Navigation – Plan du site

François Granier, Roland Labrégère, L’école au défi du numérique. Pour une éducation citoyenne

Ismail Ferhat
L’Ecole au défi du numérique
François Granier, Roland Labrégère, L’Ecole au défi du numérique. Pour une éducation citoyenne, Dijon, Raison et Passions, 2012, 202 p., ISBN : 9782917645222.
Haut de page

Texte intégral

1Le numérique n’en finit pas à la fois de pénétrer et de redéfinir les comportements individuels, les collectivités et les institutions. Parmi les organismes qui sont en « première ligne », pour risquer une allégorie militaire, se trouve l’école, dont certaines des tensions qu’elle connaît sont liées aux nouvelles technologies. C’est l’objet de l’ouvrage signé par deux chercheurs spécialistes du numérique et des services publics, François Granier (CNRS/CNAM) et Roland Labrégère (Agrosup Dijon). Une série importante de travaux, d’articles, de rapports s’est intéressée aux usages du numérique en milieu scolaire, regroupés sous l’acronyme générique de TICE (technologies de l’information et de la communication pour l’éducation). L’ouvrage vient faire une synthèse bienvenue de cette littérature foisonnante et souvent très diverse. Dès les années 1960, la réflexion sur l’influence des nouvelles technologies sur les institutions - ou même leur altération - est vive. L’école, perçue comme une « boîte noire » construite autour de l’asymétrie entre l’enseignant savant et les élèves qui attendent le savoir de l’institution scolaire.

  • 1  Pour une lecture très critique de ce capitalisme éducatif, cf. Christian Laval, Francis Vergne, Pi (...)

2Le numérique se combine aux mutations plus générales des sociétés contemporaines à partir des années 1970-1980 : la multiplicité des accès aux savoirs affaiblit la centralité de l’enseignement scolaire. Dans le même temps, l’école devient une clé centrale de la « société de connaissance » que recherchent l’ensemble des pays développés, avec une marchandisation sans cesse accrue des systèmes éducatifs sous la pression du nouveau capitalisme et des forces du marché1. Ce nouveau libéralisme, précisément calqué sur le modèle d’internet (réseaux, « employabilité », « court-termisme » revendiqué, culte de la nouveauté) constitue le soubassement de la société numérique qui triomphe.

3L’institution éducative est dès lors déstabilisée sur plusieurs plans, relèvent les deux auteurs : d’une part, elle se voit assigner l’objectif de s’adapter à la formation aux compétences. D’autre part, elle doit transformer son architecture institutionnelle pour s’adapter à la « société des réseaux » produite par le numérique. Enfin, la salle de classe - à l’instar de la chambre des adolescents cernée par les nouvelles technologies - ne peut plus être une « boîte noire », tant les TICE conduisent à la rendre transparente.

4À partir de ce constat de facture classique, les auteurs développent une réflexion originale et bienvenue. L’institution scolaire, travaillée par des mutations dont le numérique n’est qu’un aspect important, est face à quatre chemins (pp.32-36). L’école peut emprunter « le scénario du marché » (la marchandisation généralisée des parcours scolaires), « le scénario de survie » (avec des réseaux éducatifs ségrégués), « le scénario du maintien » (la sclérose de l’institution scolaire), et enfin « le scénario de la transformation » que souhaitent les auteurs.

5L’intégration du numérique à l’école transforme à la fois le rapport des acteurs de celui-ci à l’institution scolaire et les interactions entre les acteurs. Ainsi, internet change les méthodes de travail et d’appréhension de l’éducation chez les élèves, les personnels enseignants et les parents, parfois en les déstabilisant profondément. Mais les TICE altèrent et renouvellent aussi les rapports entre les acteurs. Ainsi, les logiciels de vie scolaire permettent une nouvelle communication entre parents (informés en « temps réel ») et l’établissement de scolarisation de leurs enfants. De même, les nouvelles technologies - et la culture qu’elles charrient, ainsi les jeux-vidéos - pénètrent profondément les méthodes pédagogiques. La vogue des « serious games » (jeux-vidéos à visée éducative), la notion d’interactivité sont ainsi des exemples de cette transformation de l’acte pédagogique.

  • 2  Une idée développée par l’auteur américain Larry Cuban dès les années 1980 qui parle à ce propos d (...)
  • 3  Cf. ainsi les travaux très critiques de cette transformation cognitive par les nouvelles technolog (...)

6Cependant, et c’est un mérite supplémentaire de l’ouvrage, François Granier et Roland Labrégère refusent tout prophétisme technologique2, qui au nom d’un optimisme aussi béat qu’illusoire, ferait du numérique une solution à tout faire. En effet, les nouvelles technologies supposent de renforcer certains aspects de l’institution scolaire, ainsi la formation des enseignants, qui doit être d’autant plus solide que les TICE modifient le travail de ces personnels. De plus, le numérique ne transformera pas totalement l’école : les systèmes éducatifs sont enracinés dans des logiques historiques, institutionnelles, socio-économiques et culturelles qui sont cohérentes et ne disparaîtront pas de sitôt. Surtout, et les auteurs le rappellent fortement pp.138-140, les nouvelles technologies peuvent avoir des aspects proprement négatifs. Ceux-ci allient gaspillage de temps et d’énergie chez les acteurs éducatifs, usages parfois improductifs - voire contreproductifs, ainsi en matière de maîtrise de l’orthographe -, cyberdépendance, incapacité à maintenir un effort et une concentration continus. Le vaste mouvement de mutations cognitives entrainées par les nouvelles technologies réduit ainsi les capacités d’attention des individus, accroissant la pratique du « copier-coller » et altérant une réflexion personnelle prolongée3.

  • 4  Michel Serres, La petite poucette, Paris, Le Pommier, 2002

7En conclusion (p.168), les auteurs s’appuient sur la réflexion de Michel Serres sur les défis d’une « citoyenneté numérique »4. C’est un véritable renversement de perspective qu’ils souhaitent : au lieu de demander simplement à l’école de s’adapter aveuglément aux nouvelles technologies, ils souhaitent au contraire une intégration raisonnée des TICE, au nom de la préservation des valeurs civiques dont l’institution scolaire est porteuse. Ce discours original, au terme d’un ouvrage clair et informé, ravira probablement les « hussards de la République », et aussi celles et ceux qui trouvent excessif l’usage de la notion de « révolution » accolée à chaque nouveau gadget technologique.

Haut de page

Notes

1  Pour une lecture très critique de ce capitalisme éducatif, cf. Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clement et Guy Dreux, La nouvelle école capitaliste, Paris : La Découverte, réédition de 2012

2  Une idée développée par l’auteur américain Larry Cuban dès les années 1980 qui parle à ce propos de « romance inconstante » pour qualifier les croyances prophétiques dans les nouvelles technologies.

3  Cf. ainsi les travaux très critiques de cette transformation cognitive par les nouvelles technologies de la neurologue Susan Greenfield, ID : The Quest for Identity in the 21st Century : The Quest for Meaning in the 21st Century, Londres : Spectre, 2009

4  Michel Serres, La petite poucette, Paris, Le Pommier, 2002

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ismail Ferhat, « François Granier, Roland Labrégère, L’école au défi du numérique. Pour une éducation citoyenne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 05 novembre 2012, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/9721

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page