Navigation – Plan du site

Norbert Alter, La force de la différence. Itinéraires de patrons atypiques

Agnès Alliot
La force de la différence
Norbert Alter, La force de la différence. Itinéraires de patrons atypiques, Paris, PUF, 2012, 276 p., EAN : 9782130617013.
Haut de page

Texte intégral

1Comment des individus parviennent-ils à faire de leur différence une force ? Comment des femmes, des enfants d’immigrés, des personnes en situation de handicap, homosexuelles ou autodidactes ont-elles réussi à inverser leur destin pour devenir patrons ou dirigeants d’entreprises ? C’est à la compréhension des processus sociaux qui rendent possibles et légitimes ces itinéraires improbables que nous convie Norbert Alter dans son nouvel ouvrage.

2L’auteur prend place dans ce champ de recherche, relativement récent en sociologie, de l’étude des trajectoires sociales anormales, non pas pour « nier l’existence des déterminismes de reproduction et de domination globaux » mais pour étudier des phénomènes minoritaires qui permettent de « comprendre l’émergence de nouvelles régulations, de nouveaux acteurs » (p. 6).

  • 1  Demazière D. (2007). « À qui peut-on se fier ? Les sociologues et la parole des interviewés », Lan (...)

3Ayant constaté les capacités réflexives, d’analyse et d’objectivation de ces patrons atypiques, ainsi que le plaisir qu’ils ont à raconter leur vie professionnelle, N. Alter accorde un « statut éminent » (Demazière, 2007, p. 86)1 à leur parole. Leurs récits passionnants sont au cœur de l’analyse qui nous est présentée. Ce choix méthodologique, sous forme d’hommage et de reconnaissance du chercheur à leur égard, positionne les sujets de la recherche en co-auteurs ; ce partenariat revisite le rôle du sociologue : au-delà de l’écriture du scénario, c’est un travail d’éclairage, de mise en scène qui concentre son effort et retient l’attention.

4À travers des regards multidisciplinaires croisés, empruntant les concepts qu’il mobilise tour à tour à l’ethnologie, la psychologie ou la sociologie , l’auteur met à jour les processus qui permettent à ces patrons d’être ce qu’ils sont, de dépasser les frontières socialement construites et de forcer les portes sans jamais se renier.

  • 2  Goffman E. (1953-1975). Stigmate. Les usages sociaux des handicaps. Paris, les éditions de minuit.
  • 3  Simmel Georg (1907-2004). Digressions sur l’étranger, in Yves Grafmeyer et Isaac Joseph, L’Ecole d (...)

5Le premier chapitre analyse, sur la base des travaux de Goffman (1953-1975)2, leur expérience commune : la stigmatisation. Jamais délivrés des traces de cette stigmatisation qui se manifeste notamment par une méfiance « fondamentale » (p. 26) des « normaux » à leur égard, les patrons atypiques supportent un déficit de socialisation. Mais, contrairement à ce que pourraient laisser croire les enseignements de la sociologie, ces patrons ne se définissent pas non plus par la communauté de « différents » qui les caractérise de prime abord, leur rapport à celle-ci obéissant à une logique de distanciation plus que d’intégration. « Ni ici, ni ailleurs » (p. 34), l'auteur définit alors la place qu'ils occupent dans les entreprises qu'ils dirigent en se référant aux travaux de Simmel (1907-2004)3 : « celle de l’entre-deux, celle de l’étranger qui “vient d’ailleurs” » (p. 41), à qui la place n’a pas été donnée mais a été acquise.

6Cette position de l'étranger, faite de proximité et de distance, articule, pour l’auteur, la compréhension des trajectoires dont il est question. Les quatre chapitres centraux de l’ouvrage sont consacrés à préciser et analyser la manière dont elle constitue in fine une ressource stratégique essentielle.

7Cette position engendre un regard spécifique, caractérisé par l’extériorité. Ce regard offre une lecture distanciée, tactique des situations de travail, dégagée des dogmes des experts gestionnaires, favorisant l’émergence de solutions innovantes. C’est cette distance au rôle qui leur confère des capacités d’objectivation et d’analyse rares, des capacités réflexives hors du commun. Mais cette position, paradoxalement, favorise également l’interaction, rend la proximité possible. Chez les patrons atypiques, cette dernière se manifeste autant par la capacité à dire les choses, que par les relations d’empathie, dans lesquelles ils s’engagent avec les autres, collaborateurs, clients ou partenaires. Ce regard se transforme alors en « double compétence sociale : prendre ses distances sans pour autant heurter frontalement le modèle culturel » (p. 71), qui, sans renier son passé, permet l’aventure personnelle, l’acte d’entreprendre, comme construction de soi et forme de reconnaissance.

8Les patrons atypiques mobilisent des ressources considérables pour rendre visible et légitime leur compétence et échapper aux stéréotypes. Ils compensent leur handicap social initial par un surinvestissement au travail. Cet effort reste le plus souvent invisible, s’exerçant au travers d’activités ingrates ou risquées. Condamnés à prendre des risques pour sortir de la position dont ils ont socialement hérité, leur engagement, analyse l’auteur, participe souvent d’une éthique au sens wébérien : leur légitimité se trouve renforcée par le sens social, et pas seulement économique, qu’ils donnent à leur activité, se refusant à « dissocier les valeurs de la personne qu’ils sont avec celles du patron qu’ils sont également » (p. 133). N. Alter montre alors comment les patrons atypiques dérogent à la logique dominante actuelle de l’entreprise et s'inscrivent dans une critique politique d'un capitalisme désormais orienté par la seule finalité économique au détriment de sa perspective axiologique originelle.

  • 4  Mauss M. (1925-2007). Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques. (...)

9Dans le chapitre V, la théorie du don et du contre-don (Mauss, 1925-2007)4 soutient l’analyse des trajectoires des patrons atypiques. Tous ont reçu le support (affectif, social…) d’un autre, véritable pilier de leur construction identitaire. En retour, les patrons atypiques investissent « dans un système d’échange ouvert, total » (p. 204) : ils mobilisent autour d’eux en donnant « à l'excès » (p. 204), vestige de leur expérience première, pour créer des liens, être inclus et s’insérer dans les réseaux qui leur font défaut mais aussi en manifestant leur gratitude. Sachant associer des idées et des individus qui se rencontrent habituellement peu, les patrons atypiques se révèlent « être des passeurs » (p. 175), occupant in fine une place sociale centrale.

  • 5  Ricoeur P. (1990). Lectures 1. Paris, Points Seuil.

10Mais inverser son destin suppose aussi de modifier son rapport à soi-même. Les patrons atypiques construisent leur identité non pas en abandonnant ce qu’ils sont pour devenir ce qu’ils souhaitent mais en articulant passé et présent, exclusion et intégration. Convoquant Ricoeur (1990)5 pour « expliquer la manière dont on parvient à changer tout en restant le même » (p. 229), l'auteur s’appuie ensuite sur les théories de la résilience pour analyser les manières dont les patrons atypiques parviennent à aimer et être fier de leur position d’étranger. Ce faisant, ils inventent une alternative à l’inversion du stigmate : sa maîtrise, qui permet de « devenir honorable malgré sa différence" et "d’être honoré grâce à sa différence » (p. 254).

  • 6  Mercklé P. (2005). « Une sociologie des “irrégularités sociales” est-elle possible ? », Idees, la (...)
  • 7  De Gaulejac V., Taboada Leonetti I. (2008). La lutte des places. Paris, Desclée de Brouwer.

11Pour mieux rendre compte des « irrégularités statistiques et sociales », P. Mercklé (p. 22)6 s’interroge sur une possible « sociologie de l’improbable ». N. Alter apporte ici une réponse en termes de contribution à une « sociologie de l’étranger » (p. 7). Son analyse dévoile les ressorts d’une intelligence sociale rare que les patrons atypiques, inscrits plus que d’autres dans la lutte des places (de Gaulejac et Taboada Leonetti, 2008)7, ont su développer et mettre en œuvre pour inverser leur destin. Si l’on peut être gêné d’un parti pris heuristique qui gomme les différences, la richesse des analyses emporte le lecteur, que celui-ci soit chercheur en sciences sociales ou professionnel en entreprise. Ce dernier y trouvera, au fil des pages, une formidable grammaire de management à usage du décideur « normal » !

Haut de page

Notes

1  Demazière D. (2007). « À qui peut-on se fier ? Les sociologues et la parole des interviewés », Langage et société, 2007/3 N° 121-122, p. 85-100.

2  Goffman E. (1953-1975). Stigmate. Les usages sociaux des handicaps. Paris, les éditions de minuit.

3  Simmel Georg (1907-2004). Digressions sur l’étranger, in Yves Grafmeyer et Isaac Joseph, L’Ecole de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine. Paris, Flammarion.

4  Mauss M. (1925-2007). Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques. Paris, PUF.

5  Ricoeur P. (1990). Lectures 1. Paris, Points Seuil.

6  Mercklé P. (2005). « Une sociologie des “irrégularités sociales” est-elle possible ? », Idees, la revue des sciences économiques et sociales, n° 142, décembre, pp. 22-29. Disponible en ligne : http://socio.ens-lsh.fr/merckle_textes_2005_irregularites.pdf

7  De Gaulejac V., Taboada Leonetti I. (2008). La lutte des places. Paris, Desclée de Brouwer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Alliot, « Norbert Alter, La force de la différence. Itinéraires de patrons atypiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 19 novembre 2012, consulté le 30 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/9859

Haut de page

Rédacteur

Agnès Alliot

Doctorante PhD à l'université de Sherbrooke (Canada, Québec)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page