Navigation – Plan du site

Malika Mansouri, Révoltes postcoloniales au cœur de l’Hexagone. Voix d’adolescents

Marie Peretti-Ndiaye
Révoltes postcoloniales au coeur de l'Hexagone
Malika Mansouri, Révoltes postcoloniales au coeur de l'Hexagone, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Partage du savoir », 2013, 193 p., ISBN : 978-2-13-061882-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment : Michel Kokoreff, Sociologie des émeutes, Paris, Payot, 2008 ; Stéphane Beaud et Mi (...)

1Les violences urbaines ont, depuis les années 1990, donné lieu à plusieurs travaux, majoritairement sociologiques1. C’est un regard centré sur l’échelon individuel que propose ici Malika Mansouri : « Qui sont les émeutiers ? Que veulent-ils ? ». La genèse de ce questionnement, qui donna lieu à une recherche doctorale, est présentée en introduction. Ses racines sont doubles : elles renvoient, d’une part, à des interrogations liées au traitement public des « émeutes » en 2005 ; elles concernent, d’autre part, les « zones d’ombre » concernant la place des mécanismes psychologiques dans les travaux des sociologues relatifs à ces violences. C’est précisément là que s’ancre sa recherche : dans la volonté de « faire se rencontrer les principes de la psychanalyse, de l’histoire et du politique » pour éclairer les « dimensions pulsionnelles » qui expliquent la rage de ces jeunes de 18 à 25 ans – qualifiés tout au long de l’ouvrage d’« adolescents » – « dont la filiation est algérienne », dans une perspective complémentariste, à la suite des travaux de Marie-Rose Moro et de Georges Devereux.

2Dans la première partie, historique, intitulée « quand la France coloniale bafoue la République française », la psychologue clinicienne, dresse un tableau des rapports entre la France coloniale puis post-coloniale et l’Algérie. Entrecroisant les apports des travaux d’Olivier Le Cour Grandmaison, de Chaouki Hamida, de Dino Costantini, de Gilles Manceron, de Benjamin Stora, de Pascal Blanchard ou encore de Kevin Bales, l’auteure souligne les implications du fait colonial en termes de système éducatif, de représentations racistes, d’actions militaires, de violences policières et de censure. La manière dont les violences associées à ces différentes dimensions font système est à l’origine de cette « blessure ontologique des Algériens […] intrinsèque à la colonisation », décrite ensuite dans une sous-partie nommée « du colonisé au jeune de banlieue ». Car ce sont ces derniers, envisagés comme les « enfants illégitimes » de la France (selon Sayad, cité p. 51) qui sont, dès cette première partie, au cœur des questionnements.

3La deuxième partie de l’ouvrage est construite autour du récit des entretiens réalisés auprès de quinze « adolescents ». L’analyse de brefs extraits d’entretiens s’articule ici avec une réflexion centrée sur les silences et autres signes paraverbaux qui ponctuent les échanges. Les interactions des « adolescents » avec cette « “psy” qui fait une étude sur “les émeutes” et qui a besoin de leur parole pour comprendre leur colère » constituent également un objet de réflexion. Les émotions associées à leur expérience des silences familiaux ainsi que leurs lapsus sont mobilisés afin d’éclairer non seulement ces « restes d’histoire qui trainent » mais aussi le peu de « moyen de se faire entendre » dont ils disposent. C’est ainsi, touche après touche et par la force des portraits et des récits d’entretiens in situ, que l’auteure dresse un tableau sensible de l’expérience vécue, et perçue, de ces jeunes.

4La troisième partie explore ces « kystes » qui déconcertent leur vie psychique : la police et ses « “contrôles” injustes, arbitraires et récurrents », l’adolescence et ses « spécificités métapsychiques », l’école, « lieu des désirs d’évolution barrés par les mécanismes ségrégatifs conscients ou inconscients », ou encore le « quartier » et ses « risques d’errance psychique et sociale inhérents ». L’« exception », la « révolte » et le « savoir insu » apparaissent, quant à eux, comme autant de nœuds en lien avec les entreprises de « chosification » dont ces jeunes font aujourd’hui l’objet, s’inscrivant ainsi dans la filiation de leurs ascendants colonisés. On retrouve là une analyse psychologique des composantes des récits des jeunes mis au regard de grilles de lectures psychologiques et psychanalytiques.

  • 2 Saïd Bouanama et Pierre Tevanian, « Peut-on parler d’un racisme post-colonial ? », in Nicolas Bance (...)
  • 3  Gérard Noiriel, Le Creuset Français. Histoire de l’immigration XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1988 (...)

5C’est sur cette base que se développe, dans la quatrième partie, une analyse centrée sur « le colonial dans l’espace et dans le temps ». Une thèse forte de l’ouvrage est exposée : si la déconsidération systématique des vagues d’immigration les plus récentes est une constante dans l’histoire française, le temps passé ne permet pas aux individus originaires des anciennes colonies d’accéder à plus de reconnaissance, comme c’est le cas pour les autres « immigrés ». Cette idée, empruntée à Saïd Bouanama et Pierre Tevanian2 fait ici sens en ce qu’elle permet de relier les différentes parties du livre en conférant à l’approche post-coloniale un statut explicatif. On retrouve là, souligne l’auteure, l’empreinte de ce racisme culturaliste entretenue par la psychiatrie coloniale mais aussi de ces « effets psychiques de la domination » mis à jour par Frantz Fanon. On peut regretter, à ce propos, l’absence de référence aux travaux de Gérard Noiriel3 sur le racisme de crise, qui aurait permis de situer ces processus dans une perspective diachronique et un contexte socio-économique plus large.

  • 4  La « cité » deviendrait ainsi « une sorte d’essence vitale, soutenue par le mythe paradoxal d’une (...)

6Au fil de l’ouvrage, se lient et délient plusieurs ordres de questionnements qui reflètent des hypothèses sous-jacentes : les quartiers dont sont issus les individus rencontrés par la psychologue les placeraient en « situation d’extra-territorialité » qui feraient écho à la situation spécifique de l’Algérie à l’heure de la colonisation ; les « adolescents » expérimenteraient ainsi, à l’instar de leurs ascendants, des formes d’« exil »4 ; l’épreuve, routinière, des confrontations à la police, constituerait « l’actuel d’une réplique fantasmatique du colonial par transposition dans les cités » et « serait l’écho d’un passé intemporel » caractérisé par « la forme policière de la domination coloniale en Algérie ».

  • 5  Renault Matthieu, « Vie et mort dans la pensée de Frantz Fanon », Cahiers Sens public, vol. 2, n°  (...)
  • 6  Achille Mbembe, « De la scène coloniale chez Frantz Fanon », Rue Descartes, vol. 4, n° 58, 2007, p (...)
  • 7  Zyed Benna et Bouna Traore, morts électrocutés le 27 octobre 2005 après avoir fui des représentant (...)

7Ces hypothèses latentes s’ancrent dans une perspective « biopolitique » en ce qu’elles questionnent, finalement, les implications de « ce pouvoir sur la vie et la mort »5 que les jeunes attribuent à l’État français à travers la figure des policiers – on retrouve là l’empreinte d’un aspect des travaux de Frantz Fanon mis en exergue par Achille Mbembe6. C’est pourquoi, souligne Malika Mansouri, « Z&B7 représentent un support d’identification pour tous les jeunes » : l’entreprise de « chosification » ou de « désubjectivation » dont ils font l’objet de la part de la police, ou de manière plus pernicieuse par les enseignants, leur devient insupportable à l’heure de l’adolescence et « chaque nouveau mort devient (alors) l’incarnation d’un ancêtre dont la mort réelle et/ou subjective n’a pas été réparée ».

Haut de page

Notes

1 Voir notamment : Michel Kokoreff, Sociologie des émeutes, Paris, Payot, 2008 ; Stéphane Beaud et Michel Pialoux, Violences urbaines, violence sociale. Genèse des nouvelles classes dangereuses, Paris, Éditions Fayard, 2004 ; Sébastian Roché, Le Frisson de l’émeute. Violences urbaines et banlieues, Paris, Éditions du Seuil, 2006.

2 Saïd Bouanama et Pierre Tevanian, « Peut-on parler d’un racisme post-colonial ? », in Nicolas Bancel et Pascal Blanchard (dir.), Culture post-coloniale. Traces et mémoires coloniales en France (1961-2006), Paris, Autrement, 2006, p. 243-254

3  Gérard Noiriel, Le Creuset Français. Histoire de l’immigration XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1988.

4  La « cité » deviendrait ainsi « une sorte d’essence vitale, soutenue par le mythe paradoxal d’une origine ancrée dans le quartier : partir pour survivre mais revenir pour ne pas se perdre ». Et l’on retrouverait là une situation in fine assez proche de cet exil « que ces adolescents n’ont, pour la plupart, pas connu » (p. 130).

5  Renault Matthieu, « Vie et mort dans la pensée de Frantz Fanon », Cahiers Sens public, vol. 2, n° 10, 2009, p. 133-145.

6  Achille Mbembe, « De la scène coloniale chez Frantz Fanon », Rue Descartes, vol. 4, n° 58, 2007, p. 37-55.

7  Zyed Benna et Bouna Traore, morts électrocutés le 27 octobre 2005 après avoir fui des représentants de la Brigade anti-criminalité (BAC).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Peretti-Ndiaye, « Malika Mansouri, Révoltes postcoloniales au cœur de l’Hexagone. Voix d’adolescents », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/12730

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page