Navigation – Plan du site

Gilles Dostaler, Les grands auteurs de la pensée économique

Nicolas Méra
Les grands auteurs de la pensée économique
Gilles Dostaler, Les grands auteurs de la pensée économique, Alternatives économiques, coll. « Hors-série poche », 2012, 336 p..
Haut de page

Texte intégral

1Le numéro 57 des Hors-série Alternatives Économiques, paru fin 2012 et intitulé Les grands auteurs de la pensée économique s'applique à résumer vingt-cinq siècles de théories économiques avec beaucoup de clarté et de concision, et ce en un peu plus de trois cents pages. Son auteur, Gilles Dostaler, raconte ici l'histoire mouvementée de la pensée économique, et adopte en conséquence une approche chronologique où pas moins de soixante dix-huit penseurs viennent se bousculer.

2L'ouvrage, subdivisé en trois parties, témoigne à la fois de l'évolution de la discipline économique, et de son application concrète. Ainsi, l'on constate qu'au fur et à mesure de l'avancée des pages, les penseurs s'appliquent à répondre aux enjeux de leurs époques.

3La première partie de l'ouvrage est consacrée aux théories échafaudées en matière économique depuis Aristote et jusqu'à Rosa Luxemburg : balbutiante à ses débuts, la discipline s'enrichit en voyant croître le nombre de ses adeptes. Son berceau se situe en Grèce, où Aristote élabore des théories qui annoncent l'économie moderne, dont s'inspireront notamment Smith ou Marx. Le philosophe grec fait ainsi part de ses réflexions sur la société, la division du travail, la monnaie : dans ce dernier domaine, il met en lumière les trois fonctions de la monnaie - instrument de mesure, moyen de paiement, réserve de valeur - qui lui ont survécu.

4Depuis l'Antiquité et jusqu'au XVIIIe siècle, le terme d'économiste est un anachronisme : les penseurs de l'économie n'en sont pas des spécialistes, mais plus des "touche-à-tout" qui interviennent en matière politique, sociale, diplomatique, religieuse, philosophique. Ainsi, il n'est pas étonnant de constater que Gilles Dostaler fait figurer le prêtre Thomas d'Aquin ou le poète arabe Ibn Khaldoun parmi les grands auteurs de la pensée économique. En effet, le premier inspirera un certain Keynes dans sa théorie des taux d'intérêt, tandis que le second sera le précurseur de la théorie contractualiste qui verra s'opposer Hobbes et Rousseau quatre siècles plus tard.

5Dès le XVIe siècle, l'on constate cependant une spécialisation dans les sciences économiques, opérée par Jean Bodin et Antoine de Monchrestien notamment, érudits aux doctrines radicalement opposées. Cette spécialisation coïncide avec une responsabilité politique qui naît à cette époque : les dirigeants commencent en effet à s'interroger sur les vertus - ou fléaux - du commerce international. En conséquence, il n'est pas rare de constater que figurent, parmi les économistes cités par Dostaler, des conseillers politiques très influents qui ont joué un rôle décisif dans la marche vers le libre-échange, dont les économies développées actuelles portent l'héritage.

6En effet, nous sommes déjà au XVIIe siècle, et c'est l'époque où le libéralisme est un sujet brûlant, qui foisonne dans les écrits économiques : Gilles Dostaler a pris en considération cette révolution de la pensée, et a en conséquence présenté nombre de ses avocats. John Locke, "apôtre d'un libéralisme intégral", fut l'un des grands défenseurs de la liberté économique ; on compte parmi ses épigones le français Turgot, ou encore l'abbé Étienne Bonnot de Condillac, qui ont proposé l'instauration de politiques libérales et par là même marqué un tournant dans la pensée économique. Toutefois, leurs idées ne font pas l'unanimité dans les rangs des dirigeants, et sont l'objet de farouches controverses.

7La seconde partie de l'ouvrage s'intéresse aux théories plus modernes de l'économie, qui vont de Keynes à Stiglitz, dans la même démarche chronologique que celle de la première partie. On constate ici que la discipline a mûri, et , nourrie des idées classiques, elle a ciblé davantage certains sujets brûlants que ne l'ont fait les penseurs précédents.

8John Maynard Keynes, économiste du XXe siècle, est en effet le porte-drapeau d'une nouvelle école de pensée qui porte son nom. Le projet qu'il soutient est défini par Dostaler comme « l'union de l'efficacité économique, de la liberté politique et de la justice sociale ». Il prône l'interventionnisme étatique pour stimuler l'emploi, et sera un conseiller actif des travaillistes qui gagneront les élections de 1929. La proximité entre économistes et chefs de gouvernements est toujours d'actualité, en particulier dans un contexte de retournement de la conjoncture économique : la crise de 1929, qui est considérée encore de nos jours comme celle qui a le plus durablement marqué les esprits, en est la meilleure illustration possible.

9Au XXe siècle, les économistes s'attaquent de plus en plus à des faits de société, là où les penseurs traditionnels abordaient des problématiques plus générales. Ainsi, la construction de l'État-Providence, plébiscitée par nombre des citoyens - notamment en raison des dégâts occasionnés par les deux guerres mondiales - est amorcée dès 1945, en application des thèses portées par l'économiste suédois Gunnar Myrdal.

10En effet, la discipline économique se charge d'humanité à cette époque : dans la même optique, et au sein d'une économie qui se mondialise à grande vitesse, certains penseurs vont s'opposer fermement à la discrimination raciale, aux inégalités qui se creusent entre économies développées et nations retardataires, à l'interdépendance croissante entre pays… Selon la formule de François Perroux, la tendance est alors de "mettre l'économie au service de l'homme" et donc de développer la branche de l'économie sociale, encore embryonnaire, mais qui va vite prendre une place considérable dans les écrits économiques.

11Enfin, les enjeux modernes - à partir de la seconde moitié du XXe siècle jusqu'à nos jours - sont ceux de la globalisation bancaire, des dérives du capitalisme financier, de l'instabilité monétaire, tant de débats qui agitent l'opinion publique encore aujourd'hui. Joseph Stiglitz, le penseur qui clôt la deuxième partie, dresse un tableau ravageur de l'économie mondiale, et parle d'une « grande désillusion » et d'un « capitalisme qui a perdu la tête », deux de ses ouvrages qui relatent les leçons de ses expériences à la tête de la Banque Mondiale. L'horizon économique qu'évoquent les économies modernes semble bien obscur…

12La dernière partie de l'ouvrage, bien plus brève, s'intéresse à cette « habile mystification » qu'est le prix Nobel d'Économie : en effet, si l'existence de cette récompense est chaque année confirmée par les écrits des journalistes, le testament d'Alfred Nobel n'en fait pas mention. En réalité, il s'agit du Prix de la Banque Centrale de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel qui fut instauré en 1969. Pourtant, nombreux sont ceux qui les confondent encore : comme l'écrit l'auteur, « la comédie a assez duré ».

13Ce livre est une référence en matière de sciences économiques, car il met en relation de nombreux penseurs à des époques différentes, dans des contextes différents. Comme le résume très bien Marielle Cauchy, Gilles Dostaler « aura réussi à ressusciter des penseurs, par plaisir certes, mais avant tout pour nous faire comprendre que les inquiétudes des humains d'aujourd'hui peuvent trouver un éclairage nouveau dans le passé ».

14Je ne saurais que trop vous en conseiller la lecture, que vous soyez féru de sciences économiques, simple curieux de passage ou étudiant à la recherche d'un regard neuf et plus global sur la discipline.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Méra, « Gilles Dostaler, Les grands auteurs de la pensée économique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/10550

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Méra

Étudiant en classe préparatoire (Economie)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page