Navigation – Plan du site

Girolamo Ramunni, Les lieux des erreurs scientifiques

Émilien Schultz
Les lieux des erreurs scientifiques
Girolamo Ramunni, Les lieux des erreurs scientifiques, Éditions Le Cavalier Bleu, coll. « Lieux de... », 2012, 202 p., Préface de Jean-Claude Ruano-Borbalan, ISBN : 978-2-84670-445-8.
Haut de page

Texte intégral

1« Les erreurs sont les portes de la découverte ». Girolamo Ramunni, professeur d'histoire des sciences et des techniques au CNAM, invoque cette citation de James Joyce pour ouvrir son projet de réévaluation de la place accordée à l'erreur dans le travail scientifique. « Ce projet est le résultat d'un constat, fait au moins depuis une dizaine d'années : on parle peu d'erreurs » (p.12), et cette absence de réflexion sur l'erreur contribue à renforcer une acception fausse de la méthode scientifique « qui mettrait ceux qui pratiquent la science à l'abri des erreurs commises par les autres mortels » (p.13). Cette citation de Joyce explicite par ailleurs l'approche empruntée par l'auteur – et par d'autres travaux sur les sciences, mais nous y reviendrons – de s'intéresser aux erreurs, et aux controverses, comme autant de points d'entrée méthodologiques pour capter les relations entre sciences et société. Dès lors, l'auteur propose de s'inscrire dans un double mouvement émancipateur : celui de « mettre à l'honneur la capacité de se tromper et l'utilité de ne pas avoir peur de se tromper » (p.19) auprès du citoyen et celui de restituer l'erreur à la société qui en a été le giron : « l'acquisition de résultats est une question de temps et surtout le travail de plusieurs » (p.15).

2Girolammo Ramunni aborde donc dans treize petits récits les nombreux aspects que peut prendre l'erreur scientifique. Ils sont construits autour d'études de cas, souvent des instants célèbres de l'histoire des sciences, tels les travaux de Galilée et de Newton, mais aussi de cas moins médiatisés, comme le développement du calcul informatique après la seconde guerre mondiale en France, chaque récit de quelques pages se concluant par une courte constatation générale sur la dynamique des sciences et des techniques. Les formes d'erreurs considérées à travers ces cas sont ainsi variées : des rayons N que certains affirment voir mais qui se révèlent au final absents ; la conviction opiniâtre, à l'encontre même des faits de Galilée sur le mécanisme à l'origine des marées ; l'imprégnation alchimique de la pensée de Newton ; des observations « orientées » par ce que l'observateur veut ou s'attend à voir…

3L'erreur n'est pas entendue, et à juste titre, dans une acception unique mais est maniée par l'auteur de manière flexible pour porter la focale d'observation sur des cas de dynamiques de production des savoirs qui ne correspondent pas à l'idéalisation de la démarche scientifique. S'intéressant aux positions alchimistes et mystiques de Newton, l'auteur souligne ainsi le phénomène d'épuration des idées scientifiques : « ainsi Newton, complètement purgé des idées hétérodoxes, est inséré dans l'orthodoxie scientifique » (p.50) ; il revient dans le cas des controverses autour de la génération des animaux mais aussi concernant la nature de l'électricité sur les mécanismes de clôture des controverses scientifiques qui souvent ne sont pas de nature scientifique « la solution vient d'un changement en profondeur, en rendant les deux pôles de la controverses de peu d'importance. La manière de résoudre une controverse est de trouver comment l'oublier, non comment trancher entre deux visions opposées » (p.80) ; il souligne l'importance pour la dynamique d'une discipline du fait que les acteurs partagent la conviction de pouvoir unifier un domaine, même si ces raisons s'avèrent ensuite fausses, comme dans le cas de Lavoisier et de la chimie ; il cherche à identifier les mécanismes institutionnels pouvant prendre le pas sur les observations « scientifiques » et imposer ainsi le développement des recherches, illustré par le choix entre courant alternatif et continu en France à la fin du XIXe siècle ; ou encore, montrer comment l'interprétation théorique peut bloquer l'avancé d'une réflexion…  Le lecteur est donc invité à enrichir sa conception de l'activité scientifique en reconstruisant autour d'un chercheur la société de son époque et les multiples relations qui l'y relient, et co-définissent ses pratiques : relations de pouvoir, état de la connaissance ou de la technique, obstacles épistémologiques...

4Au fil de ce petit livre d'histoire qui parcours en brefs chapitres des épisodes plus ou moins connus de l'histoire des sciences, le lecteur se rend vite compte que la référence aux « lieux des erreurs scientifiques » est moins intéressante dans son sens littéral et géographique, bien que chaque chapitre se veut situé dans une ville et à une date particulières, qu'en son sens métaphorique. Le lieu est alors la métaphore de l'aspect contextuel et situé de la production du savoir scientifique et technique. Dans sa démarche, cet ouvrage se situe à mi-parcours entre l'histoire jugée des sciences, d'inspiration bachelardienne et qui propose un retour sur les erreurs jugées à l’aune de notre savoir actuel, et de l'histoire sociale des sciences inscrivant les pratiques de production des connaissances dans toute la complexité sociale contemporaine des acteurs.

  • 1 « La science telle qu'elle se fait », dir. M. Callon et B. Latour, La Découverte, 1991
  • 2 Pour une très bonne introduction aux Science studies, voir « Introduction aux Science Studies », D (...)
  • 3 Gaston Bachelard, La Formation de l’esprit scientifique, 1938, rééd Puf, 2007

5Ce projet est intéressant et précieux. Mais à ce stade, une remarque doit être faite sur le cadre d'ensemble dans laquelle s'inscrit la réflexion. L'auteur, par ailleurs très affirmatif sur ces scientifiques qui « ont une fâcheuse tendance aux affirmations dogmatiques » (p.19), cite très rapidement Popper et Kuhn pour finalement désigner « un problème de fond : tous réfléchissent à partir des résultats acquis, faisant partie de la science, peu travaillent sur la science telle qu'elle se fait » (p17). Cette affirmation qui aurait été vraie il y a trente ans ne peut plus vraiment être défendue avec le développement, à l'échelle internationale, des Science and Technology Studies (STS), courant qui réunit, au moins dans son acception large, l'histoire sociale des sciences, la sociologie des sciences ainsi qu'un grand nombre d'études sur les savoirs et leurs contextes. Pour ne parler que d'eux, car ils ont eu une grande visibilité dans la construction de ce domaine en France, citons les travaux de Bruno Latour1 en sociologie des sciences et ceux de Dominique Pestre en histoire sociale des sciences2. Ainsi, il existe de nombreuses études empiriques qui proposent de suivre la « science telle qu'elle se fait », dans des domaines aussi variés que les statistiques, la parapsychologie, les ondes gravitationnelles ou les missiles à tête chercheuses... Mais surtout, ces études ont conduit à une réflexion profonde sur les mécanismes de production des savoirs et les relations qu'entretiennent les collectifs d'acteurs – ou d'actants – impliqués, ce qui prolonge, enrichit et relativise la remarque de Bachelard sur « l'esprit scientifique [qui] se constitue comme un ensemble d'erreurs rectifiées »3.

6Bien entendu, il ressort de la liste précédente une impression de diversité, voire d'hétérogénéité. Et il est vrai que l'ambition de l'ouvrage n'est pas, et ne saurait être, de couvrir l'ensemble de ces aspects, mais propose plutôt une vision panoramique du social dans les sciences et techniques, avec à chaque fois une petite morale conclusive. Pour cette raison, certains épisodes concernent moins des erreurs que des moments dans les relations entre sciences et société, telle la tentative d'instaurer une division temporelle décimale pour remplacer la division sexagésimale. Mais c'est peut être ce que l'on pourrait reprocher à ce travail, de ne pas vraiment choisir entre une approche accessible à destination du grand public et une approche à destination d'un public plus instruit sur l'histoire des sciences : chaque cas est à la fois extrêmement succinct et érudit, engage des réflexions et des conclusions très ambitieuses – voire normatives – sur la manière dont se fait la recherche tout en restant au niveau de l'étude de cas s'appuyant sur une conceptualisation somme toute réduite.  L'érudition ne saurait être tenue pour une critique, bien entendu, mais l'ouvrage se voulant une contribution grand public, il me semble que la diversité des chapitres et leur brièveté contribuent à un sentiment d'une accumulation peu cumulative de chaque cas, et nécessite au final d'avoir pour chacun une connaissance préalable approfondie de l'époque et des travaux discutés pour être pleinement apprécié.

Haut de page

Notes

1 « La science telle qu'elle se fait », dir. M. Callon et B. Latour, La Découverte, 1991

2 Pour une très bonne introduction aux Science studies, voir « Introduction aux Science Studies », D. Pestre, La découverte, 2006

3 Gaston Bachelard, La Formation de l’esprit scientifique, 1938, rééd Puf, 2007

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilien Schultz, « Girolamo Ramunni, Les lieux des erreurs scientifiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 02 décembre 2012, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/9998

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page