Navigation – Plan du site

Paul Nizan, Les chiens de garde

Laure Célérier
Les chiens de garde
Paul Nizan, Les chiens de garde, Marseille, Éditions Agone, coll. « Eléments », 2012, 182 p., ISBN : 978-2-7489-0171-9.
Haut de page

Texte intégral

1« L'actualité des Chiens de garde, nous aurions cependant préféré ne pas en éprouver la robuste fraîcheur. Nous aurions aimé qu'un même côté de la barricade cessât de réunir penseurs de métier et bâtisseurs de ruines » écrit Serge Halimi en 1998, en préface à l’ouvrage de Paul Nizan. Un an plus tôt, Serge Halimi avait publié, aux éditions Raisons d’Agir, Les Nouveaux Chiens de Garde, titre que porte également un documentaire de 2012, réalisé par Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, dénonçant les collusions entre vedettes médiatiques et intérêts financiers. Ces créations reprennent à leur compte la critique des logiques de domination dénoncées par Paul Nizan en 1932 et s’indignent de la criante actualité de l’alliance d’intellectuels prétendument désintéressés – les philosophes hier, les journalistes et experts médiatiques aujourd’hui – au service de la classe dominante. Un retour au texte de Paul Nizan semble nécessaire, qui illustre aussi bien la nécessité d’une vigilance citoyenne par rapport aux partis pris et aux logiques de domination, que les limites de la réflexion de Nizan et de ceux qui s’en inspirent.

2L’ouvrage de Nizan est un texte à charge contre des philosophes prétendument désengagés, qui serviraient avant tout les intérêts de la bourgeoisie, et contre la prétention de ces intellectuels au repli dans un monde incorruptible d’idées. Les chiens de garde est une critique sans concession du philosophe des idées. Nizan y dénonce avec force et pertinence la croyance en un « nouveau mythe de la cléricature », celui qui consacre la valeur intrinsèquement et nécessairement supérieure des activités intellectuelles. L’auteur récuse en outre l’idée selon laquelle les intellectuels, en vertu simplement de leur fonction, agiraient au service des hommes, de l’humanité en général. Le philosophe marxiste rappelle que chaque penseur s’inscrit dans une époque et dans un environnement social, dont sa pensée est le produit. Issu le plus souvent de la bourgeoisie, l’intellectuel peut avoir tendance à ne composer que les ouvrages qu’il a envie de lire, à occulter les idées qui troublent sa quiétude et éventuellement menacent un ordre social dans lequel il occupe une position relativement confortable. De plus, la vie des hommes de classes populaires peut ne pas troubler les pensées d’une bourgeoisie repliée sur l’entre soi et qui écrit surtout pour, et sur, les siens. Si l’on ne peut considérer que le positionnement social produit une pensée nécessairement au service d’une classe donnée, il ne paraît pas légitime d’occulter que l’origine sociale influe sur la production intellectuelle.

3D’autre part, Nizan s’indigne de la prétention des philosophes à l’élévation au-dessus de la foule, célébrée par un Descartes écrivant, au sujet des hommes qu’il côtoie, que « le bruit même de leur tracas n'interrompt pas plus mes rêveries que ferait celui de quelque ruisseau ». Cette prétention, qui est, pour les raisons susmentionnées une chimère, ne peut qu’entraîner son lot d’absurdités et de scandales : « La guerre ne fut point cette série de combats, d'incendies, cet entassement de morts répugnantes, de jours d'ennuis et d'assassinats, ces vagues de gaz, ces couteaux des nettoyeurs de tranchées, cette vermine et cette crasse humaine que les combattants connurent, mais la lutte du droit contre la force, mais la bataille de Descartes contre Machiavel, de Monsieur Bergson contre la machine allemande. Non point un jeu sanglant au profit des fabricants d'armes, mais une croisade philosophique, mais une bataille d'esprits », écrit Nizan. Ces philosophes qui soutiennent l’Idée de guerre servent ceux qui ne combattront pas. Beaucoup, parmi les plus démunis, dépourvus des armes intellectuelles que les philosophes ne consentent pas à leur fournir, finiront dans les tranchées.

4Et comment comprendre cette célébration d’une pensée intellectuelle nourrie d’abstraction, d’autant plus noble qu’elle s’éloigne des contingences matérielles ? La faute à la civilisation judéo-chrétienne, si prompte à séparer l’esprit de la chair, à célébrer la supériorité du premier sur la seconde ? Peut-être. La faute aux mathématiques, nous dit Nizan : « Le développement des sciences mathématiques (…) a bien pu amener les premiers métaphysiciens de l'âge moderne à concevoir toute méditation sur ce modèle.» Il peut sembler légitime de considérer que les raisonnements abstraits ont aussi leur place dans l’activité intellectuelle, mais comment ne pas accepter cette nécessité d’une activité intellectuelle nourrie d’observations et d’écoute des hommes?

5L’ouvrage de Nizan semble être d’une criante actualité pour plusieurs raisons. La dénonciation d’un raisonnement abstrait à outrance s’applique aujourd’hui à une économie quantitative dominante. Ensuite, l’attaque contre les intellectuels au service des classes dominantes paraît aujourd’hui actuelle.

6L’analogie s’impose avec la force de l’évidence entre la philosophie que fustige Nizan et ce que l’on peut aujourd’hui reprocher à de nombreux économistes orthodoxes, présents dans les médias. La critique que Nizan établit d’un raisonnement intellectuel abstrait, qui ne supporte que les objections internes et revendique un détachement d’un terrain qui corromprait autant l’esthétique du raisonnement que la validité des conclusions, peut être adressée à de nombreux économistes orthodoxes, pour des raisons énoncées par la sociologie économique. Quantitativistes, ces économistes acceptent trop rarement la remise en cause de leurs postulats (celui de la rationalité, parfois limitée, et de l’utilitarisme par exemple). Si les statistiques sont mobilisées, les réalités sociales et individuelles qu’elles recouvrent sont trop souvent négligées. Nizan se demandait « à quoi rime la philosophie sans matière », et nous nous inquiétons devant une économie statisticienne à l’excès, modélisatrice à outrance, qui ne s’embarrasse pas de rappeler les réalités que les concepts et lignes d’écriture mathématiques recouvrent, qui semble nier la nécessaire complémentarité des démarches qualitatives, de terrain, et quantitatives.

7Plus largement, la dénonciation que Nizan établit des collusions entre intellectuels et classes dominantes semble pouvoir être aujourd’hui reprise, à ceci près que les philosophes universitaires d’hier ont cédé le pas aux vedettes journalistiques et aux experts médiatiques. Comment ne pas penser à l’étonnante pérennité et homogénéité des discours, des chroniques et des tribunes médiatiques, prêchant aujourd’hui une austérité et une flexibilité surtout favorable aux détenteurs de capitaux – alors que ces recettes ont échoué à relancer la croissance à peu près autant de fois qu’elles ont été essayées – lorsque Nizan écrit : « Que font les penseurs de métier au milieu de ces ébranlements ? (…) Ils ne sont pas transformés. Ils ne sont pas retournés. L'écart entre leur pensée et l'univers en proie aux catastrophes grandit chaque semaine, chaque jour, et ils ne sont pas alertés. Et ils n'alertent pas (…). Et ils ne bougent point. Ils restent du même côté de la barricade. Ils tiennent les mêmes assemblées, publient les mêmes livres » ? La crise passe, les discours demeurent. De plus, les journalistes et les experts médiatiques semblent en bonne partie, de gré ou de force, acquis à la cause des dominants : les médias sont de moins en moins indépendants d’intérêts financiers, de par l’importance de la publicité dans leur financement, ou du fait de l’appropriation de nombreux médias par des groupes privés. Y compris dans le secteur public, la starification de certains journalistes des médias, caractérisée notamment par une inflation des salaires touchant le haut de la pyramide journalistique, est à même d’éloigner ces intellectuels des préoccupations des classes moyennes et populaires. Les démonstrations nombreuses, par Les nouveaux chiens de garde, des collusions souvent tues entre journalistes et experts, d’un côté, et intérêts financiers, d’un autre, font prendre conscience de la nécessité d’une indispensable vigilance citoyenne.

8Le texte de Nizan est un terreau fertile dans lequel puiser les ressources nécessaires à un positionnement critique.Il est aussi un complément indispensable à la lecture des Nouveaux Chiens de Garde. Mais l’œuvre de Nizan, ainsi que les textes postérieurs qui se réclament de son héritage, ne résistent pas non plus à une critique de leur parti pris.

9Nizan se réclame ouvertement du marxisme léninisme. Il établit qu’« il n'y a jamais eu que deux partis à prendre, celui des oppresseurs et celui des opprimés ». Il dénonce la guerre, mais encourage dans le même temps à s’emparer d’un fusil après avoir saisi la plume, reprenant à son compte Ilès et Marx : l’écriture est mise au service de la révolution. Nizan encourage la mise en place d’un nouveau système, de nouvelles logiques de domination, qu’il n’analyse pas tellement. Il dénonce l’illusion qui voudrait conférer aux intellectuels une position de supériorité du fait, simplement de leur fonction d’intellectuels, mais ne cède-t-il pas à une simplicité comparable, lorsqu’il reprend une pensée marxiste qui fustige l’ensemble des membres d’une classe dominante, en vertu de leur position dans les rapports de production ?

  • 1  Villemaire Luc, « Les chiens de garde de Paul Nizan », Philosophiques, vol. 11, n°1, 1984, p. 175- (...)

10Nizan et d’autres intellectuels, fustigeant la collusion d’une partie des élites avec le pouvoir financier, prennent un parti. Ils servent une idéologie différente, certainement plus sensible aux salariés des classes moyenne et populaire, ils servent des intérêts, simplement divergents de ceux pour lesquels se prononcent ceux qu’ils dénoncent. Cela illustre bien la complexité d’une posture attaquant le discours faussement neutre d’intellectuels. Comme l’avait écrit Villemaire en 1984, « Ce ׂ“réalisme” n'est qu'une autre forme de moralisme, producteur de vérités qui découpent le réel de manière à servir une certaine vision du monde (…) »1.

11Nizan se distingue toutefois par une honnêteté qui l’amène à conclure son ouvrage sur les propos suivants : « Les philosophes d'aujourd'hui rougissent encore d'avouer qu'ils ont trahi les hommes pour la bourgeoisie. Si nous trahissons la bourgeoisie pour les hommes, ne rougissons pas d'avouer que nous sommes des traîtres ». On peut récuser la validité de l’opposition entre la bourgeoisie, d’un côté, et les hommes de l’autre, tout en reconnaissant à Nizan la qualité de concéder qu’il prend un parti.

12En conclusion, ce livre offre une lecture vivifiante à plus d’un titre. Plus que comme une dénonciation marxiste de l’oppression exercée par une classe sur les autres, il peut être lu comme un cri de révolte contre l’imperméabilité des uns aux préoccupations des autres, jeu auquel les plus pauvres, économiquement, y perdent le plus souvent. Nizan ne cesse de rappeler, tout au long de son ouvrage, l’indispensable conscience du monde qui doit habiter chaque intellectuel, et qui devrait autant que possible habiter chacun de nous. Il peut être lu comme un encouragement à s’ouvrir au monde et à garder une position critique face à tous les discours. Enfin, la préface pamphlétaire de Serge Halimi est persuasive. Si les accusations d’Halimi sont sans concession et par endroits trop radicales, il n’en reste pas moins que ce préambule met bien en lumière la redoutable actualité du texte de Nizan.

Haut de page

Notes

1  Villemaire Luc, « Les chiens de garde de Paul Nizan », Philosophiques, vol. 11, n°1, 1984, p. 175-184, http://www.erudit.org/revue/PHILOSO/1984/v11/n1/203248ar.pdf, consulté le 29/10/2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « Paul Nizan, Les chiens de garde », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/9700

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page