Navigation – Plan du site

Rithy Panh, Duch, le maître des forges de l’enfer

Cécile Campergue
Duch, le maître des forges de l’enfer
Rithy Panh, Duch, le maître des forges de l’enfer, Éditions Montparnasse, 2011.
Haut de page

Texte intégral

1Le documentaire exceptionnel de Rithy Panh sur la vie de Duch, un des cadres Khmers rouge du régime du Kampuchea démocratique, responsable de la mort de plus de 40 000 personnes, a beaucoup fait parler de lui. Ce n’est pas le premier documentaire du réalisateur cambodgien, qui, rescapé des camps de travail Khmer rouge où il a perdu une partie de sa famille (dont ses parents), a appris en France le travail cinématographique et s’est depuis investi dans un travail de mémoire. Son premier documentaire traite déjà du Cambodge et notamment des camps de réfugiés en Thaïlande qu’il a personnellement connu. D’autres documentaires sont eux aussi centrés sur l’histoire de son pays dont Gens de la rizière, premier film cambodgien présenté au Festival de Cannes. Plus proche du documentaire qui nous intéresse ici, citons S21, La machine de mort khmère rouge (2003) où Rithy Panh réunissait bourreaux et victimes mais où Duch n’apparaissait pas (il n’avait pas eu l’autorisation de l’approcher). En continuité donc, Le Maître des Forges de l’Enfer est un documentaire édifiant sur la vie de Duch, Kaing Guek Eav, enseignant respecté de ses élèves, devenu membre du parti Khmer rouge puis bourreau en chef entre 1975 et 1979 coupable de la mort de 17 000 personnes, torturées et exécutées dans une prison (un ancien lycée de Phnom Penh). Focalisé sur la parole de Duch, le documentaire permet aussi de comprendre les rouages du parti dirigé par Pol Pot et l’organisation du bureau S21 (le mode de fonctionnement du centre d'interrogatoires).

2Resté auprès des Khmers rouges jusqu’au début des années 1990, Duch redevient ensuite enseignant et se convertit au christianisme en 1996. En 1999, il est reconnu par un journaliste dans un village cambodgien et il est ensuite arrêté par les autorités militaires. En 2009, Duch est le premier dirigeant Khmer à comparaître devant une cour de justice pénale internationale qui le condamna à 35 ans de prison. Il fait appel de sa décision. Pendant son procès, il modifie sa stratégie de défense : de sa non-culpabilité à la reconnaissance des actes de torture aux remords et aux pardons, il se déclare, le dernier jour de l’audience, un simple serviteur et non un haut dirigeant du régime : pour lui, il échapperait ainsi à la compétence du tribunal. C’est dans l’intervalle de l’attente de son nouveau jugement que Rithy Panh le film dans sa prison, l’interroge longuement (plus de 300 heures passées en sa compagnie) et recueille un témoignage unique. Il met en parallèle le récit de Duch avec des documents d’époque (images d’archives, photos, reconstitution, témoignages, etc.). Le réalisateur ne souhaite pas détruire Duch mais veut le faire parler. Ce dernier, derrière un bureau où s’amoncelle photos et documents, est tour à tour froid, distant, impassible, souriant et explique sa fascination pour l’idéologie khmère et pour le parti. Il raconte comment il a décidé de rejoindre la révolution par conviction personnelle et pour « servir son pays ». Bientôt, il dirige la prison M13 dans la jungle pendant 4 ans avant d’être nommé à la tête du S21, centre de tortures et d’exécutions pour les opposants aux régimes.

3Le réalisateur, qui s’efface totalement derrière la caméra, laisse donc place à la personnalité du vieil homme, contradictoire, perverse, contrôlée et terriblement humaine. Car ne voir en Duch qu’un cruel sanguinaire inhumain n’aide pas à la compréhension du mécanisme infernal mis au point par le parti khmer et n’aide pas à comprendre les évolutions et les choix de vie de Duch. Enseignant en mathématiques, francophile, fin lettré, il répète à plusieurs reprises qu’il a toujours aimé le travail bien fait. Très appliqué, il souligne : « On m’a toujours utilisé parce que je suis loyal ». Tortionnaire sans véritables remords et instrument de la machine khmère, sa défense et ses explications sur les exactions et autres tortures peuvent glacer le sang. Il se défend d’avoir torturé lui-même par lâcheté alors que d’autres témoignages le confondent. Fasciné par la théorie de Mao et la dictature du prolétariat, il en présente quelques éléments théoriques en français. « Accepter la ligne du parti, c’était accepté le fait d’interroger et de torturer » souligne-t-il. Pour mener à bien son travail au sein de S21 et pour que ses supérieurs soient fiers de lui, il organise des séances de formation et transmet cette langue de tuerie aux interrogateurs. « C’est le parti qui vous guide, le parti c’est moi », il sourit. Il surveille alors tout : épluche les aveux, les annotent, les commentent. Lorsque des tortures odieuses lui sont présentées, le viol de son ancienne institutrice, les expériences médicales sur les prisonniers et l’exécution des enfants, il se défend et dit que certains faits le terrorisent. « Ce travail, je devais le faire dans l’intérêt du parti et dans mon propre intérêt : vivre ». Il fuyait, n’assistait pas aux interrogatoires… il ne voulait pas voir la souffrance, la prison géante qu’il avait créée. Son unique but était l’obsession des résultats. Dans ce centre, le détenu n’avait plus véritablement le statut d’être humain : « C’est un combat contre le détenu », leurs vies n’avaient plus aucun intérêt : « On considère leurs vies comme des déchets » lâche-t-il, soulignant l’idéologie du parti. Puis, Duch revient sur la défaite et la chute du parti annonçant sa propre chute. Il souligne que les dirigeants se défaussent, changent de camp. On voit bien comment sa défense évolue dans le temps. D’un « j’ai tout oublié » lacunaire, il poursuit en demandant pardon : « Je demande pardon pour mes décisions de l’époque » alors que, souligne-t-il, « j’ai l’habitude de me considérer comme innocent ». Le responsable est avant tout pour lui le gouvernement mais sa position change et il se dit « otage du régime khmer et acteur du crime au bureau S21 ». Reconnaissant ses crimes, le malaise que peut procurer le documentaire tient à la fois à la distance et à la froideur des crimes de Duch et à la manière dont il raconte les faits. Mais il dérange aussi car il s’agit d’un vieil homme qui fut un jeune révolutionnaire convaincu par l’idéologie communiste, prêt à tout mettre en œuvre pour servir le parti et sa cause, devenu tortionnaire. Entre criminel de guerre, bourreau et homme cultivé, ordinaire, les deux faces de Duch sont d’ailleurs mises en exergue pendant son procès. Souvenons-nous l’ouvrage de François Bizot, spécialiste du bouddhisme à l’École Française d’Extrême Orient (EFEO) qui était en mission au Cambodge dans les années 1970, intitulé Le Portail. L’anthropologue y raconte son arrestation en 1971 où il est fait prisonnier dans un camp administré par Duch. François Bizot passe trois mois dans ce camp où Duch mène l’interrogatoire. Il lui épargne la vie ayant compris qu’il n’était pas un agent de la CIA. Une relation étroite s’est construite entre les deux hommes, François Bizot souligne d’ailleurs qu’il était un jeune révolutionnaire épris de justice dont il partageait certaines idées. En 1988, l’anthropologue revient au Cambodge et à S21 où il découvre avec horreur et stupéfaction la photo de Duch, responsable du camp des tortures. Invité à témoigner au procès en 2009, il revient sur la dualité de Duch, le révolutionnaire convaincu qu’il a connu et le grand criminel qu’il fut. Son dernier ouvrage, Le Silence du bourreau (2011) revisite son expérience auprès de Duch et souligne que derrière le monstre, il y a un homme ordinaire et reconnaître son humanité n’est pas pardonner.

4Dans sa prison, on le voit lire la Bible, prier, faire de la gymnastique, manger, écouter de la musique, lire un ouvrage de Stéphane Hessel. On sait aujourd’hui que depuis février 2009, la Chambre de la Cour suprême a confirmé la déclaration de culpabilité de Duch et l’a condamné à une peine de réclusion à perpétuité, décision jugée satisfaisante pour Rithy Panh mais critiquée par d’autres. Duch ne doit pas être un bouc émissaire et les autres dirigeants Khmers doivent être jugés. Le documentaire, œuvre de mémoire engagée, fait aussi écho au silence et aux responsabilités internationales face au génocide cambodgien qui a éliminé un quart de la population du pays en quatre ans. Les Khmers rouge ont siégés à l’ONU jusqu’en 1984-1985 et de nombreux pays les soutenaient dont certains pays occidentaux.

5En complément du documentaire, on peut visionner Gibier d’élevage d’après l’œuvre de Ôé Kenzaburô qui relate l’histoire d’un avion de chasse américain qui s’écrase dans les montagnes cambodgiennes ou des enfants capturent le pilote et le gardent en attendant une décision des hautes autorités Khmers rouge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Campergue, « Rithy Panh, Duch, le maître des forges de l’enfer », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 octobre 2012, consulté le 26 novembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/9374

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page