Navigation – Plan du site

François Lissarrague, La cité des satyres. Une anthropologie ludique (Athènes, VIe-Ve siècle avant J.-C.)

Catherine Psilakis
La cité des satyres
François Lissarrague, La cité des satyres. Une anthropologie ludique (Athènes VIe-Ve siècles avant J.-C.), Paris, EHESS, coll. « l'histoire et ses représentations », 2013, 315 p., ISBN : 9782713223846.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  François Lissarrague, « Les satyres et le monde animal », in 3rd Symposium on Ancient Greek and re (...)
  • 2  François Lissarrague, « De la sexualité des satyres », Métis II/1, 1987, pp. 63-90 [En ligne] http (...)
  • 3  François Lissarrague, « Satyres, sérieux s’abstenir », in Marie-Laurence Desclos (dir.), Le rire d (...)

1François Lissarrague creuse à nouveau le sillon de l’iconographie grecque pour le plus grand profit des lecteurs. Après avoir consacré différents articles à la part d’animalité des satyres1, à leur sexualité2 ou bien encore au rire que leurs représentations figurées suscitent3, l’auteur livre une monographie sur les satyres dans la cité d’Athènes. Comment les Athéniens représentaient cette figure particulière de l’altérité que constitue le satyre ? Quelles étaient la logique et l’efficacité conférées aux représentations de ces êtres aux marges de l’humanité ? L’ouvrage offre une réponse en plusieurs temps grâce à l’exploration de la figure du satyre. Il s’attache à éclairer les liens qu’entretiennent les citoyens assis au banquet avec les satyres figurés sur les cratères, canthares, lécythes, oenoché ou autres céramiques destinées à recevoir le vin.

2L’auteur part de deux constats éclairant la spécificité de son objet d’étude. Contrairement à la plupart des êtres qui peuplent la mythologie grecque, les satyres ne bénéficient d’aucune généalogie particulière. Outre ce caractère insolite, les satyres tendent à former une identité collective : peu d’individus se distinguent, excepté Marsyas et Silène (leurs légendes sont étudiées en détail dans la suite de l’ouvrage). Face aux sept mille témoignages iconographiques, l’auteur sélectionne les traits caractéristiques de l’univers des satyres plutôt que de s’astreindre à l’exhaustivité qui, au vu de l’importance du dossier, relèverait de la gageure. L’univers des satyres a connu une réception abondante et diversifiée, comme l’indique le premier chapitre (« Commencements »), qui fournit un aperçu de la réception de ce thème au Moyen-Âge et à la Renaissance. S’intéressant aux origines du phénomène, l’auteur offre l’histoire visuelle d’une invention picturale propre à Athènes aux VIe-Ve siècles avant notre ère. Apparue en même temps que le développement de la cité au VIe siècle, l’invention picturale des satyres nourrit à sa manière la réflexion que les Athéniens mènent sur leurs pratiques quotidiennes.

3La comparaison entre l’iconographie et le genre théâtral historiquement situé du drame satyrique fait ressortir la même volonté de mettre en scène une altérité débridée sur un mode comique voire burlesque : quel que soit le support, les satyres sont utilisés comme des contre-modèles féconds. À partir de cette hypothèse de travail, l’auteur s’attache aux noms « parlants » des satyres afin de dégager les caractéristiques qu’il va retenir dans son étude : le corps mi-homme mi-bête (chapitre 4), la sexualité (chapitre 5), les rapports avec le monde animal (chapitre 6), le vin (chapitre 7), la musique et la danse (chapitre 8), la guerre (chapitre 9), la cité (chapitre 10) et le rapport aux dieux (chapitre 11). La convivialité et la sociabilité des satyres constituent le point commun aux chapitres 7 à 11, qui offrent sans doute le plus d’éléments nouveaux par rapport aux articles que l’auteur avait consacrés aux satyres par le passé, tandis que les chapitres 4 à 6 se présentent davantage comme des approfondissements de ses précédents travaux.

4Chaque chapitre commence par une définition de la catégorie étudiée. Puis vient l’examen minutieux de nombreux exemples, destinés à montrer l’inventivité des artistes quand il s’agit d’explorer les possibilités offertes par le monde des satyres. L’examen des témoignages littéraires et iconographiques du VIe et du Ve siècles permet de croiser utilement les informations. Il montre en particulier les possibles décalages entre une tradition écrite et visuelle. Sur ce point, l’auteur fait preuve de prudence dans l’exploitation des données iconographiques et souligne le danger de vouloir surinterpréter les images quand les autres sources font défaut (littéraires ou archéologiques). À plusieurs reprises, il insiste sur la diversité des témoignages iconographiques contemporains qui empêche de tirer des conclusions générales.

5Toujours très documenté, l’examen permet d’affiner progressivement les caractéristiques des satyres, confirmant ou infirmant les études antérieures. Ainsi, dans le chapitre consacré à la sexualité des satyres (chapitre 5), le nombre et la diversité des représentations étudiées permettent à l’auteur de préciser les rapports des satyres avec le monde féminin, qui présentent une césure dans les années 470. Avant cette date, sur les vases à figures noires, le désir féminin paraît libéré, tandis que par la suite, sur les vases à figures rouges, les représentations sont plus ambiguës et l’auteur n’exclut pas un mouvement de résistance. Quant à la position ithyphallique, caractéristique des satyres et source de comique, elle tend à disparaître en même temps qu’apparaît Éros aux côtés des satyres, à la fin du Ve siècle. Ici, une mise en relation plus développée avec l’histoire politique et culturelle d’Athènes aurait été bienvenue pour relier cette transformation aux changements qui s’opèrent au sein de la cité.

6Le lecteur suit l’analyse qui avance ainsi parmi les caractéristiques des satyres d’autant plus facilement que l’auteur ne dissimule pas les difficultés rencontrées. Par exemple, si la musique et la danse forment une part essentielle de l’iconographie consacrée aux satyres, où le dieu Dionysos est très présent (chapitre 8), il n’en demeure pas moins complexe de reconnaître la danse. L’auteur rappelle les débats érudits sur cette question, rejetant fermement les interprétations qui lui semblent infondées. En fin d’ouvrage, le chapitre consacré à la guerre (chapitre 9) pose avec une acuité renouvelée la question du statut du satyre par rapport au citoyen. La réponse est détaillée dans le chapitre suivant, qui démontre que la cité n’est pas absente des représentations de l’univers satyrique (chapitre 10). Les satyres sont mis en scène dans des activités quotidiennes du citoyen : fêtes, présence devant l’autel, vêtement du citoyen (le chiton), et même scène de séduction envers un jeune éphèbe. Ce sont sans doute ces représentations qui peuvent le plus étonner le lecteur, car elles tranchent avec les images figurant des scènes débridées. Les pratiques les plus banales deviennent étonnantes au prisme déformant de l’univers satyrique. Toutefois, l’étonnement naît davantage du décalage que de l’excès. Il faut noter un silence important dans l’iconographie étudiée : aucune activité politique des satyres n’est représentée. L’auteur le précise en conclusion de l’ouvrage mais le lecteur pourrait attendre qu’on en lui parle dans ce chapitre où sont abordés les différents aspects de la vie quotidienne des Athéniens reflétés par l’univers des satyres. Le dernier chapitre (11) conduit l’auteur à confirmer sa conclusion selon laquelle les satyres cèdent le pas à Éros.

  • 4  Platon, Le Banquet, 215 a-215 d.

7Au-delà du titre « anthropologie ludique », on mesure les enseignements que l’on peut tirer de cet ouvrage qui s’intéresse à une des incarnations de l’altérité grecque. Distinct du monde des centaures, l’univers des satyres est un monde imaginaire offert comme spectacle aux buveurs : suffisamment familier pour être compris, ce univers constitue un repoussoir pour le citoyen qui ne saurait s’identifier au satyre, marqué par l’excès et le comique. Comme le rappelle l’auteur, l’idéal athénien du kalos kagathos empêche de prendre pour modèle un être mi-homme mi-bête, dont la laideur proverbiale a servi de plaisanterie à Alcibiade pour qualifier Socrate4. Extrêmement stimulant par la richesse iconographique (très nombreux dessins et photographies) et par un exposé clair, l’ouvrage s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la Grèce antique. Il permet au néophyte comme au spécialiste d’accéder à un pan de l’imaginaire collectif athénien à un moment particulier de son histoire : la jonction entre la période archaïque et la période classique.

Haut de page

Notes

1  François Lissarrague, « Les satyres et le monde animal », in 3rd Symposium on Ancient Greek and related pottery, Copenhague, Nationalmuseet, 1988, pp. 335-351 ; « L’homme, le singe et le satyre », Cassin Barbara, Jean-Louis Labarrière (éd.), L’animal dans l’antiquité, Paris, Vrin, 1997, pp. 455-472, pl. 8-15.

2  François Lissarrague, « De la sexualité des satyres », Métis II/1, 1987, pp. 63-90 [En ligne] http://www.persee.fr/web/revues/hom....

3  François Lissarrague, « Satyres, sérieux s’abstenir », in Marie-Laurence Desclos (dir.), Le rire des Grecs, Anthropologie du rire en Grèce ancienne, Grenoble, J. Millon, 2000, pp. 109-119.

4  Platon, Le Banquet, 215 a-215 d.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Psilakis, « François Lissarrague, La cité des satyres. Une anthropologie ludique (Athènes, VIe-Ve siècle avant J.-C.) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/11872

Haut de page

Rédacteur

Catherine Psilakis

Doctorante en philologie grecque, Lille 3 (STL).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page