Navigation – Plan du site

Céline Barrère, Claire Lévy-Vroelant, Hôtels meublés à Paris, enquête sur une mémoire de l'immigration

Samir Hadj Belgacem
Hôtels meublés à Paris, enquête sur une mémoire de l'immigration
Céline Barrère, Claire Lévy-Vroelant, Hôtels meublés à Paris, enquête sur une mémoire de l'immigration, Créaphis, coll. « Lieux habités », 2012, 300 p., ISBN : 978-2-354-28057-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Francois Lefort, Du bidonville à l’expulsion, itinéraire d’un jeune Algérien de Nanterre, CIEMM, 19 (...)
  • 2 Monique Hervo, Chroniques du bidonville: Nanterre en guerre d’Algérie, 1959-1962, Seuil, 2001.
  • 3 Marc Bernardot, Loger les immigrés, Bellecombe-en-Bauges, Editions du Croquant, 2008 ; Choukri Hmed(...)
  • 4 Claire Lévy-Vroelant et Alain Faure, Une Chambre en Ville. Hôtels meublés et garnis à Paris 1860-19 (...)

1L’ouvrage de Céline Barrère et Claire Lévy-Vroelant, respectivement docteure en urbanisme et sociologue, offre une approche originale de l’hôtel meublé parisien. Cet objet intéresse à la fois la sociologie urbaine et de l’immigration, mais aussi l’histoire du logement des classes populaires en France. Les lieux d’habitation des migrants ont fait l’objet d’études variées allant de l’habitat insalubre des bidonvilles1 et des taudis, aux cités de transit2 et aux foyers Sonacotra3, en passant des nombreuses enquêtes sur les grands-ensembles. Le « terrain » des hôtels meublés avait déjà été défriché par une première étude historique et quantitative4. Ce nouvel ouvrage mobilise des matériaux plus ethnographiques et s’inscrit dans la période contemporaine tout en questionnant l’histoire de ces lieux à travers leurs gérants et leurs habitants.

  • 5  Cette recherche a été réalisée dans le cadre de la mission « Mémoire de l’immigration, vers un pro (...)

2Les auteures ont effectué des entretiens et des observations dans dix-huit hôtels meublés au mois, principalement à Paris5, et se sont appuyées sur l’analyse d’un corpus formalisant « une expérience entre témoignage, invention et biographie » (p.11). La problématique de la«mémoire de l’immigration »contribue à renouveler la sociologie des hôtels meublés. Avec pour référence historique « les lieux de mémoire » de Pierre Nora, la sociologie de Maurice Halbwachs, mais également les « subalternstudies » pour saisir la « place faite aux colonisés et aux nouveaux migrants » (p.27), les auteures tentent de restituer l’histoire et la mémoire de hôtels meubles, lieux qui « ne sont considérés ni comme des lieux de mémoire, ni comme des lieux d’histoire » (p.34) dans l’historiographie actuelle. L’ouvrage se décline en trois volets : « les récits et leurs silences », « lieux et milieux » et « mémoire, identité et transmission ». Cette construction répond ainsi à l’objectif central de l’ouvrage soit« saisir une mémoire in situ » (p.12).

3La production des récits s’organise autour de rencontres et de situations d’échange qui ont varié en fonction du lieu d’entretien et du partage sexué des rôles. Les hôtels meublés sont en effet le plus souvent gérés par des femmes et leurs habitants logés à long terme sont principalement des hommes, anciens ouvriers, immigrants souvent algériens même si plusieurs nationalités cohabitent. Les auteures définissent l’hôtel meublé comme étant à l’origine d’un groupe marqué par « une expérience personnelle et collective de domination, voire d’humiliation » (p.38). L’analyse du corpus littéraire, entendu comme « seconde instance de légitimation de la mémoire » (p.81) permet de comprendre la stigmatisation des lieux concomitante de celles des résidents. Les hôtels y apparaissent marqués négativement par les termes du soupçon, de l’inquiétude, de la peur, de la rupture avec le confort et la sécurité du domicile. La situation sociale des occupants contribue à la connotation du lieu avec la récurrence des thèmes de la migration, de l’exil et de la quête identitaire (p.93), mais aussi de l’argent et de la mort. Les chambres, siège de l’intime, traduisent les sentiments, les banalités et les drames qui ne parviennent pas toujours à être exprimés et sont refoulés, passés sous silence, voire oubliés. Les discours porteurs de conflits ou de controverses n’émergent que rarement; les résidents préférant préserver la « paix des mémoires ».

  • 6 Emmanuel Blanchard, La police parisienne et les Algériens, 1944-1962, Paris, Nouveau Monde Editions (...)

4Le travail de mémoire a été envisagé à partir des différents espaces de l’hôtel, qu’ils soient publics et collectifs (café-bar, comptoir) de transition (loge, escaliers), intimes et privés (chambre) ou encore frontières entre l’intérieur et l’extérieur (porte d’entrée, caves, toit). La mémoire de lieux évoquée recoupe l’histoire des faits tels que les rafles de juifs, les réunions clandestines du FLN ou encore les répressions policières durant la guerre d’Algérie6. Les décès (et la mort) qu’ils soient naturels (maladies), accidentels ou provoqués (suicides, règlement de compte) marquent aussi l’espace des hôtels meublés. Les rapatriements des corps, la résurgence des antagonismes familiaux, la gestion des maigres effets personnels nourrissent la mémoire hôtelière ainsi que le témoignage des habitants les plus anciens. Le contrôle de l’ordre dans l’hôtel se révèle comme un point central, qui n’est pas le seul monopole des hôteliers. Les habitants participent également au travail de contrôle que les gérants peuvent aussi déléguer à des membres de leur famille. Les conditions de vie y sont moins strictes que dans les foyers de travailleurs, mais la méfiance et la surveillance des visites et des activités y sont permanentes. Le métier d’hôtelier de meublé ne se limite cependant pas au contrôle, mais intègre également des tâches entre « care, médiation et endiguement » face aux désespoirs ou à la révolte. Le travail apparaît comme une ressource primordiale dans l’économie morale du meublé, qui différencie « travailleurs » et « profiteurs ». Viennent ainsi des critères de nationalités (entre les Français et les étrangers puis entre étrangers selon les pays), économiques (« bons et mauvais payeurs »), de respect des règles de vie collective.

  • 7 Andrée Michel, « La population des hôtels meublés à Paris : composition et conditions d’existence » (...)
  • 8 Abdelmalek Sayad, « Le foyer des sans-famille », op. cit.
  • 9 Romain Bertrand, Mémoires d’empire : La controverse autour du « fait colonial », Editions du Croqua (...)

5Dans la dernière partie de l’ouvrage, les auteures s’interrogent sur les processus de construction identitaire et mémorielle attachés à l’hôtel meublé, alors même que celui-ci apparaît comme un espace instable, précaire et relativement exigu. Est ainsi soulignée la capacité de résistance, d’appropriation de ces espaces. La chambre permet en effet une intimité minimale, mais réelle. Comme pour l’étude des comportements des dominés, l’espace de la chambre est dépendant des usages ambivalents qu’en font les habitants : réclusion, solitude, récupération, respiration, refuge. La « mémoire longue » des hôteliers et la « mémoire courte » des résidents renvoient à deux régimes mémoriels distincts. D’un côté, des entreprises familiales qui peinent à être poursuivies, de l’autre, des lieux d’habitation conquis face à des conditions de vie et des parcours souvent difficiles. Cependant, les parcours migratoires et résidentiels qui ont conduit les résidents à habiter en hôtel meublé auraient mérité d’être davantage approfondis, afin d’appréhender plus en détail le profil sociologique des habitants7. De plus, le fait que certains résidents expliquent en quoi l’hôtel meublé répond à leurs attentes par rapport aux autres possibilités de logement ou à l’absence d’autres possibilités suggère l’utilité d’une revisite, seulement esquissée par les auteures, des analyses de Sayad sur l’état des relations familiales8. Il est vrai que le sujet est délicat à aborder, car il renvoie à la sphère de l’intime. La famille apparaît néanmoins au moment de la mort et l’on comprend à demi-mot les ruptures et les relations difficiles avec les proches parents (cousin, oncle, tante, enfants, etc.). Les auteures montrent que la construction de la mémoire constitue un enjeu, qui donne parfois lieu à des désaccords et des oppositions entre des mémoires concurrentes9. En cela, ce sont les difficultés de la transmission qui sont évoquées pour des mémoires dont la valeur sociale et symbolique ne conduit pas ceux qui en sont porteurs à les constituer en patrimoine.

  • 10  Leur nombre est passé de 20 000 à 800 en l’espace de 75 ans.Les hôtels sont ainsi menacés de dispa (...)
  • 11 Les acteurs de l’urgence sociale et les départements ont de plus en plus fréquemment recours aux hô (...)

6Ainsi, la proposition de patrimonialisation des hôtels meublés qu’envisagent les auteures dans la conclusion de l’ouvrage n’est bien sûr pas sans lien avec le déclin de ce type d’habitat10 et la transformation rapide de leurs publics11. Le travail sur la mémoire des habitants fait désormais partie intégrante des opérations de rénovation urbaine. Pour autant, ces politiques mémorielles ne parviennent pas à endiguer l’éviction des populations les plus précaires des espaces urbains convoités. Le patrimoine mémoriel ne paraît pas peser bien lourd face aux enjeux économiques attachés au patrimoine immobilier.

Haut de page

Notes

1 Francois Lefort, Du bidonville à l’expulsion, itinéraire d’un jeune Algérien de Nanterre, CIEMM, 1980, 160 p ; Abdelmalek Sayad et Eliane Dupuy, Un Nanterre algérien, terre de bidonvilles, Paris, Autrement, 1995, 125 p.

2 Monique Hervo, Chroniques du bidonville: Nanterre en guerre d’Algérie, 1959-1962, Seuil, 2001.

3 Marc Bernardot, Loger les immigrés, Bellecombe-en-Bauges, Editions du Croquant, 2008 ; Choukri Hmed, Loger les étrangers « isolés » en France : socio-histoire d’une institution d’État : la Sonacotra (1956-2006), Thèse de doctorat, Université Panthéon-Sorbonne, Paris, France, 2006, 669 p ; Abdelmalek Sayad, « Le foyer des sans-famille », Actes de la recherche en sciences sociales, 1980, vol. 32, no 1.

4 Claire Lévy-Vroelant et Alain Faure, Une Chambre en Ville. Hôtels meublés et garnis à Paris 1860-1990, Editions Créaphis, 2007, 430 p

5  Cette recherche a été réalisée dans le cadre de la mission « Mémoire de l’immigration, vers un processus de patrimonialisation ? » (Ministère de la Culture et de la Communication) et du projet d’amélioration des hôtels meublés de la Société Immobilière de la ville de Paris.

6 Emmanuel Blanchard, La police parisienne et les Algériens, 1944-1962, Paris, Nouveau Monde Editions, 2011, 447 p.

7 Andrée Michel, « La population des hôtels meublés à Paris : composition et conditions d’existence », Population, 1955, vol. 10, no 4.

8 Abdelmalek Sayad, « Le foyer des sans-famille », op. cit.

9 Romain Bertrand, Mémoires d’empire : La controverse autour du « fait colonial », Editions du Croquant, 2006.Pascal Blanchard, Isabelle Veyrat-Massonet Benjamin Stora, Les guerres de mémoires: la France et son histoire: enjeuxpolitiques, controverseshistoriques, stratégiesmédiatiques, Découverte, 2008.

10  Leur nombre est passé de 20 000 à 800 en l’espace de 75 ans.Les hôtels sont ainsi menacés de disparition car les immeubles font l’objet de diverses opérations immobilières de destruction, de rachat et de plus rares réhabilitations.

11 Les acteurs de l’urgence sociale et les départements ont de plus en plus fréquemment recours aux hôtels meublés pour l’hébergement provisoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samir Hadj Belgacem, « Céline Barrère, Claire Lévy-Vroelant, Hôtels meublés à Paris, enquête sur une mémoire de l'immigration », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 14 octobre 2012, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/9493

Haut de page

Rédacteur

Samir Hadj Belgacem

Doctorant en sociologie à l'ENS et à l'EHESS, rattaché à l'équipe ETT du CMH (ENS-EHESS-CNRS), ATER à la Faculté de Droit et de Science Politique de l'Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page