Navigation – Plan du site

Jocelyn Lachance, Socio-anthropologie de l’adolescence. Lecture de David Le Breton

Pascal Décarpes
Socio-anthropologie de l'adolescence
Jocelyn Lachance, Socio-anthropologie de l'adolescence. Lecture de David Le Breton, Presses de l'Université Laval, coll. « Lectures », 2012, 105 p., ISBN : 978-2-7637-9710-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Saveurs du monde. Une anthropologie des sens. Paris, Métailié, 2006, p. 427.

1« La recherche vaut pour elle-même, par ce qu’elle implique de travail sur soi »1 (p. 1) : c’est par cette citation de David Le Breton que l’auteur nous introduit épistémologiquement à un concentré des écrits de son collègue de l’université de Strasbourg. Si la proximité des deux chercheurs ne prête pas à une analyse critique neutre et distanciée, la lecture faite par Jocelyn Lachance de l’œuvre de Le Breton sur les questions du corps et de l’adolescence, « sans prétention d’exhaustivité, met en lumière les fondements socio-anthropologiques de ses interprétations de comportements problématiques observables chez les jeunes générations » (présentation de l’éditeur). En travaillant sur des phénomènes tels que les toxicomanies, les errances, les scarifications ou bien encore les tentatives de suicide, Le Breton a développé un corpus méthodologique et théorique d’une grande force car toujours accompagné de recherches empiriques qui en font la qualité et la validité.

2Dans un précédent ouvrage de 2010 intitulé La recherche de l’extase chez les jeunes dont les « travaux [situés], entre autres, dans la lignée de ceux de David Le Breton, abordent la problématique des prises de risques délibérées de certains jeunes à partir du rapport au corps »2, il était également fait mention de pratiques qui, loin d’être déviantes, sont avant tout adaptatives aux environnements au sein desquels elles se manifestent.

  • 3 J. J. Lévy, Entretiens avec David Le Breton. Déclinaisons du corps, Montréal, Liber, 2004, p. 143.

3Dans une courte introduction (pp. 1-4), J. Lachance décrit la démarche très personnelle de Le Breton dans les années 1970 à la découverte intime des frontières du corps et de soi-même, ce dernier estimant que « si j’ai travaillé sur les conduites à risque, c’est que je me suis longtemps posé la question de savoir si la vie valait ou non la peine d’être vécue […]3 » (p. 2). Les travaux de ce dernier sont mis en contexte afin de mieux en saisir les articulations et les fondements, qui au fil du temps allieront sociologie et anthropologie, ce que revendique clairement Le Breton dans divers ouvrages.

4Ensuite, une brève présentation de « l’œuvre et l’homme » (pp. 5-20) permet au lecteur de se familiariser avec la richesse des réflexions « lebretoniennes ». L’interdisciplinarité qui caractérise ces travaux sur le corps s’illustre également par la diversité des approches qui nous sont présentées : « support de l’identité ; cible de l’action du sujet ; miroir de la souffrance ; expression de l’individualité et de l’injonction d’autonomie » (p. 6). Passant d’une anthropologie du corps à une socio-anthropologie de l’adolescence, Le Breton a bouleversé l’approche culturelle du rapport entre soi et le corps, mettant en avant l’identité qui passe par le façonnement du corps et non plus le corps façonnant l’identité, devenant dès lors un « support de l’identité » (p. 8). De même, le corps est lu comme un lieu regroupant différentes lectures de la souffrance, à la fois intimes et sociales, psychiques et physiques, s’adressant à soi-même ainsi qu’aux autres. Cette conception du corps considère autant la libre puissance de l’individu que les interactions et contraintes sociétales auxquelles l’individu est soumis, le corps devenant un medium pour faire face au monde dans lequel on vit et qui nous entoure, rejoignant là une lecture maussienne du corps et de l’identité (pp. 13-14).

5Dans la grande partie de l’ouvrage consacrée directement à la socio-anthropologie de l’adolescence (pp. 21-71), l’auteur aborde notamment des concepts et des objets plus pointus tels que les rites de passages, l’ordalie et le sacrifice, ainsi que la douleur et la blancheur et reprend à son compte la théorie de la société du risque (Ulrich Beck, Anthony Giddens). De manière plus précise, « David Le Breton distingue société du risque, prise de risque et goût du risque » (p. 23) et la façon dont les transformations du corps et les questionnements existentiels que cela implique s’inscrivent dans ces différentes typologies du risque. D’autre part, le corps vu par Le Breton est un objet signifiant et communicant, qui au-delà d’un attachement individuel est mis en avant pour faire du lien avec le monde extérieur et les acteurs qui existent auprès de l’adolescent.

6Poursuivant sur les conduites à risque, J. Lachance estime que l’on peut lire cette notion chez Le Breton comme s’agissant de « jeunes [qui] se mettent délibérément et individuellement en danger à défaut de trouver une place dans le monde et un mode d’accès au statut adulte », et ayant trois caractéristiques déterminées que sont « la mise en danger du corps, le rapport symbolique ou réel à la mort, et la répétition s’exprimant à travers la surenchère et l’excès » (pp. 38-39). À titre d’exemples, l’auteur montre quelques conduites diversifiées comme la vitesse au volant, les violences, les jeux d’asphyxie, les troubles alimentaires, les fugues et errances, la sexualité à risque, la tentative de suicide ou bien encore la toxicomanie et l’alcoolisation, sans oublier de mettre du gender dans la réflexion et d’apporter un éclairage sur les similarités et/ou différences entre garçons et filles.

  • 4 Lévy, op.cit., p. 65.

7J. Lachance s’intéresse également à ce qu’il appelle « le pari socio-anthropologique de David Le Breton » (pp. 73-95), c’est-à-dire de renouveler la méthodologie d’approche de l’adolescence par « un travail d’anthropologie [qui] n’est jamais qu’une immense conversation avec le monde qui nous entoure […]4 » (p. 81). Cela s’exprime en passant par « le rythme de son écriture [qui] s’articule notamment à partir de la dialectique entre description et interprétation » (p. 85), sortant ici des standards de l’écriture scientifique et en y apportant une touche de poésie, afin de toucher également un large public et de ne pas réserver ses réflexions au seul milieu universitaire ou professionnel.

8En conclusion, l’ouvrage de Jocelyn Lachance se veut être une sensibilisation aux écrits de David Le Breton et ainsi « d’ouvrir une porte d’entrée sur une œuvre […] toujours en construction […] » (p. 4). Sa lecture « enthousiaste » (p. 97) se ressent dans l’ouvrage présent et donne envie de découvrir plus en amont les écrits de Le Breton.

Haut de page

Notes

1 Saveurs du monde. Une anthropologie des sens. Paris, Métailié, 2006, p. 427.

2 Compte rendu par L-A. Chéradame, http://lectures.revues.org/1248

3 J. J. Lévy, Entretiens avec David Le Breton. Déclinaisons du corps, Montréal, Liber, 2004, p. 143.

4 Lévy, op.cit., p. 65.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Décarpes, « Jocelyn Lachance, Socio-anthropologie de l’adolescence. Lecture de David Le Breton », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 14 février 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/10703

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page