Navigation – Plan du site

Philip Stewart, Editer Rousseau. Enjeux d'un corpus (1750-2012)

François-Ronan Dubois
Editer Rousseau
Philip Stewart, Editer Rousseau. Enjeux d'un corpus (1750-2012), Lyon, ENS Éditions, coll. « Métamorphoses du livre », 2012, 270 p., ISBN : 978-2-84788-343-5.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Philip Stewart repose sur une double constatation : aucune édition n’est strictement authentique ni strictement nouvelle. Au contraire, l’édition d’un texte est toujours le produit de choix sélectifs effectués par ses éditeurs et/ou ses imprimeurs et elle est toujours en quelque manière une réponse aux éditions précédentes. À ces deux problèmes fondamentaux, l’édition d’œuvres complètes ajoute celui de la constitution d’un corpus pour un auteur. Ce sont ces trois ensembles de questions que l’étude consacrée par Ph. Stewart aux éditions successives des œuvres complètes de Jean-Jacques Rousseau se propose d’examiner.

2La démarche est d’abord historique. Divisé en deux grandes parties, l’ouvrage s’attache successivement à l’histoire des éditions intégrales de Rousseau au XVIIIe siècle, et plus précisément de 1739 à 1801 puis à ces mêmes éditions dans les siècles suivants, de 1817 à 1995, avant de consacrer une annexe à deux projets parallèles contemporains, de 2008 à 2016. Il faut noter cependant que l’approche n’est pas systématique, c’est-à-dire que Ph. Stewart ne s’attache qu’aux éditions qui lui paraissent renouveler significativement l’approche de l’œuvre intégrale de l’auteur ou, tout du moins, constituer un cas marquant pour l’étude.

3Le premier chapitre, « La construction d’une œuvre (1739-1764) », propose de mettre en évidence la difficulté ressentie par Rousseau lui-même à constituer de son vivant un corpus cohérent de ses œuvres. Le chapitre retrace les divers projets, plus ou moins aboutis, de Rousseau avec plusieurs imprimeurs (notamment Michel Rey) d’une part et d’autre part les démêlés de l’auteur avec la censure française, illustrés par plusieurs exemples de paragraphes corrigés, notamment tirés de Julie. Le deuxième chapitre, « Vers une édition “générale” (1764-1778) », décrit plus précisément le processus d’édition de ce corpus ou plus exactement d’éditions concurrentes, entreprises par Rey pour l’une, La Porte et Duchesne pour l’autre. Ph. Stewart y décrit la manière dont Rousseau réagit à ces éditions qu’il n’a pas demandées, puis son rapport aux projets dont il est plus directement l’initiateur, par exemple celui de Môtiers-Neuchâtel. Philip Stewart, en proposant les tables des différents projets, met en évidence leurs particularités et l’image de l’œuvre qu’ils entendent véhiculer.

4Dans le troisième chapitre, « La Collection complète de Genève (1778-1789) », Ph. Stewart explore les changements considérables apportés à l’idée d’une édition complète, après la mort de Rousseau en 1778, par la possibilité de publier Les Confessions, texte annoncé du vivant de l’auteur et fort attendu, et parfois redouté, par les contemporains. Une Collection complète est mise en œuvre à la mort de l’auteur, par ses principaux dépositaires (Girardin, Moultou et Du Peyrou), qui fondent à cet effet en 1779 la Société Typographique de Genève. Le chapitre expose les projets, parfois divergents, des trois personnages, la quête (et parfois la rétention) de certains manuscrits, ainsi que la constitution du corpus. La Collection voit finalement le jour à partir de 1780. L’accomplissement en est menacé en 1789 par la réapparition de la seconde partie du manuscrit des Confessions. Le lecteur trouvera en fin de chapitre les tables de cette édition.

5Le quatrième chapitre, « La consécration révolutionnaire (1788-1801) », évoque l’apothéose de l’auteur durant la période, notamment via l’édition de Louis Sébastien Mercier, qui se veut plus complète que la Collection de Genève et adopte surtout un ordre très différent. Avec le don à la Convention de nombreux manuscrits de Rousseau, l’édition intégrale devient un enjeu révolutionnaire dont Claude Poinçot entend profiter, offrant une place d’honneur aux écrits politiques. Par ailleurs, Ph. Stewart souligne la multiplication des éditions pirates.

6C’est sur cet enthousiasme que s’achèvent le XVIIIe siècle et la première partie de l’ouvrage. La seconde s’ouvre avec le cinquième chapitre, « Le siècle de Musset-Pathay (1817-1900) », qui commence par souligner l’engouement des éditeurs de la Restauration aussi bien pour Voltaire que pour Rousseau, un renouveau qui se traduit par des éditions qui célèbrent l’un contre l’autre. La publication de Mémoires et correspondance de Madame d’Epinay, texte hybride né du mélange de la fictionnelle Histoire de Madame de Montbrillant par Louise d’Epinay et de bien réelles lettres de Rousseau, rend la question (auto) biographique particulièrement sensible. C’est dans ce contexte que Musset-Parthay construit une édition intégrale à la gloire de l’auteur, destinée à restaurer sa réputation, dont Ph. Stewart analyse les justifications, les projets et les stratégies, et met en évidence la tonalité romantique.

7Ici intervient au chapitre sixième, « Le métier d’éditeur », une sorte d’interlude à moins qu’il ne faille y voir le cœur de l’ouvrage. Ce chapitre se présente, à partir de l’analyse précédente des éditions jusqu’au Second Empire, comme une charge contre les nombreuses modifications inavouées subies par le texte au cours du processus d’édition : orthographe indûment modernisée ou simplement modifiée (de St Preux à Saint-Preux), ponctuation remaniée, anecdotes biographiques inventées de toute pièce, psittacisme des éditeurs, substitution d’un titre (La Nouvelle Héloïse) au titre original (Julie), etc. À ces critiques se joignent des exigences et notamment celle de l’établissement, par l’éditeur, d’un protocole scrupuleux et explicite, pour que le lecteur sache exactement ce que sont les modifications opérées dans le texte.

8À partir de ce chapitre, le ton de l’ouvrage est infléchi ; l’enquête historique est désormais proche de la polémique. Le septième chapitre, « De lettres en correspondance (1900-1995) », n’en est pas loin. Il décrit la lente constitution de la correspondance de Rousseau, des 205 lettres de la Collection de Genève aux 8 400 lettres (par et à Rousseau) et 700 documents de l’édition de Leigh. Le premier projet d’une correspondance générale est réalisé par Dufour et Plan au sein de la Société Jean-Jacques Rousseau de Genève, créée en 1904 ; la parution s’étend de 1924 à 1934. À la fin des années 1950, cette édition fait l’objet de critiques très vives de la part de Ralph Leigh, professeur à Cambridge, qui entreprend avec le soutien de Theodore Besterman (éditeur de la correspondance de Voltaire) et malgré les réactions mitigées de la Société, de réaliser une nouvelle correspondance générale, seul. Après avoir décrit cette édition aujourd’hui unanimement saluée par les spécialistes (et par Philip Stewart lui-même), ce dernier met en évidence une série de choix discutables, relatifs à l’orthographe et à la ponctuation notamment, effectués par Leigh.

9Après avoir succinctement évoqué, dans le chapitre VIII « Jalons pour une relance (1920-1960) », le succès divers de telle ou telle œuvre, et singulièrement de Julie, au cours de l’histoire, Ph. Stewart développe dans le chapitre final, « Enfin la Pléiade (1959-1995) », l’histoire du projet de Gallimard. Tout en saluant à nouveau l’entreprise d’érudition constituée par cette édition, dont les notes représentent, par exemple, 66 % de l’espace consacré à l’Emile, Ph. Stewart souligne longuement la faillite du projet d’établir un texte « authentique » ainsi que l’inutilité documentaire et interprétative de bien des notes (dans une section acerbe intitulée « Styles d’intervention critique »). Cette discussion finale aboutit à l’impossibilité de toute édition critique fidèle et à l’exigence renouvelée d’établir un protocole clair et de s’y tenir.

10Après avoir renouvelé ces exigences, la conclusion ajoute celle d’une mise à disposition systématique des manuscrits numérisés sur des sites en ligne, prenant l’exemple des travaux de la Société Montesquieu. À cette conclusion se joint l’annexe qui décrit les deux projets contemporains, l’un dit Slatkine-Champion, l’autre dit Classiques Garnier, mettant à l’œuvre deux équipes internationales de chercheurs. Philip Stewart est membre du projet Slatkine-Champion.

11Si les éclaircissements documentaires, notamment de la première partie, sont précieux et si l’on tire un grand profit des tables commentées des différentes éditions intégrales de l’œuvre de Rousseau au cours de l’histoire, on regrettera que l’étude ne propose pas de plus amples éclaircissements relatifs à l’histoire du livre ainsi qu’aux pratiques d’édition, terrain pourtant de longue date fertile de l’histoire de la littérature et qui servirait utilement à la compréhension du lecteur. Philip Stewart n’en met pas moins en évidence des problèmes fondamentaux qu’éditeurs comme lecteurs gagneront à considérer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Philip Stewart, Editer Rousseau. Enjeux d'un corpus (1750-2012) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 25 octobre 2012, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/9626

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat avec l'Université Stendhal — Grenoble 3, affilié aux centres RARE (Rhétorique de l'Antiquité à la Révolution) et LIRE (Littératures, Idéologies et Représentations)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page