Navigation – Plan du site

François Dosse, Histoire du structuralisme. Tome I : le champ du signe, 1945-1966

Julie Lauvernier
Histoire du structuralisme
François Dosse, Histoire du structuralisme. Tome 1, Le champ du signe 1945-1966, Paris, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2012, 474 p., ISBN : 978-2-7071-7465-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir par exemple : Bertrand Müller, « François Dosse, Histoire du structuralisme, T. 1 : Le champ (...)
  • 2  « Le structuralisme a-t-il une histoire ? », Le Débat, n° 73, 1993, pp. 4-38.

1Initialement publié en 1991, le premier des deux tomes de l’imposante Histoire du structuralisme de François Dosse n’avait, à l’époque, pas suscité que des adhésions au sein de la communauté des historiens1. La revue Le Débat avait d’ailleurs, en 1993, consacré un important dossier critique intitulé « Le structuralisme a-t-il une histoire ? » dont le texte résonne plutôt d’un accent négatif2. Les trente pages de ce dossier sont oubliées ; l’étude est aujourd’hui rééditée en format poche aux éditions la Découverte, augmentée d’un avant-propos pour ce premier volet. Fondé sur environ 120 témoignages oraux et sur une lecture minutieuse des ouvrages majeurs de la période, François Dosse retrace, au cours de ce premier tome, l’épopée ascendante du structuralisme français qui ne fut ni une école ni un combat, mais s’est confondue avec une aventure intellectuelle qui ne s’épanouira qu’au sortir de la Seconde Guerre Mondiale pour trouver son apogée en 1966, que l’auteur qualifie d’« année-lumière du structuralisme ».

2Brossant vingt et un ans de l’histoire intellectuelle française, ce premier tome de l’étude se concentre sur l’engouement progressif et foisonnant pour une nouvelle approche d’étude de l’Homme. François Dosse procède d’une double présentation synchronique et diachronique pour exposer les enjeux théoriques et institutionnels du structuralisme. Présentant selon un plan chronologique les maîtres-penseurs du structuralisme français, leurs influences, leurs disciples, les revues, les oppositions institutionnelles à la vieille Sorbonne ainsi que les nouvelles niches institutionnelles, l’auteur s’emploie à brosser un tableau minutieux d’une koinè structuraliste se construisant avec et contre les disciplines comme les mathématiques, l’économie, les sciences naturelles, l’épistémologie, etc., puis en associant cette approche horizontale à une approche verticale, plongeant alors, le lecteur dans les œuvres majeures des années 1950-1960. Au terme d’une lecture de presque 500 pages, s’impose le sentiment d’une extraordinaire richesse. Echappant aux visions réductrices, le structuralisme nous est présenté dans la multiplicité de ses fondations, de ses développements, de ses influences, illustrant le foisonnant développement des disciplines telles que l’anthropologie, la linguistique, la psychanalyse, la sémiotique, etc.

3A la fin des années 1950, avant même que l’on ne parle de « structuralisme », la référence aux structures devient omniprésente dans les sciences humaines. L’année 1956 constitue, selon François Dosse, la véritable date de naissance du structuralisme. Les jalons du programme, toutefois, sont posés bien en amont puisque qu’il prend ses racines dès le début du XXe siècle. Ce nouveau paradigme souhaite, tout en conservant l’horizon d’universalité d’antan, mieux comprendre le nouveau monde en construction au sortir de la seconde Guerre Mondiale en le lisant aux prismes des concepts d’inconscient et d’altérité.

4L’épique époque des années 1950 s’ouvre sur l’éclipse de Jean-Paul Sartre et de l’existentialisme. Deux figures incarnent bien la mise à distance de l’engagement sartrien : Claude Lévi-Strauss et Georges Dumézil. Figure emblématique de l’anthropologie sociale, Claude Lévi-Strauss innove, au sens strict du terme, en important la linguistique au sein de l’anthropologie française. Ce modèle, issu de sa rencontre fortuite mais féconde avec Roman Jackcobson, l’ouvre notamment à la phonologie. Plus qu’une méthode et moins qu’une philosophie, le structuralisme fonde son noyau dur dans la linguistique moderne qu’incarne le Cours de linguistique générale (1907-1915) de Ferdinand de Saussure. L’effervescence de la linguistique se rencontre sans conteste en France ; toutefois, les pesanteurs institutionnelles vont freiner l’ancrage de cette discipline qui, en dehors des disciplines classiques, telles la grammaire ou la philologie, ne trouve pas de prétoire. Accordant la primauté au langage et aux signes, Lévi-Strauss oriente l’anthropologie dans une direction culturelle, s’aventurant sur le terrain du biologique, des sociétés sans écriture, des mathématiques ou sciences naturelles. Pourtant, si l’anthropologie ne réussit pas à désenclaver les sciences humaines, le structuralisme fut un paradigme commun, à défaut d’être une école commune, à toute une série de disciplines. Roland Barthes, et son approche très large de la linguistique, plus proche du signe que de la structure, incarne un structuralisme plus souple, « plus ondoyant », que celui de Lévi-Strauss. Les Mythologies parues en 1957 lui permettent de marquer sa conversation au structuralisme et grâce à la sémiologie de réviser son programme théorique. Parallèlement à l’itinéraire de R. Barthes, se dessine un autre chemin, celui de Jacques Lacan. Psychiatre, psychanalyste, Lacan place l’inconscient au cœur de son projet, relisant Freud à la lumière de Saussure et de Claude Lévi-Strauss. Michel Foucault clôt, avec L’éloge de la Folie, ce premier tour d’horizon des racines de ce « moment » intellectuel français. L’accession de Claude Lévi-Strauss au Collège de France marque la consécration décisive du structuralisme à l’orée des années 1960, ouvrant de la « Belle époque » du paradigme.

5Bastion toujours imprenable, la Sorbonne reste sourde à l’ébullition toujours plus intense qui anime le structuralisme. De nouveaux foyers, en province d’abord à l’université de Besançon, en région parisienne ensuite avec la fondation de l’université de Nanterre en 1964, s’ouvrent au structuralisme comme méthode à part entière. Cette ouverture institutionnelle va permettre au structuralisme de se parer d’un arsenal scientifique rigoureux au travers de la diffusion du modèle de la linguistique structurale dans le champ littéraire, notamment incarné par la sémiologie de Roland Barthes. Autre territoire d’accueil, l’Ecole de la rue d’Ulm participe, au milieu des années 1960, au rayonnement structuraliste. La figure tutélaire de cette nouvelle génération est le « caïman » Louis Althusser, qui, en recevant le soutien de Jacques Lacan, participe au renouvellement du modèle saussurien. L’intervention du philosophe dans le champ des sciences humaines est selon François Dosse un véritable « ébranlement » dans la koinè structuraliste. Mais l’apogée, l’« année-lumière » du paradigme reste 1966, avec la publication [D]es Mots et les Choses de Michel Foucault. Succès éditorial, l’ouvrage participe pleinement au « théoricisme » ambiant qui caractérise la période, apparaissant comme le rassembleur des structuralismes. Phénomène hexagonal, l’engouement pour le structuralisme fut une réponse à l’intense recherche de légitimation des diverses disciplines des sciences sociales.

6Dans un contexte historiographique où les sciences humaines sont devenues reines, où l’interdisciplinarité saisit toute sa place, cette description d’un moment intellectuel majeur prend aujourd’hui son sens dans la transversalité des savoirs. Si, ainsi que l’écrivait Lucien Febvre « l’histoire s’écrit à la lumière de son époque », nous serions tentés de penser que la lecture historiographique l’est tout autant. La réédition de cette étude intervient dans un double contexte historiographique et archivistique différent de celui qui vit sa publication en 1991. Si le regain d’intérêt pour ces figures intellectuelles est sans conteste, le changement de perception à l’égard des acteurs du structuralisme en est une première illustration. Les maîtres-penseurs ont accédé au rang de mythe : les célébrités sont devenues au fil des années Roland Barthes, Claude Lévi-Strauss, Michel Foucault, Louis Althusser ou encore Jacques Lacan. Pour reconstituer l’histoire de ce chapitre intellectuel français des années 1945-1966, François Dosse s’est attaché à restituer les œuvres majeures de cette période en les confrontant aux regards de leurs auteurs et de leurs disciples par le biais d’entretiens oraux, et à celui, critique, d’autres écoles et courants. Un grand nombre d’entretiens, intégrés au texte même, avaient été réalisés avec des philosophes, des linguistes, des sociologues, des historiens, des anthropologues, des psychanalystes et des économistes ; mais de tous les pères fondateurs du structuralisme, seul Claude Lévi-Strauss avait pu accorder une interview à François Dosse, Roland Barthes, Louis Althusser, Jacques Lacan et Michel Foucault étant décédés entre 1979 et 1984. Les archives personnelles et scientifiques de ces grands penseurs sont aujourd’hui accessibles : les archives Louis Althusser sont conservées à l’Institut de la Mémoire des Editions Contemporaines (IMEC), les archives Roland Barthes sont entrées par voie de don à la Bibliothèque nationale de France (BnF), comme les archives Claude Lévi-Strauss ou encore les archives Michel Foucault dispersées entre l’IMEC, la BnF et un détenteur privé, et récemment devenues Trésor national. A la lumière de ces archives, autrefois inaccessibles, l’ouvrage de François Dosse y trouvera certainement une nouvelle lecture.

Haut de page

Notes

1  Voir par exemple : Bertrand Müller, « François Dosse, Histoire du structuralisme, T. 1 : Le champ du signe, 1945-1966, T. 2 : Le chant du cygne, 1967 à nos jours, Paris, La Découverte, 1991, 1992, 488 p. et 587 p. », Genèses, 1993, vol. 11, n° 1, p. 172. url :

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/genes_1155-3219_1993_num_11_1_1676_t1_0172_0000_1. Ou encore Jean-René Tréanton, « Dosse François, Histoire du structuralisme. », Revue française de sociologie, 1994, vol. 35, n° 2, pp. 341-342. url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1994_num_35_2_4336.

2  « Le structuralisme a-t-il une histoire ? », Le Débat, n° 73, 1993, pp. 4-38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Lauvernier, « François Dosse, Histoire du structuralisme. Tome I : le champ du signe, 1945-1966 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 29 novembre 2012, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://lectures.revues.org/9976

Haut de page

Rédacteur

Julie Lauvernier

Docteur en histoire, membre associé du CERHIO (Centre des Recherches Historiques de l'Ouest, UMR 6258)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page