Navigation – Plan du site

Marie Paule Farina et Yves rouvière, Comprendre Sade

Anne Verjus
Comprendre Sade
Marie-Paule Farina, Yves Rouvière, Comprendre Sade, Max Milo, coll. « Comprendre/essai graphique », 2012, 125 p., ISBN : 978-2-315-00357-0.
Haut de page

Texte intégral

1« Le philosophe doit tout dire, le philosophe doit dire le vrai ». Telle est, dès la deuxième page, le bout par lequel la philosophe Marie-Paule Farina prend Sade, sa vie, sa langue. Dans ce parcours initiatique, accompagné d’illustrations à l’encre noire d’Yves Rouvière, les écrits et la vie de Sade trouvent une avocate convaincante, talentueuse, pour défendre  la langue qui « ne frappe que l’air » contre la langue, la seule barbare, dans laquelle on tue.

2Le livre est d’abord un plaidoyer pour réhabiliter le philosophe. Entre 27 et 74 ans, cet homme, qui n’aura passé que dix ans en liberté, aura été condamné deux fois à avoir la tête tranchée « alors qu’il n’y avait aucun cadavre dans le placard, seulement une immense oeuvre littéraire et une immense mystification » (p. 8). Elevé par une grand-mère tendre et « trop aveugle », envoyé à dix ans en pension, entré à 14 ans à l’école des chevau-légers, le jeune garçon fait la guerre de Sept ans puis à 20 ans, rendu à la vie civile, se dissout dans les plaisirs de la débauche parisienne. Marié contre son gré par son père à une jeune héritière aussi riche que dévote, le jeune homme devient père sans renoncer à ses préférences pour les amours vénales et des pratiques sexuelles illicites. Très vite, à 23 ans, il est arrêté et emprisonné pour avoir fessé une putain le dimanche de Pâques, avoir proposé de la confesser, de la sodomiser, lui avoir infligé le martinet... Libéré par l’intervention de son père, il ne renonce à rien et devient en l’espace de quelques années, par son goût de la provocation, l’objet d’une véritable haine publique. Sa réputation iconoclaste le suit, lui ferme les portes de l’armée, le ramène sur ses terres de La Coste où il se fait, un temps, agriculteur. Mais le goût des amours vénales ne le quitte pas, et le voici à nouveau poursuivi et condamné à mort pour avoir fait avaler des bonbons épicés aux cantharides à une prostituée qui s’en est trouvée malade. D’autres scandales suivent, fruits des rumeurs et de la crainte que sa réputation de « libertinage outré » suscite ; sous le coup d’une lettre de cachet, il est à nouveau emprisonné. Cette fois, pour un temps indéterminé.

3Marie-Paule Farina aborde Sade d’abord comme un homme qui lutte contre la folie de l’enfermement :  « s’il y a une piste qu’il ne faut jamais emprunter pour comprendre Sade, c’est celle qui le sépare des autres hommes » (p. 40). Toute son œuvre explore, dit-elle, « les monstruosités que les lieux clos enfantent » (p. 42) ; toute son œuvre, mais également sa correspondance, qui servent l’une et l’autre de matériau pour donner à voir l’homme dans son contexte, tant social que littéraire et mental. Sade, comme Rabelais, comme Diderot, produit une œuvre où se mêlent le désir, le corps, le « vulgaire » et le sensuel. Contre Voltaire, contre une histoire sans « sujet », Farina dresse Sade en pourfendeur de la fausse objectivité, celle des « demi-philosophes qui analysent tout sans rien comprendre » (p. 57). Comprendre Sade, dit-elle, c’est voir en lui le porteur d’un gai savoir, s’efforçant de regarder sa vie comme une « vaste farce » pour n’en pas mourir de folie.  C’est « le mensonge joyeux du romancier » contre le « mensonge féroce de l’homme de pouvoir » (p. 92). Lacan reprochait à Sade de manquer « tout à fait absolument » de sens du comique (p. 95). Pourtant, souligne Farina, Sade ne s’arrête jamais avant le détail insoutenable « au contraire, il en rajoute toujours et de si incongrus qu’on ne peut y résister » (p. 95). Lire Sade, c’est garder à l’esprit, ou au creux du ventre, la phrase de Spinoza, que « le mot chien ne mord pas » (p. 103). Sade est d’abord un romancier, et quel romancier, capable s’il « écrivait le mot chien », de réussir « au moins à le faire aboyer, alors quand il écrit les mots “vit”, “con”, “cul” nous nous sauvons comme des petites poulettes effrayées et réclamons des censeurs qui remettent aux phrases leur pantalon ! » (p. 105). Le fabuleux, les diables et les géants de son enfance qui à la Fête-Dieu d’Aix, portent leur sexe sur l’épaule, les « boudins faits avec du sang de pucelles », les « pâtés aux couilles » (p. 108), tout cela forme le carnaval de la métaphore sadienne. Tout cela n’est qu’un jeu, pour tenir en gaieté, pour détromper le héros de roman, et détourner le citoyen des exécutions (de peine), des catéchismes révolutionnaires et de l’extermination des citoyens du Nouveau Monde.

  • 1  On regrettera que, pour un coût finalement assez élevé (9,90 euros), ces petits livres soient d’au (...)

4Ce livre trop bref, parfois elliptique à force de densité, à l’écriture enlevée et souvent malicieuse, offre une plongée intelligente et sensible dans la philosophie et la vie de Sade. C’est, fidèle à l’esprit de la collection « comprendre » de l’éditeur Max Milo1, une parfaite entrée en matière pour aborder une œuvre méconnue, quoique fort célèbre.  Pour ceux qui connaissent la biographie du marquis, ses écrits et leurs nombreuses exégèses, l’ouvrage de Marie-Paule Farina  a surtout  l’avantage d’être le premier à ma connaissance qui , en l’espace de si peu de pages, entre dans  son œuvre avec une telle attention à l’homme, à ses idées politiques, et aux conditions à la fois sociales et psychiques de leur énonciation.

Haut de page

Notes

1  On regrettera que, pour un coût finalement assez élevé (9,90 euros), ces petits livres soient d’aussi mauvaise facture. A peine a-t-on parcouru celui-ci que les pages s’envolent les unes après les autres et c’est presque un classeur à la fin qu’il faudrait pour les garder en ordre. Autre regret, l’absence de référence : les citations ne renvoient jamais à un ouvrage particulier de Sade.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Verjus, « Marie Paule Farina et Yves rouvière, Comprendre Sade », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 octobre 2012, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/9393

Haut de page

Rédacteur

Anne Verjus

Chercheuse en histoire politique, chargée de recherche au CNRS, membre du laboratoire Triangle (ENS de Lyon).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page