Navigation – Plan du site

Charline Pluvinet, Fictions en quête d'auteur

François-Ronan Dubois
Fictions en quête d'auteur
Charline Pluvinet, Fictions en quête d'auteur, Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2012, 309 p., ISBN : 978-2-7535-2009-7.
Haut de page

Texte intégral

1C’est du trouble suscité il y a plusieurs décennies déjà par Barthes et Foucault autour de la question de l’auteur, et singulièrement de l’auteur en tant qu’outil de la critique interprétative, que naît la recherche doctorale de Charline Pluvinet dont le présent ouvrage est le produit. Que les structuralistes aient, entre autres, cherché à se défaire de la figure de l’auteur n’a pas signé la mort effective de celle-ci, que ce soit dans les discours savants des interprètes universitaires ou dans la fiction littéraire elle-même. Plutôt qu’une résolution définitive du problème, « la mort de l’auteur » prônée par la Nouvelle Critique a conduit à ce que Charline Pluvinet juge être une « aporie » (p.11) entre le discours savant et la forte présence de l’auteur dans la littérature fictionnelle de ces dernières années.

2Pour « sortir l’équation de l’auteur de son aporie » (p.11), l’auteure se propose, dans une perspective comparatiste, d’étudier de près un grand nombre d’œuvres fictionnelles récentes de la littérature occidentale, parmi lesquelles on peut signaler ici les principaux titres récurrents : Travels in the Scriptorium (Paul Auster, 2006), Flaubert’s Parrot (Julian Barnes, 1984), La Literatura nazi en América (Roberto Bolaño, 1996), Soldados de Salamina (Javier Cercas, 2001), The Master of Petersburg (Coetzee, 1994), Operation Shylock (Philip Roth, 1993), Lunar Park (Bret Easton Ellis, 2005), Die Letzte Welt (Christoph Ransmayr, 1988), The Master (Colm Tóibín, 2004), l’ensemble de l’œuvre d’Emile Ajar et enfin Bartleby y compañía (Enrique Vila-Matas, 2000). Grâce à ce large spectre d’œuvres, Charline Pluvinet formule l’hypothèse que la représentation fictionnelle de l’écrivain par la littérature contemporaine constitue une manière de penser la problématique inscription de ce personnage dans la relation littéraire et de formuler sa place dans le processus d’interprétation critique.

3L’enquête connaît quatre grandes parties : « l’auteur dans les genres fictionnels » (21-96), « le devenir hétéronyme de l’auteur » (97-158), « négativité de l’auteur dans la fiction » (159-220) et enfin « L’auteur à l’épreuve de la fiction » (221-263).

4La première partie se présente comme un utile rappel bibliographique des travaux menés sur la figure de l’auteur dans la littérature moderne, essentiellement à partir de matériaux qui couvrent la période romantique et la période contemporaine. Cette présentation scrupuleuse constituera un excellent viatique afin de découvrir ce terrain théorique et critique pour tout lecteur qui n’en serait pas déjà familier et rend l’ouvrage accessible même aux néophytes. Charline Pluvinet y décrit les différentes tentatives de classifications proposées pour les fictions biographiques, les biographies fictives, les auteurs supposés, les autobiographies, etc. Après avoir jeté les bases théoriques de son travail et présenté avec clarté les œuvres qui composent le corpus de l’étude, l’auteure entame un second mouvement dont le dessein est d’abord de repousser la figure de l’auteur-mystificateur, uniquement intéressé par la supercherie, pour décrire celle d’un écrivain désireux d’explorer les modalités du rapport œuvre-auteur grâce à des instances auctoriales fictionnelles. Charline Pluvinet propose alors, notamment à partir du cas Ajar-Gary, une typologie des cas de pseudonymies et d’hétéronymies.

5C’est ce concept de l’hétéronymie, libéré de son aura de supercherie, qui sert de fondement à la deuxième partie de l’étude, marquée par l’écart volontaire des tentatives classificatoires et terminologiques, douées certes d’un « grand intérêt » (p.94) selon Charline Pluvinet, mais dont « il est nécessaire de sortir […] parce qu’elle[s] peine[nt] à rendre compte des tensions internes qui travaillent des œuvres où l’entrecroisement des genres est très fréquent, sinon constant » (p.94). Cette deuxième partie paraît donc plus descriptive et moins théorique que la première. Charline Pluvinet y distingue efficacement le statut de l’auteur fictif inventé par le texte et de l’auteur réel que le texte se réapproprie, soulignant que le premier est l’objet de ce qu’elle appelle des « effets de fictionnalité », qui tendent à sa déréalisation, tandis que le second l’est à l’inverse d’« effets de référentialité ». Cette constatation invite à une étude précise des procédés par lesquels un auteur est inscrit dans l’univers fictionnel. Le long chapitre conclusif de la partie, « Dynamiques du personnage d’auteur », propose alors d’écarter les classifications statiques évoquées dans les pages précédentes pour envisager la question de manière dynamique, c’est-à-dire pour considérer les rapports entre auteur fictif et auteur réel au sein de la fiction de manière fluide, l’une et l’autre figures se contaminant mutuellement. Des courbes graphiques viennent illustrer les phénomènes pour appuyer la compréhension du lecteur. À l’issue de cette deuxième partie, tout personnage d’auteur est donc à la fois réel et fictif et, ainsi, toute fiction sur l’auteur est une manière de méditer son statut.

6Or, la troisième partie de l’ouvrage, « Négativité de l’auteur dans la fiction », s’attache à décrire la manière dont les romans considérés semblent s’inscrire dans un vaste travail de sape de la figure de l’auteur. Cette figure y est instable en effet : son nom est incertain, son identité personnelle fragile mais, pire encore, son œuvre est souvent détruite, quand elle n’est pas dérobée. Reste un personnage aux contours incertains marqué par « l’infamie de l’auteur » (p.185 et sqq.) : les auteurs représentés sont des êtres veules, risibles et moralement condamnables. Cette partie, de nature essentiellement thématique, trace donc le portrait d’auteur commun aux nombreux textes étudiés et met en évidence, sinon la mort de l’auteur, du moins la démolition de sa stature héroïque héritée de l’ère romantique.

7La quatrième et dernière partie invite à comprendre cette démolition comme une « épreuve » (p.215) que la fiction fait subir à l’auteur : « il s’agit de le confronter à ses contradictions et à ses illusions […] pour accueillir dans l’espace fictionnel une forme résiduelle de l’auteur » (p.217). Cette forme résiduelle est celle d’un auteur qui n’est plus produit par sa biographie fantasmée mais par le contenu même de ses œuvres : l’auteur devient une incarnation et/ou une émanation de ses œuvres. La fiction explorerait alors la différente modalité de cette incarnation/émanation en multipliant les « postures » d’auteur (p.241) et les « scénographies auctoriales » (p.244). Cette multiplication des auteurs dans le récit conduit à disperser l’autorité de l’auteur réel (puisque, précisément, il est un produit lui-même de l’œuvre, donc en quelque manière sur le même plan que les personnages-auteurs dans son œuvre) et écarte les apories stériles de l’interprétation purement biographique.

8Avec ses quatre grandes étapes aux articulations précises et claires, avec son large corpus d’études et avec ses références théoriques précises, l’étude de Charline Pluvinet constitue indubitablement une contribution de premier ordre aux recherches, désormais un peu pacifiées, autour de la question de l’auteur. Cette recherche consacrée aux processus internes aux œuvres, aux conditions de la représentation, appelle encore, comme l’auteure le souligne elle-même en concluant, une autre étude sur les conséquences pour l’interprétation des phénomènes décrits : « à l’exigence de l’auteur qui se met en jeu dans la fiction doit répondre en retour celle du lecteur qui s’est risqué à une interprétation ». La critique aurait donc à tirer profit de la pensée littéraire — la pensée que la littérature produit sur elle-même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Charline Pluvinet, Fictions en quête d'auteur », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 15 octobre 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/9502

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat avec l'Université Stendhal — Grenoble 3, affilié aux centres RARE (Rhétorique de l'Antiquité à la Révolution) et LIRE (Littératures, Idéologies et Représentations)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page