Navigation – Plan du site

Walden Bello, La fabrique de la famine. Les paysans face à la mondialisation

Vanessa Cotineau et Dimitri della Faille
La fabrique de la famine
Walden Bello, La fabrique de la famine. Les paysans face à la mondialisation, Paris, Éditions Montparnasse, Carnets Nord, 2012, 224 p., ISBN : 9782355360640.
Haut de page

Texte intégral

1Pour beaucoup, Walden Bello est l’un des penseurs clés de l’altermondialisme. Dans son livre, La fabrique de la famine, il reprend plusieurs des thèmes qui lui sont chers. Avant de passer en revue le contenu de l’ouvrage, présentons rapidement l’auteur. Walden Bello, né en 1945, est originaire de Manille, aux Philippines. Suite à la promulgation de la loi martiale par le président philippin Ferdinand Marcos en 1972, Bello s'engage dans des activités politiques et militantes. Il complète des études doctorales en sociologie aux États-Unis. De retour dans son pays, il enseigne à l'Université des Philippines. Fidèle à son engagement critique face à un modèle économique de mondialisation, il dirige l'organisation altermondialiste Focus on the Global South. Ses efforts lui vaudront de recevoir en 2003 le prix Nobel alternatif, le Right Livelihood Award. Cette consécration reconnaît tant son travail de militant que de théoricien. Du point de vue théorique, une des principales réalisations de Bello est le développement du concept de « démondialisation » qui s’est particulièrement illustré en France lors de la campagne présidentielle de 2012 du candidat socialiste Arnaud Montebourg. Ce concept de démondialisation propose une alternative au modèle économique néolibéral et de libre-marché qui a soumis les économies locales à une interdépendance grandissante au niveau mondial en diminuant le pouvoir d'agir des cadres de vie communs. Pour Bello, démondialiser signifie proposer un modèle alternatif. Cela signifie renforcer le pouvoir économique local tout en participant au commerce international sur des bases différentes de celles mises de l’avant par les organisations multilatérales actuelles. Il ne s'agit donc pas de revenir en arrière, mais plutôt d'améliorer le modèle actuel en le rendant plus juste, équitable et viable, tant au niveau social, environnemental et économique.

2La Fabrique de la famine : Les paysans face à la mondialisation est la traduction de l’ouvrage le plus récent de Bello publié en 2009 en anglais sous le titre Food Wars. Cet ouvrage présente la façon dont les politiques néolibérales et de libre-marché ont été imposées aux pays du Sud. L’ouvrage montre, à partir de plusieurs études de cas, quels effets désastreux ces politiques ont eu sur le contrôle de leur marché agroalimentaire. On notera que le sujet est d'actualité avec une crise des prix alimentaires qui a secoué la planète en 2008. Cette crise a mis de l'avant le besoin urgent de trouver des alternatives au dysfonctionnement du modèle agricole néolibéral et, plus généralement, cette crise question sérieusement le phénomène de mondialisation économique.

3Ces thèmes de la mondialisation économique et de l’agriculture ont déjà été traités, de manière similaire, par d’autres auteurs. Ainsi par exemple, dans L'Empire de la honte (2005), Jean Ziegler démontre également comment la dette et la faim sont utilisées comme armes d’assujettissement à la mondialisation. L'essai d’Erwin Wagenhofer et Max Annas, Le marché de la faim (2007), qui accompagne le documentaire We Feed the World, explique également la façon dont le secteur de l'alimentation est tombé entre les mains de quelques industries agroalimentaires internationales et les politiques qui ont soumis des pays autrefois autosuffisants aux aléas du marché financier mondial de l'alimentation.

4Dans une approche similaire, cet ouvrage tâche de sensibiliser à ces enjeux grâce à une langue suffisamment vulgarisée pour plaire à un public qui s’intéresse à l’actualité, mais aussi aux enjeux globaux. Le langage utilisé par Bello dans cet ouvrage se situe quelque part entre l’érudition académique et la langue sans détour du militantisme. La fabrique de la famine se divise en sept chapitres. Dans le premier chapitre, Bello décrit l'évolution du modèle agricole en partant de la privatisation des communes au XVIIe et XVIIIe siècle jusqu'au régime de Bretton Woods (1944). Il évoque le libéralisme encadré, puis les politiques d'ajustements structurels instaurées dans les années 1980 pour libéraliser les marchés en sapant systématiquement, un à un, les outils d’interventions qui caractérisent l’action publique des États.

5Dans les quatre chapitres suivants, l’auteur démontre, par l’étude des cas du Mexique, des Philippines, de l'Afrique et de la Chine, que les politiques d'ajustements structurels, qui se traduisent par l'élimination des droits de douane élevés, la déréglementation du commerce, la réduction de la taille de l'État et des institutions de soutien public, sont à l'origine d'une dépendance grandissante des populations face aux importations, ce qui les rend vulnérables à la volatilité des prix des denrées, diminue leur pouvoir d'agir et leur autonomie tout en renforçant l'insécurité alimentaire.

6Le sixième chapitre porte, non pas sur le cas spécifique d’un pays ou d’une région du monde, mais plutôt sur des dynamiques transversales. Bello aborde le cas des agrocarburants et leur apport à la crise des prix alimentaires actuelle qui s’est particulièrement illustrée depuis 2008. Il explique comment le fait d'encourager une industrie agricole qui soutient ainsi la production de biocarburant, comme en Europe, ou d'agrocarburant, aux États-Unis, a des retombées désastreuses. Ces carburants à base de produits agricoles renforcent la crise déjà en place. En effet, la reconversion des terres destinées à la production agroalimentaire ont de graves conséquences sociales et environnementales, principalement dans les pays en développement, tels le défrichement de zones forestières, de réserves de diversité biologique et la confiscation des terres des paysans. Malgré la reconnaissance des impacts négatifs des agrocarburants et la proposition d'un moratoire par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le mythe des bienfaits de ce secteur continue de pousser les États à y investir. Cependant, l'idée qu'il ne s'agit pas d'une meilleure alternative aux énergies fossiles commence à faire son chemin et Bello compte bien participer à faire passer ce message.

7Dans le dernier chapitre, Bello présente brièvement diverses figures des mouvements de résistance paysanne et des organismes qui prônent des alternatives telles que la souveraineté alimentaire et la démondialisation. Il est question de figures telles le coréen Lee Kyung Hae et le français José Bové mais aussi de la Vía Campesina et de Focus on the Global South. Pour Bello, ces individus et ces mouvements mettent de l'avant la possibilité de continuer à mondialiser l’économie tout en misant sur une production locale et écologique afin de favoriser une autosuffisance alimentaire. Bello n’envisage pas les dispositifs technologiques en compétition avec la nature, mais plutôt en travail conjoint avec elle. La technologie permet d’accroître la production par la compréhension et l'amélioration du fonctionnement des agro-écosystèmes.

8Grâce à son ouvrage, le sociologue philippin vise principalement à éclairer le lecteur sur les processus qui ont mené à créer une crise reliée aux prix des denrées alimentaires. C’est d’autant plus préoccupant pour Bello que la majorité des pays en développement ont le potentiel de s'autosuffire. L'ouvrage présente de façon simple et accessible l'évolution du modèle économique mondial, basé sur la libéralisation et le libre-marché, mais dans un contexte où il est inégalement appliqué au Nord et au Sud. Les quatre études de cas du Mexique, des Philippines, de l'Afrique et de la Chine illustrent les propos de l'auteur par des faits qui permettent de trouver de nombreuses similarités dans la façon dont les politiques d'ajustements structurels, et leurs effets dévastateurs, se sont concrétisées dans les pays en développement. Bello montre ainsi que l'échec du modèle n'est pas qu'un cas isolé, mais qu'il peut être généralisé à différents contextes sociopolitiques et culturels. Il aborde la question des agrocarburants, non pas comme une solution, mais comme la continuité d'un système économique dysfonctionnel qui aggrave la présente crise alimentaire.

9La fabrique de la famine est un livre à forte saveur idéologique. Jamais l’auteur ne cache sa subjectivité, il parle en tant qu’activiste. Cependant, on pourrait reprocher à cet ouvrage et à son auteur le manque de précision quant aux mécanismes politiques qui motivent les choix des États, comme l’endettement des pays ou les positions diplomatiques et stratégiques. Si Bello tente de faire preuve d’optimisme face à la situation économique actuelle dans son chapitre final sur la résistance et les mouvements sociaux, nous regrettons le manque d’ambition et d’envergure de cette section. Il est néanmoins probable que la concision du livre, et en particulier la section sur la description de la résistance qui semble s’imposer, ainsi que la superficialité de quelques-unes de ses explications à propos des mécanismes en place soient imputables à l’urgence de réagir à l’actualité. Son ouvrage a en effet été publié en 2009 en réponse à la crise alimentaire qui s’est illustrée seulement quelques mois auparavant.

10Ce bien triste portrait des effets du néolibéralisme sur l’agriculture et sur la paysannerie pourrait mener à un découragement ou à un cynisme nihiliste. Un tel pessimisme pourrait s’imposer face à un pareil constat. Ce n’est pourtant pas la voie choisie par Bello. Bien au contraire, le sociologue semble très confiant. Selon lui, des alternatives viables sont déjà à l’oeuvre. Les quelques alternatives que l’auteur présente sont autant de projets de contestation, de résistance, mais surtout de mise en place d’un modèle économique international qui fait la place aux initiatives locales, à l’écologisme et à l’équité. Nous reconnaissons la force de Bello à démontrer, à partir de cas épars, le sabotage systématique des politiques néolibérales dans le domaine de l’agriculture. Ainsi, de par sa position, La fabrique de la famine peut intéresser les militants, les spécialistes critiques des sciences sociales et les altermondialistes à la recherche d’un portrait global et d’actualité d’une dérive de la mondialisation économique pilotée par l’idéologie néolibérale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanessa Cotineau et Dimitri della Faille, « Walden Bello, La fabrique de la famine. Les paysans face à la mondialisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/9697

Haut de page

Rédacteurs

Vanessa Cotineau

Etudiante à la maîtrise (Master) en développement territorial avec concentration en développement international à l’Université du Québec en Outaouais, titulaire d’un diplôme de premier cycle en Études est-asiatiques et en anthropologie de l’Université de Montréal

Dimitri della Faille

Sociologue, professeur régulier en développement international à l’Université du Québec en Outaouais

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page