Navigation – Plan du site

« Des drogues aux addictions. “Shooter" les représentations” ? », Le sociographe, n° 39, septembre 2012

Line Pedersen
Des drogues aux addictions
« Des drogues aux addictions. "Shooter" les représentations ? », Le soiographe, n° 39, septembre 2012, IRTS-LS.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. notamment l'article de Nicolas Fortané, « La carrière des addictions. D'un concept médical à u (...)
  • 2 En effet, une série de photographies prises dans un centre d'accueil et de soins spécialisé pour t (...)

1Comme l'indique le titre, ce numéro du Sociographe aborde sous divers angles ce qui est souvent considéré comme un changement de paradigme dans le domaine de la lutte contre les drogues, à savoir le passage d'une spécificité dans la dépendance liée à la substance consommée, à la catégorie de « conduites addictives ». La revue entend interroger plus précisément le discours généralisé sur les addictions se focalisant sur le comportement des usagers, en s'efforçant d'appréhender « l'addicté dans une histoire, une dynamique, un environnement ». Ce changement de paradigme s'est effectué notamment grâce au succès des neurosciences à mettre au jour les mécanismes cérébraux de la dépendance communs à l’ensemble des drogues. L'idée centrale est que toutes les drogues agissent sur le cerveau selon des modalités comparables et sont présentent des dangers à la consommation différents en fonction de l'usage qui en est fait, et non pas en elles-mêmes1. Sommes-nous donc tous des addictés potentiels ou y a-t-il des individus « addictibles » et « non-addictibles », et quels en seraient alors les cadres sociaux déterminants ? C'est cette question qui sous-tend ce numéro du Sociographe constitué de treize contributions de la main d’auteurs d'horizons très divers : chercheurs et doctorants en sciences humaines et sociales (sociologie, psychanalyse, sciences du langage), intervenants sur le terrain (éducateurs, assistante sociale, psychologue) ainsi qu’un photographe2.

2L'institutionnalisation du savoir neuroscientifique sur les dépendances s'est traduite par un changement au niveau sémantique : d'un vocabulaire mettant l'accent sur le produit et sur l'aspect obsessionnel de la dépendance, nous sommes passés au référentiel de l'addictologie axant la définition de la relation de dépendance entre un individu et un objet sur le comportement répétitif et sur le caractère d'esclavage de cette relation. En effet, comme le montre dans sa contribution Gustavo Freda, depuis que la notion d'addiction a pris le pas sur celle de dépendance, tout excès est inclus dans la définition (tabac, sport, ordinateur, etc.). Nous parlons désormais d'addictologie, induisant sémantiquement par le suffixe -logos (et non plus -manie) un modèle thérapeutique qui saurait traiter le dysfonctionnement. Le succès de l'addictologie comme discipline médicale capable de traiter les dépendances vient du fait qu'elle se fonde sur la mesure. Elle chiffre les comportements et tracerait ainsi une limite quantitative entre le normal et le pathologique. Cette approche fait de l'addictologie un produit de son temps : pratique, pragmatique, individualisée. Seulement, là réside aussi sa faiblesse : la jouissance ne se comptabilise pas et si quelqu'un est en mesure d'interpréter l'usage des substances ou objets, c'est a priori le sujet lui-même.

3Baser la thérapie sur ce que les comportements donnent à voir à l’observateur peut apparaître de ce point de vue très simpliste ; dans le même sens, Marc Levivier et François Perea soulignent que le travail des accompagnateurs en addictologie consiste à encourager la parole sur soi. Ils démontrent comment les ressources de la langue rendent possible des négations de la responsabilité de ce qui est dit par les alcooliques, par exemple en parlant de quelqu'un d'autre et non pas à partir du « Je», ce qui mettrait davantage en jeu l'image de soi. La question que l'on pourrait se poser est celle de savoir si cette difficulté à faire émerger le « Je » dans le discours est plutôt liée à un sentiment de « honte sociale », qu'à un refus de se considérer comme dépendant.

  • 3 C'est l'idée défendue par l'anthropologue David Le Breton notamment dans ses travaux sur la douleu (...)
  • 4 Nous entendons ici une situation problématique où les choses ne vont plus de soi, allant du ressen (...)
  • 5 cf. notamment les travaux du sociologue Alain Ehrenberg pour qui la drogue met à mal la relation à (...)

4Par extension, cela amène à se questionner sur la définition de la dépendance elle-même. Fondée uniquement sur une dimension neurologique, celle-ci s’avérerait probablement réductrice, en ce sens qu'il semble difficile de faire l'impasse sur la dimension « symbolique » et sociale de la dépendance. Si l'on considère que la drogue vient parfois soulager une souffrance existentielle (c'est-à-dire un questionnement sur son identité sociale, la souffrance étant induite par la conscience de son individualité3), il faut prendre en compte l'univers de significations mobilisé dans le discours des « addictés », afin de pouvoir problématiser et proposer des solutions au « trouble4 addictologique ». Julie Monge investit l'univers psychanalytique pour expliquer la place du langage dans la structure psychique addictée. Selon l'auteure, le toxicomane présente une « insuffisance narcissique » et devient sujet d'angoisse quand le langage fait défaut. Ce propos peut être nuancé dans la mesure où l'on peut penser que les caractéristiques sociodémographiques des usagers, les multiples contextes et situations de prise de drogues selon les individus, les cadres spatio-temporels de consommation et le sens qu'ils attribuent à leurs actes, peuvent relativiser l'idée d'une structure psychique commune aux dépendants. Si l'on admet néanmoins l'idée d'une certaine rupture du lien social5 (c'est-à-dire la précarité du « moi social » chez les personnes dépendantes) dans l’analyse psychanalytique de la dépendance, on peut supposer que la thérapie devrait introduire du symbolique visant à aider le toxicomane à surmonter les épreuves de frustration dans son rapport au « réel », c'est-à-dire quand il fait l'expérience de la séparation de sa mère et donc de « devoir » exister par lui-même.

  • 6 L'ordalie signifie que l'issue d'une épreuve est soumise au jugement de Dieu. Ici l'auteur l'utili (...)

5Dans la même lignée, David Le Breton définit le toxicomane par le sentiment de « manque à être ». Un « jeu ordalique6 » avec la drogue s'effectue afin de s'assurer d'une légitimité d'être au monde, d'où l'importance, pour sortir de la dépendance, d'avoir un projet d'existence en instaurant un rapport au monde qui fait sens. Cet accent mis sur la souffrance et décrivant le toxicomane comme une personne cherchant, à travers la consommation de drogues, à ne « plus porter le fardeau de son existence », occulte finalement la recherche de plaisir qui sous-tend toute conduite addictive, voire toute prise de produit psycho-actif. C'est cet aspect que Céline Chantepy-Touil met en évidence dans sa contribution. Elle décrit les cadres de la consommation, et notamment sa dimension de déroulement temporel, que les usagers jugent indispensable pour rendre l'expérience addictive optimale : les préliminaires et les rituels. Néanmoins cet espace-temps est fragile et le produit finit par ne faire qu'atténuer la souffrance et entretenir le désir.

6Emmanuelle Hoareau met l'accent sur les représentations genrées de l'addiction. En faisant une rapide revue historique du stéréotype féminin de l'usage de drogues, l'auteure pose l'hypothèse d'un stigmate chez les femmes consommatrices : celui d'une perte des attributs féminins idéaux de la fonction maternelle et de la transmission culturelle. Ce stigmate et le stéréotype féminin de la vulnérabilité concourent à la sévérité du jugement des femmes consommatrices de la part des professionnels du secteur social et médical. Il y a donc des macro-modalités de l'addiction qui, malgré un changement formel au niveau de la prise en charge, participent à sa perpétuation et à la stigmatisation de ceux qui en souffrent. C'est ainsi que Jean-Pierre Couteron met en cause les propriétés addictogènes d’une société qui impose à l'individu l’hyperperformance comme norme. Pour cet auteur, la solution au problème de la banalisation addictive passe par une stimulation du contrôle de soi de l'individu potentiellement addicté à travers le contrôle social, en repensant les différentes logiques (la pénalisation, la médicalisation et la réduction de risques) qui le constituent.

  • 7 Le premier à décrire le phénomène de dépendance afin d'essayer de trouver une solution aux problèm (...)

7Dans la mesure où le « trouble addictologique » est devenu un problème public7 (c'est-à-dire qu'est apparu un concernement à son égard) des solutions se sont institutionnalisées et des groupes professionnels se sont approprié le problème, tendant à définir et contrôler l'objet. L'acception biologique et neurologique de l'addiction suppose que le corps médical est en mesure de proposer une solution par la voie médicamenteuse comme c'est le cas des traitements de substitution pour les dépendants aux opiacés.

  • 8 C'est-à-dire rendre les personnes que l'on accompagne autonomes et capables d'agir sur leur propre (...)

8La nouvelle approche addictologique laisse néanmoins derrière elle des interrogations quant à la prise en charge simultanée des dépendants aux drogues et à l'alcool. Pour Anne Rivoirard, la méconnaissance du public toxicomane dans les centres de postcure auparavant spécialisés en alcoologie met en difficulté les soignants qui y œuvrent. Ces difficultés découlent du phénomène de consommations parallèles (alcool) chez les toxicomanes sous traitement de substitution, pratique considérée comme support stratégique de leur parcours de soin. Tolérer ces consommations durant les soins mettrait ainsi en cause les valeurs des centres de postcure. L'auteure prescrit donc de former le personnel pour mieux connaître les addictions aux drogues illicites, ainsi qu’une redéfinition de la relation soignant-soigné. La dimension existentielle de l'usage des drogues se donne à voir au fil des contributions à travers un processus de subjectivation, proche de la notion d'empowerment8 en vogue dans les politiques sociales et publiques. Nathalie Scroccaro explicite cette idée à partir d'un cas clinique. Elle nous livre un récit et une réflexion sur l'obligation de soin chez les jeunes consommateurs (12-25 ans). En soutenant l'idée que les consommations régulières de cannabis et d'alcool d'une jeune femme en obligation de soins sont une manière pour elle de valider son existence, un jeu ordalique comme l'évoquait Le Breton, l'auteure propose que le rôle du psychologue soit dans ce cadre d'amorcer les soins dans le sens d'une « réappropriation de l'histoire personnelle ».

9Ce numéro de la revue Le Sociographe tient sa promesse d'avoir des « entrées singulières » sur un sujet aussi complexe et inépuisable que les addictions. La richesse de contributions aussi diversifiées ne peut être que soulignée, en ce sens qu'une réflexion globale sur l'élucidation et le traitement des addictions se doit d'embrasser la totalité des points de vue. L'originalité de l'ouvrage par rapport aux revues spécialisées dans le domaine tient donc à l'accent mis sur les questionnements de nos représentations et de nos catégories « allant de soi » (comme celle de la conduite addictive), mais aussi des pratiques de soin et d'accompagnement. Néanmoins, là réside aussi ses limites : on peut regretter un questionnement davantage transversal des contributions, en ce sens que l'absence de problématisation commune du « trouble addictologique » réduit la portée du numéro, l'hétérogénéité des contributions finissant par n'attraper que des pièces trop loin l'une de l'autre pour élucider une partie du puzzle. On regrettera également un certain manque d’ « épaisseur méthodologique » des articles, c'est-à-dire des précisions concernant les sources (expériences, enquêtes, lectures) à partir desquelles les auteurs puisent leurs réflexions.

Haut de page

Notes

1 Cf. notamment l'article de Nicolas Fortané, « La carrière des addictions. D'un concept médical à une catégorie d'action publique », Genèses, n° 78, 2010, pp. 5-24.

2 En effet, une série de photographies prises dans un centre d'accueil et de soins spécialisé pour toxicomanes s'étale tout au long de la revue laissant l'impression au fil de la lecture d'être au vif du sujet.

3 C'est l'idée défendue par l'anthropologue David Le Breton notamment dans ses travaux sur la douleur et la souffrance. En effet la souffrance est ce qui traduit une sorte de crise de l'altérité, la prise de produits exprimant ainsi le refus en quelque sorte d'accepter les « limites de sens » imposées par les « limites de faits ».

4 Nous entendons ici une situation problématique où les choses ne vont plus de soi, allant du ressenti individuel (quelque chose « cloche » dans le rapport aux produits), à la constitution de cette situation en « problème public », cf. Daniel Céfaï et Cédric Terzi (dir.), L'expérience des problèmes publics, Paris, EHESS, 2012.

5 cf. notamment les travaux du sociologue Alain Ehrenberg pour qui la drogue met à mal la relation à soi et à autrui : « la drogue symbolise les limites du droit à disposer de soi au-delà desquelles on ne fait plus société ». Alain Ehrenberg, L'Individu incertain, Paris, Calmann-Lévy, 1995.

6 L'ordalie signifie que l'issue d'une épreuve est soumise au jugement de Dieu. Ici l'auteur l'utilise pour souligner le « jeu avec la mort » sans cesse renouvelé auquel s'adonnent selon lui les toxicomanes, afin de glisser « dans un contremonde » (p. 61).

7 Le premier à décrire le phénomène de dépendance afin d'essayer de trouver une solution aux problèmes de boisson est le docteur Benjamin Rush en 1790 au moment où, avec l'urbanisation aux États-Unis, les modes de consommation se modifiaient. L'ivrognerie a été considérée comme un comportement amoral déjà à l'époque de l'Antiquité, cf. Jean-Charles Sournia, Histoire de l’alcoolisme, Paris, Flammarion, 1986.

8 C'est-à-dire rendre les personnes que l'on accompagne autonomes et capables d'agir sur leur propre existence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Line Pedersen, « « Des drogues aux addictions. “Shooter" les représentations” ? », Le sociographe, n° 39, septembre 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 23 novembre 2012, consulté le 23 août 2014. URL : http://lectures.revues.org/9953

Haut de page

Rédacteur

Line Pedersen

Doctorante à l'université de Franche-Comté et membre du LASA (Laboratoire de Sociologie et d'Anthropologie).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page