Navigation – Plan du site

Isabelle Ferreras, Gouverner le capitalisme ?

Philippe Jouary
Gouverner le capitalisme ?
Isabelle Ferreras, Gouverner le capitalisme ?, Paris, Presses universitaires de France, 2012, 300 p., ISBN : 978-2-13-060674-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Isabelle Ferreras, Critique politique du travail. Travailler à l’heure de la société des services,(...)
  • 2  Voir la critique élogieuse qu’en fait Dominique Méda in Revue française de sociologie, 2009/3 Vol. (...)

1Gouverner le capitalisme ? Le moins que l’on puisse dire est qu’alors que, partout dans le monde, l’ingouvernabilité du capitalisme et de la finance s’affirment chaque jour davantage, la question posée par le titre de l’ouvrage d’Isabelle Ferreras ne manque pas d’audace. Après un premier essai1 remarqué2 sur le travail des caissières de supermarché, la jeune sociologue et politologue belge tente ici de tirer les conséquences à la fois théoriques et empiriques de ses recherches sur le monde du travail et de l’entreprise. Refusant de se cacher « derrière la seule posture du diagnostic », Isabelle Ferreras assume vigoureusement sa « responsabilité de proposition ». Tant et si bien d’ailleurs qu’elle choisit de conclure son livre par un appendice d’un style qu’elle qualifie elle-même de « peu académique » ‑ une sorte de FAQ ‑ par lequel elle répond par avance aux objections qu’elle imagine que ses propositions vont soulever.

  • 3  À signaler en particulier le dernier ouvrage de Christophe Dejours, La panne. Repenser le travail (...)

2À dire vrai, il n’est pas tant question dans cet essai de gouverner le capitalisme que de gouverner les entreprises capitalistes, ou plus précisément encore, de les gouverner autrement. Déjà annoncée dans son premier ouvrage, Isabelle Ferreras développe ici la proposition du bicamérisme économique : au lieu du seul conseil d’administration composé de représentants des apporteurs en capital, il faudrait une deuxième chambre, composée de représentants des « apporteurs en travail », c’est-à-dire des salariés. Car ces derniers vont mal, constate-t-elle, rejoignant le diagnostic alarmiste des cliniciens du travail3. : « Dans leur vie de tous les jours, on leur enjoint de se comporter en citoyens responsables, électeurs capables de prendre position sur les grandes questions “politiques” […] Mais lorsqu’ils franchissent le seuil de l’entreprise, on les réduit à de la pure force de travail, soumise aux décisions d’un gouvernement de l’entreprise (autocrate ? ploutocrate ?) » (p. 8).

  • 4  En septembre 2009, Didier Lombard, PDG de France Télécom déclarait vouloir mettre « un point d’arr (...)

3Mais alors que les remèdes au malaise et à la souffrance des salariés divergent grandement, allant de la manière chinoise qui installe des filets en bas des bâtiments pour dissuader ceux qui, lassés de fabriquer à toute allure nos merveilleuses machines communicantes, cèdent à la mode qui consiste à se jeter par les fenêtres4, à notre manière plus soft, avec la mise en avant des fameux RPS (risques psychosociaux) et le recours aux experts psychosociologiques qui se penchent avec enthousiasme ‑ le marché est porteur ‑ sur nos petites misères, le grand mérite d’Isabelle Ferreras est de radicaliser la question. Si les salariés souffrent, si cette souffrance peut se lire comme consécutive à la domination et l’impuissance ressentie et expérimentée face à cette domination, alors il faut leur donner des droits nouveaux. Et pas seulement celui d’aller rencontrer les médecins du travail.

  • 5  En appendice, l’auteur imagine – puis répond à l’objection suivante : « Le bicamérisme économique, (...)

4Reste que la solution proposée, celle du bicamérisme, appelle le lecteur français, à la radicalité volontiers mélenchonienne5, à un certain deuil, celui de la Révolution, du grand Soir et de l’appropriation des moyens de production. Il nous faut désormais être raisonnable, explique Isabelle Ferreras, tant d’un côté que de l’autre : « Quel est l’enjeu ? Celui-ci : identifier un compromis viable entre l’impératif d’efficacité qui conditionne la vie économique et le projet d’émancipation collective qui fonde l’idéal démocratique. »

5Quant aux propriétaires du capital, ils n’ont pas le choix, avance la sociologue, s’ils veulent justement éviter la révolution ou « moins gravement, la perte de leurs capacités d’innovation, la perte d’efficacité du travail, l’absentéisme, la démotivation et la dépression de leurs “ressources humaines” » (p. 12).

6Avant d’en arriver à la présentation détaillée de ce que pourrait être le bicamérisme économique, la sociologue prend le soin, avec force références, de définir ce qu’est une entreprise capitaliste. Pour Isabelle Ferreras, libéraux et marxistes s’accordent au moins sur un point, celui de considérer l’entreprise comme soumise à la seule logique instrumentale. La mythologie veut donc que, puisque les apporteurs en capital assument les risques – rhétorique encore mise en avant récemment par le mouvement des « pigeons » ‑ ce soit eux qui président aux décisions dans l’entreprise. Quant aux salariés, il est entendu qu’ils ne travaillent que pour leur seul intérêt propre, c’est-à-dire le salaire. Il est entendu également que ne prenant pas de risques ‑ ce que conteste Isabelle Ferreras ‑ il est logique qu’ils ne participent pas aux décisions, si ce n’est par les os à ronger que représentent les maigres droits des instances représentatives du personnel, appelées parfois à donner leur avis. La logique instrumentale de l’entreprise capitaliste, indique Isabelle Ferreras, considère donc « l’activité d’investissement dans le capital ou dans le travail au service d’une autre finalité qu’elle-même ‑ à savoir le profit ou le salaire » p. 44.

  • 6  Pour Christophe Dejours aussi, le travail est central, pour la construction du sujet humain et du (...)

7Mais l’entreprise ne peut plus être soumise à cette seule logique instrumentale, et au mode d’exercice du pouvoir de nature « domestique » qui s’y exerce. L’entreprise est une institution politique, affirme la sociologue, en ceci que se mobilisent en son sein « constamment et intensément les conceptions sur la justice » (note de bas de page p. 61). Rejoignant ici à sa manière les apports de la psychodynamique du travail (Dejours)6, Isabelle Ferreras appelle à ne plus ignorer la logique politique qui anime les investisseurs en travail que sont les salariés. « À son tour, l’innovation bicamérale inscrirait l’entreprise en tant qu’institution à part entière dans l’histoire de nos démocraties. Elle constituerait une nouvelle étape dans l’approfondissement du mouvement historique de démocratisation et d’émancipation du travail de la sphère privée » (p. 114).

8Alors que chacun ‑ à droite comme à gauche ‑ ne parle que de la nécessité de renforcer la compétitivité de nos entreprises, notamment européennes, en recourant à la baisse du coût du travail et souvent, à l’importation de méthodes de management toujours plus violentes et inefficaces, l’analyse proposée par Isabelle Ferreras ouvre un autre chemin, autrement plus enthousiasmant et pertinent, qui a le mérite de s’inscrire dans l’histoire de la difficile et imparfaite démocratisation de nos sociétés.

Haut de page

Notes

1  Isabelle Ferreras, Critique politique du travail. Travailler à l’heure de la société des services, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2007.

2  Voir la critique élogieuse qu’en fait Dominique Méda in Revue française de sociologie, 2009/3 Vol. 50, p. 641-677.

3  À signaler en particulier le dernier ouvrage de Christophe Dejours, La panne. Repenser le travail et changer la vie, entretien avec Béatrice Bourniol, Bayard, 2012.

4  En septembre 2009, Didier Lombard, PDG de France Télécom déclarait vouloir mettre « un point d’arrêt à cette mode du suicide » qui frappait son entreprise (vingt-trois salariés s’étaient suicidés lors des dix-huit derniers mois).

5  En appendice, l’auteur imagine – puis répond à l’objection suivante : « Le bicamérisme économique, c’est une proposition qui se situe dans la veine historique de la trahison du prolétariat ! Encore une idée qui s’imagine « faire le bien » alors qu’elle ne fait que renforcer l’aliénation des travailleurs au système capitaliste. La véritable émancipation, ce n’est pas le compromis de classes… ». On n’est jamais si bien critiqué que par soi-même !

6  Pour Christophe Dejours aussi, le travail est central, pour la construction du sujet humain et du citoyen : « Le travail m’apparaît comme le seul principe pacificateur dans la vie ordinaire, où l’être humain, par l’activité déontique, apprend à négocier, construire une règle commune, découvre la vie en société en même temps qu’il augmente sa maîtrise du monde » p. 109, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Jouary, « Isabelle Ferreras, Gouverner le capitalisme ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/9685

Haut de page

Rédacteur

Philippe Jouary

Cadre intermédiaire dans une institution médico-sociale d'accueil de personnes psychotiques

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page