Navigation – Plan du site

Sarah Pink, Situating Everyday Life : practices and places

Louise Dorignon
Situating Everyday Life
Sarah Pink, Situating Everyday Life. Practices and Places, Sage, 2012, ISBN : 9780857020567.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sarah Pink, Doing Visual Ethnography: images, media and representation in research, London: Sage, (...)

1Axées sur les pratiques artistiques, d’ingénierie et de design, les recherches de Sarah Pink, professeure en sciences sociales à Loughborough University, s’inscrivent dans la discipline de l’anthropologie et des sciences sociales cognitives ‑ notamment visuelles. Situating Everyday Life : practices and places est un ouvrage ambitieux réunissant une compilation de neuf articles tous signés par l’auteure ; une occasion de revenir sur dix ans de travaux et d’offrir ainsi au lecteur un digest relativement complet sur le sujet. L’ouvrage se dote ainsi d’un triple projet : produire un état de l’art des recherches récentes en sciences sociales portant sur la thématique des pratiques activistes, revenir sur les théorisations et méthodologies auxquelles il est possible de recourir et développer une série de thèmes à la fois pertinents et encore peu traités dans la littérature selon des méthodes de recherche innovantes. La nouveauté de cet ouvrage par rapport aux publications précédentes de l’auteure1 réside dans une étude de l’inscription spatiale des pratiques activistes quotidiennes, ce que soulignent doublement le titre et le sous-titre, ainsi que dans la maturité des conclusions apportées à la fin de chaque chapitre.

  • 2  Doug McAdam, Freedom Summer. Luttes pour les droits civiques, Mississippi, Marseille, Agone, 2012 (...)

2Il s’agit pour Sarah Pink de croiser deux axes, l’un méthodologique, l’autre thématique ; aussi l’importance des réflexions méthodologiques sur l’ethnographie visuelle se ressent-elle à la lecture de Situating Everyday Life, tandis que l’auteur aborde la question des pratiques activistes quotidiennes. Ces pratiques se caractérisent par leur inscription dans une temporalité cyclique (et non ponctuelle ou événementielle), sans présenter a priori un caractère remarquable. Les thèmes privilégiées par le corpus d’articles portent sur les espaces et les pratiques de la vie domestique (dans et hors la maison, avec la cuisine et le jardin), mais aussi des médias numériques (Internet) et de l’énergie (le développement durable). Si l’étude de l’activisme dans les sciences sociales est loin d’être nouvelle et possède de solides assises théoriques et conceptuelles (on peut penser à l’ouvrage fondateur de Doug McAdam paru pour la première fois en français en novembre 20122), l’ouvrage de Sarah Pink entend renouveler les approches sur le sujet et inviter chercheurs et étudiants à explorer l’activisme selon d’autres méthodes de lecture et d’interprétation.

  • 3  « how processes of renewal and change are lived, experienced and represented through a series of e (...)

3Par l’entremise d’une conception de l’activisme comme fait quotidien et ordinaire plutôt que comme action « explicite et explosive » (p. 4), la démarche de l’auteure s’inscrit dans trois grands objectifs, clairement définis et explorés lorsque l’on parvient à la fin de l’ouvrage. Le premier objectif joue sur une distinction sémantique autour du mot « pratique » : il s’agit de faire passer les recherches sur l’activisme d’une étude des pratiques (« sets of practice ») à une phénoménologie de la vie quotidienne et de l’activisme en pratique (« in practice »). Le deuxième objectif découle du premier : Sarah Pink entend montrer comment la vie quotidienne et l’activisme ne s’ancrent pas seulement dans des mêmes lieux mais contribuent (avec d’autres processus) à la création même de lieux très spécifiques. Cela implique un dernier objectif : révéler comment les personnes, les représentations et la culture matérielle de la vie quotidienne activiste sont en perpétuel mouvement. Le fil conducteur qui relie les neuf chapitres correspond donc à une volonté de comprendre « comment les processus de renouveau et de changement sont expérimentés, vécus et représentés »3, et ce à travers une série de contextes quotidiens.

4Les trois premiers chapitres sont consacrés de manière relativement attendue à une exploration épistémologique, théorique et méthodologique du sujet. Sarah Pink y développe plusieurs idées, à la fois convaincantes et efficaces par leur clarté conceptuelle et la pertinence de l’argumentation. D’abord, il s’agit de donner aux concepts d’espace et de lieu (« place » en anglais, distinct de « locality ») toute leur importance et de montrer pourquoi une théorie spatiale (dont l’un des volets serait environnemental) est nécessaire pour décrypter les pratiques activistes. Sarah Pink opère un retour bien maîtrisé sur la littérature théorique et développe un regard croisé sur le champ du quotidien et de l’activisme en s’appuyant et en critiquant entre autres les théories de De Certeau, Lefebvre et Simmel. La vie quotidienne et l’activisme sont des sites d’accueil potentiel du changement social et environnemental, sites par ailleurs soumis à des dynamiques, des processus et des mouvements qui rendent leur étude interdépendante et pertinente.

  • 4  « the making of a domestic sensory aesthetic » (Ibid., p. 83)

5Les chapitres 4, 5 et 6 envisagent l’espace domestique comme le cadre de pratiques activistes, ou comme un site de résistance au quotidien appréhendé de manière extrêmement différente selon les individus. Le premier exemple développé est celui de la cuisine, et plus particulièrement la pratique de la vaisselle. A travers cette étude de cas à l’échelle micro, Sarah Pink montre comment cette pratique domestique combine des actions normatives et résistantes dont l’analyse permet d’expliquer les différences de comportement et d’appréhension face au développement durable. Les deux autres exemples (la pratique de la lessive et du jardinage), s’appuyant eux aussi sur des enquêtes sociologiques très fines auprès d’individus en Grande-Bretagne, traitent de la façon dont les personnes consomment de l’énergie à travers leurs activités domestiques, et ce faisant, participent de manière plus ou moins consciente à la « fabrique d’une esthétique domestique sensorielle »4.

6Les chapitres 7 et 8 quittent le domaine de la maison. Ce changement d’échelle correspond aussi à une volonté de l’auteur d’aborder certaines thématiques plus globalement, notamment celles du développement durable et espaces activistes virtuels sur Internet. Cette volonté rejoint un intérêt croissant dans les sciences politiques pour ces nouvelles pratiques de contestation se jouant sur le web (Blondeau & Allard, 20085). Partant d’une étude ethnographique sur le mouvement de décroissance des villes Cittaslow, le chapitre 7 révèle comment la ville-même, avec ses flux de personnes et de discours, peut être définie comme un environnement multisensoriel à l’origine de pratiques et d’expériences activistes. Enfin, Sarah Pink montre dans le chapitre 8 comment Internet et le Web 2.0 forment un site pour l’activisme au quotidien, et s’inscrivent par là-même dans une théorie spatiale aux implications méthodologiques (ces configurations doivent être étudiées selon leur nature éphémère, mobile et changeante) et théoriques (l’ethnographie de la vie quotidienne et de l’activisme doit s’intéresser aux « mondes en ligne / hors lignes »6).

  • 7  Doreen Massey, For Space, London, Sage, 2005.

7L’expression Situating Everyday Life contenue dans le titre comporte finalement une double injonction: il s’agit de situer la vie quotidienne par rapport à un champ de lieux et de pratiques, mais aussi de se situer en tant que chercheur vis-à-vis de cette thématique. En cela, l’ouvrage de Sarah Pink se révèle tout à fait profitable pour accomplir ces deux actions. Articulé aux travaux stimulants d’autres scientifiques (Massey, 20057), cet ouvrage remplit ses objectifs et constitue un manuel pouvant faire référence tant pour les analyses rigoureuses qu’il propose en termes de méthodologie, que pour les fondements sur lesquels il repose, soit des travaux sur le terrain menés depuis dix ans par l’auteure.

Haut de page

Notes

1  Sarah Pink, Doing Visual Ethnography: images, media and representation in research, London: Sage, 2001 ; Sarah Pink, Home Truths: gender, domestic objects and everyday life, Oxford: Berg, 2004 ; Sarah Pink, The Future of Visual Anthropology: engaging the senses, London : Routledge, 2006.

2  Doug McAdam, Freedom Summer. Luttes pour les droits civiques, Mississippi, Marseille, Agone, 2012 (1964),

Compte-rendu par Aurélien Raynaud : http://lectures.revues.org/9704.

3  « how processes of renewal and change are lived, experienced and represented through a series of everyday and mediated research context. » (Pink, 2012, p. 1).

4  « the making of a domestic sensory aesthetic » (Ibid., p. 83)

5  Olivier Blondeau, Laurence Allard, Devenir Média. L'activisme sur Internet, entre défection et expérimentation, Editions Amsterdam, 2007.Compte-rendu par Frédérique Giraud : http://lectures.revues.org/508.

6  « online-offline worlds » (Pink, 2012, p. 83)

7  Doreen Massey, For Space, London, Sage, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Dorignon, « Sarah Pink, Situating Everyday Life : practices and places », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 13 novembre 2012, consulté le 28 juillet 2014. URL : http://lectures.revues.org/9820

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page