Navigation – Plan du site

Pascal Dibie, Ethnologie de la porte. Des passages et des seuils

Stéphanie Messal
Ethnologie de la porte
Pascal Dibie, Ethnologie de la porte. Des passages et des seuils, Métailié, 2012, 422 p., ISBN : 978-2-86424-841-5.
Haut de page

Texte intégral

1Plus qu’une ethnologie de la porte, c’est plutôt une invitation au voyage dans le temps (au travers l’Histoire et la Mythologie) et l’espace (de continent en continent) que nous propose Pascal Dibie (laboratoire URMIS). Le lecteur traverse les époques en poussant les portes ou bien, il entre chez un nouvel hôte à chaque seuil franchi. L’anthropologue que je suis s’attendait plutôt à une étude ethnographique, où l’homme serait observé au quotidien aux prises avec ses portes fussent-elles grandes ou petites, d’entrée ou de sortie, d’immeuble ou de chambre. Comment les ouvre-t-on, comment les ferme-t-on ? Combien de fois s’ouvre une porte en une journée, une semaine, un mois ou une année ? Et pour qui s’ouvrent-elles, et sur qui se referment-elles ? Les retenir ou les claquer, pour s’effacer ou s’affirmer ? Mais dans cet ouvrage, Pascal Dibie nous convie à découvrir l’évolution de la porte au travers les âges. De simple issue à porte des étoiles, comment la porte s’est-elle affirmée avec le temps ? Comment les évolutions techniques, la maîtrise grandissante des matériaux en a changé les contours, les formes mais surtout et aussi son implication et sa place dans les sociétés.

2Tout au long de la lecture, nous avons affaire à une véritable mise en abîme. Alors que nous toquons à la porte, celle-ci s’ouvre sur une nouvelle porte. La promenade est agréable et cette visite façon « porte-à-porte » ne manque pas de curieuses anecdotes autant qu’inattendues. C’est ainsi que l’on apprend qu’un « curé tient les clefs de l’église au titre de « Portier » » (p. 75). Mais aussi comment François 1er fit appel à un orfèvre florentin pour extirper son amante d’une embarrassante ceinture de chasteté (p. 115). Et que la prison fut nommée « taule », quand la porte de fer se substitua à la porte de bois (p. 227). Ce n’est peut-être pas anodin si, au final de sa première partie, Pascal Dibie évoque « la porte des étoiles », cette fameuse porte imaginaire, sortie de la série Stargate, laquelle nous permettrait de voyager n’importe où dans l’univers en une fraction de seconde (p. 285).

3Plus que la porte que l’on pousse permettant à la fois de séparer un lieu d’un autre tout en les reliant, l’auteur va plus loin dans son étude. Il nous parle aussi de nos propres portes : celles du corps, plus intimes (p. 255). Il évoque aussi toutes ces portes mythiques, que tout le monde connaît, enfouies au plus profond de notre imaginaire comme les portes du Paradis gardées par Saint-Pierre (p. 77) mais aussi celles de l’Enfer de Dante (p. 82). Et concernant la mort, on se doit de faire en sorte que le défunt puisse passer de l’autre côté comme il se doit : de tout temps, ceux qui restaient ont veillé à cela, que ce soit dans l’Égypte Antique ou plus proche de nous, en Bourgogne. Il était nécessaire de faire en sorte que la traversée vers l’au-delà se passe bien.

  • 1  On ne peut parler de secret derrière la porte sans évoquer le conte de « Barbe Bleue » écrit par C (...)

4Le pouvoir évocateur des portes est vivace et nombre de traditions circulent encore à leur seuil. C’est tout un folklore qui se dresse à nos portes : les démons et autres mauvais esprits à chasser, la mariée que l’on porte dans ses bras pour franchir le seuil de sa nouvelle demeure, etc. Ce folklore s’illustrera d’autant mieux dans la deuxième partie de l’ouvrage, où l’auteur nous fait voyager d’un continent à l’autre. N’importe où dans le monde, on ne saurait franchir une porte de n’importe quelle façon, d’autant plus quand on est un visiteur de passage. S’il est bien une évocation à laquelle une porte ne peut échapper, c’est sa magie érotique. Combien de secrets se cachent derrière les portes1 ? Secrets qui parfois se révèlent par le trou de la serrure, trou ô combien érotique ! « L’œil n’a pas pu résister à se porter à ce premier monocle naturel dont la silhouette rappelle une petite bonne femme les mains sur les hanches qui est vite devenue une lorgnette sur l’intime » (p. 118). Serrure et érotisme sont liés. Le trou de l’intimité renferme en lui toute notre imagination débridée et cela quelles que soient les sociétés. Là aussi, la deuxième partie du livre nous en offre quelques explications issues d’études ethnologiques. Dans de nombreuses sociétés primitives, la porte est une imbrication de l’homme et de la femme comme au Mali chez les Dogons : « le corps de la serrure est femelle, le pêne est quant à lui mâle » (p. 301).

  • 2  Ces notions du « dedans » et du « dehors » sont largement abordées dans l’ouvrage de Gaston Bachel (...)

5On ne pourrait parler de porte sans parler d’architecture et d’urbanisme, sujet récurrent dans cet ouvrage. On oublie trop souvent que les villes ont longtemps été circonscrites dans des murs, des enceintes ou des fortifications dont on peut encore voir aujourd’hui certains vestiges. On y pénétrait par des portes, des ponts-levis et parfois des passages secrets. Longtemps on paya un octroi pour pouvoir rentrer en ville. Ce n’est qu’au siècle dernier que cette taxe fut levée définitivement. Plus étrange encore fut la taxe mise en place sous le Directoire, avec pour idée d’imposer portes et fenêtres des locaux utilisés. Quand les villes prirent de l’ampleur, la numérotation des portes d’entrée dans les rues devint nécessaire. L’approche de Pascal Dibie de la porte urbaine se conclut sur nos entrées de ville aujourd’hui. L’auteur s’interroge sur notre façon de « rentrer en ville » quand plus aucune porte n’existe désormais. C’est une réflexion pertinente sur les notions du dehors et du dedans2, de continuité et de discontinuité, d’urbanité et de ruralité. Où se place désormais l’entrée de ville ? (p. 286)

6Pour conclure, n’oublions pas que les couvertures de livre étaient au XVIIe siècle telles des portes s’ouvrant sur un monde qui se découvre au fil des pages. « Cette porte imprimée, on la voudra la plus belle et la plus ouvragée possible afin d’accueillir le lecteur comme on entre dans un monument » (p. 139). Et c’est peut-être là que l’âme nostalgique regrettera que la première page de cet ouvrage n’ait pas été pensée comme ces frontispices richement décorés. Mais en tout cas, elle ne regrettera pas les divers passages de sa lecture, chaque page tournée œuvrant comme le battant d’une porte qui s’ouvre et se referme sur un autre chapitre.

Haut de page

Notes

1  On ne peut parler de secret derrière la porte sans évoquer le conte de « Barbe Bleue » écrit par Charles Perrault dans Les Contes de ma mère l’Oye. « Pour cette petite clef-ci, c’est la clef du cabinet au bout de la grande galerie de l’appartement bas : ouvrez tout, allez partout ; mais, pour ce petit cabinet, je vous défends d’y entrer, et je vous le défends de telle sorte que s’il vous arrive de l’ouvrir, il n’y a rien que vous ne deviez attendre de ma colère. » (source : http://fr.wikisource.org/wiki/La_Barbe_bleue)

2  Ces notions du « dedans » et du « dehors » sont largement abordées dans l’ouvrage de Gaston Bachelard, La poétique de l’espace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Messal, « Pascal Dibie, Ethnologie de la porte. Des passages et des seuils », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 09 novembre 2012, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/9786

Haut de page

Rédacteur

Stéphanie Messal

Doctorante en anthropologie. UMR 7307 Laboratoire Institut d'ethnologie européenne et méditerranéenne comparative / IDEMEC - ED 355 - Aix Marseille Université

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page