Navigation – Plan du site

Sarah Pickard, Corinne Nativel, Fabienne Portier-Le Coq, Politiques de jeunesse au Royaume-Uni et en France : désaffection, répression et accompagnement à la citoyenneté

Jérôme Melot
Les politiques de jeunesse au Royaume-Uni et en France
Sarah Pickard, Corinne Nativel, Fabienne Portier-Le Cocq (dir.), Les politiques de jeunesse au Royaume-Uni et en France. Désaffection, répression et accompagnement à la citoyenneté, Presses Sorbonne Nouvelle, 2012, 271 p., ISBN : 978-2-87854-547-0.
Haut de page

Texte intégral

1« Au XXIème siècle, la jeunesse est très souvent associée à des représentations et des connotations négatives » : c’est par cette phrase que s’ouvre l’introduction de cet ouvrage collectif, fruit d’un colloque qui s’est tenu à Paris en septembre 2010 sur les relations entre jeunes et politiques. Alors que la jeunesse devrait renvoyer à la notion de renouveau, les quelques douze auteurs, chercheurs et universitaires des deux rives de la Manche, s’appuient sur des travaux récents pour montrer que les relations entre jeunes et politique, et globalement entre jeunes et société, sont actuellement tendues. De la simple répression aux tentatives d’accompagnement à la vie publique, les douze auteurs s’accordent à penser que les pouvoirs publics répondent mal, ou, au mieux, de manière insuffisante, aux nouveaux besoins des jeunes : « dans ce livre, tous les auteurs s’accordent pour en montrer les limites résultant de défauts de conceptions ou de mise en œuvre » (p. 25).

2L’existence de points de comparaison entre France et Royaume-Uni est un enjeu majeur de la discussion : en ce qui concerne la thématique de la jeunesse, les sociétés occidentales en général, et française et britannique en particulier, arrivent par des chemins différents à des situations comparables. Dans ces deux pays, les jeunes donneraient désormais l’impression de ne comprendre, ni d’accepter les règles d’une société de laquelle ils sont supposés faire partie : leur participation à des modes nouveaux d’expression politique augmente, mais la participation traditionnelle, c’est-à-dire électorale, diminue, en même temps que grandit un malentendu avec les « adultes », tout cela dans un contexte de crise de l’emploi, d’individualisme, voire une montée de la délinquance juvénile.

3Les jeunes sont-ils des citoyens à part entière ou citoyens entièrement à part ? Selon les systèmes judicaires, seule existe la notion de majorité. Il n’est pas anodin que les tranches d’âge considérées pour parler de « jeunes » varient autant : « la jeunesse [...] est une construction sociologique et non pas un fait biologique » (p. 17). Dans l’article de Bernard Roudet sur la question de l’orientation politique des jeunes en France, la jeunesse s’étend jusqu’à l’âge de trente ans et se trouve définie de manière négative, par l’absence d’un certain nombre d’attributs considérés comme spécifiques des adultes : stabilité de l’emploi, insertion sociale, vie familiale et conjugale. Roudet montre qu’en France, les orientations politiques des jeunes se caractérisent par une tendance vers les extrêmes, ainsi que vers l’abstentionnisme et le mécontentement, et un certain tropisme vers le centre : en bref, elles s’orientent à l’écart des partis majoritaires. L’article de Jeremy Tranmer, lui, évoque l’anthropologique lutte de pouvoir entre enfants et parents à travers la mise sous tutelle progressive du parti politique des jeunes travaillistes, de l’entre-deux-guerres à 1993. Au Royaume-Uni comme en France, les jeunes peu ou pas diplômés auraient une préférence pour un changement radical de société, mais également pour l’« action directe », ainsi qu’un désintérêt, dont parle également Roudet, pour la politique traditionnelle, c’est-à-dire représentative et électorale, préférant s’engager et manifester pour des causes spécifiques.

  • 1 “Young Labour members are the products of a particular society at a particular time”.
  • 2 “traditional working-class culture”.

4Roudet et Tranmer évoquent la tendance de la jeunesse à être vulnérable à de nombreuses influences (p. 67) mais aussi la caractéristique fondamentale de la catégorie « jeunesse » qui, par définition, est composée d’individus sans cesse nouveaux, produits de l’histoire la plus récente de la société : « les membres du Young Labour sont les produits d’une société particulière à un moment particulier »1, p. 55). Si l’on suit l’analyse des auteurs, les jeunes d’aujourd’hui seraient de plus en plus individualistes, entretiendraient un esprit de compétition en vue d’obtenir un emploi et seraient en train de perdre la « culture ouvrière traditionnelle »2 (p. 56) auparavant transmise par des syndicats aujourd’hui affaiblis. Les jeunes d’aujourd’hui sont-ils le reflet des adultes de demain ? Si l’ouvrage laisse au lecteur le soin de se faire son opinion, il porte néanmoins l’idée que la jeunesse peut, et doit encore être éduquée.

  • 3 “43% agreed that something had to be done to protect us from children”.
  • 4 “populist paranoia”, “emotive headlines”.
  • 5 “an introverted society of fragmented communities and social networks”.

5Qu’en est-il des politiques envers la jeunesse et de leurs relations avec le « monde adulte » ? D’un côté, la jeunesse semble objectivement subir la crise de l’emploi, de manière assez comparable des deux côtés de la Manche : fort taux de chômage, difficultés d’insertion professionnelle etc. On note également une désaffection générale des jeunes pour le politique, et une mésentente réciproque : les jeunes des différentes sociétés sont amenés à avoir de « nouvelles revendications de justice sociale », donnant peut-être naissance un jour à une seule « jeunesse mondiale » (p. 19). D’un autre côté, les adultes conçoivent la jeunesse soit comme une victime à protéger de la société, ou dont il faut préparer l’insertion, soit comme un groupe de déviants qui n’aurait aucun « respect » : ici on parle de nettoyer les banlieues au Kärcher, là on parle d’émeutes déclenchées par de jeunes « sauvageons » (p. 16). Nathan Hugues explique que Conservateurs, Travaillistes et population britannique se rejoignent sur ce point : selon certains sondages, 43% de la population considèrent que « quelque chose [doit] être fait pour nous protéger des jeunes »3. S’il existe une augmentation statistique du taux de criminalité des jeunes après des décennies de déclin, aucune distinction n’est faite entre une minorité de délinquants ou criminels et la majorité de ceux qui respectent la loi. Ainsi, il dénonce une « paranoïa populiste » alimentée par des « gros titres à forte teneur émotionnelle »4 (pp. 76-77). Le constat est finalement alarmant pour d’autres raisons que celles attendues, expression d’une « carence » idéologique des parents : le problème viendrait alors de cette pédophobie ambiante, produit d’une « société introvertie de communautés et réseaux sociaux fragmentés [qui ne sont] plus perméables »5, elle-même produite par l’isolement des individus, même envers leurs voisins les plus proches (p. 79). Les difficultés sont grandissantes entre adultes et jeunes pour vivre ensemble et communiquer, et ne serait-ce que pour définir et accepter à l’échelle de la communauté ce qui est ou n’est pas une simple incivilité. En ne niant pas une recrudescence des délits, on peut se demander qui, des jeunes ou des adultes, est intolérant et doit être rappelé à ses responsabilités en matière d’éducation et de transmission des règles du savoir-vivre (p. 84).

6Quelles réponses sont données en vue d’intégrer les jeunes à la société par les politiques publiques ? Au Royaume-Uni, les ASBO (« mesures de justice visant à empêcher une personne reconnue coupable de [simple] incivilité de récidiver en restreignant sa liberté de mouvement ou d’action », p. 13) visent à pallier cette carence et redonner pouvoir et responsabilité aux adultes, mais à l’échelle de la communauté (quartier ou municipalité). Ils renvoient à un idéal commun des politiques de la jeunesse en France et en Angleterre, soit de réhabiliter un traitement des problèmes à l’échelle locale et à celle des communautés. Mis en place par le gouvernement travailliste de Tony Blair en 1998 et très critiqués depuis, les ASBO refusent la présomption d’innocence, mais combinent des mesures répressives avec des programmes d’inclusion précoce, par l’éducation et les services sociaux (pp. 115-116). Les zones défavorisées sont les premières ciblées, ce qui marque un point commun entre Travaillistes et Conservateurs, ces derniers envisageant idéologiquement les individus comme pleinement responsables de leurs actes, quoi qu’ils reconnaissent l’existence de facteurs sociaux et familiaux entretenant un « cycle du crime » (pp. 117-118). En France, on retrouve cette tentative d’éducation interventionniste dans le programme des « grands-frères », dispositif qui n’a pas convaincu et est aujourd’hui considéré comme un échec, ainsi que dans la mise en place du service civil volontaire. En France comme au Royaume-Uni, il semble aujourd’hui évident que les « bonnes » mesures se trouvent dans une voie médiane entre répression et aide sociale à l’échelle locale.

  • 6 “no civilized society regards children as accountable for their actions to the same extent as adul (...)

7Il est particulièrement édifiant de voir mis dans une lumière aussi crue les causes, ou des causes, du désamour de certains « jeunes » envers certains « adultes ». Ainsi, s’il est sans doute nécessaire qu’Elizabeth Gibson-Morgan rappelle qu’« aucune société civilisée ne considère les enfants responsables de leurs actes dans la même mesure que les adultes »6 (p. 91), on peut regretter dans cet ouvrage que la différence de statut entre jeunes et enfants, très certainement évidente pour les auteurs, ne soit pas clairement explicitée. En effet, le lecteur passe, d’un article à l’autre, de la question des orientations politiques de jeunes majeurs, ce qui va dans certains articles jusqu’à trente ans, à la question des ASBO, qui s’adressent également à des mineurs, et dont on ne peut que comprendre les enjeux d’éducation. Peut-être manque-t-il finalement une simple quatrième partie, dans laquelle les auteurs donneraient leurs regards sur les systèmes scolaires, où le jeune passe, ou a passé, onze années de sa vie, et dans quelle mesure ceux-ci parviennent ou non à suppléer les carences grandissantes auxquelles sont confrontées les « jeunes », si bien mises en lumière dans cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1 “Young Labour members are the products of a particular society at a particular time”.

2 “traditional working-class culture”.

3 “43% agreed that something had to be done to protect us from children”.

4 “populist paranoia”, “emotive headlines”.

5 “an introverted society of fragmented communities and social networks”.

6 “no civilized society regards children as accountable for their actions to the same extent as adults”

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Melot, « Sarah Pickard, Corinne Nativel, Fabienne Portier-Le Coq, Politiques de jeunesse au Royaume-Uni et en France : désaffection, répression et accompagnement à la citoyenneté », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 12 novembre 2012, consulté le 21 août 2014. URL : http://lectures.revues.org/9792

Haut de page

Rédacteur

Jérôme Melot

Etudiant en Master 2 Français Langue Etrangère et Ingénierie de la Formation, titulaire d’un diplôme professionnel Post Graduate Certificate in Education (Canterbury Christ Church University), licencié LCE anglais

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page