Navigation – Plan du site

Rose-Marie Charest, Jean-Claude Kaufmann, Oser le couple

Marie-Carmen Garcia

Texte intégral

1La séparation entre l’amour et le mariage a constitué durant plus de deux mille ans, en Occident, l’un des nœuds stratégiques de la régulation des comportements sexuels. Amour conjugal et amour érotique ont en effet évolué dans des sphères étanches l’une à l’autre jusqu’au XVIIIe siècle. À cette époque un idéal de mariage amoureux a commencé à se forger. Puis, au XIXe siècle, le modèle du « mariage d’amour » s’est imposé en rapprochant progressivement la relation conjugale de la relation érotique. Aujourd’hui, le couple idéal est considéré comme autosuffisant sur les plans affectifs et sexuels.

2Mais, comme on le sait, les hommes et les femmes rencontrent souvent des difficultés pour faire vivre ce « couple idéal » et en souffrent. Rose-Marie Charest, psychologue clinicienne, suit en consultation nombre de personnes dans cette situation. Jean-Claude Kaufmann, sociologue, a, quant à lui, mené plusieurs enquêtes sur les mécanismes sociaux qui régissent les couples. Tous deux proposent dans cet ouvrage, sous la forme d’un dialogue, des analyses et des outils pour faire face et éventuellement dépasser les « difficultés » des couples. Il s’agit moins ici de conduire les lectrices et les lecteurs à « oser le couple », comme son titre l’indique - car les auteur-e-s sont convaincu-e-s que la vie à deux fait toujours rêver - que de fournir des explications et des conseils pour « faire durer le couple ».

3Il ne s’agit donc pas dans ce livre de rompre avec les représentations doxiques du couple, ni avec la notion de « couple ». On ne trouvera donc pas dans cet ouvrage une approche critique du couple, ni une mise en lumière de différents modes de relations amoureuses mais plutôt un « manuel du couple » monogame, exclusif et hétérosexuel et destiné à durer.

4Au fil des sept chapitres qui composent l’ouvrage, Rose-Marie Charest et Jean-Claude Kaufmann explorent ainsi ce qu’il appellent le « 3e territoire » (le couple) créé à deux et censé dépasser la somme des individualités des partenaires. Les auteur-e-s proposent des réponses à des questions ordinaires de la vie à deux : qu’est-ce que s’aimer ? Pourquoi est-ce compliqué ? Comment construire une vie à deux ? Comment faire durer le couple ? Que faire quand les sentiments s’estompent ? Comment se reconstruire avec une séparation ?

5Alors que l’on pourrait s’attendre à des approches sensiblement différentes, compte tenu des appartenances disciplinaires des auteur-e-s, on observe que les points de vue de ces dernier-e-s convergent fondamentalement sur deux points. Le premier est que le « 3e territoire » que constitue le couple doit être préservé et cultivé. L’édification d’un couple durable implique une certaine autonomie individuelle subtilement associée à une certaine dépendance amoureuse. Pour faire durer un couple, il ne faudrait être ni trop individualiste (par exemple, il est déconseillé d’avoir un territoire personnel duquel serait exclu-e le-la conjoint-e), ni trop « fusionnel » (il est déconseillé de vouloir que l’autre soit « tout » pour soi). Le second point de convergence entre les auteur-e-s est que l’un des principaux obstacles à la « mise en couple » serait la crainte chez les individus de l’engagement dans quelque chose qui pourrait prendre fin.

6Le temps qui passe apparaît comme des principaux ennemis du couple. En effet, le « territoire » qu’il représente semble pouvoir se rétrécir sous l’effet des désirs (ou besoins) d’individuation de l’un ou l’autre partenaire, des tentations extérieures (infidélités potentielles ou réelles), de l’éloignement affectif ou émotionnel. Ce processus de rétrécissement du « 3e territoire » peut conduire à une « crise » dans le couple qui, selon les auteur-e-s, peut, dans de nombreux cas être dépassée. Ils conseillent d’être prudent-e en la matière et de ne pas romprent trop précocement. Souvent, les gens se quittent d’après eux pour des « broutilles » qui ne sont que des prétextes occultant les véritables problèmes rencontrés par le couple. À ce titre, Jean-Claude Kaufmann souligne que les hommes tendent à se plaindre du fait que leur compagne les fatigue et Rose-Marie Charest écrit qu’il serait bon d’expliquer aux femmes qu’elles ne peuvent pas attendre d’un homme qu’il les aime comme une femme. Les rapports sexuellement différenciés à autrui, au couple, à l’amour sont ainsi convoqués pour expliquer une partie des difficultés rencontrées dans les couples. Mais, parallèlement, les auteur-e-s insistent, de manière quelque peu paradoxale, sur le fait que les identités sexuées ne structurent pas, selon eux, fondamentalement les couples, que ces dernières sont plutôt relationnelles.

  • 1  Patricia Mercader, Annik Houel, Helga Sobota, « L'asymetrie des comportements amoureux : violences (...)

7Il faut, aussi cependant, faire attention, d’après cet ouvrage, à ne pas « trop attendre » pour rompre, notamment dans les situations de violences conjugales. La prolongation des relations violentes est principalement expliquée par l’attention amoureuse dont l’homme violent fait souvent preuve envers sa compagne après un épisode violent. Cet enchantement amoureux momentané serait un obstacle à la rupture car les femmes concernées hésiteraient (plus ou moins consciemment) à abandonner ces périodes d’amour. En ce qui concerne les violences, elles sont expliquées, du point de vue de la psychologue, comme un effet du sentiment d’infériorité de certains hommes dont la compagne détient une position sociale supérieure à la sienne. Ces explications semblent méconnaître les nombreux travaux portant sur les « violences de genre » et particulièrement les violences conjugales, qui montrent que ces phénomènes s’inscrivent dans un système social de domination masculine et présentent des caractéristiques sociales complexes1.

  • 2  Peter Berger, Thomas Luckmann, La construction sociale de la réalité, Paris, Meridiens Klincksieck (...)

8D’une manière générale, l’ouvrage propose donc une vision centrée sur l’individu et ne révèle pas les systèmes sociaux qui travaillent les relations conjugales. On peut ainsi souligner que l’approche sociologique proposée repose implicitement sur la thèse selon laquelle les conjoints sont des « autruis significatifs »2 l’un pour l’autre, qu’il existe une grammaire et un langage communs partagés par les partenaires et que la confiance en l’autre est fondamentale dans la construction du couple. L’approche clinicienne semble quant à elle s’ancrer dans une représentation du couple comme source d’épanouissement et d’accomplissement.

9Les conditions socioéconomiques d’existence, les trajectoires sociales, les positions sociales et le capital symbolique ne sont pas abordés. Les relations socialement construites entre les sexes et les rapports de domination entre eux non plus. On peut le regretter. Mais, il est probablement difficile de convoquer ces perspectives dans une démarche qui souhaite « éviter l’écueil du discours froid et distant de l’expert » (Avant-propos) en proposant des pistes pour « bâtir une histoire d’amour » (Avant-propos).

Haut de page

Notes

1  Patricia Mercader, Annik Houel, Helga Sobota, « L'asymetrie des comportements amoureux : violences et passions dans le crime dit passionnel », Sociétés contemporaines, vol. 3, n° 55, 2004, p. 91-113.

2  Peter Berger, Thomas Luckmann, La construction sociale de la réalité, Paris, Meridiens Klincksieck, 1994 [The Social Construction of Reality, 1966].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Carmen Garcia, « Rose-Marie Charest, Jean-Claude Kaufmann, Oser le couple », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 19 novembre 2012, consulté le 23 septembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/9864

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page