Navigation – Plan du site

Estrella Rojas (dir.), Réseaux socionumériques et médiations humaines. Le social est-il soluble dans le web ?

Jean-François Blanchard
Réseaux socionumériques et médiations humaines
Estrella Rojas (dir.), Réseaux socionumériques et médiations humaines. Le social est-il soluble dans le web ?, Paris, Hermes Science Publications, Lavoisier, coll. « Information, hypermédias et communication », 2013, 296 p., ISBN : 978-2-7462-4539-6.
Haut de page

Texte intégral

1Les réseaux socionumériques paraissent établir des rapports égalitaires et coopératifs et le sens commun leur attribue régulièrement le qualificatif de « sociaux ». Comment prendre la mesure des formes de cette sociabilité ? Les onze articles colligés dans cet ouvrage dirigé et présenté par E. Rojas approfondissent les rapports entre la technique et le social sous l’angle des médiations humaines dans les réseaux socionumériques. Le concept de médiation fait ici référence aux travaux du Centre de sociologie de l’innovation1. Mais certains des auteurs s’inscrivent plus largement dans la perspective d'une pensée de la relation déclinée sous différentes formes : médiation, médiologie, sociologie de la relation, empowerment. Une référence récurrente est faite à la pensée du philosophe G. Simondon (1924-1989), récemment redécouverte2.

2Dans son introduction, E. Rojas retrace la genèse de ce travail collectif issu d’un appel à contribution piloté par un comité scientifique représentant plusieurs laboratoires nationaux en sciences humaines et techniques de l’information. La problématique traitée est « le vivre-ensemble » et son instrumentation dans les réseaux socionumériques. Le web se dissout-il dans le « social » ? Ce « social » est défini comme un processus fluide en transformation permanente au point de se confondre avec le web qu’il parviendrait à naturaliser tout en se vidant de son propre contenu. Ou, au contraire, le web fait-il apparaître de nouvelles conditions de vivre ensemble ? Le livre propose de traiter ces questions sous deux angles de vue constituant les deux parties de l’ouvrage.

3Dans la première partie, le versant technique du web est analysé avec l’intention de révéler les procédés logico-techniques qui déterminent ou encadrent les pratiques des usagers. Les articles traitent successivement des signes générant un effet de social dans les réseaux socionumériques, de la structuration du contrôle opéré par l’architecture conceptuelle et relationnelle des bases de données, de la pression d’une esthétique de masse dominante sur le web, de l’anticipation, par les concepteurs d’application, des conduites de fuite ou de détournement des usagers, et enfin, les lois internes du web qui obèrent son fonctionnement démocratique comme la loi de puissance. Situant l’observation à un autre point de vue, la seconde partie explore de façon très éclectique les pratiques de médiation révélatrices de formes d’empowerment, constitutives d’un « vivre ensemble ». Ces études de cas portent successivement sur le militantisme associatif, la citoyenneté, l’édition littéraire et un jeu de rôle en ligne.

4Observant l’interface technique des réseaux sociaux, E. Cancel met au jour les signes du social exposés par le web. Ceux-ci, comme le « like » ou le « share » de Facebook, élaborent une construction de signes de la sociabilité. « L’effet de social » décrit par l’auteur constitue une mise en scène du social déterminée par la technique. L’auteur dévoile les conditions de la fabrication textuelle du social, celle-ci puise ses références dans le monde réel. E.Cancel montre comment les dynamiques de reproduction et de dissémination des signes construisent une représentation de la sociabilité du web exposée ensuite dans les discours. Plus en retrait encore dans le back-office du web, J. Pierre interroge l’analyse conceptuelle à l’origine des bases de données relationnelles, de l’architecture logicielle et des algorithmes des applications de réseaux sociaux comme Facebook. L’auteur fait apparaître l’expansionnisme de ces applications qui contrôlent l’usager, le sollicitent pour alimenter le contenu des bases de données, et encouragent le prosélytisme pour attirer à elles les « orphelins des infrastructures opérationnelles ».

5L. Duhem traite de l’Art sur le Net. L’objet de l’art numérique est de « réticuler les protocoles d’existence du lien ». Dans une société numérique où la production symbolique de masse est destinée à une consommation individualisée de masse, le Net Art a pour finalité une esthétique de l’expérience sociale. Considérant une conception de la culture où « technique » et « esthétique » sont liées par des lois de réciprocité, l’auteur produit des exemples de démarches créatives sur le web autour de communautés d’expérience artistique. Il conclut que, seules, l’expérience sociale et l’activation de liens sociaux par le web sont constitutives du Net Art, par opposition à d’autres formes de valorisation de l’art sur le web.

6J.-C. Plantin aborde les conditions d’une convergence entre les industries culturelles et les pratiques amateurs dans le champ de la cartographie numérique. L’auteur dénonce le flou qui entoure la notion de participation. Il décrit les conditions dans lesquelles les concepteurs de dispositifs sociotechniques du web anticipent les détournements de pratique imaginés par les usagers.

7Les deux articles suivants traitent de la science et de la culture du web. R. Bautier demande : si l’on considère que le web est social, ne faut-il pas appréhender ses propriétés intrinsèques en tant que réseau, et notamment évaluer ses vertus démocratiques ? L’auteur met alors en exergue les conditions de la visibilité sur le web et la loi de puissance qui tend à renforcer les opérateurs les plus actifs. Le web sémantique pourrait apporter une réponse, mais la multiplicité des langues est un obstacle. V. Petit souligne, quant à lui, la nécessité d’une acculturation à la maîtrise de l’écriture numérique. Le projet va au-delà de la simple acquisition de compétences, la maîtrise de ce nouveau milieu culturel et de ses formes de communication est nécessaire. Cette rupture est, selon l’auteur, de la même portée pour l’humanité que le passage à l’écrit. L’article s’appuie sur l’expérience du projet PRECIP et son application en milieu scolaire que l’auteur souhaite voir développée.3

8Les cinq expériences décrites dans la seconde partie s’intéressent aux acteurs collectifs et décrivent les conditions de « grammaticalisation du vivre ensemble ». Dans « Puissance d’agir à l’ère du web social » D. Carré et R. Pratico observent sur le web la naissance d’une alternative à une conception postmoderne de l’individu narcissique. Les auteurs ont suivi une douzaine de collectifs comme Act-up ou les Enfants de Robin des bois. Ils concluent à l’existence d’un entre-soi constituant une forme de vivre ensemble caractérisée par une capacité à créer un collectif éphémère et néanmoins organisé. Corrélée à cette « puissance d’agir » émergeante, les auteurs repèrent une augmentation des pressions sur les utilisateurs du web. Dans le domaine de l’activisme militant, P. Eynaud a, par une observation participante au cours de trois opérations de Greenpeace, réalisé un travail lui permettant d’en comparer les modalités stratégiques et opérationnelles. Il a notamment analysé les usages différenciés du web ainsi que le positionnement respectif des acteurs activistes et cyberactivistes au cours de ces actions.

9CommuniMilano est une plateforme initiée par l’université de Milan pour les municipales de 2011 dans l’esprit des réseaux citoyens. L’analyse de F. De Cindio et E. Krazatal-Jaworka porte sur le public et le contenu des échanges. Cette démarche apparaît originale dans la mesure où, le plus souvent, les chercheurs s’intéressent aux activités des politiciens. Les auteures décrivent cette plateforme comme un dispositif de communication politique et un outil de débat : un nouveau cadre démocratique en politique. C’est dans un champ totalement différent que s’est placé S. Lainé-Cruzel : l’édition en ligne des romans de science-fiction. De sa position d’observatrice participante, l’auteure décrit les modalités de l’édition traditionnelle et inventorie les nouveaux acteurs de la micro-édition. Elle conclut à une possible dérégulation et à l’émergence de nouvelles conditions pour la création littéraire et la diffusion des titres dans les réseaux socionumériques. e dernier article, celui de J. Guegan et P. Moliner a pour sujet de recherche le jeu en ligne Word of Warcrafts. Les auteurs s’intéressent aux liens, aux représentations interindividuelles, aux catégorisations au sein de la communauté de joueurs qu’ils observent en ligne et en contact direct. Les auteurs caractérisent la présence de socio-centrisme au sein du groupe.

10L’ouvrage est particulièrement riche et éclectique dans un champ central de l’étude du web : les formes de sociabilité dans la relation technique/humain. La dimension critique est présente dans la plupart des articles et de ce fait, sans nécessairement toujours adhérer totalement aux thèses exposées, ni à leur fondement théorique, le lecteur y trouvera matière à réflexions. Ce livre mérite une bonne place dans la bibliothèque de l’étudiant ou du chercheur en info-com ou en sociologie.

Haut de page

Notes

1 M. Akrich, B. Latour, M. Callon, A. Hemion notamment.

2 Voir http://www.youtube.com/watch?v=7FjNb-fuRyk Du mode d'existence des objets techniques, Aubier, 1958.

3 PRECIP : Pratique d'écriture interactive en Picardie http://www.utc.fr/~wprecip/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Estrella Rojas (dir.), Réseaux socionumériques et médiations humaines. Le social est-il soluble dans le web ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 13 février 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/13599

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page