Navigation – Plan du site

Thomas Bouchet, Noms d'oiseaux. L'insulte en politique de la Restauration à nos jours

Stéphane Lembré
Noms d'oiseaux
Thomas Bouchet, Noms d'oiseaux. L'insulte en politique de la Restauration à nos jours, Stock, 2010, 302 p., EAN : 9782234063136.
Haut de page

Texte intégral

1Thomas Bouchet, dans cet essai historique d'une lecture agréable, nous convie à un parcours à travers deux siècles d'insulte en politique, et plus précisément dans l'enceinte parlementaire. Par le choix de treize épisodes jugés significatifs, de l'attaque du député Manuel en 1823 à l'accusation de « lâcheté » adressée par le premier ministre Dominique de Villepin à l'encontre du premier secrétaire du Parti socialiste François Hollande en 2006, des temps forts de l'insulte sont repérés au sein des régimes politiques successifs. Ils sont entourés de deux chapitres de mise en place et en perspective de l'objet étudié, grâce auxquels l'auteur rappelle l'intérêt du thème de l'insulte.

2Révélateur des positionnements, des stratégies et des mœurs politiques, ce thème est en effet de ceux qui donnent à entendre et à comprendre le déploiement de l'éloquence parlementaire, indissociable de ce « bruit » constitutif de la vie même des assemblées. Car le paradoxe est au fondement de ce livre : dans quelles conditions et sous quelles formes le « temple de l'éloquence courtoise, du débat mesuré et argumenté » devient-il « perméable aux excès verbaux, écrits ou gestuels » (p. 21) ? L'ouvrage est placé sous le signe de la diversité de l'insulte : quoi de formellement commun a priori entre le célèbre et cinglant « Napoléon le Petit » lancé par Victor Hugo le 17 juillet 1851 (chapitre 5) et la pluie d'insultes déclenchée par les députés communistes en novembre et décembre 1947 (chapitre 11) ? L'auteur s'efforce avec un certain succès de ne pas juxtaposer des études de cas, pour privilégier les échos entre les usages et les références des différentes insultes sélectionnées. Parmi ces échos, la Révolution française constitue une référence de longue durée, mobilisée tout au long du XIXe siècle et au-delà afin d'accuser l'adversaire politique ou de se réclamer de l'héritage du moment fondateur.

3La difficulté d'identifier des périodes de plus ou moins grand usage de l'insulte comme la spécificité des circonstances et des enjeux de chaque épisode étudié, incitent l'auteur à la prudence dans une conclusion intitulée « Eaux calmes ». Bon connaisseur des logiques de l'événement - l'ouvrage débute d'ailleurs par l'un des maniements récents de l'insulte les plus médiatisés, mettant en scène le président de la République Nicolas Sarkozy au Salon de l'agriculture de 2009 - , Thomas Bouchet se montre aussi sensible à l'histoire plus longue d'un usage de l'insulte profondément modifié par l'évolution du code de l'honneur (le duel, issue fréquente encore au XIXe siècle, devient proprement anachronique au milieu du XXe siècle) comme par l'émergence de nouveaux médias où chaque citoyen peut, s'il le souhaite, visionner à satiété telle ou telle passe d'armes parlementaire. Bien d'autres mutations sont observables : assurément, « les acteurs de l'insulte parlementaire ont changé de visage » (p. 278), et la culture de l'éloquence s'est en partie estompée après l'apogée de la République des avocats à la fin du XIXe siècle.

4Repérer l'insulte permet parfois de redécouvrir la violence rhétorique de moments importants de l'histoire contemporaine de la France : les insultes proférées par le député Xavier Vallat à l'adresse de Léon Blum en 1936 (chapitre 10) et les termes utilisés par les opposants à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) à l'endroit de la ministre Simone Veil en 1974 (chapitre 12), porteurs d'un antisémitisme assumé pour les premières, plus larvé pour les seconds, et respectivement d'anticommunisme et de sexisme, coïncident avec des moments de rupture (l'arrivée au pouvoir du Front populaire) et d'évolution législative majeure (la loi sur l'IVG). À ce titre, l'insulte fournit une entrée probante dans l'histoire parlementaire.

5On regrettera tout de même que les croisements judicieux avec l'histoire de la caricature n'aient pas conduits à introduire des illustrations au gré de l'ouvrage : certes, bien des lecteurs connaissent le travail de Daumier, notamment lorsqu'il représente le Ventre législatif (chapitre 3) mais la confrontation des mots aux images (à la manière de L'Histoire de France par la caricature d'Annie Duprat) aurait sans doute renforcé la démonstration.

6En l'état, ce parcours mérite assurément d'être une étape dans des enquêtes de longue haleine sur d'autres lieux de l'insulte en politique, des assemblées locales aux lieux de réunion électorale, en France et à l'étranger, comme le suggère in fine Thomas Bouchet. Les travaux sur les mots d'ordre ou les chansons présentent dans cette optique un intérêt très complémentaire, dans la mesure où ils permettent une approche de la politique « par le bas », ainsi qu'une lecture indispensable des engagements et des politisations. Y eut-il par exemple des convergences rhétoriques entre les différents lieux d'expression politique ? Il faut plaider ici pour des études des prises de parole politiques, dans les assemblées comme dans les moments de révolte et de révolution.

7Suivant le conseil de l'auteur (p. 292), on consultera avec profit le site internet qui recueille l'impressionnant travail collectif de recherche dont émane l'ouvrage, mené à l'université de Bourgogne, et qui ouvre de larges horizons d'enquête en même temps qu'il fournit déjà des résultats intéressants : http://passerelle.u-bourgogne.fr/​publications/​atip_insulte/​. La démarche suivie offre enfin de très vastes perspectives pluridisciplinaires : si les travaux de l'anthropologue Marc Abélès (Un ethnologue à l'Assemblée) sont utilisés avec profit, la profusion des études consacrées au langage (on pense en particulier, parmi bien d'autres, aux travaux de Pierre Bourdieu, de Judith Butler ou de Jacques Derrida) et des apports méthodologiques (ceux, par exemple, de la lexicographie) font de l'insulte en politique un thème que bien des arpenteurs et des promeneurs découvriront pour l'étrange jouissance de certains mots, l'humour et le trait d'esprit fréquemment utilisés, autant que pour les vifs enjeux politiques qu'il recouvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Lembré, « Thomas Bouchet, Noms d'oiseaux. L'insulte en politique de la Restauration à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 22 mars 2010, consulté le 16 septembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/951

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page