Navigation – Plan du site

Victor Larger, Le médecin et le patient. Éthique d’une relation

Hélène Cléau
Le médecin et le patient
Victor Larger, Le médecin et le patient. Ethique d'une relation, L'Harmattan, coll. « Hippocrate et Platon », 2012, 289 p., ISBN : 978-2-296-55828-1.
Haut de page

Texte intégral

1Victor Larger, médecin et philosophe, propose dans cet essai d’interroger la relation patient/médecin du point de vue du médecin. Partant du constat que le modèle de la bienfaisance et du paternalisme est actuellement battu en brèche, l’auteur, postulant que la base de la médecine est le colloque singulier avec un patient, propose de saisir ce qui fonde la relation patient/médecin. Pour ce faire, il propose de (re)partir des enseignements d’Hippocrate qui place l’amour des hommes au cœur de la pratique médicale.

2Par conséquent, le premier effort de l’auteur est de définir « l’Homme ». Dans ce but, il commence par s’intéresser à la personne, « être unique et un, absolu et relatif ». Si la pensée positiviste qui préside aux connaissances scientifiques permettant la pratique médicale ne sait que faire de ce qui n’est pas corps, on ne saurait réduire le patient à son corps. À partir de cette aporie, l’auteur questionne la médecine positive occidentale actuelle fondée sur la séparation corps/esprit. Dès lors, le médecin se trouve également en face d’un être à la fois semblable car également humain, et différent car unique. La personne ne saurait être disloquée en deux entités ; Victor Larger envisage « une personne dont les modes […] d’exister sont le corps, l’âme, la conscience ou la pensée ». La personne n’est donc pas composée de deux substances distinctes mais bien d’une seule s’exprimant sous deux modes. En mobilisant la phénoménologie post-husserlienne, l’auteur tente d’interroger la subjectivité des personnes présentes dans la relation patient/médecin. Si la formation médicale crée un « homme-objet médical », la relation elle-même peut-elle échapper à une rencontre entre deux personnes ? C’est-à-dire à la reconnaissance d’un « émerveillement de soi et de l’autre dans un mouvement réciproque » ? Le médecin, dans sa relation au patient, se trouve en face d’un autre qu’il tente d’objectiver sans jamais parvenir à faire disparaitre cette communauté d’être, ouvrant la porte à sa subjectivité qui l’oblige à se dévoiler lui-même comme objet médical. C’est donc l’approche de la médecine occidentale clinique elle-même qui se trouve au cœur du propos de Victor Larger. Il tente de réconcilier la pratique de la médecine scientifique, positiviste, avec le respect de la personne entendue comme un être spirituel dans une fusion avec son corps, conception inspirée par l’approche personnaliste d’Emmanuel Mounier. En insistant sur l’indivisibilité de l’être, l’auteur remet en cause le sujet de la médecine occidentale actuelle : le corps humain. S’opposant à la réduction de la personne à son corps, Victor Larger tente de caractériser la personne telle qu’il la promeut à travers différents thèmes (la liberté, la raison, notamment).

3Les réflexions sur la raison (assez rapides d’ailleurs) amènent l’auteur à cette question : « si les qualités intellectuelles qu’on range sous le vocable de part spirituelle de l’homme sont essentielles pour le considérer comme une personne, que devient celui ou celle qui en est privé ? ». Victor Larger prend le parti (louable et humaniste) de défendre l’approche de l’individu en tant que « personne ». L’homme se définit alors par sa faiblesse et son inadaptation à l’environnement. Partant, il « ne se maintient que par accident dans le monde. […] raison supplémentaire de fonder la personne sur le concept de subsistence ». La faiblesse ce qui permet le partage, l’ouverture à l’autre. Étant entendue comme la caractéristique de l’humanité, la faiblesse d’une personne fait appel ou écho à sa propre faiblesse. Dès lors, la reconnaissance chez soi et chez l’autre d’une même caractéristique autorise une rencontre véritable et une relation d’égalité entre deux personnes. Sans renier l’expertise médicale, ou sa nécessité, Victor Larger tord ici le cou à l’idée d’une relation réduite aux rôles sociaux, adossée au postulat déontologique selon lequel le médecin chercherait à ne pas nuire, relevant l’insuffisance d’une telle attitude, et offrant alors au lecteur des réflexions riches et intéressantes.

4Si l’objectivité scientifique caractérise la médecine actuelle, il faut, d’après l’auteur, « décrire et définir des catégories nouvelles pour caractériser la personne de celui qui consulte un médecin ». Il faut que le médecin cherche dans la relation avec son malade la « disposition à la liberté qui est inhérente à la personne et qui […] est toujours présente comme possible ». Concrètement, le médecin doit donc se « [décentrer] de soi et notamment du contexte purement médical ». Le colloque singulier médecin-patient demeure la rencontre entre deux personnes. Voilà pourquoi Victor Larger a fait tant de détours philosophiques, voilà pourquoi il s’est attaché à nous faire comprendre la liberté non comme un attribut, mais bien comme une aspiration. C’est donc la liberté comme aspiration que le médecin doit chercher, il ne peut considérer l’autonomie du patient comme acquise (ou absente). Il doit également être vigilant à ne pas ignorer la parole (qui passe également par le geste ou la réaction) du patient ; là aussi, chercher dans en la personne du patient sa disposition à la raison. Pour résumer, de la rencontre entre deux personnes nait l’émerveillement, i.e. la reconnaissance d’une humanité commune, qui permet l’engagement dans la relation. Ensuite, c’est au médecin de « rechercher dans la personne du patient sa disposition à la liberté et à la raison, entres autres, reconnaître ce qui, en l’homme, transcende la matérialité tout en accordant foi à la manifestation que fait ce dernier de la personne, telles sont les attitudes, véritablement des démarches, qui s’imposent au médecin. ». Ainsi la personne est respectée dans toute sa dignité et une éthique de la pratique médicale devient possible.

5Victor Larger poursuit son propos en abordant la souffrance « expérience qui traverse de part en part l’homme ». Questionnant la souffrance (physique, psychique, partagée) et son (non-)sens pour montrer qu’elle atteint le personne dans sa totalité, il plaide pour une « position particulière du médecin » qui dépasse le seul champ des savoirs scientifiques au profit. Cette position particulière est un « agir » qui promeut la rencontre entre deux personnes. En miroir de la souffrance, l’auteur s’attaque à l’amour qui concerne également la personne indivisible, et afin d’insister sur l’absurdité d’une relation qui méconnait la personne comme une totalité. L’auteur questionne l’amour sous trois formes : l’éros, la philia et l’agapè. Il défend la philia, c’est-à-dire l’amitié véritable d’Aristote, comme un modèle de relation à même d’éclairer la relation patient/médecin.

6Les réflexions sur l’amour conduisent Victor Larger aux théories du don (chapitre 5). Il s’essaye là à une relecture de la célèbre théorie de Mauss, questionnant particulièrement l’obligation de rendre et la contrainte qu’elle contient. L’auteur s’efforce de montrer que « ce qui rend véridique la démarche de don est la liberté ». Il en revient donc à l’agapè, dont l’expression est l’amour divin : « lorsque l’on se place dans l’intention propre à l’agapè, le don est comme un jaillissement de bien, comme un surplus accordé pour le bien de l’autre. ». Prônant une approche dans laquelle le don ne peut être « pur », mais ne saurait être uniquement contraint, il insiste sur l’engagement, qui permet d’envisager la fidélité comme « le don même de soi au quotidien, non le don total en un seul acte, mais une succession de dons […] ». Parvenu à ce point dans ses réflexions sur la relation entre deux personnes, Victor Larger revient enfin à la relation patient/médecin en insistant sur l’engagement, envisagé sous le prisme du don, et du médecin comme étant le préalable de la rencontre et de la relation.

7Dès lors, la technique et les savoirs, nécessaires pour soigner un patient, doivent être complétés par l’engagement personnel du médecin et du patient, engagement basé et justifié par leur humanité commune. Par conséquent, Victor Larger va chercher à saisir « le secret de l’humanité des praticiens ». Posant la question des sentiments du médecin, de ceux du patient et des effets de ces derniers sur le médecin, l’auteur en vient à mobiliser la psychanalyse et le célèbre binôme transfert/contre-transfert. Pour que la relation puisse se tisser entre deux personnes, il faut que le médecin « doive donner quelque chose […] qui vienne de lui-même et qui dépasse l’acte technique ou le simple conseil et qui entre dans la catégorie de l’agir. ». Il doit donc s’engager dans la relation, par son savoir professionnel d’une part, et par son expertise technique (à entendre au sens large, c’est-à-dire qui embrasse la physiologie autant que la psychologie ou la communication) d’autre part. Le médecin étant une personne (avec un vécu des croyances, des sentiments etc.), c’est l’acceptation de cette condition humaine, partagée avec le patient, qui permet « un réel échange interpersonnel ». Partant, l’activité médicale est destinée, dédiée à la personne-patient. Dès lors l’engagement de la personne-médecin peut être appréhendé du point de vue de la philia aristotélicienne. L’amitié supposant la vertu des deux personnes et leur égalité, elle devient dans le cadre de la relation patient/médecin, une « disposition éthique en acte, vis-à-vis d’autrui » autorisant une réciprocité dans la relation.

8Victor Larger termine en abordant la décision médicale du point de vue de l’acte médical lui-même, comme une réponse à la souffrance. Il en arrive ainsi à interroger l’Evidence Based Medecine, ainsi que les recommandations de bonnes pratiques. Considérer la souffrance de la personne qu’est le patient, et celle qu’engendrera la thérapeutique, conduit nécessairement à une « réflexion éthique personnaliste », c’est-à-dire qui implique le partage d’une condition humaine similaire, l’engagement d’un professionnel au service d’une personne et le respect d’une position d’égalité (qui n’empêche pas une forme d’autorité respectueuse) s’enracinant dans l’amitié, entendue comme un modèle de relation.

9Le propos de Victor Larger est loin d’être sans intérêt et il a le mérite de tenter une grande entreprise. Cependant, à vouloir embrasser beaucoup de notions complexes (la personne, la souffrance, l’amour, le don etc.), beaucoup de théories (Aristote, Platon, Lévinas, Descartes, d’Acquin, Mounier, Kant, Mauss, Caillé, Balint etc.), on se perd dans des discussions conceptuelles dont on se demande parfois la finalité. En effet, le sujet principal du livre, la relation patient/médecin, disparait quelquefois au profit de digressions philosophiques (c’est le cas du chapitre 2 sur « le concept de personne », d’une bonne partie du chapitre 3 qui porte sur « l’incarnation de la personne » et du chapitre 4 sur l’amour). Si le lien est fait plus tard, l’argumentation peut sembler ardue et difficile d’accès au lecteur non philosophe. Cela ne signifie nullement que ces éléments soient inintéressants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Cléau, « Victor Larger, Le médecin et le patient. Éthique d’une relation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 28 novembre 2012, consulté le 30 août 2014. URL : http://lectures.revues.org/9966

Haut de page

Rédacteur

Hélène Cléau

Docteur en sociologie

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page