Navigation – Plan du site

Bruno Milly, Le travail dans le secteur public. Entre institutions, organisations et professions

Matthieu Hély
Le travail dans le secteur public
Bruno Milly, Le travail dans le secteur public. Entre institutions, organisations et professions, PU Rennes, coll. « Didact sociologie », 2012, 231 p., ISBN : 978-2-7535-2024-0.
Haut de page

Texte intégral

1L’intérêt principal de l’ouvrage de Bruno Milly est de mettre en évidence les limites d’une analyse du travail dans le secteur public qui se limiterait à l’appréhender uniquement à partir de son cadre institutionnel et normatif, un peu à la manière de la « science administrative » qui essentialise certainement un peu trop le travail public par rapport au travail dans le secteur marchand. En effet, si la sociologie du travail et des organisations s’est intéressée aux métiers de l’État social, c’est surtout à travers les recherches sur les structures bureaucratiques, connues en France par l’ouvrage classique de Michel Crozier : Le phénomène bureaucratique. À partir de l’emprunt à Andrew Abott, Bruno Milly mobilise le concept « d’écologie » pour désigner un système d’éléments aux interactions multiples, et pour la plupart interdépendants : « l’écologie est donc une configuration d’interdépendances » (p. 49). Analytiquement, l’écologie se décompose, selon Bruno Milly, en trois dimensions complémentaires qui s’agencent de manière singulière selon les différents terrains de l’enquête : l’institution renvoie, selon une filiation Durkheimienne, à la transcendance d’un projet sociétal (d’enfermement, de soin ou d’aménagement du territoire). Selon une perspective forgée par les fondateurs de l’analyse stratégique, l’organisation fait référence aux régulations prescrites et construites par les jeux d’acteurs pour structurer l’action collective. Enfin, l’auteur appréhende, à travers l’analyse des groupes professionnels dont Claude Dubar et Pierre Tripier ainsi que Didier Demazière et Charles Gadéa ont posé les fondements en France, les cadres et collectifs de travail qui structurent les identités professionnelles (éthique professionnelle), les compétences et qualifications, les carrières et modes d’exercice de l’activité ainsi que ses formes de collégialité et de segmentation.

2Une fois ce cadre théorique posé très clairement dans un premier chapitre à la fois dense et ramassé, l’auteur expose les différents terrains étudiés en pointant leurs similitudes et leurs spécificités. Il convient de préciser, à ce stade, que l’ouvrage est le fruit d’une habilitation à diriger des recherches (HDR) que l’auteur a soutenue en 2011, d’où peut-être le caractère systématique de la démonstration qui décline le modèle théorique sur un mode ternaire pour les trois chapitres empiriques. L’institution carcérale est ainsi abordée à partir de plusieurs enquêtes auprès d’enseignants et soignants exerçant en prison réalisées à des périodes différentes (années 1990 et fin des années 2000) ; l’hôpital est saisi à partir de trois enquêtes conduites en binôme avec Gilles Herreros entre 2005 et 2001 ; enfin le Ministère de l’Écologie, de l’Énergie et du Développement Durable et de la Mer (MEEDDM) a fait l’objet d’une série de recherches de l’auteur mais également d’investigations plus anciennes menées par les chercheurs du centre de sociologie des organisations. Bruno Milly nous livre donc un ouvrage dense et fondé sur de nombreuses recherches empiriques, ce qui lui permet d’éviter la tentation de la généralisation abusive.

3Les apports de cet ouvrage sont très nombreux. Tout d’abord, il conforte l’idée d’une homogénéité des professions du secteur public : « soignants, enseignants et personnels techniques de l’Équipement mobilisent très souvent la référence aux « droits » de leurs publics, à la centralité, voire à la sacralité de leur mission, à l’importance du rattachement de leur activité au secteur de l’intervention publique » (p. 55). Ce qui n’empêche pas l’observation par l’auteur de significations différentes attribuées au « travail dans le secteur public », comme c’est le cas par exemple au sein du MEEDDM : « tous les personnels tiennent à leur appartenance à la fonction publique et entendent défendre l’intérêt public. Mais il y a derrière cet affichage des intentions et des conceptions fort distinctes. Pour la majorité des personnels de direction, la référence à la fonction publique est ressentie comme nécessaire de servir l’État et de respecter les orientations politiques gouvernementales sur lesquelles ils disent ne pas s’autoriser de jugement, parce qu’elles sont le fruit d’un processus électoral démocratique ; ils se présentent comme des fonctionnaires pour lesquels l’obéissance est un devoir ; certains se qualifient comme « mercenaires de l’État ». Les autres personnels leur reprochent ce qu’ils perçoivent comme de la servilité ou de la collaboration aveugle : pour eux, le service public est avant tout conçu comme un service de qualité rendu à l’usager par des organisations et des professionnels à l’abri des pressions de la rentabilité et des intérêts privés ; autonomie, indépendance, impartialité, neutralité sont les termes employés pour qualifier le secteur public qu’ils entendent défendre, en opposition à ce qu’ils présentent comme la logique concurrentielle, libérale et privée » (p. 106). La manière dont les agents publics s’approprient le contenu de leur activité est un élément particulièrement riche de l’analyse menée par Bruno Milly.

  • 1  L’hôpital sous pression, Paris, La découverte, « Textes à l’appui/Enquêtes de terrain », 2010.
  • 2  http://lectures.revues.org/1792

4Dans le chapitre sur l’hôpital, l’auteur élabore son analyse dans le cadre classique des recherches interactionnistes (Goffman, Strauss, etc.), mais sans faire référence aux travaux plus contemporains de Nicolas Belorgey1 et Frédéric Pierru2 qui proposent une approche critique des usages du New Public Management par l’institution hospitalière. Pour autant, le récit que fait Bruno Milly de la réception des résultats de la recherche sur la « démarche qualité » menée avec Gilles Herreros et commandée par la Haute Autorité de Santé est tout à fait instructif : « Il n’y a pas de facteur déterminant, ni de configuration idéale assurant la pérennité et la valorisation des démarches-qualité. Celles-ci semblent plutôt relever d’alchimies singulières, irréductibles à quelques indicateurs » (p. 150). L’auteur souligne que ce constat tiré de leur enquête était déroutant à entendre pour la HAS car il invite à relativiser la portée de la démarche de certification promue par les « croyants dans les démarches qualité » (sic). L’hôpital apparaît ainsi comme une écologie à l’état intermédiaire, entre la prison et l’Équipement, qui conserve un attachement à ses valeurs de service public tout en subissant de profondes transformations organisationnelles amorcées à partir des années 1970 et qui sont impulsées par un « nouveau projet institutionnel » alternatif à celui forgée par la doctrine du « service public ».

  • 3  Les réflexions menées par Bernard Friot, Françoise Dreyfus, Luc Rouban Jean Saglio, ainsi que les (...)
  • 4  Voir Émilie Biland, La fonction publique territoriale, La découverte, « Repères », 2012.
  • 5  Voir M. Hély, Les métamorphoses du monde associatif, Puf, « Le lien social », http://lectures.revu (...)
  • 6  voir M.Simonet, Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ?, La dispute, « Travai (...)
  • 7  P.Bezès, Réinventer l’État, Puf, « Le lien social », 2009.

5La richesse des recherches menées par l’auteur fait également apparaître la diversité des expériences du travail dans le secteur public et conduit le lecteur à s’interroger sur son unité et ses différences avec le travail dans le secteur marchand : la spécificité du travail public n’est-elle, comme semble le penser l’auteur, qu’une affaire « d’identités au travail » ? Comment dans ce cas, expliquer sociologiquement que les activités organisées dans le sillon du service public aient été historiquement encadrées par des droits spécifiques dont l’objectif est de garantir le dévouement des agents à l’intérêt général ?3 Au fil des pages, on sent bien que cette question, régulièrement écartée par l’auteur (ou uniquement saisie à travers le rapport subjectif des acteurs), resurgit pourtant à plusieurs reprises : les enseignants bénévoles intervenant en prison sont exclus de l’enquête qui ne retient que les personnels statutaires sans que l’on sache les raisons qui éclairent ce choix méthodologique important (p. 94), la loi de 2009 sur la mobilité est évoquée de façon elliptique (p. 135) sans que l’auteur ne s’attarde sur le processus historique de délégitimation de l’État social qui en est à l’origine, de même pour la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) qui est évoquée brièvement à propos du chapitre consacré à l’Équipement : « en termes d’ancienneté au ministère, on observe une distribution assez équilibrée sur toutes les classes d’ancienneté, avec une légère sous-représentation des plus récents (moins de cinq ans), liée à la réduction des effectifs de la fonction publique qui touche la structure » (p. 104). L’ouvrage laisse ainsi de côté le cas des agents de la fonction publique territoriale4 dont on sait que leur « régime de mobilisation » est plus proche de la « fonction publique d’emploi », qui résulte des pratiques du New Public Management, que de la « fonction publique de carrière », qui caractérise les missions régaliennes de l’État central. Autrement dit, cette remarque interroge sur la possibilité de mobiliser le modèle analytique forgé par Bruno Milly à des individus et des organisations qui participent à l’action publique sans relever du périmètre des administrations publiques : on pense ici aux salariés du monde associatif5, mais également aux bénévoles6, aux travailleurs du workfare et aussi plus largement aux salariés chargés dans le cadre de partenariats public/privé de mettre en œuvre des politiques publiques. Ainsi, l’ouvrage aurait sans doute pu davantage emporter la conviction en montant davantage en généralité et en s’appuyant par exemple sur la thèse de Philippe Bezès d’une « réinvention de l’État »7 à travers les réformes de l’État social et le développement de travailleurs intervenant aux marges de l’action publique.

6Conscient de cette limite, l’auteur consacre le dernier chapitre à faire le bilan des effets du « New Public Management » et de ses usages multiples sur l’expérience vécue du travail public pour tenter d’en saisir les transformations et les effets. L’auteur se montre très nuancé à l’égard de la thèse d’une « désintitutionnalisation » des principes axiologiques et des normes qui organisent le travail public. À la question de savoir si l’on peut parler d’une « désintitutionnalisation » des projets d’équipement du territoire à l’échelle de la société française ? L’auteur oppose le point de vue des acteurs : « oui, si l’on réduit la dimension institutionnelle à la prise en charge par les domaines étatiques ou public d’intervention, comme beaucoup de professionnels issus du ministère de l’Équipement sont conduits à le faire dans leurs discours. Non, si l’on considère que la dimension institutionnelle renvoie à la reconnaissance par la société, de la centralité et de la légitimité de ce projet, indépendamment de sa prise en charge par le secteur public. L’aménagement du territoire pourrait rester une institution, un projet central et légitime, même s’il est largement confié au secteur privé » (p. 200). De même vis-à-vis du diagnostic avancé par Thomas Le Bianic et Patrice Duran et développé dans l’ouvrage collectif qu’ils ont coordonné en 2008 (Action publique et légitimités professionnelles8), d’une « débureaucratisation » de l’action publique, l’auteur fait justement remarquer que, si ce processus se traduit fréquemment par la réduction de la taille des organisations publiques (création d’agences par exemple), c’est aussi parfois un artifice masquant un changement dans la régulation des collectifs de travail (p. 202). Autrement dit, la rhétorique de la « débureaucratisation » peut aussi engendrer une atomisation des collectifs et une dégradation des formes de coopération au travail.

  • 9  Voir la thèse de doctorat de Xavier Engels (IDHE CNRS) intitulée « Réforme de l’État et mobilisati (...)
  • 10  Émile Durkheim le 19 janvier 1908 retranscrite dans l’ensemble des contributions réunies par Victo (...)

7Au final, l’ouvrage livre des analyses très fines et stimulantes sur le travail dans les organisations publiques et a le grand mérite d’en proposer un cadre analytique cohérent et permettant d’en saisir de nombreuses dimensions. Mais en dépit de l’effort important de l’auteur pour ouvrir sa focale sociologique, sa réflexion sur la dimension institutionnelle du travail dans le secteur public n’aborde pas substantiellement la question du « régime de mobilisation des agents publics »9. En effet, l’une des spécificités du travail dans le secteur public est de s’intégrer dans un régime historiquement distinct du salariat du secteur marchand. Or, nous pensons qu’il n’est pas possible de prétendre élaborer une sociologie du travail dans le secteur public en laissant de côté (ou à d’autres disciplines) cette question centrale. On rappellera à toutes fins utiles le mot de Durkheim, prononcé en 1908 à l’occasion des Libres entretiens pour la vérité (soit une trentaine d’années avant l’adoption d’un statut général de la fonction publique sous Vichy en 1941, puis en 1946 à l’initiative de Maurice Thorez): « Car s’il est un fait qui paraît évident c’est que, tout au contraire, nous tendons, de plus en plus, à réclamer pour les fonctions économiques, une organisation qui se rapproche de celles des fonctions publiques, loin de ravaler la seconde au niveau de la première. Le progrès semble consister à réclamer, pour l’employé privé, un peu de garanties et de stabilité dont jouit l’employé public (avec les obligations correspondantes) et non à introduire dans les emplois publics l’anarchie qui règne encore trop dans l’ordre économique »10. Cette dernière remarque n’enlève rien à la très grande qualité du travail de Bruno Milly mais est plutôt une invitation à poursuivre la réflexion sur cet objet, longtemps relégué à un statut d’angle mort de la sociologie du travail.

Haut de page

Notes

1  L’hôpital sous pression, Paris, La découverte, « Textes à l’appui/Enquêtes de terrain », 2010.

2  http://lectures.revues.org/1792

3  Les réflexions menées par Bernard Friot, Françoise Dreyfus, Luc Rouban Jean Saglio, ainsi que les travaux collectifs sur le « salariat à statut », sur le statut d’agent public et sa genèse historique sont totalement absents de la réflexion de Bruno Milly.

4  Voir Émilie Biland, La fonction publique territoriale, La découverte, « Repères », 2012.

5  Voir M. Hély, Les métamorphoses du monde associatif, Puf, « Le lien social », http://lectures.revues.org/829

6  voir M.Simonet, Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ?, La dispute, « Travail et salariat », 2010, http://lectures.revues.org/1229

7  P.Bezès, Réinventer l’État, Puf, « Le lien social », 2009.

8  Voir note de lecture sur liens socio : http://lectures.revues.org/668

9  Voir la thèse de doctorat de Xavier Engels (IDHE CNRS) intitulée « Réforme de l’État et mobilisation des agents publics. Le cas des collectivités locales en Allemagne, en France et au Royaume Uni », soutenue le 7 décembre 2012 à l’Université Paris Ouest Nanterre.

10  Émile Durkheim le 19 janvier 1908 retranscrite dans l’ensemble des contributions réunies par Victor Karady in Textes, Tome 3 « Fonctions sociales et institutions », Minuit, 1975, p.201.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Hély, « Bruno Milly, Le travail dans le secteur public. Entre institutions, organisations et professions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 22 novembre 2012, consulté le 30 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/9913

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page