Navigation – Plan du site

Yann Moulier Boutang, Liberté, égalité, blabla. Les mythes usés de la République

Eric Keslassy
Liberté, égalité, blabla
Yann Moulier Boutang, Liberté, égalité, blabla. Les mythes usés de la République, Paris, Editions Autrement, coll. « Haut et fort », 2012, 176 p., ISBN : 978-2-7467-3321-3.
Haut de page

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, l’économiste Yann Moulier Boutang se lance dans un débat généralement préempté par les sociologues et les philosophes. Déjà auteur d’une « réflexion-coup de sang » après les émeutes de 2005, intitulé la Révolte des banlieues, il a donc l’habitude de sortir de ses habituelles considérations économiques. D’une certaine façon, Liberté, égalité, blabla constitue une sorte de prolongement, plus réfléchi, plus construit, que le propos publié avec émotion à la suite des émeutes urbaines. La problématique est désormais élargie : quelle est la réalité des valeurs fondatrices de notre République ? Notre devise républicaine ne sonne-t-elle pas définitivement creux ? Avec une ironie très provocatrice – comme en atteste le choix du titre –, l’auteur établit une sorte de réquisitoire non pas contre la République française, mais plutôt contre ce qu’elle serait devenue : une sorte d’emballage. Aujourd’hui plus qu’hier, la République serait incapable de trouver les moyens de donner une concrétisation à ses beaux principes.

2Le ton est volontairement vif – ce qui rend la lecture très agréable – pour démontrer à quel point la société souffre de cette République qui ne réussit pas à crédibiliser ses valeurs. Pour ouvrir les yeux de citoyens, qui ne peuvent être que désorientés, Yann Moulier Boutang multiplie les formules assassines. Un exemple : « Les mythes politiques peuvent parfois aider à préfigurer le futur. Ils deviennent terriblement nocifs quand ils ne servent plus que de musée du passé. » De nos jours, la République ne serait plus qu’une vieillerie défendue avec peine par certains intellectuels comme Alain Finkielkraut ou Blandine Kriegel, avec certes plus de panache par un Jean-Luc Mélenchon (il ne faudrait pas oublier que l’auteur est le directeur de la revue Multitudes qui appartient au courant de la « gauche critique »), mais qui ne mérite pas que l’on se mobilise pour elle. Pour Moulier Boutang, il ne servirait à rien de convoquer à nouveau les principes – si porteurs de sens en eux-mêmes – que sont l’égalité, la liberté, la laïcité ou encore l’intégration « à la française ». Autant de valeurs que nous aimons passionnément, qui nous rendent fiers, mais que nous devons sans cesse confronter à l’état réel de la société : le creusement des inégalités de revenu et de patrimoine, l’augmentation de la pauvreté et de l’exclusion, la montée des discriminations, la méfiance latente à l’égard des minorités (voire le rejet de certaines d’entre-elles), le maintien des centres de rétention particulièrement inhumains, celui des prisons surpeuplées et délabrées etc.… Autant de réalités qui minent le contrat social. Au fond, la France adore proclamer des valeurs qu’elle met très insuffisamment en pratique, se donner en exemple dans le monde entier en oubliant de regarder ses résultats.

3Or, pour l’auteur, il faut absolument mettre en avant les illusions perdues. Non pas pour se faire mal, mais pour avancer, pour progresser. Il deviendrait urgent de ne plus être en admiration devant nos mythes républicains qui permettent, à bon compte, d’occulter la réalité. Cesser de sauver les apparences par le verbe pour enfin accepter les faits accablants.

4L’exemple de l’école gratuite, laïque et obligatoire de Jules Ferry, celle qui est censée égaliser les chances entre des enfants de milieux sociaux différents, est particulièrement éclairant. Les montants investis dans l’institution scolaire sont, aux yeux de l’auteur, nettement insuffisants pour qu’elle parvienne à remplir sa mission égalitaire. Peu performante – si l’on croit les enquêtes internationales –, l’école française est également celle qui maintient le plus fort le lien entre origine sociale et niveau du diplôme. Les enfants issus du milieu supérieur sont en très forte surreprésentation parmi les élèves de la filière perçue comme la plus prestigieuse – le bac scientifique –, ou encore parmi les étudiants des troisièmes cycles universitaires et parmi ceux des classes préparatoires aux grandes écoles (une spécificité française). Le constat est difficilement réfutable. Alors, « que faire ? » demandait Lénine. Dans un contexte de rationnement des ressources, il paraît hautement improbable que les budgets de l’éducation nationale soient sensiblement revus à la hausse. Il conviendrait donc rapidement d’en repenser la répartition entre les plus aisés et ceux qui en ont le plus besoin. On peut certes toujours proclamer que la France est le pays de l’égalité des chances, chacun voit bien comme ce principe – pourtant au cœur de l’idée de « société démocratique » chère à Tocqueville – est aujourd’hui une sorte de « coquille vide ».

5Partant d’un rapide bilan de l’action politique actuelle, s’interrogeant sur les concepts de République et de démocratie à partir de l’analyse de Régis Debray, n’hésitant pas à faire appel à de nombreuses références historiques, Yann Moulier Boutang dresse un panorama sans concession de l’état de notre République.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Yann Moulier Boutang, Liberté, égalité, blabla. Les mythes usés de la République », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 22 septembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/9833

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page