Navigation – Plan du site

Bruno Trentin, La Cité du travail. La gauche et la crise du fordisme

Fabien Escalona
La Cité du travail
Bruno Trentin, La Cité du travail. La gauche et la crise du fordisme, Fayard, coll. « Poids et mesures du monde », 2012, 444 p., ISBN : 978-2-213-66866-6.
Haut de page

Texte intégral

1Dans la collection « Poids et mesures du monde », Alain Supiot publie et introduit remarquablement la traduction française d’un ouvrage de Bruno Trentin publié en Italie il y a une quinzaine d’années. Leader syndical de premier plan et responsable politique du Parti communiste italien puis des formations qui lui ont succédé, Trentin s’engagea aussi dans un travail intellectuel dont La Cité du travail est l’une des facettes, particulièrement stimulante à lire aujourd’hui. Tout au long de son essai, l’auteur poursuit la cible de la « réification du travail » (p. 30), tout en décochant ses flèches contre la gauche dominante qui n’a pas su y faire face ni y réfléchir sérieusement jusqu’à présent.

  • 1  Olivier Weinstein, Pouvoir, finance et connaissance. Les transformations de l’entreprise capitalis (...)

2Si cette question lui apparaît centrale, c’est en raison des potentialités ouvertes par le déclin irréversible des modes d’organisation tayloriste et fordiste. La finesse avec laquelle ce phénomène est analysé constitue l’une des qualités de cet ouvrage. En effet, Trentin rejette la rhétorique « postindustrielle » proclamant la disparition de la classe ouvrière voire la fin du travail : non seulement ce diagnostic lui semble outrancier, mais ne ferait qu’obscurcir la compréhension « des nouvelles articulations qui apparaissent dans la composition sociale et culturelle du travail salarié » (p. 67). Si ce dernier n’a pas disparu, son avenir est en revanche soumis à deux types de forces antagonistes. Les unes, émancipatrices, découlent de la nécessité d’augmenter les compétences individuelles des salariés et de leur accorder davantage d’autonomie et de possibilités d’intervention dans le processus décisionnel. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication, associées à l’extension mondiale du champ de la compétition économique, expliquent ce tournant qui remet en cause « la division technique du travail et des fonctions instaurées par le taylorisme » (p. 55). Or, de la même façon que les réelles potentialités anticapitalistes de « l’économie de la connaissance » sont étouffées par l’évolution des firmes contemporaines1, le caractère subversif de ces nouvelles exigences rencontre la volonté de puissance des acteurs déjà dominants, qui comptent bien préserver leur « pouvoir discrétionnaire ». Loin d’être promise à une émancipation générale, la majorité des travailleurs subordonnés risque donc de faire l’objet, davantage et/ou autrement qu’auparavant, de pratiques autoritaires de la part des managers.

  • 2  Trentin écrit que « la participation au gouvernement […] tend à devenir, à ce stade, un objectif e (...)

3Dans cette nouvelle configuration, Trentin regrette que la gauche n’ait pas de projet offrant une issue crédible et progressiste à la crise du fordisme. De fait, les appareils partisans et syndicaux qui ont dominé le mouvement ouvrier ont selon lui toujours failli quant à la prise en charge de la question du travail. L’« idéologie de la transition », dont il décortique les ressorts dans la première moitié du livre, en serait pour une bonne part responsable. Selon cette vision, les souffrances et l’aliénation générées par le travail subordonné devaient être soulagées par des compensations monétaires en attendant la conquête du pouvoir étatique, à partir duquel les bases de la propriété seraient enfin transformées. D’où l’implication des partis de gauche dans la construction de l’État-providence et les revendications syndicales centrées sur la question du salaire. Le problème, c’est qu’aucune de ces deux stratégies n’a fait progresser une authentique démocratie économique au sein de la sphère productive, ni n’a significativement élargi les droits des travailleurs sur le lieu de travail, à l’intérieur de l’entreprise. Surtout, cette représentation d’une marche victorieuse du socialisme étape par étape a été réduite à néant par l’effondrement des expériences se réclamant du socialisme « réel ». Cela alors même que la crise rampante des capitalismes avancés a drastiquement réduit les marges de manœuvre redistributrices. Selon Trentin, deux attitudes tout aussi délétères pour les salariés ont alors émergé, entre d’un côté une gauche cherchant à exercer le pouvoir à tout prix mais sans projet alternatif face aux politiques de rigueur2, et de l’autre côté une gauche maximaliste se contentant d’une surenchère de revendications quantitatives et s’exposant aux accusations de corporatisme. Depuis, c’est à une « politique sans qualités » que s’adonnerait désormais la gauche contemporaine, orpheline d’un projet de société mobilisateur qui se substituerait à « l’idéologie de la transition » défunte.

4Pour autant, celle-ci n’explique pas seule l’incapacité de la gauche à promouvoir le partage des pouvoirs et des savoirs dans l’ordre productif postfordiste. Dans un chapitre éclairant, l’auteur met en évidence les déterminants de la séduction exercée par le taylorisme sur la majorité des intellectuels et des organisations du mouvement ouvrier. Elle reposait d’une part sur la nature « progressiste » attribuée à la nouvelle organisation dite « scientifique » du travail, dont il était attendu que les gains de productivité, correctement répartis, amélioreraient in fine le bien-être des travailleurs. D’autre part, l’idée d’une planification rationnelle d’un grand ensemble d’activités jouait aussi un rôle de fascination : possible pour des organisations productives de plus en plus larges, elle semblait l’être pour l’appareil étatique, voire pour la société elle-même. Enfin, les ressources dégagées par la rationalisation du travail laissaient espérer une émancipation progressive vis-à-vis du travail lui-même, notamment via le temps libéré pour des activités citoyennes et associatives hors de la sphère productive.

5Au final, s’est donc imposée une croyance dans la neutralité de l’organisation du travail, aboutissant logiquement à un désinvestissement politique envers ce qui s’y jouait quotidiennement pour les salariés. Au-delà de leurs différences, les sociaux-démocrates tout autant que la gauche plus radicale ont partagé cette culture, qui les a rendus inaptes à comprendre et à répondre aux bouleversements de l’ordre productif fordiste et aux nouvelles demandes démocratiques émanant de la société. Dans les deux cas, la recherche de l’égalité des résultats a éclipsé celle de la protection sans attendre de l’intégrité de la « personne humaine » au travail, avant d’être elle-même compromise après la fin des Trente Glorieuses. Alors que la gauche a donc perdu sur tous les tableaux, Trentin l’appelle à prendre conscience de sa « subordination culturelle » au taylorisme et au fordisme, qui loin de constituer des modèles d’organisation neutres pavant la voie du progrès socialiste, se sont au contraire révélés compatibles avec les intérêts et l’idéologie des classes dominantes. Selon lui, un retour critique sur sa propre histoire est une condition sine qua none pour que la gauche accouche d’un projet alternatif.

6Dans la seconde partie de l’ouvrage, il se penche donc plus précisément encore sur l’origine des contradictions de la gauche vis-à-vis de la question du travail subalterne. Il revient notamment sur la « crise du marxisme et les réponses qu’ont tenté d’y apporter Lénine et Gramsci. Alors que celles du second se sont distinguées par leur qualité et leur richesse théoriques, elles n’en auraient pas moins contribué à renverser la dialectique usine-société : au lieu que l’irrationalité et l’injustice du fonctionnement de la première soient comprises comme la source des désordres sociaux généraux, c’est l’inadéquation de l’ordre politique et social à la rationalité indiscutée de l’organisation tayloriste du travail subordonné qui fut mise en cause. Le mouvement ouvrier tout entier aurait été imprégné de cette « scission » opérée « entre le moment de la production (rationnel) et celui de la distribution (irrationnel et anarchique) » (p. 245), ce qui expliquerait la facilité avec laquelle les forces réformistes comme radicales se sont identifiées de plus en plus à la gestion de l’État, consacré comme « lieu de la politique » par excellence, au point de négliger la transformation du travail hétéronome lui-même.

7Tout en approfondissant l’analyse générale délivrée dans la partie précédente de son essai, Trentin en profite aussi pour la nuancer, notamment en revenant sur les « autres voies » imaginées ou tentées par une gauche restée minoritaire. Celle-ci, paradoxalement, est restée davantage fidèle à une dimension souvent négligée de l’analyse marxienne de la genèse du capitalisme : plus encore que l’extorsion de la valeur du « surtravail » (qui a nourri les conflits de répartition privilégiés par la majorité du mouvement ouvrier), c’est la séparation entre le travailleur, ses instruments et son savoir qui est fondatrice du mode de production capitaliste et lui confère son caractère aliénant. Cette séparation a suscité des résistances, qui ont à leur tour nourri une « demande de liberté et de socialisation des pouvoirs et des connaissances » (p. 44), mais ont été peu ou mal relayées par les appareils politiques et syndicaux dominants. Parmi les figures de cette « autre gauche possible », Trentin évoque ainsi les théoriciens Karl Korsch et Otto Bauer, les socialistes libéraux italiens du groupe « Justice et liberté », le mouvement du « socialisme guildiste » en Grande-Bretagne, ainsi que des chercheurs et militants chrétiens comme Simon Weil.

8« Rois dans la cité mais serfs dans l’entreprise » (Jaurès), voilà le sort des travailleurs subalternes contre lequel cette gauche minoritaire n’a cessé de se mobiliser. Trentin appelle à renouer avec son combat dans le chapitre conclusif intitulé « Travail et citoyenneté ». Selon lui, le despotisme des gouvernants vis-à-vis des gouvernés ne doit pas être remis en cause uniquement dans la sphère politique, mais aussi sur les lieux de production. Quant aux droits formels conquis au sein des démocraties libérales, leur incomplétude ne tient pas seulement à l’absence de ressources pour les exercer, mais au fait de ne pas être accompagnés de droits équivalents au sein de l’entreprise.

  • 3  Thomas Coutrot, Démocratie contre capitalisme, Paris, La Dispute, 2005 ; Marc Fleurbaey, Capitalis (...)
  • 4  Lucien Sève, Aliénation et émancipation, Paris, Editions La Dispute, 2012 ; Marcello Musto, « Revi (...)

9Si la lecture de cet ouvrage n’est pas des plus aisées pour qui est peu familier des thématiques évoquées, elle s’avérera stimulante pour ceux qui s’intéressent à l’histoire de la gauche politique et syndicale, mais aussi aux transformations de l’ordre productif ou à la sociologie du travail. L’essai fait par ailleurs écho à une littérature récente sur la démocratisation souhaitable de la sphère productive3 et la redécouverte du concept d’aliénation dans la théorie marxienne4. En revanche, les lecteurs engagés n’y trouveront pas un volet conséquent de propositions. Tout au plus l’auteur insiste-t-il sur le fait que les transformations à l’œuvre au sein du salariat ont rendu caduques les compromis sociaux fondés sur la seule variable du « revenu ». Il serait injuste de considérer qu’il s’agit là d’une faiblesse de l’ouvrage, dans la mesure où Trentin ne prétend jamais détenir de solution « clé en main », poursuivant seulement l’objectif déjà conséquent de mettre la gauche face à ses contradictions sur la question du travail. Pour autant, cette absence nourrit l’interrogation quant au type de transformation sociale que Trentin pensait possible. À plusieurs reprises, ce dernier semble en effet opposer l’action « ici et maintenant » sur les conditions de travail à un projet plus vaste de bifurcation des sociétés parties prenantes de l’économie-monde capitaliste. Or, les principes de démocratie économique et d’autogouvernement sur le lieu de production entrent en conflit avec ceux du pouvoir capitaliste, présageant d’une conflictualité dont Trentin n’affronte que peu les conséquences et la réflexion stratégique qu’elle requerrait. Cet angle mort de l’essai est peut-être le signe que la division historique entre réformistes et révolutionnaires, justement relativisée tout au long de l’ouvrage quant au travail subalterne, n’a pas encore perdu toute sa pertinence.

Haut de page

Notes

1  Olivier Weinstein, Pouvoir, finance et connaissance. Les transformations de l’entreprise capitaliste entre XXe et XXIe siècle, Paris, Editions La Découverte, 2010.

2  Trentin écrit que « la participation au gouvernement […] tend à devenir, à ce stade, un objectif en soi », au risque que « la compétition entre la droite et la gauche [ne devienne] de plus en plus une compétition entre deux hypothèses de gouvernabilité de l’existant » (pp. 126-128, c’est l’auteur qui souligne).

3  Thomas Coutrot, Démocratie contre capitalisme, Paris, La Dispute, 2005 ; Marc Fleurbaey, Capitalisme ou démocratie ? L’alternative du XXIème siècle, Paris, Grasset, 2006 ; Isabelle Ferreras, Gouverner le capitalisme ?, Paris, PUF, 2012.

4  Lucien Sève, Aliénation et émancipation, Paris, Editions La Dispute, 2012 ; Marcello Musto, « Revisiting Marx's Concept of Alienation », Socialism and Democracy, vol.24,n°3, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Escalona, « Bruno Trentin, La Cité du travail. La gauche et la crise du fordisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 02 novembre 2012, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/9715

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page