Navigation – Plan du site

Martha Nussbaum, Capabilités. Comment créer les conditions d'un monde plus juste ?

Daphné Vialan
Capabilités
Martha C. Nussbaum, Capabilités. Comment créer les conditions d'un monde plus juste ?, Paris, Flammarion, coll. « Climats », 2012, 300 p., trad., Solange Chavel, ISBN : 978-2-08-127077-0.
Haut de page

Texte intégral

1Martha C. Nussbaum est une philosophe américaine, professeur à l’université de Chicago. Après (entre autres) Femmes et développement humain : l'approche des capabilités, en 2008 et Les émotions démocratiques : Comment former le citoyen du XXIe siècle ? en 2011, elle revient avec Capabilités, Comment créer les conditions d’un monde plus juste ?, aux Editions Flammarion, en 2012. Cet ouvrage rassemble dans une visée didactique et vulgarisatrice, l’ensemble des théories sur les capabilités, développées depuis les années 80 avec (entre autres) Amartya Sen. Un des objectifs affichés de l’ouvrage est de convaincre les acteurs publics (et en particulier institutionnels) du bien-fondé de cette « contre-théorie » et de leur donner des outils pour la mettre en œuvre.

2L’approche des capabilités est en effet une contre-théorie qui s’appuie d’abord sur une critique de l’omniprésence de la richesse comme mesure de la qualité de vie notamment dans les sociétés occidentales. L’approche des capabilités s’oppose au culte du PIB, élément de mesure de la richesse des pays qui focalise les attentions, est l’opérateur de toutes les comparaisons et est trop souvent considéré comme un juste reflet de la qualité de vie d’un pays.

3Au-delà de cette définition en négatif, qu’est-ce alors que cette théorie des capabilités ? Pour Nussbaum, il s’agit « (d) es réponses à la question : ‘’Qu’est-ce que cette personne est capable de faire et d’être ?’’. » (p. 39) c’est-à-dire un ensemble de possibilités, de libertés de choisir et d’agir : « il ne s’agit donc pas simplement des capacités dont une personne est dotée, mais des libertés ou des possibilités créées par une combinaison de capacités personnelles et d’un environnement politique, social et économique. » (p. 39). Pour éclairer cette définition, Nussbaum distingue les capabilités internes (les caractéristiques d’une personne, qui ont trait à sa personnalité, ses capacités tant motrices que perceptives ou intellectuelles - qu’il ne faut pas confondre avec les caractères innés d’une personne), des capabilités combinées (c’est-à-dire des capabilités internes « auxquelles s’ajoutent les conditions sociales, politiques et économiques dont le fonctionnement correspondant peut effectivement être choisi » p. 43). Cette distinction souligne le rôle-clé joué par les politiques publiques pour mettre en place une approche par les capabilités.

4Nussbaum propose alors de manière pragmatique une liste de dix capabilités dites centrales, qui définissent un seuil minimum de capabilités, sur lesquelles s’appuyer pour mettre en place une politique publique fondée sur les capabilités. Ces dix capabilités sont les suivantes : la vie, la santé du corps, l’intégrité du corps, les sens (associés à l’imagination et la pensée), les émotions, la raison pratique, l’affiliation, les autres espèces, le jeu, le contrôle sur son environnement. Ces capabilités de base répondent pour Nussbaum au minimum exigé par la dignité humaine.

5Le reste de l’ouvrage est consacré à ancrer cette approche dans le champ philosophique via notamment une comparaison d’avec des approches plus traditionnelles (par le PIB, l’approche utilitariste, et les approches ressourcistes entre autres), et à ouvrir des pistes pour un approfondissement de la notion de capabilités, notamment autour de l’application de cette théorie aux animaux, mais aussi aux questions de genres, ou encore au handicap et à la vieillesse. Une autre piste ouverte est celle d’un possible élargissement de la question des capabilités aux rapports entre Etats-Nations. Cette piste nous permet d’aborder avec un regard un peu critique l’œuvre de Nussbaum. En effet il y aurait pour Nussbaum un certain devoir des pays riches de promouvoir les capabilités des pays pauvres. Or l’approche des capabilités a cela d’original et, je pense, de puissant, qu’elle s’attache très fortement à la notion d’individu (il ne s’agit pas d’aider un quartier, un territoire, mais bien un être humain, et la notion centrale de dignité humaine, pour problématique qu’elle est, n’est pas neutre à ce titre), mais force est de constater que, quand on envisage les capabilités à un niveau inter-étatique, cette approche de l’individu est moins directement opérante. D’autre part, Nussbaum réduit bien rapidement, dans son chapitre sur ce sujet, cette idée néanmoins intéressante (celle de redistribution entre pays) à une contribution à hauteur de 2 % du PIB (des pays développés vers les pays en voie de développement), sans même envisager que l’échange puisse également avoir lieu dans l’autre sens et (surtout) ne pas être de type monétaire.

6Nous finirons (dans cette veine un peu critique) sur deux questions que pose selon nous cette approche des capabilités. D’abord, l’approche des capabilités pose la question des savoirs pris en compte. On considère que les individus ne sont pas capables sous certains aspects, or ne faudrait-il pas réhabiliter certains autres savoirs, ou plutôt certaines habiletés, ingéniosités ? On ne peut ignorer la prégnance dans notre monde des savoirs logico-formels et d’une certaine rationalité, qu’en est-il alors d’autres types d’appréhension du monde ? Quelle place leur donner dans une approche par les capabilités ?

  • 1  Notamment développées par Boltanski, 2009, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation,(...)

7La deuxième question que pose cet ouvrage est la question de la lutte sociale et les théories de la domination1. Nussbaum réduit les obstacles à la mise en place des capabilités dans les politiques publiques à de la psychologie politique (dernier chapitre), des réticences au changement, laissant de côté tout un pan de la sociologie critique et des théories de la domination. Il semble que Nussbaum attende une épiphanie de la part des dirigeants de ce monde, qui les ferait prendre conscience de l’importance des capabilités et renoncer au PIB. Il nous semble qu’aujourd’hui, développer la question des obstacles à la mise en œuvre des capabilités serait plus intéressant qu’un plaidoyer un peu naïf s’appuyant sur la dignité humaine.

8En conclusion, malgré les difficultés qui sont posées par cette théorie des capabilités, cette dernière ouvre de nombreuses perspectives : en tant que théorie générale de la justice, elle pourrait s’appliquer à tout et tous, et en ouverture nous souhaitons avancer l’idée que cette théorie pourrait s’appliquer à nos rapports à l’environnement, figure aujourd’hui de nombreux enjeux et défis. La question ne serait plus de protéger ou de valoriser l’environnement mais bien de réfléchir à ce qu’il pourrait faire et être… bousculant ainsi les rapports entre individu et environnement.

Haut de page

Notes

1  Notamment développées par Boltanski, 2009, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, NRF Essais, Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daphné Vialan, « Martha Nussbaum, Capabilités. Comment créer les conditions d'un monde plus juste ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 22 octobre 2012, consulté le 06 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/9575

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page