Navigation – Plan du site

Louis Gruel, Olivier Galland, Guillaume Houzel, Les étudiants en France. Histoire et sociologie d'une nouvelle jeunesse

Frédérique Giraud
Les étudiants en France
Louis Gruel, Olivier Galland, Guillaume Houzel (dir.), Les étudiants en France. Histoire et sociologie d'une nouvelle jeunesse, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2009, 427 p., EAN : 9782753509702.
Haut de page

Texte intégral

1Cet imposant ouvrage (pas moins de 430 pages) publié aux Presses Universitaires de Rennes, qu'est Les étudiants en France. Histoire et sociologie d'une nouvelle jeunesse, ne se donne pas pour ambition de dresser un portrait de « l'étudiant moyen ». Si une telle ambition pouvait être réductrice en 1960, elle le serait encore plus aujourd'hui. L'enjeu est de fournir une chronique d'un demi-siècle de vie étudiante. L'enquête triennale de l'Observatoire de la vie étudiante, observatoire fondé en 1989, sert de base à cet ouvrage : elle a été réalisée cinq fois, en 1994, 1997, 2000, 2003 et 2006, le questionnaire demeurant stable afin de permettre les comparaisons chronologiques. Au total ce sont 254 questions qui permettent de recueillir une information détaillée et objective sur le milieu d'origine, les conditions de vie, les manières précises d'étudier, les parcours suivis, l'objectif étant de ne pas minorer le poids des contraintes extérieures aux obligations studieuses. Depuis 1994, au moins un vingtième (un quinzième depuis 2006) des étudiants inscrits à l'Université, en sections de technicien supérieur et en classes préparatoires sont interrogés : en 2006 25 000 questionnaires ont été remplis. L'ouvrage s'organise en deux parties : la première partie revient sur les transformations majeures des mondes étudiants sur la période 1960-1990, la première modification et non des moindres étant le déferlement démographique que connaît l'Université, la seconde partie, plus thématique, se focalise sur une période plus récente de 1990 à nos jours.

2Les années 60 sont des années de profondes transformations du milieu étudiant. La croissance accélérée des effectifs universitaires, sous le triple effet de la poursuite du développement de la scolarisation, de l'allongement des cursus universitaires et des effets du baby-boom, bouleverse les conditions de vie et d'études des étudiants. En moins d'une décennie, le nombre d'étudiants a plus que doublé. Cette explosion universitaire a pour principale conséquence, outre la saturation mécanique des locaux universitaires, la diversification sociologique du public : présence plus forte des étudiants issus du monde ouvrier, augmentation de la part des jeunes femmes. Si le début des années 1960 marque un tournant dans l'enseignement supérieur, c'est aussi en raison des mutations de l'engagement syndical et politique du monde étudiant : si la fin de la guerre d'Algérie marque le « bel âge de l'UNEF », un étudiant sur deux étant adhérent, les années 60 sont des années de crise des organisations telles que sont la Jeunesse étudiante chrétienne (JEC), l'Union des Etudiants Communistes (UEC) et l'UNEF. Au début des années 1970, le monde étudiant s'est ainsi profondément transformé.

3Dans les années 1970, l'Université de masse doit faire face à des contradictions, qui sont liées au contexte de crise économique et sociale, dans laquelle elle se déploie : surproduction des effectifs étudiants, difficultés d'insertion des jeunes diplômés, inadaptation des enseignements, dégradation de la condition étudiante. Les effectifs universitaires ont en effet continué d'augmenter : en réponse à la crise économique, de façon très ambivalente, un grand nombre de jeunes viennent grossir les rangs de la faculté, plutôt que ceux du chômage. La prolongation de la scolarisation n'est cependant pas uniquement une réponse conjoncturelle à la crise, elle est aussi le résultat des politiques éducatives et d'une demande spontanée et ancienne des familles. Si le paysage universitaire se densifie dans les années 1970, c'est de façon différenciée : dans le contexte de tertiarisation de l'économie, les étudiants s'orientent principalement vers les spécialités littéraires, économiques et tertiaires, filières et formations se hiérarchisent : l'accroissement du public en médecine est essentiellement masculin et bourgeois, les filières littéraires touchent avant tout les filles et toutes les couches sociales, sauf les plus favorisées. La démocratisation de l'Université progresse faiblement de 1965 à 1985, les chances d'accès des étudiants originaires des différentes classes sociales restant très inégales.

  • 1 Beaud, Stéphane, 80% au Bac, et après ? Les enfants de la démocratisation, Paris, La Découverte, 20 (...)

4Le boom démographique étudiant redevient une réalité entre 1987 et 1995 : alors de la croissance des effectifs se caractérisait par une progression modérée de 1980 à 1987 (2,5% par an), de 1987 à 1993 la progression est alors de l'ordre de 7% par an. Dans les années 1990, le statut «étudiant » devient selon Olivier Rey, une condition commune aux Français, puisque 42,4% des jeunes âgés de 20 ans sont scolarisés dans l'enseignement supérieur en 1996-1997. Au sein de l'enseignement supérieur, les sections de techniciens supérieurs connaissent la plus forte progression, puisqu'en 1987 et 1997, elles connaissent une augmentation de leur population de 63% (59% pour les Ecoles d'ingénieurs, 49% pour les classes préparatoires et 44% pour l'Université). Cette explosion renouvelée des effectifs universitaires prend sa source dans l'augmentation du nombre de bacheliers et s'appuie sur l'idée que le diplôme constitue la meilleure protection contre le chômage. Les filières universitaires sont-elles pour autant la panacée universelle ? L'espérance des « enfants de la démocratisation scolaire » 1 se heurte à la hiérarchie scolaire et sociale des différentes filières. L'échec au DEUG qui devient, comme le note Olivier Rey, le symbole des dysfonctionnements universitaires rappelle que la réussite étudiante suppose une acculturation à des normes universitaires.

  • 2 Ronan Vourc'h précise dans sa contribution la question du logement étudiant : géographie des lieux (...)

5La seconde partie analyse diverses dimensions de la condition étudiante. Plusieurs chapitres attestent de l'importance de la prise en compte des conditions matérielles d'existence des étudiants. Louis Gruel démontre que les étudiants ont un statut économique différencié des ménages ordinaires : parce qu'ils bénéficient d'un grand nombre d'aides en nature, les étudiants peuvent conjuguer un faible montant de ressources monétaires et un confort de vie très acceptable. Ainsi la « pauvreté » ou la « précarité » des étudiants ne peut être analysée avec des indicateurs classiques. Louis Gruel propose de distinguer quatre groupes d'étudiants selon leur statut économique : les « cohabitants sous tutelle » sont les étudiants vivant quotidiennement avec leurs parents, fortement dépendants des aides en nature et pleinement inscrits dans le régime d'assistance familiale, les « décohabitants sous tutelle » sont les étudiants qui résident, pendant la période des cours, dans leur propre logement, mais qui demeurent rattachés fiscalement à leurs parents, chez lesquels ils reviennent souvent, les « cohabitants économiquement autonomes », s'ils résident sous le toit parental, sont en partie autonomes matériellement, les « émancipés », qui représentent 28% des étudiants occupent un logement indépendant et font une déclaration de revenues disjointe de leurs parents. Cette typologie est profondément heuristique : elle permet mieux que des indicateurs classiques de dresser un état des lieux matériels de la condition étudiante. Les « cohabitants sous tutelle » sont les plus nombreux à témoigner d'une certaine aisance, à l'inverse c'est parmi les « décohabitants émancipés » que l'on trouve le plus grand nombre de signes de difficultés matérielles. 2 En somme, si la thèse d'une paupérisation du monde étudiant n'est pas vérifiée, les idéaux-types proposés permettent de souligner l'augmentation de tensions budgétaires affectant de façon préoccupante une minorité d'étudiants.

6Les contributions proposées ensuite alternent l'attention aux aspects concrets de la vie étudiante : alimentation, pratiques culturelles et l'attention aux aspects plus proprement « scolaires » : organisation du « temps studieux » selon l'expression de Ronan Vourc'h, parcours académiques, insertion professionnelle. Elles permettent de lever un certain nombre d'idées reçues : Sandra Zilloniz montre que les pratiques alimentaires des étudiants ne sont pas déstructurées (ils font montre d'une discipline alimentaire, d'une régularité des repas), et qu'au contraire se fait jour une résistance forte des comportements traditionnels, notamment la prise des repas à domicile. L'occasion également pour l'auteure de faire le point sur la consommation d'alcool et de substances psychoactives chez les étudiants. Pierre Cam attire l'attention sur les réorientations et les évaporations à l'Université : un turn-over massif en 1er cycle touche les filières générales de l'Université, et en particulier la filière AES, les Lettres et les Langues. Il rappelle aussi que les chances de réussir à l'Université sont largement déterminées par la scolarité antérieure. L'organisation de l'ouvrage aurait ici pu être plus précise : si la navigation dans la première partie se fait de façon chronologique, dans cette seconde partie, les contributions auraient pu être regroupées par thèmes (aspects de la vie quotidienne, aspects scolaires) plutôt que de naviguer entre les deux, d'une contribution à l'autre. La contribution finale d'Olivier Galland mobilise des techniques statistiques (analyses factorielles, régressions) pour montrer comment s'articulent conditions de vie, opinions et attitudes étudiantes : une première ligne de force du monde universitaire oppose les étudiants selon leur degré d'autonomie à l'égard de leur famille, une seconde les oppose selon leur degré de satisfaction à l'égard de leurs études. L'auteur examine alors quels sont « les effets, positifs ou négatifs, des différents aspects des conditions de vie et des conditions d'étude » (p 373).

7On pourra regretter que cet ouvrage ne propose pas des monographies détaillées sur les différentes filières d'études. Si la contribution de Ronan Vourc'h « Des vies diversement studieuses » permet d'opposer les étudiants fréquentant des formations universitaires « traditionnelles » et des formations encadrées selon un certain nombre d'indicateurs : temps consacré aux études, assiduité, absentéisme, jugement sur les conditions matérielles, loisirs..., si la contribution de Pierre Cam « La diversité des parcours : les étudiants à la croisée des chemins » permet de distinguer des « styles d'étudiants » (p315-317) et d'interroger le rapport à leur filière, un chapitre posant filière par filière, effectifs, origine sociale, insertion professionnelle aurait permis de donner plus de corps aux conditions étudiantes.

Haut de page

Notes

1 Beaud, Stéphane, 80% au Bac, et après ? Les enfants de la démocratisation, Paris, La Découverte, 2002

2 Ronan Vourc'h précise dans sa contribution la question du logement étudiant : géographie des lieux d'étude et des familles d'étudiants, coût des logements, mode de transport entre le logement et le lieu d'étude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Louis Gruel, Olivier Galland, Guillaume Houzel, Les étudiants en France. Histoire et sociologie d'une nouvelle jeunesse », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 12 avril 2010, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/984

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page