Frage : warum nur im Okzident rationaler (Rentabilitäts-)kapitalismus entstanden ist, einen ‘speziellen’ Zusammenhang nennt ! Es muß doch auch Leute geben, die dieser Frage nachgehen. Hierfür sind nun einmal höchst paradoxe Zusammenhänge maßgebend gewesen. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hinnerk Bruhns, « Max Weber, Collected methodological writings », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/9336

Haut de page

Rédacteur

Hinnerk Bruhns

Directeur de recherches émérite au CNRS, membre du Centre de recherches historiques (EHESS/CNRS), Paris.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page