Navigation – Plan du site

Martyne Perrot, Le cadeau de Noël, Histoire d’une invention

Stéphane Courant
Le cadeau de Noël
Martyne Perrot, Le cadeau de Noël. Histoire d'une invention, Paris, Éditions Autrement, coll. « Leçons de choses », 2013, ISBN : 978-2-7467-3271-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Martyne Perrot, Faut-il croire au père Noël, Paris, Le Cavalier Bleu, 2010.

1Dans son précédent livre Martyne Perrot, qui est sociologue et chargée de recherche au CNRS, posait ouvertement une question qui hante nombre de parents et d’enfants chaque année à la même période : Faut-il croire au Père Noël1 ? Complétant son analyse, elle nous propose cette fois, à travers une approche transversale, un ouvrage retraçant historiquement cette invention qu’est le cadeau de Noël. Ce faisant, elle s’efforce de lever le voile sur cette pratique et permet au lecteur de percevoir toutes les dimensions anthropologiques de ce jeu de don et de contre-don répété inlassablement depuis de très nombreuses années en Occident.

2Si au premier abord on était tenté de croire que le cadeau de Noël est une pratique somme toute contemporaine, l’auteure rappelle que ses racines sont plus anciennes. En effet, elles prennent naissance dans la Rome antique, dans les fêtes du Nouvel an qui se déroulaient aux calendes de janvier. Ces cérémonies étaient en lien avec le culte de la déesse de la santé Strenia, un nom à l’origine du terme « étrenne ». On comprend alors tout le glissement qui s’est opéré peu à peu dans la nature du don. Si le cadeau de Noël est apparenté aux étrennes, il n’en demeure pas moins que le don d’étrennes était surtout une pratique bourgeoise destinée à remercier et à récompenser les efforts annuels du petit personnel. A l’inverse, le cadeau de Noël demeure une pratique réservée à un cercle plus restreint et plus intime. Ce déplacement qui s’est opéré tant pour les personnes considérées que par la période du rituel – du nouvel an vers la période de Noël – permet de saisir comment s’est constitué le passage d’une fête religieuse à une célébration profane partagée par le plus grand nombre.

3Comme le démontre du reste Martyne Perrot, il s’agit d’une fête et d’une pratique qui sont étroitement liées aux différentes évolutions du commerce, que ce soit pour les bimbeloteries ou le développement des grands magasins. Ainsi tout le long du chapitre 2, l’auteure montre comment le développement du cadeau de Noël a été un facteur déterminant dans l’émergence de nouvelles pratiques commerciales. On voit apparaître alors, dès le XIXème siècle, différentes innovations qui perdurent encore de nos jours : les catalogues qui soulignent les tendances du moment, les affiches publicitaires avec les premiers personnages incarnant Noël, l’empaquetage systématique du présent par du papier cadeau, ou encore l’instauration des premières vitrines animées des grands magasins. Martyne Perrot rappelle à quel point ces vitrines ont nourri l’imaginaire d’un grand nombre d’enfants et ont inspiré des grands noms de la littérature. On pense bien sûr à Victor Hugo et à Cosette et son désir pour une poupée découverte dans une vitrine d’un grand magasin. On peut encore citer Zola et Le Bonheur des Dames. Ainsi, comme l’ont si bien décrit ces romanciers, se met en place, petit à petit, une scénographie urbaine qui va participer à l’ambiance toute particulière de Noël. Les affiches publicitaires, qui ont été réalisées à la fin du XIXème siècle et tout le long du XXème siècle, offrent un témoignage riche sur une manifestation à la fois commerciale et familiale. Elles permettent de saisir quelles ont été les grandes figures qui ont marqué l’histoire de Noël avant l’arrivée hégémonique du père Noël.

4Ainsi, dans le chapitre 4, Martyne Perrot retrace, avec des illustrations et anecdotes, l’histoire de tous ces personnages qui ont un jour incarné Noël, de tous ces pourvoyeurs de cadeaux qui se sont succédé selon les époques et les régions concernées. On se rend compte alors que le lien qui relie le Père Noël à tous ces anciens personnages tels que Saint Nicolas n’est pas si simple. Il en est de même pour la représentation même du Père Noël. En effet, il est tout à la fois l’héritier de nombreux folklores ou coutumes locales, mais aussi le fruit de ces grands magasins largement influencés par le savoir-faire commercial nord-américain. L’épopée américaine de Santa Clauss est, par ailleurs, riche d’enseignements pour comprendre les différents clichés associés à ce personnage, aïeul de notre père Noël actuel.

5Au-delà de ce point, l’auteure s’intéresse également à la diffusion d’un aspect moins matériel mais tout aussi important : l’esprit de Noël. Grâce à l’approche historique, le lecteur saisit comment dès le XVIIIème siècle, la fête de Noël devient la fête de la famille. On y célèbre les valeurs familiales autour des différentes générations la composant – les petits-enfants et les grands-parents étant les deux chaînons nécessaires à refermer le cercle de famille. Noël devient alors une autocélébration de la famille, où chacun à un rôle bien défini. Cette codification et ce nouvel état d’esprit sont magnifiquement illustrés par le conte d’Hoffman, Casse-noisette. Ce conte décrit précisément les différents attributs d’un Noël en Allemagne : la place et la nécessité du jouet comme cadeau, la présence presque obligatoire de l’arbre et surtout l’émerveillement familial. Un autre auteur doit être également pris en considération dans cette diffusion de l’esprit de Noël : Charles Dickens et son conte Christmas Carol, qui, au-delà de son succès populaire, évoque un esprit de Noël fait de charité, de compassion et de bonheur familial.

6Cette compassion et cette charité se retrouvent également dans un grand nombre d’ouvrages littéraires qui prennent comme axe central cette confrontation de l’enfant riche à l’enfant pauvre (chapitre 5). Ces ouvrages ont alors la délicate mission pédagogique d’initier leurs jeunes lecteurs à la philanthropie, à cette compréhension et à cette commisération, même temporaire, de l’Autre malgré les distances sociales. Dans tous les cas, que ce soient les contes de Noël ou les romans, tous ont contribué grâce à leur popularité à transformer la fête de Noël en une fête dédiée aux enfants et à cette obligation d’offrir des cadeaux.

7Mais encore faut-il savoir offrir le bon cadeau. Doit-il être utile ou inutile ? Là encore les déterminismes de classe et de genre pèsent fortement sur la nature des cadeaux (chapitre 6). Comme le rappelle Martyne Perrot, il y a tout un jeu de bienséance et de règles implicites qui font qu’offrir un cadeau ne s’improvise pas. Ainsi, à travers le rituel du don, on perçoit des « règles sans signification apparente » (p. 122) mais qui, au demeurant, sont respectées scrupuleusement par le plus grand nombre, comme le montrent les travaux de Théodore Caplow. Au-delà de cette étude, l’autre aspect que l’auteure souligne concerne l’influence du discours marchand, tant pour son amplification des stéréotypes masculins et féminins dans le choix du cadeau – « le cadeau de Noël apparaît comme un conservatoire des rôles sexués », écrit-elle – que pour sa capacité à suivre l’actualité dans les offres proposées. Ainsi chaque innovation technologique voit apparaître son correspondant en miniature. L’objet scientifique ou la dernière invention guerrière devient alors le joujou destiné aux enfants. A travers ce simple constat, on comprend alors que le cadeau de Noël accompagne les innovations mais surtout suit l’évolution des mœurs. Or, on est en droit de se demander, comme l’écrit justement Martyne Perrot, si l’apparition récente d’Internet ne va pas modifier peu à peu le rapport au cadeau et transformer petit à petit « les enfants en gestionnaires de leur liste au Père Noël » (p. 142).

8Mais comme le rappelle l’auteure, même si on assiste à une pratique qui change, le rituel demeure. En effet, le rituel de Noël demande une implication et une dépense significatives pour l’ensemble de la société et reste, comme le soulignait Claude Lévi-Strauss, un gigantesque potlatch. Mais au-delà de ce jeu de don et de contre-don, d’échange symbolique, nous pouvons rajouter que Noël garde son efficacité, même à l’heure d’Internet, puisqu’il arrive, entre autre, à produire encore un émerveillement et à enchanter les plus jeunes.

Haut de page

Notes

1 Martyne Perrot, Faut-il croire au père Noël, Paris, Le Cavalier Bleu, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Courant, « Martyne Perrot, Le cadeau de Noël, Histoire d’une invention », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 28 octobre 2013, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/12533

Haut de page

Rédacteur

Stéphane Courant

Docteur en anthropologie, membre associé au Laboratoire d’Anthropologie Sociale de Toulouse.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page