Navigation – Plan du site

Marie-Laure Massei-Chamayou, La représentation de l’argent dans les romans de Jane Austen

Frédérique Giraud
La représentation de l'argent dans les romans de Jane Austen
Marie-Laure Massei-Chamayou, La représentation de l'argent dans les romans de Jane Austen. L'être et l'avoir, L'Harmattan, coll. « Des idées et des femmes », 2012, 416 p., ISBN : 978-2-296-99341-9.
Haut de page

Texte intégral

1Jane Austen fait des questions pécuniaires des affaires de première importance pour les personnages féminins et masculins qu’elle met en scène. Inventaire financier au moment d’un héritage, interrogation sur la valeur pécuniaire d’un futur parti au mépris des sentiments, confort matériel, la question matérielle envahit le récit par le biais de sommes précises, de détails financiers, que les personnages comptabilisent avec minutie et évoquent sans embarras. Si l’argent apparaît comme une pièce centrale des œuvres fictionnelles de l’auteure, il n’en est pas moins question dans sa correspondance personnelle. Il semble donc nécessaire de s’interroger sur cette prégnance des questions matérielles chez Jane Austen. C’est ce que nous propose Marie-Laure Massei-Chamayou, d’un point de vue de critique littéraire, dans son ouvrage La représentation de l’argent dans les romans de Jane Austen.

  • 1  Il s’agit de Sense and Senbility, Pride and Prejudice, Mansfield Park, Emma, Persuasion et Northan (...)

2Elle se propose d’analyser le fonctionnement de l’argent dans l’œuvre de la romancière à travers un corpus de six romans, choisis pour leur unité thématique et stylistique1. L’ambition affichée par l’auteure est de « mettre en évidence toute l’originalité et l’audace de Jane Austen dans sa représentation romanesque » (p. 29) tout en cherchant à expliquer la récurrence de ce thème chez l’auteure. « La récurrence de l’argent ne s’explique-t-elle pas d’abord directement par l’histoire personnelle de l’auteur, par son appartenance familiale et par son statut social ? » (p. 29).

3Première étape de ce programme de travail : la reconstruction du rapport de Jane Austen à l’argent. Pour ce faire, Marie-Laure Massei-Chamayou s’appuie d’une part sur les biographies de Jane Austen qui montrent les difficultés financières de la famille Austen et le rapport précoce de la romancière aux questions matérielles, d’autre part sur la correspondance de Jane Austen, notamment les lettres adressées à sa sœur Cassandra.

  • 2  Ainsi au sein même de la nombreuse fratrie, Jane Austen connaît une situation bien moins facile qu (...)
  • 3  Ni l’une, ni l’autre ne se marieront.

4Le mariage des parents de Jane Austen est d’emblée traversé par des difficultés financières notables : l’ascendance aristocratique du côté maternel se juxtapose à des difficultés financières du côté paternel, le pasteur George Austen. La famille s’endette pour essayer de maintenir un tant soit peu leur position sociale, celui de la petite « gentry ». La future romancière connaît une situation d’entre-deux social marquée à la fois par les difficultés financières de ses parents et la richesse de certains de ses frères appartenant à la « gentry » terrienne2. Dès son adolescence, l’écrivaine manifeste une sensibilité particulière à l’argent, comme en témoigne sa correspondance. Son avenir matrimonial semble compromis par les difficultés financières de sa famille. La mort de son père George Austen finit d’embarrasser la famille et complique encore plus la situation de Jane Austen et de sa sœur Cassandra3. Les lettres de Jane Austen manifestent une forte irritabilité devant la richesse de la famille proche, témoignent des difficultés récurrentes et mal vécues à joindre les deux bouts. Au terme de cette première partie qui dresse un cadre biographique et contextualiste à l’œuvre de Jane Austen, Marie-Laure Massei-Chamayou a démontré combien le souci de l’argent fut prégnant, précoce et fédérateur dans les expériences de Jane Austen, et combien il détermine les raisons qui poussent à l’écriture. La publication est, en effet, envisagée par la romancière comme un moyen de gagner des revenus et de compenser les frustrations relatives au célibat, que les difficultés d’argent ont en partie provoqué.

5Une fois cette trame biographique posée, Marie-Laure Massei-Chamayou lit la fiction comme la mise en mots de ce rapport à l’argent. Ainsi met-elle en évidence que la possession d’une fortune ou le manque d’argent sont souvent un des moteurs de l’histoire à travers une analyse fine des romans de son corpus. Endettement, dette, crédit, l’argent est à la fois le moteur et l’obstacle. Il structure totalement l’espace romanesque de Jane Austen. Si l’argent est un thème commun à de nombreuses fictions du XIXe siècle, c’est moins sa présence que donne à lire Jane Austen, que l’angoisse et la frustration d’en manquer. Si elle traduit l’importance nouvelle prise par les réalités pécuniaires au début du XIXe siècle, cette peinture d’un fait de civilisation, se double chez la romancière d’une peinture critique de ses effets sur les mœurs : comportements mesquins, avidité, violence des rapports de force entre les sexes. Ces thèmes sont analysés dans leur mise en mots d’un point de vue littéraire par une attention fine portée au style : l’auteure démontre, c’est là le cœur de son projet, comment l’argent est représenté et fantasmé par la mise en mots.

  • 4  L’auteure aurait pu tirer parti des travaux qui se sont donnés précisément pour mission de penser (...)

6L’ouvrage de Marie-Laure Massei-Chamayou postule et démontre, sans le dire toutefois en ces termes, que les œuvres fictionnelles de Jane Austen, portent en elles la trace des expériences ou des propriétés sociales de leur auteure. Si les conclusions de l’ouvrage sont tout à fait intéressantes, l’analyse aurait, d’un point de vue sociologique qui n’est pas rappelons-le celui de l’auteure, gagné à réfléchir sur la nature des liens entre expériences biographiques et mises en intrigues dans les romans4. Les quelques remarques critiques qui suivent ne remettent pas en cause la qualité et la richesse du travail de Marie-Laure Massei-Chamayou, qui, sans conteste, témoigne d’une grande connaissance de l’œuvre de Jane Austen. Ce sont au contraire des invitations à poursuivre la réflexion, armés des concepts et des questionnements que la discipline sociologique a formulés, en s’intéressant elle-même à la problématique de la création littéraire. Les deux parties consacrées à la mise en évidence des thématiques liées à l’argent dans les romans de Jane Austen consistent avant tout en une analyse de l’œuvre littéraire de la romancière. Les six romans sont passés au crible de l’analyse, l’auteure épinglant la variété des scènes, des intrigues qui mettent en scène l’argent. L’analyse de Marie-Laure Massei-Chamayou pose - c’est aussi le cas des autres travaux s’étant proposé le même objectif - la question de la nature du lien entre la récurrence d’une thématique (ici celle de l’argent, sous ses différentes formes), et sa transposition dans les romans. Comment penser, démontrer précisément le rapprochement entre des éléments biographiques et leur transposition dans les romans ? Comment passer du constat de la similitude des expériences vécues par l’auteure avec celles mises en scène à travers les intrigues des romans à la démonstration fine et concrète de ces connexions ?

  • 5  Marie-Laure Massei-Chamayou répond partiellement à ses questions, évoquant par exemple l’enthousia (...)

7Le constat d’un lien, plus supposé que concrètement démontré ici, entre les expériences récurrentes du manque d’argent et l’intériorisation par la romancière, en tant que schèmes d’interprétation du monde social, de l’importance des questions pécuniaires, ne suffit pas à en définir les conditions d’apparition. Les manières de parler d’argent dans l’œuvre fictionnelle ne sont pas référées de façon suffisamment précise à des expériences de l’auteure, dont la « biographie » brossée en première partie n’est pas remobilisée dans les parties consacrées à l’analyse des romans. Ceci empêche peut-être d’apercevoir les oublis et les déformations à travers lesquels la mise en mots des rapports à l’argent prend forme. Le travail mené ici pose en outre d’autres questions : qu’est-ce que l’auteure produit sur elle-même en parlant d’argent dans ses romans ? Quels rôles, et même quelles fonctions, ces romans jouent-ils dans la vie de Jane Austen ? Si l’auteure répond à ces questions en montrant que Jane Austen a ressenti le besoin de parler d’argent pour dépasser sa frustration d’en manquer, on peut se demander si cela fonctionne, si cela modifie la manière d’appréhender l’argent et d’en parler dans ses romans5 ?

Haut de page

Notes

1  Il s’agit de Sense and Senbility, Pride and Prejudice, Mansfield Park, Emma, Persuasion et Northanger Abbey.

2  Ainsi au sein même de la nombreuse fratrie, Jane Austen connaît une situation bien moins facile que certains de ses frères dont Edward adopté vers l’âge de dix ans par des cousins de son père. La correspondance témoigne de cette position marginale de Jane Austen au sein de sa propre famille.

3  Ni l’une, ni l’autre ne se marieront.

4  L’auteure aurait pu tirer parti des travaux qui se sont donnés précisément pour mission de penser ce passage du biographique au fictionnel, comme le dernier ouvrage de Bernard Lahire, Franz Kafka : éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui. Laboratoire des sciences sociales », 2010 ou encore l’ouvrage collectif sous la direction de Bernard Lahire, Ce qu’ils vivent, ce qu’ils écrivent : mises en scène littéraires du social et expériences socialisatrices des écrivains, Paris, France, Éditions des Archives contemporaines, 2011.

5  Marie-Laure Massei-Chamayou répond partiellement à ses questions, évoquant par exemple l’enthousiasme de Jane Austen lorsqu’elle parvient à gagner de l’argent (p. 77).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Marie-Laure Massei-Chamayou, La représentation de l’argent dans les romans de Jane Austen », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 18 octobre 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/9555

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page