Navigation – Plan du site

Émilie Hache (dir.), Écologie politique. Cosmos, communautés, milieux

Renaud Bécot
Écologie politique
Emilie Hache (dir.), Écologie politique. Cosmos, communautés, milieux, Paris, Éditions Amsterdam, coll. « Hors collection », 2012, 408 p., Trad. Cyril Le Roy, ISBN : 9782354801144.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour lire une critique de l'ouvrage formulée à partir de la posture de l’éthique environnementale, (...)

1En se saisissant de l'ouvrage, le titre Écologie politique peut paraître équivoque. Ce terme ne doit pas être compris ici au sens d'une simple doctrine politique, mais comme une démarche visant à rendre intelligible les phénomènes socio-environnementaux contemporains. Le livre est ainsi composé de quatorze textes (essentiellement anglophones), rédigés entre la fin de la décennie 1980 et le milieu des années 2000. La plupart de ces textes sont traduits pour la première fois en français et proviennent d'auteurs aux ancrages disciplinaires variés (histoire, sociologie, philosophie, etc.). Toutefois, l'auteure aspire à articuler les apports de ces différentes disciplines dans un mouvement cohérent, qui prend appui sur une critique du corpus d'éthique environnementale1, dont l'auteure déplore la focalisation sur « la valeur morale de la nature (…), [qui] laisse de côté ou aborde de manière secondaire de nombreux autres problèmes posés par la crise écologique ». De fait, cette critique oriente le choix des textes, qui vise à proposer une démarche d'ensemble pour rendre compte des multiples facettes de la crise écologique, tout en esquissant des « concepts, [un] nouveau vocabulaire comme de nouvelles narrations pour penser autrement » cette crise.

2Au premier abord, ce livre se présente comme une introduction à la pensée d'auteurs marquants dans les sciences sociales de l'environnement, en articulant quatre parties autour de la question « quel est l'objet de l'écologie politique ? ». En premier lieu, la définition d'une « nature » figée est mise en cause, afin de mieux penser les définitions de l'environnement comme résultant des différents positionnements sociaux des groupes et des individus. Cette pluralité d'approches permet peu à peu d'étudier comment des communautés ont affirmé leur capacité à prendre en charge les problèmes environnementaux, en réintroduisant une dimension démocratique dans la réponse à ces questions souvent technicisées et dépolitisées. Toutefois, la crise écologique est aussi présentée comme touchant au cœur du « concept de nature lui-même, au sens où cette crise nous révèle l'absence de monde commun que nous partagerions avec l'ensemble des populations humaines et non humaines ». Il s'agit alors de refuser de « sauver la nature » au détriment de l'humanité (et réciproquement) en esquissant des réponses qui rompent la séparation entre « les différentes dimensions des problèmes posés par la crise écologique, en particulier sociaux et environnementaux ». Enfin, la dernière partie explore la façon dont l'environnement a été (re)dessiné par les mouvements de populations et de capitaux, mêlant « une histoire technique, humaine, mais aussi géographique, animale ». L'auteure invite ainsi à penser la façon dont ce qui compose la catégorie de « non-humains » varie selon les contextes historiques, en fonction de ce qui a été socialement désigné comme n'appartenant pas à l'humanité. Dans la lignée des travaux de Bruno Latour, la pertinence de cette séparation est interrogée2. En refusant de renvoyer à une définition figée des « non-humains », l'ouvrage observe l'enchevêtrement de ces dimensions afin de mettre en relief la façon dont l'organisation des sociétés dépend de l'agencement réalisé entre des institutions humaines et des objets (innovations technologiques, etc.) ou des éléments dits naturels (animaux, fonctionnement des écosystèmes etc.).

  • 3 Pour la suite de ce compte-rendu, les noms d'auteurs entre parenthèses font référence aux auteurs (...)

3Dans un premier mouvement, l'ouvrage se tourne donc vers le passé pour dresser un tableau de la pluralité des rapports sociaux à l'environnement. Les textes présentés formulent ainsi une critique récurrente de l'idée selon laquelle il existerait une nature sauvage et exempte de toute intrusion des sociétés humaines. Ces récits étant présentés comme des mythes, ils deviennent une « façon de dépolitiser la crise écologique, en incriminant indifféremment l'ensemble de la population plutôt qu'un système particulier de production, historiquement et socialement déterminé ». Instrument de domination dans les rapports entre pays du Nord et du Sud (en particulier dans les textes de William Devenan ou Ramachandra Guha3), l'usage du mythe de la « nature sauvage » se prolonge aussi dans les rapports entre groupes sociaux dans les pays du Nord. Ainsi, le rôle du mouvement pour la justice environnementale aux États-Unis, rassemblant des populations issues des quartiers populaires et des minorités raciales, est rappelé comme un facteur essentiel dans la contestation de « la notion édénique de nature » par Giovanna Di Chiro. Cette approche était alors essentiellement défendue par les grandes associations environnementales rassemblant des populations blanches et aisées.

  • 4 Voir Geneviève Massard-Guilbaud and Richard Rodger, « Reconsidering justice in past cities : when (...)

4De fait, au cours des années 1990, ces démarches ont contribué à faire émerger de nouvelles recherches, plus attentives aux inégalités socio-environnementales4, ainsi qu'aux dynamiques de production et de consommation qui structurent les territoires. Ces ouvertures ont permis de revisiter certains mythes qui nourrissaient la représentation de l'environnement dans les sciences sociales. Ainsi, rejetant l'opposition binaire entre milieux urbains et ruraux, l'historien William Cronon entreprend une étude de l'aménagement du territoire de Chicago, au cours de la période coloniale. En insistant sur le rôle de la spéculation foncière dans l'urbanisation, il rappelle que la ville fut systématiquement présentée comme complémentaire de son arrière-pays, qui devait lui fournir ses ressources essentielles. Cronon invite alors à repenser la transformation du (rapport au) milieu comme résultant de la structuration du territoire par des flux de populations et de capitaux, qui transcenderaient le simple découpage entre espaces ruraux et urbains.

5Ces modes d'urbanisation continuent de marquer les territoires et génèrent des agencements spécifiques entre sociétés humaines et non-humains. Sans se résigner à ces constats, l'ouvrage souligne que l'essor d'un environnementalisme singulier parmi les populations pauvres (Juan Martinez-Allier et Ramachandra Guha) et les critiques issues du mouvement pour la justice environnementale ont permis de mettre en lumière « les différentes façons de penser ensemble les êtres humains et non-humains ». En rejetant une vision fataliste de la crise écologique face à laquelle l'humanité ne disposerait d'aucune marge de manœuvre (Lynn Margulis), Émilie Hache suggère au contraire que cette crise laisse ouverte la possibilité « d'expérimenter de nouvelles cohabitations » pour dépasser le « partage inapproprié entre nature et humains ».

6Ainsi, en reprenant le fil de son ouvrage précédent5, elle renouvelle la proposition du philosophe John Dewey, qui invitait à penser la vie démocratique comme une création perpétuelle de nouveaux publics, capables de s'informer afin de prendre position sur des problèmes techniques qui concernent leur quotidien. Ces publics fabriqueraient ainsi des savoirs situés, identifiant les limites liées aux conditions sociales de la production de cette réflexion, ainsi que leurs implications politiques. D'une part, ces savoirs permettraient de reconnaître que le rapport à l'environnement diffère selon les communautés : plutôt que de définir une réponse unique à la crise écologique, il s'agit de s'intéresser aux « cosmopolitiques auxquelles la crise du concept [de nature] a (enfin) laissé la place ». D'autre part, les connaissances produites sur les non-humains devraient être assumées comme des produits de catégories d'analyses forgées par (et pour) les humains (Donna Haraway). Suivant ce mouvement, l'ultime texte de l'ouvrage présente la production des savoirs situés comme un fondement pour construire de nouveaux rapports sociaux intégrant les non-humains (Jennifer Wolch).

  • 6 Émilie Hache, Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique, Paris, La Découve (...)

7En concluant l'ouvrage, le texte de J. Wolch affirme finalement que « le défi majeur est peut être celui de la pratique politique où la pureté théorique doit pouvoir laisser la place à une éthique plus située, à la construction de coalitions et à la formation d'alliances stratégiques ». Cette conclusion reflète l'originalité de l’œuvre dirigée par Émilie Hache : tout en forgeant une approche scientifique pour penser la crise écologique, elle assume que la construction de cette intelligibilité ne peut constituer à elle-seule une réponse à la crise. La difficulté à élaborer cette réponse « tient à l'exercice politique lui-même, consistant à inventer collectivement des propositions solides et cohérentes, qui doivent passer par l'émergence de conflits et la construction de rapports de force ». Ainsi, l'ouvrage rend compte de deux événements dans lesquels se sont incarnés de nouvelles réponses aux défis environnementaux. D'une part, les Principes de la justice environnementale, adoptés par le Sommet international des groupes environnementaux des personnes de couleur (1991), sont présentés dans l'article de Giovanna Di Chiro. D'autre part, la Déclaration de Cochabamba, adoptée lors de la Conférence mondiale des peuples sur le changement climatique et les droits de la Terre-mère (2010), est reproduite dans l'ouvrage. Ces textes sont marqués par les consensus qui ont mené à leur élaboration : en illustrant la convergence d'acteurs aux ancrages sociaux divers, ils offrent un aperçu de ce que pourrait être « la composition d'un monde commun en termes de cosmopolitiques (…), nous obligeant à prendre en compte ces mondes que nous ne connaissons pas »6.

8Au final, les critiques qui peuvent être adressées à cet ouvrage tiennent essentiellement au format de l’œuvre elle-même. Un tel recueil implique une sélection limitée de textes et ne peut rendre compte que d'une partie des débats traversant les champs disciplinaires. L'auteure s'accommode de cette contrainte en assumant d'emblée les choix effectués. En cela, cet ouvrage est une initiative réussie. En premier lieu, il introduit une série de textes importants auprès d'un public francophone, en dépit du nombre (encore faible) de traductions en sciences sociales de l'environnement. Il est à souhaiter que cette démarche ouvre la voie à de nouvelles traductions. Ensuite, la structuration de l’œuvre autour d'une question (quel est l'objet de l'écologie politique ?) offre une approche originale de la crise écologique, invitant à dépasser les clivages éculés entre humains et non-humains, nature et culture, ou entre protection de l'environnement et lutte contre les inégalités sociales. Enfin, le souci d'articuler ces textes permet à Émilie Hache de croiser les apports d'auteurs aux ancrages disciplinaires différents, esquissant finalement les contours d'une méthodologie utile pour des étudiants ou des chercheurs en sciences sociales souhaitant initier ou approfondir une recherche sur les enjeux environnementaux.

Haut de page

Notes

1 Pour lire une critique de l'ouvrage formulée à partir de la posture de l’éthique environnementale, voir : http://www.nonfiction.fr/article-6143-p6-de_la_politique_avant_toute_chose_et_pour_cela_prefere_latour.htm

2 Sur la sociologie des « non-humains », voir http://lectures.revues.org/5236.

3 Pour la suite de ce compte-rendu, les noms d'auteurs entre parenthèses font référence aux auteurs respectifs des textes contenus dans cet ouvrage.

4 Voir Geneviève Massard-Guilbaud and Richard Rodger, « Reconsidering justice in past cities : when environmental and social dimensions met », in Geneviève Massard-Guilbaud et Richard Rodger (dir.), Environmental and Social Justice in the City : Historical Perspectives, Isle of Harris, White Horse Press, 2011, p. 1-40. http://www.environmentandsociety.org/node/3495.

5 Voir http://lectures.revues.org/1262.

6 Émilie Hache, Ce à quoi nous tenons. Propositions pour une écologie pragmatique, Paris, La Découverte, 2011, p.218.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renaud Bécot, « Émilie Hache (dir.), Écologie politique. Cosmos, communautés, milieux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 27 novembre 2012, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/9955

Haut de page

Rédacteur

Renaud Bécot

Doctorant en histoire environnementale au Centre Maurice Halbwachs (EHESS) et allocataire du R2DS

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page