Navigation – Plan du site

Margaret Maruani, Monique Meron, Un siècle de travail des femmes en France, 1901-2011

Delphine Moraldo
Un siècle de travail des femmes en France
Monique Meron, Margaret Maruani, Un siècle de travail des femmes en France. 1901-2011, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2012, 229 p., ISBN : 9782707145710.
Haut de page

Texte intégral

1Le travail des femmes alimente des mythes vivaces : celui de la modernité (les femmes ne travaillaient pas avant), de la contingence (« et si les femmes s’arrêtaient de travailler ? »), ou encore de la dépendance (le travail des femmes après celui du mari). Ce sont ces « légendes » auxquelles Margaret Maruani, sociologue spécialiste du travail féminin, auteure notamment de Mais qui a peur du travail des femmes ? (1985)ou d’Au labeur des dames (1989), et Monique Méron, statisticienne à l’INSEE, s’attaquent dans cet ouvrage en s’appuyant entre autres sur les statistiques des recensements en France métropolitaine depuis 1901.

2Mais leur ambition n’est pas seulement de compter ou « recompter » le travail des femmes. Dans une optique résolument différente de celle d’Olivier Marchand et de Claude Thélot (Le travail en France, 1800-2000, 1997),qui avaient reconstitué la population active des deux derniers siècles en se basant sur des définitions actuelles (celles d’activité, de chômage, etc. retenues par les derniers recensements), elles partent des définitions de chaque époque pour « retrouver les logiques qui présidaient [alors] aux chiffres » (p. 12) et comprendre les codes sociaux et les représentations amenant à classer ou non comme « travail » l’activité féminine. Dans la lignée des travaux d’Alain Desrosières sur la construction sociale et historique des catégories statistiques, elles rappellent tout au long de l’ouvrage que le regard statistique, classant, est toujours ancré dans un contexte, indissociable des valeurs et des représentations du moment. « Tel est le pari de ce livre : en regardant comment se construisent au fil des ans les statistiques de l’activité professionnelle des femmes, on peut raconter quelque chose de l’histoire de leur statut. Car le travail féminin est un fil rouge pour lire la place des femmes dans la société, dans toutes les sociétés contemporaines » (p. 16).

  • 1  Après 1954, le fait que les femmes agricultrices soient retirées des actives modifie la courbe des (...)

3Dans le premier chapitre, les auteures retracent les évolutions de la place des femmes dans le monde du travail au long du XXe siècle, en s’intéressant à la fois au taux d’activité des femmes et à la façon de le mesurer. C’est en pointant les changements des définitions retenues par le recensement qu’elles arrivent à critiquer l’idée (défendue dans les travaux de Marchand et Thélot, mais aussi de Carré, Dubois, et Malinvaud) d’une baisse continue de l’activité féminine (relativement à l’activité masculine) dans la première moitié du XXe siècle. En particulier, la « métamorphose inquiétante » du recensement en 1954 (p. 49), qui cesse de compter les femmes d’agriculteurs comme des agricultrices et les reclasse comme « inactives » (ce qui en dit long sur les représentations de la place des femmes dans les années 1950) provoque un véritable bouleversement dans la comptabilité de l’activité féminine : la part des femmes dans la population active atteint son point le plus bas (33%), et la courbe de l’activité féminine en est modifiée par la suite1. L’idée retenue par Marchand et Thélot d’une décroissance tendancielle de l’activité féminine dans la première moitié du XXe siècle repose ainsi sur une hypothèse forte, ancrée dans une époque (et jamais démontrée), qui est que l’activité agricole des femmes n’est pas du vrai travail. Regarder les années 1900-1950 à partir de cette hypothèse conduit à recalculer les données passées et produit une « illusion d’optique statistique » qui sous-estime l’activité féminine (p. 56). Fortes de ce constat, les auteures concluent à une constance du poids de l’activité féminine en France : jamais moins d’un tiers de la population active, près de la moitié aujourd’hui.

4Le deuxième chapitre traite des métamorphoses des cycles de vie professionnels de femmes, en insistant sur la construction de la « tradition de la discontinuité » des carrières féminines qu’on observe clairement après la Seconde Guerre Mondiale (les taux d’activité par âge s’infléchissant lorsque les femmes ont des enfants, puis remontant ensuite lorsque ceux-ci sont grands). Les auteures montrent tout d’abord que la discontinuité des trajectoires professionnelles des femmes est devenue minoritaire dans les dernières décennies, ce qui constitue une rupture majeure : aujourd’hui, la majorité des femmes cumulent activité professionnelle et vie familiale, alors que ce n’était pas le cas dans les années 1960. Mais qu’en était-il dans la première moitié du XXe siècle ? De façon surprenante, les auteures montrent que l’activité féminine n’a pas toujours été dépendante de la vie familiale, les taux d’activité féminins fluctuant très peu au long de la vie (ce qui représente d’ailleurs une particularité française) entre 1901 et 1946. Ce n’est en fait qu’après la Seconde Guerre Mondiale qu’apparait la fameuse « courbe bimodale » des taux d’activité des femmes, marquant des périodes d’inactivité consacrées à l’éducation des enfants. Là encore, il faut se replacer dans le contexte des représentations de la place de la femme et des discours natalistes de l’après-guerre. On peut donc conclure à une spécificité des trajectoires féminines non pas dans la période actuelle mais plutôt dans les années 1950 et 1960.

5Le troisième chapitre, consacré aux « pénuries d’emploi », traite des diverses formes de privation d’emploi (chômage, sous-emploi, travail à temps partiel) qui se sont développées au 20ème siècle. Plus encore que dans les autres chapitres se pose ici la question de la reconstitution statistique, pour des phénomènes aux définitions et à la visibilité fluctuantes, aux chiffrages polémiques et politiques. Cette incertitude des chiffres est d’autant plus forte qu’il s’agit des femmes, pour qui, dans le cas du chômage, « l’ombre de l’inactivité plane toujours sur la privation d’emploi » (p. 151). Quant au temps partiel, s’il existait déjà au début du siècle, il se construit peu à peu après les années 1970 comme une forme d’emploi spécifiquement féminine, « crée de toutes pièces pour elles » et dont on réalise peu à peu les ravages.

6Le quatrième chapitre s’intéresse au sexe des métiers et à leur évolution tout au long du siècle. En détectant les ruptures et les constances de la répartition sexuée des métiers, il est possible de mettre à jour la façon dont « la société se décrit elle-même à travers les chiffres collectés, les classements choisis, leur plus ou moins grande finesse et les enjeux qu’ils reflètent » (p. 156). Là encore, les auteures reviennent sur leurs difficultés à dresser à tableau d’ensemble face à des nomenclatures et des définitions changeantes (cf. en particulier l’encadré p. 158). Tout en retraçant l’évolution des secteurs d’activité, elles montrent qu’il a toujours existé des secteurs spécifiquement féminins, les femmes étant très concentrées dans certaines professions aussi bien au début du XXe siècle qu’au début du XXIe (en 2008, 50% des femmes qui travaillent sont regroupées dans 28 professions, sur 486 répertoriées), avec des constantes : les professions liées à la petite enfance, les services aux particuliers, etc. Ainsi, « beaucoup (des) métiers exclusivement masculins ou féminins semblent s’inscrire dans une longue tradition en France » (p. 169). Pourquoi alors, pointent les auteures, interroge-t-on surtout les choix féminins, leur « refus » de pratiquer tel ou tel métier alors que la question se pose exactement dans les mêmes termes pour les hommes ? À côté de cette ségrégation sexuée persistante dans les métiers peu qualifiés, les professions qualifiées se féminisent… sans pour autant se dévaloriser, contrairement à cette autre idée tenace qu’une profession qui se féminise perd son prestige. Les auteures y entrevoient la possibilité d’un avenir meilleur (p. 192).

  • 2  Par exemple la population active dans le chapitre 1, l’emploi dans le chapitre 2, le chômage dans (...)

7L’ouvrage est d’une grande précision scientifique, tant dans la définition (et le questionnement) des notions et concepts2, facilité par de nombreux encadrés explicatifs, que dans l’administration de la preuve à l’aide d’analyses fines de données statistiques. C’est grâce à un usage précis et abondant des chiffres, remis à chaque fois dans leur contexte historique, que les auteures arrivent à montrer les incohérences de certaines croyances ancrées et à les déconstruire pas à pas. Et cela en mettant en garde contre le pouvoir explicatif des données (« les données ne disent jamais tout », p. 8) et en explicitant constamment les limites de ce qu’il est possible d’en tirer.

Haut de page

Notes

1  Après 1954, le fait que les femmes agricultrices soient retirées des actives modifie la courbe des taux d’activité jusqu’aux années 2000. L’augmentation de l’activité des femmes aurait été moins forte si le comptage était resté le même (la courbe aurait été adoucie par l’extinction progressive de l’activité agricole).

2  Par exemple la population active dans le chapitre 1, l’emploi dans le chapitre 2, le chômage dans le chapitre 3, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Moraldo, « Margaret Maruani, Monique Meron, Un siècle de travail des femmes en France, 1901-2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 05 novembre 2012, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/9729

Haut de page

Rédacteur

Delphine Moraldo

Doctorante en sociologie, membre du Centre Max Weber, équipe « Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations », CNRS-UMR 5283

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page