Navigation – Plan du site

Thierry Paquot, L'espace public

Loïc Ballarini
L'espace public
Thierry Paquot, L'espace public, La Découverte, coll. « Repères », 2009, 125 p., EAN : 9782707154897.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Habermas, 1978. L'Espace public, Paris : Payot.

1Fréquemment utilisé dans des domaines très divers, mais rarement défini par ceux qui l'emploient : la fortune du concept d'espace public a deux facettes qui en rendent le maniement délicat. Aussi faut-il saluer l'initiative consistant à proposer, dans une collection de référence, un ouvrage synthétique sur la question. L'auteur en est Thierry Paquot, philosophe et professeur à l'Institut d'urbanisme de Paris. Philosophie et urbanisme : tels sont également les points d'ancrage de ce livre, qui part de l'idée, affirmée dès sa première ligne, que « l'espace public est un singulier dont le pluriel - les espaces publics - ne lui correspond pas. » (p. 3) Au singulier, l'espace public est le concept défini par Jürgen Habermas comme lieu symbolique où se forme l'opinion publique, issue du débat politique et de l'usage public de la raison 1. Au pluriel, les espaces publics désignent les lieux physiques, quel que soit leur statut juridique (public ou privé), dans lesquels le public peut circuler ou stationner.

2De cette opposition de principe découle la structure du livre. Dans la première partie, Paquot revient sur l'œuvre d'Habermas, les critiques qui lui ont été faites, et les réponses apportées par Habermas lui-même. La seconde est consacrée aux canaux à travers lesquels circulent et se forment les opinions dans la conception habermassienne de l'espace public : les journaux, salons et cafés. La troisième partie esquisse les différentes acceptions des mots « privé » et « public » à travers le temps et les cultures. La quatrième est dédiée à une histoire de la voirie et des espaces publics, de la Grèce antique à nos jours. Les usages et pratiques des espaces publics urbains sont abordés dans la cinquième partie.

3Audacieux pari que celui qui consiste, en 128 pages, à séparer tout en les réunissant des dimensions aussi différentes que la philosophie politique et l'évolution urbaine. Selon Paquot, l'espace public et les espaces publics ne peuvent en effet être assimilés l'un à l'autre, principalement en raison de l'a-territorialité du premier, irréconciliable avec l'aspect en général géographiquement déterminé des seconds. Pour autant, une autre notion les rassemble et les rend inséparables : la communication, dans son sens premier d'« être en relation avec » (p. 4), d'échange et de circulation de signes, sur un mode physique ou non. La construction rhétorique est habile, mais le propos du livre reste trop marqué par la séparation entre singulier et pluriel, qui trace une frontière empêchant l'articulation des deux dimensions.

4Il arrive certes à Paquot d'employer le singulier pour désigner un lieu urbain de circulation ouvert au public - comment faire autrement ? Mais, malgré l'ampleur de la période historique considérée, seule l'évocation de la cité grecque et de son agora, à la fois lieu géographique et instance de confrontation des opinions et de prise de décision, est l'occasion d'une réflexion sur le lien entre urbanité et politique. L'étude de l'évolution de l'urbain se concentre sur quelques moments-clé : la Grèce et Rome, le Moyen-Âge, le tournant des 19e et 20e siècles. La période la plus récente, qui est pourtant celle de l'apparition du vocable « espaces publics » dans le champ de l'urbanisme, que l'auteur date des années 1970, n'est plus abordée par la modification de la ville elle-même, de son réseau viaire et de ses constructions, mais par celle de sa perception et de certains usages qui lui sont attachés, en particulier les interventions artistiques dans les espaces publics. Se dégage ainsi l'impression que l'objet d'étude change au fil de l'étude.

  • 2 Negt, 2007. L'espace public oppositionnel, Paris : Payot.
  • 3 Farge, 1992. Dire et mal dire, L'opinion publique au XVIIIe siècle, Paris : Seuil.

5Le versant philosophique du livre est lui aussi contrasté. La synthèse, chapitre par chapitre, de l'ouvrage fondateur d'Habermas, paru en Allemagne en 1962 et traduit en français en 1978, est la bienvenue. L'écriture d'Habermas n'étant pas des plus faciles, la clarté de Paquot sera utile à qui cherche une introduction au concept d'espace public. Mais le chapitre sur les critiques et réponses à Habermas est singulièrement faible, évoquant surtout des auteurs globalement en accord avec le philosophe allemand. Paquot mentionne bien L'Espace public oppositionnel, d'Oskar Negt 2, mais ne précise pas qu'il s'agit, au-delà de l'élaboration d'un espace public prolétarien opposé à la sphère publique bourgeoise d'Habermas, d'une critique de fond, sur des bases politiques, de la conception habermassienne d'espace public. Les travaux historiques d'Arlette Farge, qui sont une réponse explicite à Habermas et montrent qu'il existe une opinion populaire dès le 18e siècle, ne sont pas mentionnés 3.

  • 4 Miège, 2004. L'information-communication, objet de connaissance, Paris : De Boeck/INA.
  • 5 Pailliart (dir.), 1995. L'espace public et l'emprise de la communication, Grenoble : Ellug.
  • 6 Dahlgren, 1995. Television and the Public Sphere, Londres : Sage.
  • 7 François et Neveu (dir.), 1999. Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débat (...)

6Les apports des sciences de l'information et de la communication, dont Paquot convient pourtant qu'ils sont le deuxième champ, après la philosophie, où le concept d'espace public se déploie, n'apparaissent pas davantage, alors qu'ils fournissent de précieuses pistes pour penser l'articulation entre singulier et pluriel, politique et urbanité. Bernard Miège 4, Isabelle Pailliart 5, Peter Dahlgren 6 ont tous mis l'accent, à différents niveaux, sur la fragmentation de l'espace public politique et, de fait, sur l'existence d'espaces publics - au pluriel - d'échange des idées et sur leurs liens avec les territoires géographiques. Paquot ne met pas non plus en question l'aspect le plus problématique de la conception habermassienne, qui érige la sphère publique bourgeoise du 18e siècle en un idéal normatif, représentant un âge d'or du débat public dont on ne peut que déplorer aujourd'hui le déclin fatal. Si Bastien François et Érik Neveu 7 ont pu regretter un certain épuisement des lectures aussi bien doxiques que critiques d'Habermas, il est dommageable que l'ouvrage de Paquot ne permette pas de disposer d'un panorama un tant soit peu complet de ces lectures.

Haut de page

Notes

1 Habermas, 1978. L'Espace public, Paris : Payot.

2 Negt, 2007. L'espace public oppositionnel, Paris : Payot.

3 Farge, 1992. Dire et mal dire, L'opinion publique au XVIIIe siècle, Paris : Seuil.

4 Miège, 2004. L'information-communication, objet de connaissance, Paris : De Boeck/INA.

5 Pailliart (dir.), 1995. L'espace public et l'emprise de la communication, Grenoble : Ellug.

6 Dahlgren, 1995. Television and the Public Sphere, Londres : Sage.

7 François et Neveu (dir.), 1999. Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Ballarini, « Thierry Paquot, L'espace public », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 05 avril 2010, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/970

Haut de page

Rédacteur

Loïc Ballarini

docteur en Sciences de l’information et de la communication, Cemti, Université Paris 8

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page