Navigation – Plan du site

Béatrice Vacher, Christian Le Moënne, Alain Kiyindou (dir.), Communication et débat public. Les réseaux numériques au service de la démocratie ?

Julia Hénin
Communication et débat public
Béatrice Vacher, Christian Le Moënne, Alain Kiyindou (dir.), Communication et débat public. Les réseaux numériques au service de la démocratie ?, L'Harmattan, coll. « Communication et civilisation », 2013, 554 p., ISBN : 978-2-343-01988-8.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est une sélection d’articles basée sur les communications prononcées au 18e congrès de la Société française des sciences de l’information et de la communication qui s’est déroulé à Rennes les 30, 31 mai et 1er juin 2012 sur le thème : « la contribution des sciences de l’information – communication aux débats publics ». En se positionnant dans des sphères variées de la société actuelle, qui ont pour point commun de susciter l’intérêt des médias et du débat public, les auteurs interrogent les changements induits par l’adoption du numérique au niveau institutionnel mais aussi à niveau individuel. Adoptant une vision systémique des phénomènes, les chercheurs observent le va-et-vient entre les débats motivés par l’introduction du numérique dans un lieu nouveau et l’impact généré par ces commentaires dans l’outillage technologique des institutions. Ils mettent également en avant les interactions individuelles rendues possibles par les nouvelles technologies, par exemple les manières de s’exposer publiquement grâce à l’Internet. Enfin, plusieurs auteurs se penchent sur des questions méthodologiques en questionnant l’utilité d’une recherche appliquée en sciences de l’information et de la communication (SIC) à la demande d’une entreprise avant l’introduction d’une nouvelle technologie.

2À partir des contributions de plus d’une soixantaine d’auteurs, spécialistes des SIC, l’ouvrage offre une réflexion sur les manières dont les nouveaux outils numériques sont insérés puis reçus dans diverses institutions. Parmi les domaines observés, nous pouvons citer l’éducation, la santé, la politique, les médias, le militantisme ou encore le monde des entreprises. Comment y est perçue et interprétée l’institutionnalisation de ces nouvelles pratiques ? Comment les éléments des SIC sont-ils réappropriés tant au niveau collectif qu’individuel. La plupart des contributions se basent sur des études qui ont été menées à base de questionnaires et d’entretiens, dans le but d’analyser les éventuels changements induits par l’adoption d’outils numériques.

3Pour comprendre les problématiques soulevées, nous prendrons l’exemple de l’introduction de nouvelles technologies dans le système éducatif. Dans plusieurs contributions, sont analysées les appropriations du numérique dans l’enseignement primaire, secondaire, ou encore, par des universités. De manière globale, les auteurs constatent un usage faible de ces nouvelles technologies par rapport à l’univers des possibles qu’elles offrent. Par exemple, en s’intéressant au cas des bibliothèques départementales, Collet, Durampart et Pelissier nous révèlent que l’outil le plus utilisé en médiathèque est le catalogue numérique, qui facilite la recherche documentaire. On a donc affaire à une médiation à la culture via le numérique, mais pas à la valorisation d’une culture numérique à proprement parler, autrement dit le numérique est utilisé comme moyen mais n’est pas considéré par ses utilisateurs comme un objet culturel en soi. L. Massou met en avant une différence générationnelle dans l’usage du numérique chez les enseignants-chercheurs. En effet, si les plus jeunes savent se servir du numérique dans le cadre de leurs recherches, les plus anciens n’y ont recours que pour leurs tâches administratives. Enfin, selon M. Loicq, la légitimité accordée à l’introduction des médias dans le système éducatif dépend fortement de la volonté des politiques. Selon que leurs discours traduisent une logique protectionniste ou une logique de reconnaissance, l’utilisation du numérique dans l’enseignement peut être perçue soit comme une menace, soit comme une ouverture. Par exemple, selon cet auteur, l’école étant en France présentée comme le lieu de diffusion des savoirs légitimes, les outils numériques apparaissent comme un concurrent à cette institution.

4L’introduction de nouvelles technologies comme supports d’apprentissages se superposant à des méthodes déjà en place, il est de rigueur qu’elle s’accompagne d’un changement profond dans les habitudes pédagogiques. Il en est de même pour le monde de la recherche qui doit inviter à un changement de perspective pour poser la question du numérique en tant qu’objet culturel.

  • 1 Les auteurs font référence à l’expression de Nicole Aubert in Aubert Nicole (dir.), L’individu hype (...)

5Concernant les changements induits au niveau individuel par les nouveaux outils, Felio et Carayol présentent une étude sur les « usages intensifs des TIC » par des cadres en entreprises. Ils reprennent l’expression d’Aubert « d’individus hyper modernes »1 pour comprendre les changements dans les comportements induits par une « hyper connexion », des individus qui sont définis par leurs tendances à l’excès, à la course, à l’addiction… Les nouvelles technologies, en accélérant les flux d’informations, insèrent les individus dans un nouveau rythme, dans une nouvelle temporalité, beaucoup plus rapide mais qui les oblige en contrepartie à un traitement des données plus superficiel. Dans leur étude, les auteurs s’attachent à comprendre ce qui fait prendre conscience aux cadres de leur changement de comportement dû à l’usage des TIC. L’un des cadres évoque par exemple que la trop forte interpénétration des différentes sphères de sa vie l’avait fait réaliser ses changements de pratiques, en particulier l’introduction croissante du travail dans des sphères familiales suite à la plus forte utilisation des outils TIC, l’avait dérangé.

6Les nouvelles technologies amènent aussi à se repenser soi-même ; voilà un deuxième point qui est abordé de manière transversale à plusieurs articles. En effet, la possibilité de se créer un personnage fictif (un avatar), une page personnelle (de type blog) ou d’intégrer un réseau social, permet aux individus de jouer avec des facettes de leur identités. Ils peuvent décider ce qu’ils veulent ou non montrer d’eux.

7L’intérêt d’analyser cette question à partir des sciences de l’information et de la communication est de comprendre quelles sont les propriétés des outils numériques qui introduisent une nouveauté dans la représentation de soi. Par exemple, dans leur article sur les serious games, Bonfils et Gaste expliquent comment, en se construisant un avatar qui se déplace dans un environnement en 3D, avec des changements de perspectives filmiques, la présence de son et la capacité d’agir sur une plateforme, le joueur se retrouve d’autant plus plongé dans l’univers fictif et, de fait, s’implique plus dans sa relation personnelle avec son avatar. C’est le caractère immersif du support qui permet cela. La deuxième variable qui nous semble déterminante est le caractère public ou semi public de certaines modalités de l’Internet. Au niveau individuel, le fait qu’un individu puisse exprimer et publier des informations personnelles accessibles à un public indéfini, à travers des « dispositifs expressifs » (article de Boudoloie), donne à l’exposition de soi un attribut évaluatif : l’exposant se soumet immédiatement à la critique des autres, qu’elle soit positive (comme le recherchent les adolescents) ou négative. À l’échelle institutionnelle, certaines entreprises se soumettent à ces formes d’évaluations publiques pour attiser la confiance des investisseurs, en se créant ce qu’Alloing et Pierre analysent comme une « e-réputation ».

8Enfin dans certains corps de métier, particulièrement ciblés par les médias dans les débats publics, tels que ceux de la police ou de l’enseignement, on voit apparaitre une utilisation informelle des dispositifs de type blog pour s’exprimer sans avoir à passer par les médias. Dans leur article, Connan, Saulnier et Verdier analysent comment certains individus ont recours à ce support pour se présenter sous un autre jour et donner leur opinion. Ici, le caractère public de l’outil sert à court-circuiter des discours dans lesquels ils ne se reconnaissent pas. Le « dispositif expressif » leur sert de porte-parole face à l’opinion publique.

9À travers ces contributions, les auteurs montrent comment, d’une part, la recherche sur les SIC et, d’autre part, les débats publics portés par les médias influencent les pratiques institutionnelles en termes d’adoption de nouveaux outils numériques. Si certains auteurs nous mettent en garde contre les risques d’instrumentalisation de la recherche, au service soit des institutions en vue d’une labellisation, soit des débats et des politiques publiques, ils montrent aussi l’importance des apports de la science pour alimenter les argumentations et contribuer à l’élaboration de modèles théoriques.

Haut de page

Notes

1 Les auteurs font référence à l’expression de Nicole Aubert in Aubert Nicole (dir.), L’individu hypermoderne, Paris, Erès, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia Hénin, « Béatrice Vacher, Christian Le Moënne, Alain Kiyindou (dir.), Communication et débat public. Les réseaux numériques au service de la démocratie ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 07 mars 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/13848

Haut de page

Rédacteur

Julia Hénin

Julia Hénin est anthropologue, elle travaille actuellement pour un laboratoire de recherche appliquée en sciences sociales (le LaSSA) à Marseille. Ses recherches portent sur l’instruction scolaire au moyen de supports numériques.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page