Navigation – Plan du site

« Les classes moyennes dans la crise », Cahiers français, n° 378, janvier-février 2014

Francis Lebon
Les classes moyennes dans la crise
« Les classes moyennes dans la crise », Cahiers français, n° 378, janvier-février 2014, La Documentation Française, ISBN : 330-3-330-40378-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. aussi Serge Bosc, Sociologie des classes moyennes, Paris, La Découverte, coll. Repères, 2008. P (...)

1L’idée même de « classes moyennes » est problématique car elle revêt avant tout des usages idéologiques et politiques. Elle signifie alors : dans la majorité, au milieu, entre deux, ni riches ni pauvres, etc. Avec neuf contributions, ce dossier des Cahiers français apporte un éclairage fort utile sur une notion politiquement et scientifiquement controversée1.

2Dans la première moitié du XIXe siècle, la « classe moyenne » désigne la bourgeoisie, encore surplombée par l’aristocratie. Tocqueville l’emploie en ce sens lorsqu’il évoque « le triomphe de la classe moyenne » en 1830 (instauration de la Monarchie de juillet, la « république bourgeoise » selon Marx). À partir du milieu du XIXe siècle, la classe moyenne est synonyme de « petite bourgeoisie » (petits entrepreneurs et professions libérales). Au cours du premier XXe siècle, le vocable « classes moyennes » (au pluriel) reste prioritairement associé aux catégories non salariées (les indépendants), avant que ne soient pris en compte les « cols blancs ». Les catégories moyennes se sont développées au cours des « Trente glorieuses » en absorbant une partie des enfants des classes populaires, une « moyennisation » difficilement contestable si l’on observe donc l’évolution des relations entre classes sur la très longue durée. Mais cette terminologie offre souvent une conception du monde social qui conteste la (di)vision même de classes.

  • 2 Henri Mendras, La seconde Révolution française : 1965-1984, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais  (...)

3Accorder une large place à la moyennisation et aux classes moyennes dans l’analyse de la stratification sociale tend à minimiser ou à contester l’existence même des classes sociales. Pour Georg Simmel (et plus récemment pour Francis Fukuyama), les classes moyennes jouent un rôle central dans la démocratie et le changement social. La thèse de la moyennisation est ainsi avancée par des auteurs qui soulignent la perte d’emprise des milieux sociaux traditionnels dotés d’une forte identification, comme la paysannerie ou la bourgeoisie, au profit d’une classe moyenne de plus en plus étendue : les Français « sont de plus en plus nombreux à se dire appartenir à la classe moyenne, ce qui est évidemment la négation d’une conscience de classe »2. Dans un contexte d’effacement du marxisme et d’affaiblissement des organisations politiques et syndicales, ce phénomène serait renforcé par la massification scolaire, la progression du pouvoir d’achat, l’essor des emplois de service ainsi que l’homogénéisation progressive des modes de vie (Philippe Raynaud).

  • 3 Cf. Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, éditions de Minuit, coll. (...)
  • 4 Avec d’une part des catégories liées à la fonction publique (instituteurs, professions de la santé (...)
  • 5 C’est aussi l’approche de Dominique Goux et éric Maurin, Les nouvelles classes moyennes, Paris, Seu (...)
  • 6 Roland Pfefferkorn, Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes, Paris, (...)
  • 7 Paul Bouffartigue, « Le salariat intermédiaire sous tensions », in Le retour des classes sociales. (...)

4Caractérisées par une diversité des origines sociales et une relative incertitude quant à l’avenir professionnel, les classes moyennes se présentent davantage comme une nébuleuse que comme un ensemble structuré. Du point de vue des pratiques culturelles et des modes de vie par exemple, leur unité est « très incertaine » (Philippe Coulangeon, p. 29)3. Il n’existe pas, non plus, de classe moyenne (au sens arithmétique du terme) en matière de patrimoine. C’est sans doute pour cette raison que les coalitions électorales formées autour des « classes moyennes » ne survivent pas à la diversité des catégories visées (Christophe Charle). Il s’agit donc bien d’une « notion protéiforme et ambivalente » que l’on peut appréhender par le sentiment d’appartenance de classe, des critères de revenus et de niveaux de vie ou bien encore par la nomenclature des Professions et catégories socioprofessionnelles (PCS). Dans ce dernier cas, on peut considérer que les classes moyennes se composent des « petits indépendants » et d’un « salariat intermédiaire » au cœur duquel se trouvent les professions intermédiaires4 (Serge Bosc), soit environ 30 % de la structure sociale5. Mais pour de nombreux auteurs la frontière entre « professions intermédiaires » et « cadres et professions intellectuelles supérieures » n’est pas étanche. Selon Roland Pfefferkorn, il existe un « salariat intermédiaire éclaté » et « composite » qui recouvre ces deux groupes de catégories socioprofessionnelles6. De même, Paul Bouffartigue rapproche, sous l’appellation de « salariat intermédiaire », les cadres et professions intellectuelles supérieures des professions intermédiaires car il estime que ces professions se situent pour la plupart en « position d’intermédiaire dans la division du travail et/ou en position intermédiaire dans la hiérarchie sociale »7. Puis il traite des cadres d’entreprise, figure typique d’un « salariat de confiance » en crise (chômage, segmentation accentuée entre les cadres de direction et les autres cadres, aspiration à une réduction du temps de travail).

5Pierre Jacquemot évoque les pays émergents avec de nouvelles classes moyennes en expansion, en particulier en Asie (Chine, Inde, etc.) où, attirées par les standards de la « modernité occidentale », elles pourraient représenter 66 % de la classe moyenne mondiale en 2030 (p. 60). Mobilisant également la comparaison internationale, Louis Chauvel estime que les classes moyennes françaises (définies par une fourchette de revenus autour de la médiane) sont épargnées par le rétrécissement de leurs rangs et par la hausse des inégalités : « La France ne connaît pas de polarisation ni d’explosion des inégalités évidentes », même si les classes moyennes ne sont plus vraiment assurées de pouvoir bénéficier d’une mobilité sociale ascendante et de la stabilité économique. Camille Peugny précise que la fraction inférieure des classes moyennes est déstabilisée et déclassée, tandis que la fraction supérieure a bien profité de la massification scolaire et de l’ascension sociale. Cette relative bonne santé des classes moyennes s’explique notamment par un état social français qui reste fortement redistributif, en particulier en matière de Protection sociale même si elles « peuvent se sentir perdantes » au niveau de la politique familiale (Henri Sterdyniak, p. 48).

  • 8 Agnès Pélage, Tristan Poullaouec, « “Le haut du panier de la France d’en bas” ? Le sentiment d’appa (...)

6Les classes sociales, du point de vue « identitaire », sont supposées rassembler des personnes ayant conscience de leur appartenance commune, portées donc à agir ensemble et à voter de la même façon. Assez hostiles au « libéralisme économique » et attachées à un modèle méritocratique qui passe par l’école, les classes moyennes votent plutôt à gauche, en général pour le Parti socialiste (élisabeth Dupoirier). Au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2007, 75 % des instituteurs et 58 % des professions intermédiaires de la santé et du travail social avaient ainsi voté pour Ségolène Royal. Mais 2 % seulement des professions intermédiaires déclaraient alors militer dans un parti politique et 11 % au sein d’un syndicat8.

  • 9 Louis Chauvel avait proposé, en 2001, une définition exigeante des classes. « On parlera de classes (...)
  • 10 Catherine Bidou, Monique Dagnaud, Bruno Duriez, Jacques Ion, Dominique Melh, Monique Pinçon-Charlot (...)
  • 11 Henri Mendras, op. cit., p. 85-93.
  • 12 Christian Baudelot, Roger Establet, Jacques Malemort, La Petite bourgeoisie en France, Paris, Maspé (...)
  • 13 Alors que la construction d’une nomenclature européenne est très débattue, l’outil français des PCS (...)
  • 14 Jean Porte, « Les catégories socio-professionnelles », in Traité de sociologie du travail. Volume 1(...)
  • 15 Sur « l’éclipse » puis le « renouveau » du thème des classes sociales » dans le champ des sciences (...)

7Ce numéro des Cahiers français consacré aux classes moyennes comprend quelques développements redondants ou contradictoires, en particulier sur la question centrale du contour des « classes moyennes ». On pourra aussi regretter l’absence de contributions sur les patrimoines, l’école ou bien encore, pour reprendre la terminologie de Louis Chauvel, sur « l’identité de classe »9. Ce numéro des Cahiers français apporte cependant, et de façon accessible, un éclairage documenté sur cette Arlésienne sociologique. Comment en effet analyser et nommer l’ensemble des positions qui, ne relevant ni du monde ouvrier ni de la bourgeoisie, présentent un air de famille ? Les désignations sont diverses. Trois approches nous semblent particulièrement importantes : celle de « classes moyennes » (ou « couches moyennes salariées »10, « noyaux innovateurs »11, etc.) et celle de « petite bourgeoisie »12. Ces deux approches renvoient directement à une théorie des classes sociales, tandis que la troisième, en termes de « cadres moyens » ou de « professions intermédiaires », utilise les catégories issues de la statistique d’état13. « Il y a analogie mais non identité entre le concept de “catégorie socio-professionnelle” et celui de “classe sociale” »14. Ne pourrait-on pas alors se demander à quelles professions correspondent les « classes moyennes » ou la « petite bourgeoisie » et interroger les usages sociaux et les usages sociologiques de ces classes15 en rapport avec ceux des professions ?

Haut de page

Notes

1 Cf. aussi Serge Bosc, Sociologie des classes moyennes, Paris, La Découverte, coll. Repères, 2008. Paul Bouffartigue, Charles Gadéa, Sophie Pochic (dir), Cadres, classes moyennes : vers l’éclatement ?, Paris, A. Colin, 2011. Jean-Paul Cadet, Christophe Guitton (dir.), Les Professions intermédiaires. Des métiers d’interface au cœur de l’entreprise, Paris, Armand Colin, coll. « Recherches », 2013. Julien Damon, Les classes moyennes, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 2013.

2 Henri Mendras, La seconde Révolution française : 1965-1984, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », 1994, p. 60.

3 Cf. Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, éditions de Minuit, coll. Le sens commun, 1979, Chapitre 6, « La bonne volonté culturelle ».

4 Avec d’une part des catégories liées à la fonction publique (instituteurs, professions de la santé et du travail social, professions administratives, etc.), d’autre part des catégories liées aux entreprises (professions administratives et commerciales, techniciens, agents de maîtrise, etc.).

5 C’est aussi l’approche de Dominique Goux et éric Maurin, Les nouvelles classes moyennes, Paris, Seuil, « La République des idées », 2012.

6 Roland Pfefferkorn, Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes, Paris, La Dispute, 2007, p. 176-183.

7 Paul Bouffartigue, « Le salariat intermédiaire sous tensions », in Le retour des classes sociales. Inégalités, dominations, conflits, Paul Bouffartigue (dir.), Paris, La Dispute, 2004, p. 113.

8 Agnès Pélage, Tristan Poullaouec, « “Le haut du panier de la France d’en bas” ? Le sentiment d’appartenir à une classe sociale chez les membres des professions intermédiaires », Revue française des affaires sociales, n° 2, février 2007, p. 27-56.

9 Louis Chauvel avait proposé, en 2001, une définition exigeante des classes. « On parlera de classes sociales pour des catégories : 1) inégalement situées - et dotées - dans le système productif ; 2) marquées par une forte identité de classe, dont trois modalités peuvent être spécifiées : l’identité temporelle (2a), c’est-à-dire la permanence de la catégorie, l’imperméabilité à la mobilité intra- et intergénérationnelle, l’absence de porosité aux échanges matrimoniaux avec les autres catégories (homogamie) ; l’identité culturelle (2b), c’est-à-dire le partage de références symboliques spécifiques, de modes de vie et de façons de faire permettant une inter-reconnaissance ; l’identité collective (2c) à savoir une capacité à agir collectivement, de façon conflictuelle, dans la sphère politique afin de faire reconnaître l’unité de la classe et ses intérêts ». Louis Chauvel, « Le retour des classes sociales ? » Revue de l’OFCE, Octobre 2001, n° 79. Sur les ascensions sociales modestes et leurs évolutions au fil des générations à l’aune d’une enquête ethnographique, cf. Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet, Yasmine Siblot, La France des « petits-moyens ». Enquête sur la banlieue pavillonnaire, Paris, La Découverte, 2008.

10 Catherine Bidou, Monique Dagnaud, Bruno Duriez, Jacques Ion, Dominique Melh, Monique Pinçon-Charlot, Jean-Paul Tricart, Les couches moyennes salariées : mosaïque sociologique, Rapport de recherche, Ministère de l’Urbanisme et du logement, Paris, 1983.

11 Henri Mendras, op. cit., p. 85-93.

12 Christian Baudelot, Roger Establet, Jacques Malemort, La Petite bourgeoisie en France, Paris, Maspéro, 1974.

13 Alors que la construction d’une nomenclature européenne est très débattue, l’outil français des PCS apparaît marginalisé à l’INSEE. Emmanuel Pierru, Alexis Spire, « Le crépuscule des catégories socioprofessionnelles », Revue française de science politique, 2008, n° 3, Vol. 58.

14 Jean Porte, « Les catégories socio-professionnelles », in Traité de sociologie du travail. Volume 1, Georges Friedmann, Pierre Naville (dir), Paris, Armand Colin, 1961, p. 243.

15 Sur « l’éclipse » puis le « renouveau » du thème des classes sociales » dans le champ des sciences sociales et de la politique, cf. Stéphane Beaud, « La gauche et les classes sociales : de l’éclipse au renouveau », Mouvements, n° 50, juin-août 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francis Lebon, « « Les classes moyennes dans la crise », Cahiers français, n° 378, janvier-février 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 28 février 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/13791

Haut de page

Rédacteur

Francis Lebon

Maître de conférences, Université Paris Est Créteil

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page