Navigation – Plan du site

Thierry Paquot, Michel Lussault (dir.), « Murs et frontières », Hermès, n° 63, 2012

Marie-Carmen Smyrnelis
Murs et frontières
Thierry Paquot, Michel Lussault (dir.), « Murs et frontières », Hermès, n° 63, 2012, CNRS, ISBN : 9782271075406.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Certes, un autre numéro de revue, plus ancien, portait le même titre mais s’intéressait, pour sa p (...)
  • 2  Thierry Paquot et Michel Lussault, « Introduction. Etymologies contrastées et appel au franchissem (...)

1Ce numéro (63) de la revue Hermès est consacré aux « Murs et frontières », deux thèmes beaucoup étudiés, mais séparément, par les spécialistes des sciences humaines et sociales. En témoignent la sélection bibliographique proposée au début du numéro et le chapitre « Lectures » (qui propose de courtes présentations d’ouvrages) : les différents titres sont consacrés à l’un ou l’autre de ces thèmes. L’originalité de ce numéro est d’avoir choisi de les analyser l’un au miroir de l’autre1, l’un en dialogue avec l’autre, en tant que « fait séparatif »2, et ce dans une perspective pluridisciplinaire. En effet, les auteurs qui participent au numéro sont sociologues, anthropologues, géographes, urbanistes, spécialistes des sciences de la communication, sociolinguistes, philosophes.

2D’emblée, dans leur introduction, Thierry Paquot et Michel Lussault, coordinateurs du numéro, prennent la mesure de l’ampleur et de la complexité des questions soulevées par ces thèmes (des frontières, géographiques, géopolitiques ou spatiales, en passant par celles entre les sphères du privé et du public, les frontières humanitaires, linguistiques, sociales ou culturelles, sans compter les usages métaphoriques qui peuvent en être faits ou encore les frontières entre les disciplines). Loin des visions fixistes et essentialistes, murs et frontières sont ici envisagés comme des opérateurs de liaison : « la limite est toujours passante et transitionnelle », « la frontière n’est jamais imperméable et les processus d’hybridation sont toujours à l’œuvre ». Murs et frontières signifient toujours la question du rapport à l’autre, dans toute sa complexité, celles de la communication et de l’identité, comme le souligne Dominique Wolton dans le dernier chapitre du numéro.

3Pour autant, de très nombreux articles du numéro insistent sur le fait que dans le monde actuel globalisé, au sein duquel la liberté de circulation est affirmée comme une valeur dominante (ainsi que le rappelle aussi D. Wolton), les frontières (géographiques, sociales, politiques, etc.) restent plus présentes que l’affirmation de ce modèle ne le laisse trop souvent penser. Dès lors, le dossier ne se veut nullement exhaustif, mais entend être un cheminement dans cette vaste réflexion, à partir de plusieurs entrées et d’un point de départ : revenir aux définitions et à l’étymologie des termes eux-mêmes et s’appuyer sur des auteurs de référence qui ont étudié ces notions (le sociologue et philosophe allemand Georg Simmel avec le premier article du numéro, le philosophe français Edmond Goblot (1858-1935) sur les démarcations des classes sociales dans le second, un encadré sur le géographe Michel Foucher).

4Dans la première partie (« Une cartographie sociale et culturelle »), un article de Catherine Deschamps réinterroge les murs et frontières (entre sphères privée et publique, entre Etats, etc.), à partir de travaux sur le genre et la sexualité. Pour Jean-Louis Schlegel, les religions sont avant tout des « machines à fabriquer des frontières », et ce par leur essence même, leurs manifestations, leurs origines, leurs développements, leurs pratiques et leur théologie. Par ailleurs, le champ religieux suscite des questionnements sur de nombreuses frontières : entre le sacré et le profane, entre le pur et l’impur, entre le privé et le public, entre le religieux et le politique, entre la raison moderne et la théologie. À partir d’entretiens réalisés avec de jeunes chômeurs en formation et des personnes âgées, Christiane Montandon montre comment le poids des préjugés et des stéréotypes conduit à faire des frontières selon les âges des marqueurs socio-culturels. Ces frontières peuvent alors être soit des murs soit des lieux de passage. Pour sa part, Lucie Morisset analyse la frontière à partir d‘une réflexion sur le patrimoine, dont la fonction est de faire frontière, de différencier un dehors d’un dedans. Luc Gwiazdzinski s’interroge sur les transformations et les déplacements des frontières entre nuit et nuit dans les villes du XXIe siècle. Deux articles (un de Michel Lussault et l’autre de Gérald Billard et François Madoré) s’interrogent aux frontières et murs au sein de l’espace urbain, dans le contexte d’une urbanisation forte du monde actuel et analysent plus particulièrement, dans le deuxième article, le cas des enclaves résidentielles fermées ou sécurisées. Il apparaît qu’au sein de la ville, les murs ne sont pas forcément des frontières, ni les frontières, des murs. Dans ce contexte, les individus apprennent à franchir des frontières et à accéder à de nouveaux espaces : ils apprennent la « trans-spatialité » ainsi que M.Lussault la définit.

5Ce sont les murs et frontières érigés dans divers espaces géographiques et à différentes périodes, ainsi que les frontières de l’espace maritime mondial (par O. Archambeau) ou les murs virtuels constitués par la vidéosurveillance (J.-A. Lecat-Deschamps) qui sont analysés dans la deuxième partie (« La géographie, ça sert à justifier les frontières… »). Si Michel Agier examine les lieux-frontières, espaces de mises à l’écart, et la nouvelle figure de l’étranger, définie suivant une altérité biopolitique, Clara Lecadet décrit, pour sa part, la manière dont les expulsés à la frontière de l’Algérie et la Mauritanie, se réapproprient les murs de leurs abris pour amorcer une opposition organisée contre les murs des Etats. À la frontière américano-mexicaine, des milices contrôlent l’immigration illégale. Comme le montre Martin Lamotte, leur existence permet de conjuguer de bien des façons les notions de frontière et de mur : le mur devient un outil de la définition identitaire américaine, un symbole de l’ambiguïté des rapports de ces milices avec l’Etat ; la frontière, qui se fait toujours plus mouvante, apparaît alors comme le lieu du politique et du récit, comme limite de l’Etat. À Beyrouth, les lignes de démarcation demeurent actives alors que la ville ne cesse de se reconstruire et d’effacer son histoire, tandis qu’à Belfast, les peacelines ou lignes de paix se multiplient malgré le processus de paix lancé au milieu des années 1990, marqueurs visibles des affiliations communautaires au sein de l’espace urbain. La perception d’un « Paris-cocon » puis d’un joyau urbain a été possible par les enceintes qu’a connues Paris au cours de son histoire. Aux frontières de l’Europe, les missions de l’agence Frontex contribuent au tracé d’une frontière électronique et à de nouveaux mécanismes d’exclusion.

6La troisième partie, consacrée aux frontières communicationnelles, débute avec la réflexion entreprise sur les emprunts linguistiques arabo-français et la perméabilité des frontières linguistiques (Foued Laroussi). Pour sa part, Jacques Perriault fait l’hypothèse que plusieurs frontières fonctionnent en réseau : flexible, mobile, la « frontière-réseau » délimite un espace virtuel, de perméabilité variable, qui permet le dépassement des frontières traditionnelles et peut jouer un rôle stratégique dans les conflits. Ce sont encore l’ensemble des réseaux superposés qui constituent les frontières avec l’exemple du contrôle qu’exerce le régime chinois sur Internet par plusieurs dispositifs mis en place (article d’Olivier Arifon). L’exemple de Wikipédia (article de Lionel Barbe) met en évidence, au travers de la métaphore des frontières, la profonde mutation intervenue dans le domaine des savoirs (enjeux de l’édition scientifique, question de l’accès, mémoire collective, construction des savoirs). Sur Internet, de nouvelles formes de frontières émergent entre la contrefaçon et la cybercriminalité, alors même qu’Internet révèle les lignes de fracture entre le « réel » et le « virtuel », comme le montrent Franck Guarnieri et Eric Pryswa. De nombreux artistes choisissent de sortir des lieux traditionnels de création et d’exposition de leurs œuvres, et de travailler le mur comme un support, afin d’abattre, au moins symboliquement, les frontières qu’il représente (article de Marie Leborne).

7Au final, un beau numéro proposant une analyse renouvelée sur les problématiques des murs et des frontières, à partir d’une large variété de textes, d’approches, de disciplines. Toutefois, le lecteur peut regretter que plusieurs des auteurs de ce numéro aient concentré leurs réflexions sur la question des frontières, oubliant celle des murs ou oubliant de mettre les deux questions en vis-à-vis.

Haut de page

Notes

1  Certes, un autre numéro de revue, plus ancien, portait le même titre mais s’intéressait, pour sa part, essentiellement, aux frontières physiques dans les relations internationales : « Murs et frontières : De la chute du mur de Berlin aux murs du XXIe siècle », Revue Cités, n° 31, Paris, Presses universitaires de France, 2007.

2  Thierry Paquot et Michel Lussault, « Introduction. Etymologies contrastées et appel au franchissement des limites », Hermès, n° 63, Murs et frontières, Paris, CNRS Editions, 2012, p. 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Carmen Smyrnelis, « Thierry Paquot, Michel Lussault (dir.), « Murs et frontières », Hermès, n° 63, 2012 », Lectures [En ligne], Les revues, 2012, mis en ligne le 29 novembre 2012, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/9977

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page