Navigation – Plan du site

Manuel Maria Carrilho (dir.), La rhétorique

François-Ronan Dubois
La rhétorique
Manuel Maria Carrilho (dir.), La rhétorique, Paris, CNRS Éditions, coll. « Les Essentiels d'Hermès », 2012, 174 p., ISBN : 978-2-271-07510-9.
Haut de page

Texte intégral

1Sous le titre problématique de La Rhétorique, l’ouvrage dirigé par Manuel Maria Carrilho est composé de six textes et d’un glossaire. Deux de ces six textes, ceux qui ouvrent et ferment le volume, sont des inédits ; les quatre autres ont été publiés en 1995 dans la revue Hermès (volume 1, numéro 15), dans un effort de circonscrire, à l’époque, un champ d’études spécifique. Le but de cet ouvrage et, plus généralement, des « Essentiels d’Hermès », est de fournir selon Dominique Wolton, directeur de la collection, un accès facile à la « recherche contemporaine » de « façon pédagogique » (p. 4).

2Dans le premier texte, intitulé « Présentation générale : Les Métamorphoses de la rhétorique », Manuel Maria Carrilho entreprend de présenter les grandes théories de la seconde moitié du vingtième siècle en matière d’analyse de l’argumentation et, plus largement, de philosophie du langage. S’y trouvent présentés successivement The Uses of Argument (Stephen Toulmin, 1986), où l’argumentation est tirée du côté de la jurisprudence plutôt que de la logique, le Traité de l’argumentation : la nouvelle rhétorique (Chaïm Perelman, 1970), où le formalisme logique est une nouvelle fois minoré au profit de l’adhésion de l’auditoire, et enfin les numéros 15 et 16 de la revue Hermès (1995), où ces positions sont développées par plusieurs chercheurs. Après cette présentation, l’auteur insiste sur deux points : le rôle des présuppositions dans l’argumentation, à partir d’Austin et Searle, et celui du contexte, à partir d’Anscombre et Ducrot. Le chapitre présente ainsi les références communes à l’ensemble des articles suivants.

3Le deuxième article, de Sylvain Auroux, est intitulé « Argumentation et anti-rhétorique : le contenu de la logique classique en France ». Le titre en est relativement déceptif, dans la mesure où l’auteur n’y propose pas un tableau synthétique de la logique classique ni ne mentionne autrement que de façon épisodique la rhétorique. L’enseignement de la logique est évoqué à partir de sources postérieures parfois d’un siècle à l’âge classique (Hauchecorne en 1784 ou Le Breton en 1788). L’auteur s’intéresse de manière plus étendue aux liens entre logique et capacités cognitives, par exemple chez Condillac, en constatant l’application de la logique à des champs disciplinaires apparemment très variés. L’article se conclut sur une défense du formalisme de la logique classique, en dépit des apparences. On y trouvera encore une bibliographie des ouvrages consacrés à la logique au XVIIIe siècle.

4Sous le titre « Argumentation et logique naturelle : convaincre et persuader », le troisième article, de Jean-Blaide Grize, travaille la distinction entre la démonstration et l’argumentation, en construisant le concept de la schématisation, c’est-à-dire la construction d’une représentation commune par le locuteur, construction qui met en jeu deux séries d’opération : les « opérations qui construisent des objets en classes d’éléments » (47) et celles qui leur donnent des prédicats. L’article expose enfin, à partir d’un exemple, les modalités de l’adhésion à la schématisation de celui à qui elle s’adresse.

5Jean-Claude Anscombre propose dans le quatrième article un exposé synthétique de ses théories, sous le titre « Des topoï aux stéréotypes : sémantique et rhétorique ». Il reprend d’abord les grands traits de sa Théorie de l’argumentation de la langue (publiée avec Ducrot en 1983) et principalement son opposition au débat binaire entre descriptivisme et ascriptivisme. Tout énoncé, pour Anscombre, est un argument ; son « sens profond » dépend de « stratégies discursives » (63). Sur cette base il élabore plus tard la Théorie des topoï (1995) : les topoï sont des principes généraux socialement inscrits dans la langue, dont les locuteurs se servent pour construire leurs énoncés. Ils contiennent des enchaînements logiques présents dans les unités lexicales (par exemple, travail donc salaire). Cette proposition est enfin raffinée par l’esquisse d’une théorie des stéréotypes.

6Avec le cinquième article intitulé « Problématologie et argumentation ou la philosophie à la rencontre du langage », Michel Meyer expose l’idée qu’il existe, dans tout acte d’énonciation, une « différence problématologique » (84), c’est-à-dire une tension entre un problème à résoudre et une solution à donner. Le langage est placé sous le signe de l’interrogation et le dialogue tend à « stabiliser un contexte interlocutoire qui permet la transaction linguistique » (88), à équilibrer les savoirs respectifs des interlocuteurs. En s’inspirant de la tripartition ethos, pathos et logos, M. Meyer considère la rhétorique comme « la négociation de la distance entre les sujets à propos d’une question » (94). L’auteur applique finalement ces éléments à un exemple concret.

7Le sixième article, et donc le second inédit, a pour auteur Rui Alexandro Grácio et pour titre « Du discours argumenté à l’interaction argumentative ». Il met en avant le rôle de la situation d’interlocution dans l’argumentation : l’argumentation est un phénomène qui nait de la confrontation de plusieurs voix. Au contraire, la logique est l’expression d’une seule voix qui ne souffre pas de contradiction. Pour préserver cette opposition, il importe de distinguer l’argumentativité, qui est une propriété des discours, et l’argumentation, qui implique une situation concrète d’échange de paroles, c’est-à-dire « la polygestion d’un sujet en question » (118).

8L’ouvrage se clôt enfin sur un glossaire, dont l’intérêt est très limité. Certaines définitions reprennent presque exactement ce qui est contenu dans le texte principal et ne fournissent donc aucun éclairage nouveau qui en faciliterait la compréhension, telle l’entrée « Ascriptivisme » ; d’autres sont déjà si spécialisées qu’elles font plutôt office d’aide-mémoire pour spécialistes que d’article de glossaire, comme « Adéquation descriptive » ; d’autres encore sont incomplètes (« Pas de déduction » et « Pas d’argumentation ») ; certaines enfin sont parfaitement obscures, comme celle de « Ontologie » dont le contenu, in extenso est « Etude de l’être en tant qu’être ».

9Plus généralement, c’est la dimension pédagogique de l’ouvrage qui paraît douteuse. Difficile en effet pour un lecteur peu familier des questions évoquées de retrouver son chemin dans certains articles et l’ensemble est, de ce point de vue, très inégal. Si les trois derniers articles se distinguent par leur clarté et leur extension, les deux premiers (après la présentation générale) sont peu éclairants. Il manque souvent un fil conducteur qui nouerait pour le lecteur néophyte, ou simplement informé mais non-spécialiste, les différentes conceptions exposées.

10Les lecteurs familiers de la rhétorique antique et classique regretteront par ailleurs que sa présentation soit très approximative dans l’ouvrage, quand elle n’est pas entièrement fautive. De ce point de vue, le titre général peut paraître trompeur, tant il est vrai qu’il est rarement question de rhétorique dans les articles qui composent l’ouvrage, où l’analyse des énoncés isolés l’emporte toujours sur celles des discours, au point que le mot même de « rhétorique » n’est pas très présent. C’est donc plutôt d’argumentation qu’il est ici question.

11Le lecteur aura donc affaire à un ouvrage dense qui, s’il ne tient certes pas ses promesses en termes de pédagogie, d’analyse discursive et de recherches contemporaines (puisque l’essentiel des textes a près de vingt ans), offrira à qui est déjà familier des questions évoquées une synthèse resserrée, un aide-mémoire terminologique et de précieuses indications bibliographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Manuel Maria Carrilho (dir.), La rhétorique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/9701

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat avec l'Université Stendhal — Grenoble 3, affilié aux centres RARE (Rhétorique de l'Antiquité à la Révolution) et LIRE (Littératures, Idéologies et Représentations)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page