Navigation – Plan du site

Jacques Ion, S'engager dans une société d'individus

Antoine Doré
S'engager dans une société d'individus
Jacques Ion, S'engager dans une société d'individus, Paris, Armand Colin, coll. « Individu et société », 2012, 214 p., ISBN : 9782200275198.
Haut de page

Texte intégral

1Du café du coin de la rue aux grandes institutions représentatives, une idée semble mettre tout le monde d’accord : à l’heure de la modernité, l’engagement civique, militant, politique, etc. laisserait la place à l’égoïsme et au repli sur soi. L’individualisme contemporain serait la source d’un désintérêt profond pour la cause publique.

2Dans son dernier ouvrage S’engager dans une société d’individus, Jacques Ion prend complètement à rebours un tel diagnostic : « l’engagement pour la cause publique n’est pas mort, voire n’a jamais été tant partagé » (p. 5). Et ne pensez pas que le sociologue fustige l’individualisme moderne pour défendre sa thèse ! C’est au contraire en prenant au sérieux les processus d’individuation qu’il trouve les clés de description et de compréhension de ce que signifie aujourd’hui « s’engager ». Dit rapidement, ici l’individualisme n’est pas la cause d’un déclin supposé de l’intérêt pour la chose publique mais plutôt la source d’une diversification et d’une multiplication des formes d’engagement.

3Dans la lignée de ses précédents travaux ‑ dont il a pu rendre compte notamment dans La Fin des militants ? (L'Atelier, 1997) ou Politiques de l'individualisme (avec F. de Singly et P. Corcuff, Textuel, 2005) ‑ Jacques Ion s’attache ici à reprendre la question de l’individu. Fort de ses nombreuses enquêtes ethnographiques et participatives au sein du monde associatif et de mouvements de mobilisation divers et variés, l’auteur développe un examen clair et argumenté des rapports concrets de l’individu à la chose publique. À travers l’étude de toute une série de pratiques collectives (réunions, meetings, etc.), mais aussi de pratiques plus individuelles (pétitions, actes de protestation, etc.), sa démarche d’enquête focalise l’attention sur la manière dont les individus agissent plutôt que sur les justifications de leur engagement. En se situant dans le temps long, l’analyse permet de capter et de rendre compte des transformations dont ces pratiques sont le fruit et l’objet. Quelles sont les conditions d’instauration d’une communauté politique dans une société d’individus ? Comment se manifeste empiriquement la participation des individus à cette communauté politique ? De telles questions constituent le fil rouge du livre et conduisent finalement l’auteur à proposer une analyse critique de la signification pratique des notions de citoyenneté et de politique aujourd‘hui. Trois arguments principaux se succèdent dans l’ouvrage.

4Tout d’abord, les individus qui interviennent dans l’espace public sont plus nombreux et plus autonomes qu’hier. Les transformations profondes du monde associatif dans les dernières décennies en témoignent. D’une part, l’auteur décrit une déconnexion progressive de la sphère associative et de la sphère politique qui se manifeste, par exemple, à travers la généralisation d’un mode d’attribution des subventions aux associations « par projet ». Le fonctionnement interne des structures associatives en est très largement impacté : « la technicité de l’association s’accroît tandis que s’affaiblissent ses repères idéologiques » (p. 22). D’autre part, l’auteur montre comment l’organisation verticale et hiérarchisée des associations en fédérations, laisse la place à des réseaux plus horizontaux, voire à des collectifs éphémères et peu structurés investis notamment par les jeunes au détriment des traditionnels mouvements de jeunes : « les associations sont de plus en plus des rassemblements d’acteurs davantage que des structures organisationnelles » (p. 29) ; « le collectif […] est moins un agrégat qu’un lieu de rencontre d’individualité, venant y chercher d’autres qui pourraient leur ressembler, venant y confronter des identités jamais définitives, sans rôle préétabli » (p. 56). On voit alors s’affirmer ce que Jacques Ion appelle un « engagement post-it »(court, passager, nomade pourrait-on dire) et « affranchi » (qui évite toute affiliation à un groupe d’appartenance), contre un « engagement timbre » (sur le temps long) et « affilié » (inscrit dans une appartenance à un groupe et à son référent idéologique et politique).

5Ensuite, les formes d’engagement pour la cause publique sont liées au processus d’individuation, c'est-à-dire aux modalités de production sociale des individus. « L’individu contemporain demeure le produit des institutions » (p. 77). Il s’agit alors pour l’auteur de décrire les modalités de production des individus dans nos sociétés modernes afin de mieux comprendre leurs effets sur les formes d’engagement dans l’espace public. Dans la lignée des propositions de François de Singly, Jacques Ion décrit le processus d’individuation de notre époque comme le fruit d’un passage de « l’individu anonyme » issu des lumières (individu abstrait caractérisé avant tout par un rôle et un statut) à « l’individu singulier » de la modernité (individu réflexif valorisé par ses spécificités). L’engagement contemporain est alors intimement lié à l’exercice de la réflexivité et donc, non seulement aux nouvelles formes d’autonomie dont bénéficient les individus, mais également aux nouvelles formes de vulnérabilité dont ils font l’objet en tant que « responsables » de leur propre destiné et, en particulier, de leur insertion dans des mondes pluriels.

6Enfin, l’émergence et l’affirmation de l’individu singulier dans l’espace public supposent et engendrent une nouvelle conception de la citoyenneté et du politique. En contrepoint des figures de la citoyenneté républicaine (issue d’une séparation fondatrice entre le public et le privé), et de la citoyenneté sociale (conçue comme une réponse au problème des inégalités), l’auteur esquisse les contours d’une nouvelle conception de la citoyenneté qu’il rattache, « par-delà les aléas de l'actualité », à un principe supérieur : celui de la dignité. Contrairement aux deux premières figures de la citoyenneté qui reposent sur l’idée d’un individu abstrait et universel, Jacques Ion s’attache à rendre compte de ce que l’on pourrait appeler une citoyenneté éprouvée, une citoyenneté où « l’estime de soi serait […] au centre des mobilisations contemporaines de la part d’individus toujours menacés d’humiliation » (p. 124). Dans une société d’individus singuliers, l’enjeu politique est à reformuler de manière relativement radicale. La notion d’« intérêt général » perd toute signification pratique et l’auteur propose (à l’instar de nombreux autres) d’y substituer celle de « monde commun », plus à même de rendre compte des enjeux d’articulation d’une pluralité d’individus singuliers. Pour Jacques Ion, « La politique est précisément le lieu où cette diversité s’affronte sans cesse. La citoyenneté est le droit entre individus libres et égaux de manifester cette pluralité » (p. 189).

7L’ensemble de l’ouvrage est d’une grande clarté et le style quelque peu dépouillé le rend très accessible et didactique. Qu’ils soient enseignants, chercheurs, étudiants, professionnels ou bénévoles du monde associatif, les lecteurs trouveront dans ce livre une analyse stimulante (et engageante !) des formes contemporaines de mobilisation pour la cause publique. Les plus avertis d’entre eux débusqueront sans doute derrière les arguments limpides et concis quelques imprécisions théoriques et conceptuelles. On pense notamment aux définitions que l’auteur se risque à donner du politique et de la citoyenneté ; en particulier dans les extraits cités ci-dessus où la politique est définie comme un « lieu » et la citoyenneté comme un « droit » sans que ces deux concepts soient eux-mêmes travaillés et définis. Mais tout cela n’affecte pas l’argument général de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Doré, « Jacques Ion, S'engager dans une société d'individus », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 12 novembre 2012, consulté le 30 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/9794

Haut de page

Rédacteur

Antoine Doré

Post-doctorant à Irstea (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture). Chercheur associé au CSO (CNRS/Sciences-Po) et au laboratoire PACTE (CNRS/IEP/UPMF/UJF)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page