Navigation – Plan du site

Agnès Sandras, Quand Céard collectionnait Zola

Frédérique Giraud
Quand Céard collectionnait Zola
Agnès Sandras, Quand Céard collectionnait Zola, Classiques Garnier, coll. « Etudes romantiques et dix-neuviémistes », 2012, 424 p., ISBN : 978-2-8124-0782-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Agnès Sandras, titulaire d’un doctorat d’histoire, est conservateur à la Bibliothèque Nationale de (...)
  • 2  Nous y reviendrons.
  • 3  Et il l’est sans contestation possible. La collection est même connue Outre-Manche, nous rappelle (...)
  • 4  Comme il est noté dans l’introduction, l’exploration de la collection documentaire de Céard « révè (...)

1Avec Quand Céard collectionnait Zola, Agnès Sandras se propose d’exploiter la « pleine charrette de papiers » qu’Henry Céard a légués le 2 juin 1899 au conservateur du Musée Carnavalet de Paris1. Cette « charrette » est riche d’une grande quantité de caricatures, de découpes de presses relatives à Émile Zola et à son œuvre, qu’il a patiemment et méticuleusement engrangées en collectionneur avisé. Le projet de l’auteure est double : tirer parti d’un ensemble documentaire qui, même s’il est incomplet2 reste « incomparable » (p. 61)3 pour l’histoire littéraire, rendre visible l’homme qui l’a constitué, et ce faisant sonder l’amitié – admiration qui l’a unie à Zola4 d’autre part.

2L’examen minutieux du fonds Céard permet à l’auteure de proposer, à partir des documents de la collection, un panorama des caricatures et griefs des critiques retenus contre Zola. Cette étude de la réception caricaturale de Zola dans la presse vient compléter le petit nombre de travaux qui ont travaillé sur la réception zolienne, notamment celle de ses lectures critiques en Allemagne de l’Est. L’auteure déroule le fonds Céard sous nos yeux : elle décrit le flux des caricatures et des métaphores ayant pris Zola et ses « disciples » pour cibles. Il n’est ici pas toujours évident de suivre l’auteure, tant les documents décrits sont nombreux, et en raison surtout de l’absence de reproduction dans le texte des caricatures mobilisées et décrites. Si les contraintes éditoriales jouent certainement ici un grand rôle…, ne serait-ce qu’une dizaine de documents iconographiques aurait pu être incluse en annexe.

  • 5  Si le fonds Céard est de taille importante, il est loin d’être exhaustif, Céard commençant sa coll (...)

3Du point de vue de l’analyse de la réception de Zola, l’abondante documentation recueillie par Céard est précieuse, et permet de cerner, mais en partie seulement5, comment la silhouette de Zola devient une cible privilégiée des caricaturistes, comment ses romans donnent lieu à un charivari continuel dans la presse. On peut, par moments, regretter que l’exploitation du fonds Céard, fasse passer au second plan l’analyse de la relation Zola-Céard. C’est particulièrement le cas du chapitre « La route de l’académie pavée de pots de chambre », où l’auteure évoque Pot-Bouille, parce que « Céard, qui a aidé abondamment Zola dans ses recherches pour Pot-Bouille [nous n’en saurons pas plus], conserve nombre de documents sur le tohu-bohu accompagnant la publication du roman » (p. 171).

  • 6  « Par le biais du rire, [Céard cherche à] soulager une ferveur trop intense » (p. 73)

4On ne sait pourquoi Henry Céard, un temps le « préféré » de Zola, s’est mis à collectionner les charges critiques contre son « Maître », et l’on ne peut, rappelle l’auteure, « que tenter des hypothèses sur le moment et les raisons qui [l’y] déterminent » (p. 60). Ainsi sa collection de caricatures peut-elle témoigner d’un souci de protestation contre ce qui salit son idole littéraire, ou à l’inverse lui permettre de désacraliser un homme qu’il a, un temps, adulé6. Elle peut le faire « participer à un peu de la gloire du maître » (p. 73) ou lui permettre de tenir à distance sa fascination pour Zola et de se dédouaner en collectant des images qui mettent à mal sa « face » publique et parfois privée. L’« anthologie critique » de Céard peut aussi révéler une volonté conservatoire du bibliothécaire du musée Carnavalet, qui aurait pris conscience de l’importance de ces documents pour l’histoire littéraire. Elle participe peut-être, en partie, d’une volonté de suppléer la collecte que Zola avait lui-même un temps commencée : tâche pour laquelle il l’avait d’ailleurs lui-même sollicité pour les documents qu’il ne pouvait obtenir depuis sa maison de Médan. La collection de Céard apparaîtrait alors comme un tribut supplémentaire du fervent disciple.

5Cet ensemble documentaire révèle l’inconfortable situation d’entre-deux dans laquelle Céard s’est trouvé pendant de longues années : son état d’incomplétude trahit les à-coups de sa relation avec Zola. Il a un temps payé cher sa fidélité à l’écrivain dans la presse : chahuté, il est présenté comme un fervent disciple, littérateur de second rang, les critiques accordant peu de crédit à ses prétentions littéraires. Par ce qu’elle tait ou ce qu’elle documente à l’excès, la collection permet à Céard de rappeler son rôle de poids dans la genèse de certains romans (Nana, Pot-Bouille), alors même que le romancier semble prompt à oublier, voire à taire, la collaboration de ses amis. Parmi les proches de Zola, il est concurrence avec Paul Alexis, ami d’enfance, indéfectible défenseur de Zola. Pour ce qui est des adaptations théâtrales des romans de Zola, les ambitions de Céard se heurtent à celle de Busnach. Ses critiques journalistiques témoignent de son oscillation entre admiration dithyrambique de l’écrivain, défense du « Maître » ou à l’inverse critique larvée. Une sélection de vingt et un textes de Céard clôture le travail ambitieux d’Agnès Sandras en annexe, qui permettent de mesurer la teneur critique de certaines de ses chroniques.

  • 7  Sa situation de bibliothécaire le positionne en bonne place pour devenir l’informateur de Zola, ma (...)
  • 8  Inauthentique, « Les visites de la Vie parisienne », La Vie Parisienne, 8 février 1879. Fonds Céar (...)
  • 9  L’auteure ne propose ici aucun indice pour l’attester, ni extrait de correspondance, ni citation d (...)
  • 10  L’auteure rappelle que dans sa seconde lettre à Zola, Céard avoue « s’être joué » les pièces théât (...)

6Le chapitre « La Nana de Céard » permet de cerner l’ambiguïté des relations entre Céard et Zola. L’auteure rappelle le rôle de Céard dans l’écriture de Nana : informateur zélé7, il est alors abondamment sollicité par le romancier, qui recherche une documentation précise pour son roman. Le succès de Nana déclenche pourtant chez Céard une crise de fidélité : dans ses « Notes inédites », il critique la façon dont le couple Zola gère le succès, et ses rapports à l’argent. En creux se lit la jalousie de l’homme d’arrière-plan qu’il reste, dont les mérites sont passés sous silence par le maître. Tout l’enjeu pour Céard – et sa collection documentaire sur Zola, en est la preuve manifeste - est de voir reconnaître son rôle dans le succès du roman. Il cherche à exemplifier son appui au romancier : ainsi confie-t-il à l’écrivain anglais Sherard des lettres zoliennes qui manifestent le rôle privilégié qu’il a joué dans la documentation du roman, il conserve. Il conserve des documents qui, critiquant les méthodes cavalières de Zola attestent de son rôle. C’est par exemple le cas d’un article de La Vie parisienne du 8 février 1879, dans lequel les disciples de Zola sont comparés à des « travailleurs nocturnes » dont l’écrivain balaie vite la présence, lorsqu’il s’agit pour lui, de défendre ses mérites. « Celui-ci congédie ses collaborateurs et fait signe à La Vie parisienne de s’asseoir en lui désignant une des chaises occupées il y a un instant par un des travailleurs nocturnes » peut-on lire dans cet article8. Indisposé par « le vacarme qui accompagne la publication de Nana [qui] le trouble et l’obsède » (p. 123)9, il « se passionne » (p. 124) pourtant pour l’adaptation du roman au théâtre et cherche des acteurs. Céard a vécu intensément toutes les expériences théâtrales de Zola10 et comme ce dernier, il croit à la nécessité pour les auteurs naturalistes d’occuper le devant de la scène théâtrale (p. 136).

  • 11  L’un des personnages du roman de Céard Terrains à vendre au bord de la mer s’appelle Pascal et rap (...)

7Progressivement Céard se détache de Zola. Comme en écho, entre 1893 et l’affaire Dreyfus, il collectionne peu de documents. À la position de disciple soumis font suite le dépit, le sarcasme, voire la critique nette de certains choix esthétiques zoliens (il est fortement critique vis-à-vis du Docteur Pascal11). Céard condamne les trop nombreuses tentatives académiques de Zola, son non-entendement musical. Dans ce domaine, il peut avoir le plaisir de surpasser le maître, puisqu’au joueur médiocre de clarinette qu’est Zola, s’oppose son talent de pianiste émérite et compositeur potentiel (p. 214). L’amour de Zola pour sa lingère Jeanne Rozerot achève de séparer les deux hommes : pris dans le tourbillon de « l’Affaire » du couple Zola, témoin de la déclaration de naissance de la fille de Zola, chargé de calmer la femme légitime, ou encore appelé à l’aide par Alexandrine, Céard est en situation de porte-à-faux. Pendant l’affaire Dreyfus, son anti-dreyfusisme scelle son détachement vis-à-vis de l’écrivain. Après la mort de Zola, Céard ne changera ni de ton, ni d’avis, se terrant dans la fonction du « gardien du temple naturaliste ». S’il glorifie le Zola des premières heures, il ne cesse de critiquer l’évolution littéraire zolienne, et surtout ses positions politiques.

  • 12  « Relecture des "petits" naturalistes : actes du colloque des 9, 10 & 11 décembre 1999 » / [org. p (...)

8Agnès Sandras prouve avec brio, à travers ce livre, l’utilité du fonds Céard : son exploration permet de réhabiliter un « petit » naturaliste12 dont les ambitions et les qualités littéraires ont été longtemps oubliées, et d’explorer avec finesse la relation incommode entretenue avec Émile Zola.

Haut de page

Notes

1  Agnès Sandras, titulaire d’un doctorat d’histoire, est conservateur à la Bibliothèque Nationale de France.

2  Nous y reviendrons.

3  Et il l’est sans contestation possible. La collection est même connue Outre-Manche, nous rappelle Agnès Sandras, notant que Sherard venu se documenter pour une biographie de Zola, est impressionné par l’ampleur de la collection.

4  Comme il est noté dans l’introduction, l’exploration de la collection documentaire de Céard « révèle que la relation entre Zola et ses amis est complexe et plus tourmentée qu’on ne l’a dit. Enfin, elle apporte un éclairage différent sur le rôle de Céard » (p. 11).

5  Si le fonds Céard est de taille importante, il est loin d’être exhaustif, Céard commençant sa collecte de façon tardive et collectionnant avec bien moins de zèle lorsqu’il s’éloigne de Zola.

6  « Par le biais du rire, [Céard cherche à] soulager une ferveur trop intense » (p. 73)

7  Sa situation de bibliothécaire le positionne en bonne place pour devenir l’informateur de Zola, mais aussi d’autres écrivains naturalistes.

8  Inauthentique, « Les visites de la Vie parisienne », La Vie Parisienne, 8 février 1879. Fonds Céard, carton 7, cité par Sandras p. 114

9  L’auteure ne propose ici aucun indice pour l’attester, ni extrait de correspondance, ni citation des notes inédites de Céard.

10  L’auteure rappelle que dans sa seconde lettre à Zola, Céard avoue « s’être joué » les pièces théâtrales de Zola (p. 137).

11  L’un des personnages du roman de Céard Terrains à vendre au bord de la mer s’appelle Pascal et rappelle le tueur Jacques Lantier, que Zola a mis en scène dans La Bête Humaine

12  « Relecture des "petits" naturalistes : actes du colloque des 9, 10 & 11 décembre 1999 » / [org. par le] Centre de recherches interdisciplinaires sur les textes modernes ; sous la dir. de Colette Becker et Anne-Simone Dufief, Nanterre : Université Paris X, 2000

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Agnès Sandras, Quand Céard collectionnait Zola », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/9625

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page