Navigation – Plan du site

David Edgerton, Quoi de neuf ? Du rôle des techniques dans l’histoire globale

Stéphane Lembré
Quoi de neuf ?
David Edgerton, Quoi de neuf ? Du rôle des techniques dans l'histoire globale, Paris, Seuil, coll. « L'Univers historique », 2013, 320 p., traduction de Christian Jeanmougin, ISBN : 9782021063677.
Haut de page

Texte intégral

1Plutôt qu’une histoire des techniques, David Edgerton propose dans cet ouvrage, dont la première édition originale en langue anglaise date de 2006, une réflexion sur la place de la technique dans l’histoire du XXe siècle. Il faut saluer la traduction de ce travail, qui permettra d’en élargir l’audience au-delà des seuls spécialistes, même si l’on peut regretter quelques choix éditoriaux comme celui de ne pas conserver l’index dont disposait le lecteur dans la version originale, pourtant utile en raison de la profusion d’exemples mobilisés tout au long du texte.

2Reste que la thèse de l’auteur, historien des sciences à Imperial College (Londres), relève d’une évidence trompeuse : il s’agit de composer « l’histoire des techniques en usage », afin de montrer que « notre perception de l’importance d’une technique privilégiait jusqu’ici l’innovation et reposait sur des présentations de la modernité attribuant un rôle central à certaines techniques nouvelles » (p. 18). À l’encontre de cette focalisation sur la nouveauté et le futur, la bonne compréhension de la place des techniques passe par une réévaluation décisive : non seulement « la plupart des inventions ne sont jamais utilisées [et] nombre d’innovations échouent » (p. 22), mais il faut prêter attention aux choix technologiques, le plus souvent réalisés parmi des techniques concurrentes, et à la persistance voire la résistance des techniques « anciennes ». Un seul cas, extrait de l’impressionnante accumulation d’exemples, suggère la portée de ce propos en apparence banal : celui des transports, où les « technologies dérivées, adaptées » (p. 83) sont légion.

  • 1  David Edgerton, « De l’innovation aux usages. Dix thèses éclectiques sur l’histoire des techniques (...)

3Trois enjeux majeurs sont remarquablement identifiés par David Edgerton, dans le sillage des « thèses éclectiques » recensées voici une quinzaine d’années et que l’ouvrage vient enrichir1. L’ouvrage tout entier est un appel à se méfier des évidences liées au futurisme technologique qui habite les sociétés contemporaines, comme de celles qui déforment des réalités complexes et plurielles.

  • 2  Manuel Charpy et François Jarrige (dir.), « Le quotidien des techniques », Revue d’histoire du XIX(...)

4Le premier réside dans l’historicisation nécessaire des techniques, encore trop souvent détachées de leurs usages (eux-mêmes pluriels et potentiellement concurrents). Compliquer la relation entre innovations et dynamiques historiques permet de reconnaître aux techniques leur importance dans l’évolution des sociétés, au point de mettre en valeur un « quotidien des techniques2 » qui doit beaucoup au travail de l’historien britannique. La nouveauté technique n’est qu’un choix parmi d’autres possibles, choix incertain ouvert sur l’échec comme sur la réussite, et s’inscrit souvent dans la continuité avec les techniques anciennes plutôt qu’en rupture.

5Le deuxième enjeu relève de la relecture par les techniques d’événements, de périodes, de faits grâce à la démarche proposée. Le plan de l’ouvrage en rend compte : huit chapitres thématiques placent l’étude historique en instrument pertinent pour « penser différemment le présent technologique ». Première question épineuse, celle de l’importance respective des techniques : cet enjeu crucial est complété par un deuxième chapitre consacré au temps. On y trouve notamment une réflexion sur la « seconde vie » de certaines techniques (p. 77 et suivantes). L’historien se penche ensuite et successivement sur la production et l’entretien. L’étude du « techno-nationalisme » et du « techno-globalisme », dans le cinquième chapitre, offre des réflexions suggestives sur l’enjeu des technologies nationales pour un État, et sur les transferts et les circulations incontournables en la matière. La guerre fait l’objet ensuite d’une mise en perspective stimulante, bien que rejointe par d’autres travaux depuis la publication originale de ce livre, organisée autour de l’idée selon laquelle « ces techniques de la guerre sont étonnamment invisibles en tant que techniques » (p. 189). L’analyse se concentre dans le chapitre suivant sur les techniques de mise à mort des humains et des animaux, qui font rejouer les thématiques abordées dans les chapitres précédents. Ce parcours permet enfin à David Edgerton de traiter de l’invention, en insistant sur la diversité des histoires de l’invention : de nombreux travaux relevant des science studies ont montré que les inventions ne naissent pas dans les seuls laboratoires de recherche universitaires et relèvent aussi d’emboîtements variés de l’ancien et du nouveau. De cette importance relative du développement et de la recherche, l’auteur tire une relecture bienvenue du projet américain de bombe atomique. D’autres remarques sont moins convaincantes : si « le brevet est probablement un médiocre indicateur de l’invention, et certainement du développement » (p. 264), sans doute l’auteur méconnaît-il l’importance qui s’attache à comprendre l’organisation de l’invention dans laquelle s’inscrit le brevet. Celui-ci a par exemple le grand intérêt d’ouvrir sur le thème de la propriété intellectuelle, dont on conviendra qu’il est loin d’être anecdotique.

6La mise en œuvre d’une histoire globale, à laquelle prétend l’ouvrage, appelle quelques remarques. Elle est dans l’ensemble une réussite, par la comparaison des décalages et des symétries dans l’évolution technique des sociétés et des États. En particulier, l’étude des techniques en usage n’est pas cantonnée à un monde développé, mais également menée à propos du « monde pauvre », par exemple avec les bidonvilles (p. 73 et suivantes). Néanmoins, le livre tend parfois à l’accumulation d’exemples sans prendre toujours le temps de suivre les circulations techniques ni les « passeurs », malgré l’intérêt que présentent de telles études. Si le projet initial structure efficacement cette vaste fresque, abondamment documentée, le lecteur regrettera sans doute, parfois, des cas trop rapidement évoqués ou des indications imprécises. Pour n’en prendre qu’un exemple parmi d’autres, l’insistance sur la production domestique, encore dominante au XXe siècle, est tout à fait convaincante, mais l’une des statistiques mentionnées pour étayer cet argument (le nombre moyen de fermes du Middle West possédant une voiture en 1920) mériterait d’être détaillée pour distinguer la taille des exploitations considérées, ce qui pourrait nuancer l’analyse.

  • 3  On s’en tiendra ici à deux exemples français pour les XVIIIe et XIXe siècles : Liliane Hilaire-Pér (...)

7Sous le titre « Quoi de neuf ? » se présente donc un ouvrage à thèse, puissamment étayée par les nombreux domaines évoqués. Cependant, si l’on suit volontiers Edgerton dans la distinction entre l’histoire des techniques et l’histoire des inventions et des innovations, sans doute faudrait-il nuancer le trait en signalant combien les travaux récents sur les inventions ont insisté sur les inventeurs, sur les usages en matière d’invention, en d’autres termes n’ont plus le caractère héroïque et parfois naïf que leur prête Edgerton3. En se centrant sur le XXe siècle, l’auteur suggère cependant que les discours sur le progrès et la modernité, construits au XIXe siècle, méritent d’être analysés avec rigueur en les confrontant aux usages des techniques : méthode et objectif qu’il faut souhaiter retrouver dans tous les travaux s’intéressant, sous des angles divers, aux techniques.

Haut de page

Notes

1  David Edgerton, « De l’innovation aux usages. Dix thèses éclectiques sur l’histoire des techniques », Annales. Histoire, sciences sociales, n°4-5, 1998, p. 815-837.

2  Manuel Charpy et François Jarrige (dir.), « Le quotidien des techniques », Revue d’histoire du XIXe siècle, n°45, 2012.

3  On s’en tiendra ici à deux exemples français pour les XVIIIe et XIXe siècles : Liliane Hilaire-Pérez, L’invention technique au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, coll. « L’Évolution de l’Humanité », 2000 ; Gabriel Galvez-Béhar, La République des inventeurs. Propriété et organisation de l’innovation en France (1791-1922), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Carnot », 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Lembré, « David Edgerton, Quoi de neuf ? Du rôle des techniques dans l’histoire globale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 11 juin 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lectures.revues.org/11712

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page