Navigation – Plan du site

Pascal Chabot, Global Burn-out

Jérémie Rollot
Global burn-out
Pascal Chabot, Global burn-out, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Perspectives critiques », 2013, 145 p., ISBN : 978-2-13-060845-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Canguilhem Georges, Le normal et le pathologique, Paris, PUF, 1966.

1« La philosophie est une réflexion pour qui toute matière étrangère est bonne et nous dirions volontiers pour qui toute bonne matière doit être étrangère » écrivait G. Canguilhem1. L’ouvrage de Pascal Chabot, par conséquent, porte son regard philosophique sur cet objet étrange et étranger à la philosophie : le burn-out. L’enjeu est de comprendre ce phénomène et de le situer « dans une époque excessive » (p. 12). En effet, le burn-out dépasse le cadre de la pathologie de l’individu, il est pathologie de relation : relation de l’individu à la société. En d’autres termes, l’épuisement professionnel n’interroge pas seulement l’homme ou la société, mais leurs rapports, c’est une « pathologie de civilisation ». Qu’est-ce qui caractérise le burn-out ? Quels sont les mécanismes conduisant à l’augmentation de sa fréquence d’apparition ? Pourquoi est-ce une pathologie de civilisation ? Et comment prévenir et lutter contre ce mal ? Autant de questions que l’auteur aborde afin d’établir de quoi le burn-out est-il le nom. 

2La première partie de l’ouvrage constitue pour P. Chabot l’occasion de caractériser le burn-out. Il est tout d’abord épuisement lié à la relation et aux soins dispensés à l’autre. Mais c’est aussi la perte de foi en un système de valeurs, qu’il s’agisse des valeurs religieuses, dans le cas de l’acédie ; ou des valeurs techno-capitalistes, dans le cas du burn-out. Enfin, il est reconstruction, métamorphose lorsque l’individu s’est dépouillé de ces valeurs passées à l’image du personnage de G. Greene.

3L’auteur nous invite à reprendre la notion de burn-out depuis H. Freudenberger jusqu’à sa généralisation actuelle. À l’origine le terme indiquait l’état d’un toxicomane « vaincu par l’usage trop intense de drogues dures ». H. Freudenberger a étendu ce terme à son propre état, puis aux soignants qui « étaient comme ravagés par des forces qu’il faut bien appeler "toxiques" pour respecter l’analogie inaugurale. C. Maslach, quelques années plus tard, décrira les trois dimensions composant le burn-out : l’épuisement émotionnel, la dépersonnalisation et le sentiment d’inefficacité. Elle insiste également sur la dimension sociale du phénomène, il ne s’agit pas d’une pathologie relevant uniquement de la responsabilité de l’individu car la charge de travail, la pénibilité… interviennent dans l’émergence du burn-out. Mais la dimension sociale ne s’arrête pas à ses causes.

4En effet, l’évocation de l’acédie des moines, permet à P. Chabot de nous indiquer que le burn-out est également remise en cause des normes sociales dominantes. L’acédie, cette fatigue de Dieu liée à un surtravail, à un excès de prières qui touche « les meilleurs éléments et des religieux les plus fervents » (p. 32) et conduit à la perte de foi, mais laissant place à une possible reconstruction. À travers l’œuvre de G. Greene et plus particulièrement le personnage Querry dans A burnt-out case (1961), P. Chabot expose cette troisième facette du burn-out : la métamorphose.

  • 2  Dujarier Marie-Anne, L’idéal au travail. Paris, PUF, 2006.
  • 3  Clot Yves, Le travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux. Paris, La Découverte, (...)

5Dans la deuxième partie, les mécanismes conduisant au burn-out sont décortiqués. L’essoufflement du perfectionnismerappelle que le burn-out touche « des gens qui désirent s’investir » (p. 54). Bien que l’auteur ne l’indique pas de cette manière, cet essoufflement est la résultante d’une norme de l’idéal2 et d’un désir de réaliser un travail de qualité3. En effet, le perfectionnisme machinique (techniciste) imposé à l’individu le voue à une adaptation constante sans jamais connaître le sentiment de réalisation de soi, donc de finalité. L’adaptation sans finalité rend celle-ci absurde, le sens s’inscrit dans l’alternance entre adaptation et réalisation.

  • 4  Freud Sigmund, L’analyse avec fin et l’analyse sans fin, in Résultats, idées, problèmes, tome 2, P (...)

6Si le burn-out s’est d’abord révélé dans le monde soignant, il ne s’agit pas d’un hasard. En effet, soigner, éduquer et gouverner sont des métiers impossibles selon Freud4. Métiers impossibles, mais métiers « foyers de l’humanisme classique ». Et, à ce titre le burn-out est un symptôme de la difficulté d’exercer ces métiers humanistes dans une société technicienne. Il est l’expression d’un conflit entre « un progrès subtil et un progrès utile », signant l’épuisement de l’humanisme. Le progrès utile, autrement dit celui de la rationalité scientifique, met au supplice le progrès subtil, « dont les lois obéissent à l’esprit de finesse plutôt qu’à celui de géométrie, et dont le terrain d’application n’est pas la matière mais l’humain ».

  • 5  Dejours Christophe, Travail vivant. 2 tomes. Paris, Payot, 2009.

7La course à la reconnaissance apparaît alors comme une quête pour faire exister son humanité dans une société vouée à la technique et valorisant un idéal machinique. Car c’est bien d’autrui que j’attends un signe de reconnaissance, « une contrepartie symbolique au travail fourni » (p. 83) afin de me réaliser, et de prendre plaisir au travail. P. Chabot s’appuie sur la psychodynamique du travail de C. Dejours5. Dans cette perspective, la reconnaissance s’établit comme la contrepartie symbolique de l’investissement subjectif, fondée sur un jugement d’utilité et un jugement de beauté, permettant de transformer la souffrance en plaisir. Or, cette reconnaissance peut ne pas se faire pour trois motifs : premièrement, pour des raisons intrapsychiques telles qu’une incapacité à retirer de la jouissance du travail accompli ; deuxièmement, une surdité du management aux demandes de reconnaissance n’y voyant pas d’utilité ; troisièmement, une dynamique de la reconnaissance volontairement paralysée par les hiérarchies.

8Les trois dimensions évoquées semblent prendre une tournure particulière pour le genre féminin. En effet, « les singularités féminines et le machisme inhérent à certains environnement de travail » amplifient la problématique du burn-out chez les femmes. Prises dans une recherche d’être une femme et active, elles désirent être elles-mêmes exprimant toutes les valeurs de la féminité, et s’épuisent à répondre aux standards du travail strictement masculins. Ainsi, dans ce choix imposé par la société, seule la perfection s’offre en porte de sortie. De plus, la compassion serait naturelle chez les femmes renvoyant l’épuisement émotionnel à une problématique individuelle et le plus fréquemment « psychologisée ».

9Dans la troisième partie de son livre, P. Chabot nous expose sa thèse du burn-out comme pathologie de civilisation et les possibilités de retrouver un équilibre entre chaud et froid, utile et subtil, en somme un juste milieu.  

10Le burn-out est une maladie de civilisation. Sous un regard philosophie cela ne signifie ni que la civilisation soit malade, ni que l’individu soit malade à cause de la civilisation ; mais bien que la relation entre l’individu et la société est malade. Une caractéristique des pathologies de civilisation est de constituer des troubles miroirs, en d’autres termes, elles constituent l’image des aspects « sombres » d’une société située historiquement (l’acédie et la neurasthénie étaient des pathologies de civilisation en leur temps). Le burn-out constitue alors une réaction à l’organisation contemporaine du travail. Ainsi, l’auteur s’inscrit en faux face à une conception individuelle et psychologisante de l’étiologie de l’épuisement professionnel. Le burn-out apparaît comme une pathologie de l’excès, du trop d’ardeur ; en somme un déséquilibre.

  • 6  Andrieu Bernard, L’autosanté. Vers une médecine réflexive. Paris, Armand Colin (2012).

11L’équilibre et le pacte se dégagent, selon l’auteur, comme les notions potentiellement curatives et préventives. L’équilibre intuitif relevant du corps (ou plutôt de la chair au sens phénoménologique du terme), passant par des pratiques corporelles telles que le yoga, le sport  ou plus généralement, par, ce que l’on pourrait nommer, les pratiques d’autosanté6 ; et l’équilibre normatif c’est-à-dire les normes collectives permettant le vivre ensemble.

12En conclusion, l’intérêt de l’ouvrage de P. Chabot est d’apporter un regard philosophique sur le burn-out, donc de le problématiser sous un angle nouveau : non simplement comme conséquence d’une fragilité individuelle, non uniquement comme résultant de pratiques managériales ou gestionnaires ; mais comme miroir d’une civilisation, d’une société.

Haut de page

Notes

1  Canguilhem Georges, Le normal et le pathologique, Paris, PUF, 1966.

2  Dujarier Marie-Anne, L’idéal au travail. Paris, PUF, 2006.

3  Clot Yves, Le travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux. Paris, La Découverte, 2010.

4  Freud Sigmund, L’analyse avec fin et l’analyse sans fin, in Résultats, idées, problèmes, tome 2, Paris : PUF, 1985.

5  Dejours Christophe, Travail vivant. 2 tomes. Paris, Payot, 2009.

6  Andrieu Bernard, L’autosanté. Vers une médecine réflexive. Paris, Armand Colin (2012).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémie Rollot, « Pascal Chabot, Global Burn-out », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 17 mai 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/11524

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page