Navigation – Plan du site

Ann Jefferson, Le défi biographique. La littérature en question

François-Ronan Dubois
Le défi biographique
Ann Jefferson, Le défi biographique. La littérature en question, PUF, coll. « Les Littéraires », 2012, 448 p., ISBN : 978-2-13-056690-8.
Haut de page

Texte intégral

1D’abord publié en anglais sous le titre Biography and the Question of Literature in France, en 2007 aux presses universitaires d’Oxford, l’ouvrage d’Ann Jefferson, traduit par Cécile Dudouyt, paraît en français avec quelques modifications destinées à l’adapter à son nouveau public. Son propos est d’explorer deux questions, selon l’auteure intimement liées : celle du rôle des biographies dans la réflexion sur la littérature et celle de la valeur littéraire des biographies. La thèse d’Ann Jefferson est que la forme biographique constitue un moyen privilégié de la (re)définition de la littérature, à partir de l’émergence du concept au XVIIIe siècle.

2La thèse est forte et peut paraître à bien des égards audacieuse. Audacieuse d’abord parce qu’elle se propose de rassembler, sous le terme de « biographie », des écrits que des classifications plus fines distinguent souvent : vies, biographies, autobiographies, notices biographiques, romans (auto) biographiques. Audacieuse également parce qu’elle paraît devoir remettre en cause une certaine doxa théorique, celle de la mort de l’auteur, en affirmant au contraire la prégnance de la vie de l’auteur dans la réflexion littéraire des dix-neuvième et vingtième siècles.

3De ce point de vue, la déception du lecteur peut être considérable. Si l’introduction de l’ouvrage témoigne d’une grande ambition théorique, si la brève première partie confirme cette ambition, le reste de l’étude semble rapidement perdre de vue les grandes articulations conceptuelles qu’il s’agissait de faire valoir. De façon symptomatique, aucune conclusion ne vient clore un ouvrage pourtant long et qui eût mérité la synthèse théorique susceptible de proposer une résolution, même temporaire, aux problèmes soulevés dans une dense introduction. Parallèlement, au fur et à mesure que l’ouvrage progresse, ce qui se présentait originellement comme une réflexion systématique sur les pratiques biographiques à une époque donnée devient un commentaire relativement isolé du contexte global de quelques auteurs choisis.

4La pertinence des analyses d’Ann Jefferson est néanmoins loin d’être remise en question par ces défauts. Tout au long de ses huit parties, l’ouvrage apporte des informations et des commentaires éclairants sur la pratique biographique d’une multitude de gens de lettres, dont on peut citer, parmi ceux qui suscitent les analyses les plus étendues : Jean-Jacques Rousseau, Germaine de Staël, Victor Hugo, Victor Cousin, Ernest Renan, Jules Barbey d’Aurevilly, Théophile Gautier, Remy de Gourmont, Stéphane Mallarmé, Paul Verlaine, Charles-Augustin Sainte-Beuve, Charles Baudelaire, Gérard de Nerval, Marcel Schwob, André Gide, Michel Leiris, Jean-Paul Sartre, Jean Genet, Pierre Michon, Max Jacob, Roland Barthes, Roger Laporte et Jacques Roubaud. On le voit, l’ouvrage est fourni.

5Sa première partie, « Les vies et l’invention de la littérature », offre une description désormais assez classique dans la bibliographie critique de l’émergence du concept de littérature, avant de s’attacher plus longuement à l’étude de l’expérience rousseauiste, qui serait l’acte de naissance de la littérature en tant que telle, détachée des textes particuliers et animées par un mouvement d’autocontestation. À partir de Rousseau, un lien organique se créerait entre la vie et la littérature, de sorte que la littérature transformerait la vie du poète en une vie collective. La partie se clôt par une description de cette conception organique dans De l’Allemagne (Staël) et la Préface de Cromwell (Hugo).

6Telles sont les bases sur lesquelles se bâtit la pratique du dix-neuvième siècle, décrite dans la deuxième partie, « Le XIXe siècle et la culture biographique ». L’auteure commence par rappeler l’extraordinaire prolixité des dictionnaires biographiques, des articles de journaux, des monographies et des plaquettes biographiques, tout au long du siècle. Dans ce cadre prend place un débat entre Victor Cousin et Ernest Renan, qui oppose l’historiographie et la biographie. Si des auteurs comme Barbey d’Aurevilly condamne la biographie, de grandes plumes s’y adonnent, soit pour en tirer quelque revenu, soit pour poursuivre un projet spécifique. Chez ces auteurs, comme Gautier, Verlaine ou Mallarmé, la biographie se détache de l’anecdote pour se faire manifeste littéraire : la vie du grand écrivain biographé s’épuise dans son activité littéraire. De cette double tendance émerge la pratique de Sainte-Beuve, où la biographie donne naissance à la critique littéraire, où la vie est conçue comme un outil d’interprétation.

7Cette convergence toujours plus nette entre vie personnelle et pratique littéraire atteint son comble dans les deux ouvrages étudiés au cours de la troisième partie « Ecriture poétique et vie du poète », savoir Les Contemplations (Hugo) et Les Fleurs du Mal (Baudelaire). Ces deux ouvrages sont, selon A. Jefferson, des biographies poétiques : leur composition suit le modèle d’une existence particulière et la succession des poèmes se conçoit comme l’expression de la vie d’un poète, plus ou moins liée à celle de l’auteur réel.

8De cette pratique nait ce que l’auteure appelle, dans la quatrième partie « La biographie comme littérature ». Dans Les Illuminés de Nerval comme dans les Vies imaginaires de Schwob, non seulement la biographie n’est pas une notice informative, mais elle cesse d’être uniquement un manifeste littéraire pour devenir une œuvre à part entière, douée de sa propre valeur littéraire. Au terme du dix-neuvième siècle, la légitimité d’un genre polymorphe dépasse donc de très loin le simple engouement pour l’anecdote ou même la perspective uniquement interprétative de Sainte-Beuve.

9L’engouement ne se dément pas au début du vingtième siècle, comme le souligne l’auteure dans la cinquième partie, « Intériorité, expérience et recours à la fiction ». Se développe alors la théorie de la vie romancée, qui veut que face à l’absence d’informations précises sur un auteur, le biographe peut inventer des événements, en affirmant que la vérité poétique l’emporte sur la vérité factuelle. La biographie adopte alors les techniques du roman, y compris et surtout dans l’autobiographie — ce que vient appuyer un chapitre consacré à l’œuvre de Gide et plus particulièrement à Si le grain ne meurt.

10Ce développement de l’autobiographie impose à l’écrivain d’adopter une certaine posture à l’égard de sa propre existence, qu’A. Jefferson explore dans une sixième partie intitulée « Actes de littérature : le sacré et la vie de l’écrivain ». L’auteure y confronte les visions de Michel Leiris et de Jean-Paul Sartre. Pour Michel Leiris, l’autobiographie est une occasion d’exalter le caractère sacré de la littérature ; pour Sartre, il s’agit au contraire de se défaire de la mystique littéraire pour être au contact du monde. Dans un cas comme dans l’autre, les textes autobiographiques théorisent la notion d’engagement littéraire, sacré ou politique.

11Il y a là un certain retour à l’exemplarité biographique, à laquelle A. Jefferson consacre la septième partie, « Héros, saints et anachronismes génériques ». L’auteure y décrit le retour, par Genet et Michon, au modèle de la vie de saint. Non seulement la biographie constitue une réflexion sur la littérature, non seulement elle est elle-même littérature, mais, par l’exemple, elle suscite la vocation littéraire et engage son lecteur à devenir écrivain.

12Cette question est encore abordée dans la huitième partie sous le titre de « Vie d’écriture ». Après avoir rappelé dans un chapitre l’usage que Max Jacob et Roland Barthes font respectivement du terme de « vocation » et de celui de vita nova, l’auteure décrit les entreprises singulières de Roger Laporte et Jacques Roubaud. La littérature devient le principal élément organisateur de la vie et si l’anecdote est rapportée, c’est qu’elle est spécifiquement littéraire : rythme de la journée de l’écrivain, rituels de travail, conditions de la production. Il n’y a plus désormais d’autres vies que la littérature.

13Si le lecteur regrettera donc que les parties qui suivent les deux premières, en se consacrant à des œuvres ponctuelles, n’aient pas la scrupuleuse attention synthétique qui caractérisait celles qui les précédaient, il trouvera toujours d’utiles informations et des analyses développées sur les auteurs évoqués, à partir desquelles il pourra, en s’appuyant sur l’introduction, reconstruire l’argumentation théorique de l’auteure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Ann Jefferson, Le défi biographique. La littérature en question », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 19 novembre 2012, consulté le 28 novembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/9846

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat avec l'Université Stendhal — Grenoble 3, affilié aux centres RARE (Rhétorique de l'Antiquité à la Révolution) et LIRE (Littératures, Idéologies et Représentations)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page